se sentir vide

Vous n’avez pas encore de compte ? Créez un compte
Rencontrez des personnes qui vous aiment.Il peut s’agir de votre famille ou d’amis proches. En effet, pour ne plus vous sentir vide, pensez à rechercher la compagnie de personnes qui vous connaissent et qui vous estiment. Vous verrez que ce remède est souvent très efficace. Par conséquent, vous devrez renforcer vos relations avec ces personnes. Vous préférez certainement rencontrer un être cher qui prend plaisir à être en votre compagnie. Lorsque vous consacrez du temps à vos amis et à votre famille, vous réduirez plus facilement votre stress et vous approfondirez votre sens d’appartenance  [1] .

Évitez de passer votre temps avec des personnes qui ont une mauvaise influence sur vous, même si elles ne sont pas conscientes de leur mauvais comportement. Veillez à limiter la durée de vos rencontres avec quelqu’un qui menace votre équilibre et l’estime que vous avez pour vous-même.

Ayez une nouvelle amitié ou une relation amoureuse.Le plaisir de faire la connaissance d’un nouvel ami et de laisser votre relation évoluer naturellement vous aidera à remédier à votre vide intérieur. Un nouvel ami ou un nouvel amour vous donnera l’occasion de vivre une expérience enrichissante et prouver que vous êtes une personne intéressante et adorable. Vous verrez immédiatement que l’existence aura beaucoup plus de choses à vous offrir qu’auparavant. L’amitié vous aidera aussi à être plus déterminé et renforcera votre sens d’appartenance  [2] .

Il est parfois difficile de se faire de nouveaux amis et de rencontrer des gens, en particulier si vous avez terminé vos études. Dans ce cas, adhérez à des clubs, inscrivez-vous à des cours ou fréquentez vos endroits préférés.
Prenez l’habitude d’être disponible et acceptez les invitations que vous recevez. Si vous ne réservez pas le temps nécessaire pour créer de nouvelles relations, celles-ci ne se développeront jamais.

Adoptez un animal de compagnie.La recherche a montré qu’un animal de compagnie peut remplir les journées de quelqu’un et les rendre plus intéressantes  [3] . Une personne qui a un animal de compagnie risque moins de souffrir d’une dépression. Elle peut aussi tirer des avantages de cette compagnie  [4] . En effet, un animal dont l’existence dépend de vous peut vous procurer le sentiment de servir à quelque chose. Pour ne plus vous sentir vide, visitez un refuge près de votre domicile afin d’adopter un chien ou un chat.
Soyez aimables avec autrui.Vous tirerez profit des bonnes actions, même si vous les faites au hasard. En effet, vous serez satisfait vous-même en étant plus attentionné envers autrui. Recherchez les petits gestes qui vous permettent de démontrer votre bonté aux autres pour les aider à se sentir mieux. De plus, vous augmenterez vos chances d’être comblé.

Par exemple, vous pouvez complimenter quelqu’un que vous ne connaissez pas en lui disant : « j’aime votre robe ! Elle est très belle. » Essayez de trouver des moyens pour montrer votre gentillesse en toutes circonstances. Même si vous ne faites qu’un simple sourire et un signe de tête aux personnes que vous rencontrez, vous pourrez illuminer leur journée et par la même occasion être plus heureux  [5] .

Parlez de votre sentiment de vacuité à un ami proche.Il n’est pas conseillé de garder un tel sentiment pour vous, car votre moral s’en ressentira. Parfois, il suffit d’évoquer vos problèmes devant quelqu’un pour les résoudre ou en diminuer la gravité. Essayez de parler à une personne compréhensive, qui attache de l’importance à votre relation. Les choses iront probablement différemment.
Tenez un journal pour inscrire vos pensées et vos sentiments.Ainsi, vous serez en mesure de comprendre plus facilement vos sentiments et le vide que vous ressentez. De plus, c’est un excellent moyen pour évacuer le stress  [6] . Avant de commencer, choisissez un endroit confortable et décidez de consacrer une vingtaine de minutes par jour à rédiger votre journal. Au début, vous pourrez écrire à propos de vos sentiments et de vos pensées ou sur la façon de réagir à une situation compliquée. Voici quelques questions pour vous aider à clarifier vos idées  [7] .

Quand avez-vous remarqué votre sentiment d’inanité pour la première fois ? Quelle en a été la durée ? Depuis combien de temps ce sentiment dure-t-il ?
Quelles émotions éprouvez-vous quand vous avez un sentiment de vide ?
Est-ce que vous avez ce sentiment pendant certaines périodes ou lorsque vous vous trouvez dans certains endroits ? Que se passe-t-il autour de vous lorsque vous êtes dans cet état ?
Quelles sont vos pensées lorsque vous avez un sentiment de vacuité ?

Recherchez les symptômes d’une dépression nerveuse.Ces symptômes varient selon les personnes, mais ils incluent souvent une mauvaise humeur et un sentiment de vacuité  [8] . La dépression peut être intermittente. Le patient passe d’une période d’euphorie à une période dépressive qui risque de durer pendant des semaines ou même des mois. La dépression peut être aussi permanente. C’est une maladie très fréquente. En effet, aux États-Unis environ 6,7 % des adultes sont passés par un épisode dépressif majeur. Les femmes ont 70 % de chances de plus que les hommes de sombrer dans la dépression  [9] . Par conséquent, si vous êtes dépressive, vous n’êtes pas la seule à être touchée par ce trouble psychique. Si vous présentez des symptômes de dépression, consultez votre médecin ou un spécialiste de la santé mentale pour obtenir un traitement approprié. Voici certains symptômes auxquels il faudra prêter une attention particulière  [10]  :

des sentiments persistants de tristesse, d’anxiété ou devide

un sentiment de désespoir ou de pessimisme
un sentiment de culpabilité, d’impuissance ou de manque de valeur
une irritabilité ou une agitation inhabituelle
des changements d’humeur ou du comportement
une perte d’intérêt pour vos activités préférées
du stress
des changements dans vos habitudes de sommeil
une variation de votre poids
des pensées qui portent préjudice à vous-même ou à d’autres
des maux et des douleurs qui résistent au traitement

Pensez à la perte d’un être cher.Un deuil risque de créer un sentiment de vide intérieur. La perte d’un être cher est généralement suivie par un chagrin profond. Cependant, vous pouvez éprouver un tel chagrin après une perte d’un autre genre, comme celle d’un animal de compagnie, votre travail, le départ de vos enfants, la perte de votre bonne santé ou tout autre changement important dans votre existence  [11] [12] . La déception profonde et le chagrin peuvent créer d’autres émotions comme la tristesse et le sentiment de vacuité. Ils peuvent aussi affecter certains aspects de votre mode de vie, comme votre appétit, votre concentration et vos habitudes  [13] . Si vous avez éprouvé une déception profonde, un chagrin ou un vide intérieur, vous pouvez en parler avec un ami proche ou une personne que vous aimez  [14] . Vous pouvez aussi consulter un spécialiste qui vous aidera à gérer votre deuil  [15] .

Certaines personnes considèrent que le chagrin évolue suivantcinq étapes , mais cette idée est erronée. Nous vous invitons à vous référer au livre d’Élisabeth Kübler-Ross « les derniers instants de la vie ». Dans cet ouvrage qui a été publié en 1969, l’auteur identifie ces cinq étapes, à savoir le déni, la colère, la négociation, la dépression et l’acceptation. Cependant, il ne s’agit pas d’un travail scientifique qui étudie toutes les formes du chagrin, car les cinq étapes précitées n’ont servi qu’à décrire les sentiments d’une personne concernant sa mort  [16] . Il est possible que vous passiez par toutes ces étapes, mais ce n’est pas vraiment obligatoire. Le deuil reste le vôtre et chacun a le sien  [17] .

Vérifiez que vous n’avez pas de dépendance.Souvent, le vide intérieur résulte de la consommation de certaines substances. L’alcool, les drogues illégales et l’emploi abusif de certains médicaments peuvent créer une dépendance physique, qui risque d’affecter profondément votre humeur, vos pensées et votre comportement  [18] . Souvent, les gens acceptent de consommer ces substances pour pallier à untroudans leur existence  [19] . Si vous pensez que l’usage d’une certaine substance vous pose un problème, sachez que vous n’êtes pas le seul dans ce cas. En 2012, l’alcoolisme a atteint environ 7,2 % de la population américaine  [20] . Certaines personnes souffrent aussi à la suite de la consommation de produits comme le cannabis ou de stimulants tels que la cocaïne et la méthamphétamine. D’autres substances ont le même effet, par exemple les hallucinogènes comme le LSD ou les opiacés comme l’héroïne  [21] . Si vous pensez que vous avez un problème de ce genre, essayez de vous souvenir de ce que vous avez fait au cours de l’année précédente. Voici une liste qui pourrait vous aider dans votre réflexion.

Avez-vous vécu une situation dans laquelle vous avez consommé plus de drogue que prévu ?
Avez-vous tenté d’abandonner la consommation d’une drogue sans y parvenir ?
Avez-vous passé beaucoup de temps pour consommer ou tenter d’obtenir une drogue ?
Avez-vous eu envie de faire usage d’une drogue ?
Avez-vous été obligé d’augmenter vos doses pour obtenir le même effet qu’au début ?
Avez-vous eu des symptômes de sevrage, comme des troubles du sommeil, des tremblements, une peau moite, une irritabilité, une dépression, une anxiété, des nausées ou des sueurs ?
Est-ce que la substance a eu un impact sur vos habitudes ou vos responsabilités ?
Avez-vous continué à utiliser une drogue, même si elle a causé des difficultés à votre famille ou vos amis ?
Avez-vous abandonné vos activités préférées afin de consommer de la drogue ?
Avez-vous utilisé de la drogue dans des circonstances dangereuses comme la conduite de votre voiture ou de certains appareils ?
La toxicomanie a souvent une origine héréditaire. Par exemple, les descendants de personnes alcooliques ont plus de chances de devenir toxicomanes que d’autres, même s’ils n’ont pas connu leurs ascendants  [22] .
Si vous avez une dépendance aux drogues ou à l’alcool, parlez-en à votre thérapeute. Vous avez peut-être besoin de subir un traitement de désintoxication afin de vous débarrasser de votre sentiment de vacuité  [23] .

Examinez votre comportement pour détecter un trouble éventuel de la personnalité limite (TPL).Les personnes atteintes de ce trouble éprouvent souvent un sentiment de vacuité. Elles présentent des comportements caractérisés par une forte instabilité, une détresse et une mauvaise adaptation sociale. De plus, elles ont du mal à maitriser leurs pensées et leurs sentiments. Elles se comportent souvent avec témérité et contrôlent très mal leurs impulsions. Leurs relations avec autrui sont instables  [24] . Environ 1,6 % de la population américaine adulte a succombé au trouble de la personnalité limite à un moment donné  [25] . Ce trouble peut être soigné sous la supervision d’un médecin  [26] . Consultez un spécialiste de la santé mentale si vous avez eu l’un des symptômes présentés ci-après.

Vous faites d’énormes efforts pour éviter d’être abandonné, soit réellement ou dans votre imagination. Vous croyez souvent que vous risquez d’être délaissé par un proche ou être séparé de lui. Vous réagissez négativement, en vous mettant violemment en colère ou en succombant à la peur, même dans le cas d’une séparation temporaire, comme lorsque votre conjoint quitte la maison pour aller travailler. Vous avez très peur d’être seul.
Vous basculez entre l’idéalisation et la diabolisation des personnes avec qui vous êtes en relation. Les individus qui souffrent d’un trouble de la personnalité limite commencent souvent une relation en mettant leur partenaire sur un piédestal, le considérant comme parfait ou idéal. Après quelque temps, ils se mettent à penser que l’autre personne ne se soucie pas d’eux et qu’elle ne donne pas une importance suffisante à leur relation. Souvent, cette approche se traduit par des rapports instables.
Vous percevez votre propre identité d’une manière chancelante. Les personnes souffrant d’un TPL luttent constamment pour maintenir la stabilité de leur identité, leur personnalité et l’image qu’ils se font d’eux-mêmes.
Vous êtes très imprudent ou impulsif. Cela s’applique notamment à l’automutilation. Vous êtes inconscient au point de prendre le volant en état d’ébriété, risquer votre salaire en pratiquant des jeux de hasard, consommer des drogues abusivement ou avoir des relations sexuelles à risque.
Vous pensez souvent à l’automutilation et au suicide. Vous pouvez vous faire du mal, par exemple en vous coupant, en vous blessant ou en vous brulant. Vous pouvez aussi menacer de vous blesser afin d’attirer l’attention des autres.
Souvent, vous changez d’humeur en passant d’un extrême à l’autre. Ces changements sont généralement brusques et très marqués, par exemple passer de la joie au désespoir.
Vous éprouvez fréquemment un sentiment de vacuité. Vous pouvez être ennuyé ou vous sentir vide ou avoir besoin de passer à l’action.
Vous avez des difficultés à contrôler votre colère. Plusieurs choses risquent de la déclencher. Vous répondez par des crises émaillées d’amertume, de sarcasme ou d’insultes. Vous succombez facilement à la colère si vous croyez que quelqu’un ignore votre présence.
Vous agissez avec les autres comme un paranoïaque ou vous ne percevez pas laréalitéde votre environnement.

Méditez pour explorer votre sentiment de vacuité.La méditation peut aussi vous aider à identifier votre sentiment d’inanité et à mieux le comprendre. La recherche a démontré que trente minutes de méditation par jour peuvent changer le comportement de quelqu’un et sa manière de réfléchir  [27] . Pour commencer, installez-vous dans un lieu calme, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration. Pour mieux comprendre votre sentiment de vacuité, examinez les questions suivantes pendant votre méditation.

Notez vos sentiments à un instant donné. Sentez-vous un vide ou un manque, comme une absence de dignité, de clarté, de compréhension, de paix ou d’amour ? Dans l’affirmative, vous devez reconnaitre que vous avez un passage à vide à cet instant.
Notez les éléments de votre expérience du vide. Est-ce que le vide se situe au niveau de votre corps ? Si c’est le cas, combien d’espace occupe-t-il ?
Examinez votre sentiment de vacuité. Est-ce qu’il vous renvoie à des scènes du passé ? Quelles sont vos émotions lorsque vous prenez conscience de votre vide ?

Demandez à un spécialiste de vous aider.La consultation d’un thérapeute à propos de votre sentiment de vacuité peut vous aider à mieux comprendre votre situation et à y remédier. Votre vide intérieur peut cacher une dépression ou une maladie sous-jacente. En particulier, si vous êtes déprimé, si vous avez un problème de toxicomanie ou un trouble de la personnalité, vous devrez consulter un thérapeute spécialisé en santé mentale.

Le traitement de la dépression comprend souvent une psychothérapie et des médicaments. Généralement, les médicaments prescrits appartiennent à la famille des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) comme le « Prozac », le « Zoloft » et le « Lexapro » ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN) comme « l’Effexor » et le « Cymbalta ». La thérapie comportementale et cognitive (TCC) et la thérapie interpersonnelle (TIP) sont efficaces pour traiter la dépression. La TCC vous enseigne comment identifier et réduire les pensées inutiles et négatives et apprendre des méthodes pour réfléchir d’une façon productive et constructive. Quant à la thérapie interpersonnelle, elle vous aide à travailler les relations qui sont peut-être à l’origine de vos problèmes  [28] .
Plusieurs psychothérapies sont utiles, en particulier pour surmonter un chagrin. La thérapie interpersonnelle est bien adaptée aux cas caractérisés par un chagrin profond presque permanent  [29] .
Le traitement des toxicomanies et de l’alcoolisme consiste souvent à donner des conseils aux individus et aux groupes, mais ce traitement peut comprendre des médicaments. La TCC est couramment utilisée pour traiter les troubles liés à la consommation d’alcool  [30] .
Le traitement du trouble de la personnalité limite fait appel à une psychothérapie basée sur la thérapie comportementale dialectique (TCD). Dans cette thérapie, le patient apprend à identifier et à contrôler ses émotions, tolérer le stress, être pleinement conscient et communiquer avec autrui d’une manière saine et productive  [31] . Vous apprendrez à maitriser vos émotions et communiquer avec autrui.

Soyez pleinement conscient.La pleine conscience suppose une maitrise complète de vos pensées  [32] . La recherche a prouvé les avantages de la pleine conscience notamment pour réduire la fatigue et l’anxiété  [33] [34] . Cette thérapie peut même restructurer votre manière de réagir aux facteurs du stress et vous aider à mieux communiquer avec autrui  [35] . En apprenant à maitriser vos pensées et vos sentiments sans porter de jugement sur vous-même, vous vous sentirez plus paisible, plus comblé et plus proche des autres. Vous pouvez pratiquer la pleine conscience chez vous en méditant ou en vous inscrivant à un cours. Voici un exercice qui peut vous aider à commencer cette pratique  [36] .

Regardez, nommez et touchez cinq objets différents, en portant votre attention sur la couleur, la température, la texture et le poids de chaque objet.
Observez, appréciez et sentez l’odeur des aliments pendant le diner ou celle des fleurs au cours d’une promenade, en prenant note des couleurs, de la texture, de la saveur et de l’arôme.
Fermez vos yeux et écoutez des bruits différents. Faites attention au tempo, à la force et au volume.
Il a été également démontré que la pleine conscience est très utile. Le « Mindful Awareness Research Centre/UCLA » (le centre de recherche sur la pleine conscience de l’université de Californie à Los Angeles) propose en ligne plusieurs exercices de méditation dans le format « MP3 »  [37] .

Pratiquez une nouvelle activité.Si vous avez un sentiment quotidien de vacuité, vous êtes probablement tombé dans une ornière. Examinez votre routine et vos habitudes pour en déterminer la cause et donner un nouveau souffle à votre vie. Si vous changez vos habitudes en réservant trente minutes par jour pour faire une nouvelle activité, vous réussirez probablement à sortir du piège et combler votre vide intérieur  [38] .

Si, par exemple, votre morosité provient du fait que vous êtes tenu de vous lever chaque jour pour aller à l’école ou au travail, essayez de rendre la situation plus intéressante. Faites du bénévolat à l’école ou engagez-vous dans une activité extrascolaire pour rendre votre présence plus intéressante. Ainsi, vous serez heureux en allant étudier ou travailler.
Essayez de modifier vos habitudes. En travaillant pour améliorer votre quotidien, vous aurez un sujet de réflexion intéressant qui vous permettra d’être plus confiant en vous-même.
Même de petits changements peuvent faire une grande différence. Préparez un plat exotique, allez au travail à bicyclette au lieu de prendre la voiture ou faites du yoga le matin avant de partir à l’école.
Un changement dans votre cadre de vie peut également vous aider. Remplacez les rideaux ternes de votre chambre à coucher et installez des rideaux neufs aux couleurs chatoyantes. Changez l’apparence de vos murs, rangez votre maison et décorez-la par des œuvres d’art intéressantes.

Ayez des projets intéressants.Pour être comblé, vous devrez réaliser des activités et des objectifs auxquels vous donnez de l’importance. Ne laissez pas les autres contrôler les activités ou les objectifs que vous avez choisis. Si vous êtes indifférent à ces objectifs, vous devrez revoir votre approche pour vous remettre sur la bonne trajectoire  [39] .

Si vous allez encore à l’école, déterminez si vos études correspondent à ce que vous aimez ou si elles répondent aux souhaits de vos parents.
D’autres pressions externes peuvent aussi avoir un mauvais impact sur vos décisions. Vous devrez savoir si vos actions correspondent à ce que vous voulez vraiment ou si elles visent à impressionner votre entourage.
Si vous réalisez que des forces extérieures ou des personnes vous empêchent de contrôler votre existence, prenez des mesures pour renverser la situation. Une fois que vous arriverez à maitriser votre destinée, vous verrez que votre sentiment d’inanité disparaitra.

Donnez un sens à votre vie quotidienne.Lorsque vos journées ressemblent à une corvée, efforcez-vous de prendre le temps pour examiner la beauté et la signification des petits gestes quotidiens. Pourquoi vous sentez-vous heureux et de bonne humeur ? Lorsque vous trouvez un élément encourageant, intégrez-le à votre existence. Voici quelques idées qui vous aideront à transformer une banalité en quelque chose d’intéressant.

Soyez reconnaissant. Afin de donner un sens à votre existence, consacrez quelques instants chaque jour pour réfléchir aux choses qui méritent votre reconnaissance  [40] . Pour renforcer votre gratitude, vous pouvez même la formuler par écrit au lieu de vous contenter d’en parler. Par exemple, vous pouvez penser et écrire : « je suis tellement heureux de voir que le soleil est parmi nous aujourd’hui, c’est très beau » ou « j’éprouve une grande reconnaissance envers ma famille qui m’a rendu heureux ».
Ne vous privez pas de déguster vos aliments préférés. Si vous adorez le chocolat, mangez-en un peu ! Vous n’avez pas besoin d’exagérer, mais permettez-vous d’en profiter un peu tous les jours.
Sortez et respirez l’air frais. Des travaux de recherche ont montré que les gens sont plus dynamiques et plus actifs lorsqu’ils passent du temps à l’extérieur  [41] . N’hésitez pas à vous promener tous les jours, quel que soit le temps. Concentrez-vous pour respirer l’air frais et observer attentivement la nature.
Prenez le temps pour rendre votre existence plus riche et plus agréable. Transformez les tâches ordinaires en activités enrichissantes. Au lieu de claquer la porte, asseyez-vous et lisez le journal en buvant votre café ou votre thé. Prenez un bain chaud en fin de semaine au lieu d’une douche.
Soignez la présentation de votre maison. Pliez soigneusement votre linge avant de le ranger. Faites votre lit le matin. Lavez la vaisselle avant d’aller vous coucher. Ouvrez les fenêtres pour aérer votre maison et laisser entrer l’air frais et la lumière. Ne négligez pas de faire le grand ménage du printemps. Vous pensez peut-être que vous n’avez pas le temps de réaliser tous ces travaux ou qu’ils n’ont pas d’importance. Pourtant, lorsque votre maison est fraiche et propre, le côté ennuyeux de l’existence aura tendance à s’estomper.

Prenez soin de vous-même.L’activité physique, une alimentation saine, la détente et le repos donnent un sens à l’existence. En prenant soin de vous-même, vous envoyez des signaux à votre cerveau pour l’informer que votre existence a de la valeur et que vous méritez qu’on s’occupe de vous. Veillez à réserver suffisamment de temps à la détente, aux exercices physiques et à la satisfaction de vos besoins en nourriture  [42] .

Efforcez-vous de faire trente minutes d’exercice par jour.
Adoptez un régime alimentaire équilibré, composé d’aliments sains et complets, comme les fruits, les légumes, les céréales complètes et les protéines maigres.
Dormez huit heures par nuit.
Réservez au moins un quart d’heure par jour pour pratiquer du yoga, méditer et faire des exercices respiratoires.

Fixez-vous une échelle de valeurs.Vous pouvez combler plus facilement votre vide intérieur en ayant à l’esprit les valeurs auxquelles vous accordez une importance particulière. Nos valeurs ou nos croyances fondamentales dépendent habituellement de notre expérience de la vie, mais nous n’avons pas toujours le temps de les examiner en détail. Pour fixer les vôtres, vous aurez besoin de méditer soigneusement. Voici quelques questions que vous pourrez examiner pendant votre réflexion  [43] .

Trouvez deux personnes que vous admirez beaucoup. Parmi leurs qualités, quelles sont celles qui justifient votre admiration ? Pourquoi ?
Si votre maison est en feu et que vous ne pouvez emporter que trois choses, lesquelles choisirez-vous ? Pourquoi ?
Quels sont les sujets ou les évènements qui vous stimulent le plus ? Pourquoi leur accordez-vous de l’importance ?
Souvenez-vous d’un instant pendant lequel vous avez été satisfait et comblé. Quelles ont été les raisons de votre satisfaction ?

Identifiez les qualités qui correspondent à vos valeurs.Vous pourrez le faire après avoir apporté des réponses aux questions précédentes. Autrement dit, lisez vos réponses et choisissez les qualités correspondantes  [44] .

Par exemple, si dans l’exemple précédent, vous avez choisi d’emporter l’un de vos livres préférés, un objet de famille et un cadeau de votre meilleur ami, vous pouvez conclure que vous donnez de l’importance à la loyauté, l’intelligence et l’amitié. Par conséquent, vous êtes probablement intelligent, loyal et fidèle en amitié.

Pratiquez des activités qui vous permettent de respecter vos valeurs.Après l’étape précédente, il vous reste à identifier les activités qui vous permettent de respecter vos valeurs et d’exercer vos qualités. Dressez la liste de ces activités et choisissez au moins l’une d’elles pour la pratiquer régulièrement  [45] .

Supposez que le civisme fait partie de vos valeurs. Dans ce cas, vous pouvez faire du bénévolat au profit de votre collectivité locale, accompagner les élèves de votre école dans leurs études ou servir à la soupe populaire. Si lafoifait partie de vos valeurs, vous pouvez l’intégrer dans votre vie en vous livrant à certaines activités comme participer à un projet en qualité de missionnaire ou assister plus fréquemment au service religieux dans votre lieu de culte, votre église, votre temple ou votre mosquée.
En agissanten conformitéavec vos valeurs, c’est-à-dire en alignant vos choix sur vos croyances, vous augmenterez vos chances de vivre satisfait et heureux  [46] [47] .

Les cookies permettent d’améliorer wikiHow. En continuant la navigation, vous acceptez notrepolitique sur les cookies .

Accueil
À propos de wikiHow
Conditions d’utilisation
RSS
Plan du site
Connexion
Affichage mobile

Les documents sont partagés souslicence Creative Commons. .
En vous réveillant le matin, préférez-vous rester au lit pendant toute la journée au lieu de vous lever et de vaquer à vos occupations ? À un moment ou un autre, notre existence a probablement été assombrie par un sentiment de vacuité que nous avons eu des difficultés à surmonter. Lorsque ce sentiment est récurrent, il peut être le symptôme d’un trouble sous-jacent, comme une dépression nerveuse. Dans ce cas, il est préférable de consulter un spécialiste de la santé mentale. Cependant, il est possible de lutter contre un sentiment d’inanité occasionnel en appliquant certains remèdes, comme tenir un journal intime, essayer de nouvelles activités et connaitre de nouveaux amis.
Cette page a été consultée 18 459 fois.

se sentir vide
Ce sentiment qui peut être si perturbant…
Il vous arrive souvent de ressentir un vide ?
Vous avez parfois du mal à ressentir la vie en vous ?
Vous recherchez à savoir ce qui vous anime ?
Cette sensation pas très agréable, ou plutôt cette non-sensation, peut littéralement devenir un fardeau.Parce qu’ elle peut conduire à une forme d’isolement , il est important de réagir et de se re-mobiliser.
Au fur et à mesure de mes expériences de vie, j’ai pu ressentir cette non-sensation .
Ça a été difficile pour moi de reprendre goût à vivre, mais j’ai découvert que j’avais tout en moi pour inverser la tendance. Il a juste fallu que je prête attention à ces capacités que j’ai dû re-mobiliser.
Parce que généralement, ça commence un matin au réveil, aveccette impression de n’avoir aucune raison de se lever et d’affronter la journée .
Se sentir vide est une sensation à ne pas prendre à la légère .
En fait,se sentir vide peut être la porte ouverte à bien d’autres problèmes .Un peu comme si cela devaitvous conduire non pas à une remise en question, mais à uneremise en cause existentielle .
C’est tout à fait normal de connaître cette sensation, périodiquement. Seulement, il est important de s’en détacher, même si ce n’est pas évident.
Le coup de mou, ça peut toucher tout le monde .
Et ce fameux coup de mou est un sujet que je trouve très important de traiter.
Parce que se sentir vide n’est pas banal…
On est sujet à des pensées du genre :
Et pourtant,quand ce coup de mou survient, il peut aisément être surmonté, à partir du moment où on ne le laisse pas s’installer .
C’est là où a été toute mon erreur lorsque j’ai pu ressentir cette chose.
Sans le vouloir, je me suis isolé, car j’ai laissé avec trop de facilité s’installer ce fatal coup de mou.
Ça a été un long travail, avec d’heureuses rencontres, pour pouvoir me reprendre en main.
Tout l’objet de cet article est de vous montrer que vous pouvez surmonter ce coup de mou.
Vous allez avoir entre les mains des pistes de réflexionpour que la sensation de se sentir vide puisse se convertir en un profond sentiment de plénitude .
Vous allez pouvoir comprendre dans quel état d’esprit vous pouvez cerner ce problème, pour le surmonter.
Car ce que vous allez découvrir c’est :
En fait, ce sentiment est la concrétisation d’un schéma, qui apparaît en conséquence de plusieurs choses.
En aucun cas ce schéma ne peut être assimilé à votre existence .
Il n’est pas vous, et vous n’êtes pas coupable de son apparition .
C’est juste un phénomène qui arrive par la suite d’événements et de faits devie . Et comme il s’agit d’un phénomène, le regard que vous portez dessus peut très facilement changer.
Ce phénomène suit alors une procédure, comme une mécanique qui s’enclenche en altérant votre propre mécanique.
Et parce que c’est une mécanique, vous pouvez utiliser machinalement votre boite à outils.
Imaginez simplement que vous avez perdu la notice de cette mécanique…
Voici le tutoriel pour rétablir votre mécanique :
Première chose,quand on parle dese sentirvide, on parle d’un sentiment de vacuité . Ce sentiment peut être très handicapant, puisqu’il implique une inertie .
Voici une piste qui peut vous aider, pour inverser cette tendance…
Sans s’attarder sur les causes de la venue de cettesensation de vide , c’est très important decomprendre les rouages de ce mécanisme .
Car comprendre ce mécanisme vous permet de réunir les conditions nécessaires pourporter un nouveau regard sur ce qui vous affecte .
Ce qui veut dire qu’ en vous offrant la possibilité de comprendre ce mécanisme, vous vous offrez la possibilité de vous détacher desaffects , et donc de vous protéger d’une éventuelle remise en cause(qui n’a pas lieu d’être).
Ce contexte est constitué par différents faits de vie, ou d’un environnement auquel l’adaptation de votre corps et de votre esprit n’a pu se faire correctement.
Et je parle temps de l’instant T, car ce qui n’a pu se faire avant peut se réaliser par la suite, en re-mobilisant vos capacités bien présentes.
Ce contexte duquel il est primordial de se détacher peut revêtir plusieurs visages :
Vous devez savoir que ce contexte n’est en rien une fatalité, car vous avez le choix de pouvoir le refuser.
Il y a une raison à cela.Ce contexte n’est pas vous.Il n’a rien à voir avec les fondements même de votre existence.
C’est juste que cette sensation vous donne le signal de faire un choix, celui de vous re-mobiliser pour accéder à un environnement qui met à votre disposition les choses qui vous sont essentielles .
Ce signal doit être utilisé dans le seul but, pour le rendre productif, de voir ce qu’il se passe en vous.Et ce pour se mettre à la portée d’un environnement qui vous convient.
C’est cette vision d’ensemble qui peut vous permettre de poser un nouveau regard sur tout ceci.
Maisquoi regarder quand on se sent vide de l’intérieur ?
Une toute petite expérience avec un enfant… :
– Si maintenant tu fermes les yeux et que tu observes ce qui bouge en toi… L’enfant ferme les yeux ….. 10 secondes– Mon ventre ….il bouge..– Ok et quoi encore ? Il ferme les yeux …. toujours 10 secondes– Mon coeur… il bouge…– Comment ?– Gentiment (avec un petit sourire)– Ok, si tu es d’accord on continue. Il ferme les yeux– Ma peau, elle bouge un peu partout Sans rien qu’on lui dise, il referme les yeux– Mes os…juste là (le thorax) et ben ils bougent aussi…– Et l’air qui rentre et qui sort….il est pareil ? Les yeux se ferment– Non c’est pas pareil…– C’est comment ?– Plus froid quand il rentre et plus chaud quand il sort…– Bien, on arrête.– Non…encore un peu…– D’accord. Les yeux se ferment….un peu plus longtemps– Dans mon pied il y a aussi un truc qui bouge….dans mon talon…– Autre chose ?– Non c’est tout……
Si votre mental vous impose le vide, il n’en est rien pour votre corps et votre esprit .
Peut-être relèveriez-vous ce défi ?
Celui de fermer les yeux un instant…
Avez-vous ressenti votre regard se poser sur vous ?
C’est en activant la puissance de votre regard que vous pouvez choisir de voir ce qu’il y a de bon, voir ce qu’il y a de positif .
« Je ne peux changer le monde qui m’entoure, mais je peux changer le regard que je pose sur le monde. »
Focalisez-vous sur ce qu’il y a de positif dans votre journée .
Pour commencer, relevez une chose positive tous les jours pendant une semaine.
Tenir un journal quotidien du positif est très efficace.Une chose positive peut paraître tout à fait anodine, mais si elle a du sens pour vous c’est bien, elle est à noter.
Pour ce faire, c’est à vous seul de passer à l’action en vous approchant de ce qui compte pour vous.
Mais vous seul ne veut pas dire que vous ne pouvez pas solliciter de l’aide.Tout au contraire.
Vous entreprenez votre démarche pour aborder la vie avec plus de sérénité.
Pour que vous puissiez dire adieu au stress et à l’anxiété , pour accueillir une vie plus simple et un quotidien qui vous convient au mieux,je vous invite à prendre quelques instants pour répondre à ces questions …
Le but, c’est de vous offrir la possibilité d’ évaluer, à cet instant, la perception que vous avez de vous-même …Etde vous améliorerpar la suite.
C’est votre démarche, pour que vous puissiez enfin être :
C’est tout simple:vous cliquez sur les cases qui vous correspondent le plus , et vous découvrez les points que vous devez travailler pour vivre un quotidien pour serein.
Une fois que vous saurez par où commencer, vous pourrez passer à l’action pour de bon…
C’est vous que vous laissez parler, avec sincérité, et avec votre intention de vous améliorer .Votre vie n’est pas en jeu, et cette proposition va très certainement vous surprendre dans le bon sens du terme.
Et parce que la vie est un jeu sérieux, nous vous mettons au défi de vous installer dans cette démarche !
Copyright © 2016. Tous droits réservés. Designed bymyThem.es .

se sentir vide

Abonnement

Je feuillette le magazine
Je m’abonne

   se sentir vide ,sans envi , sans sentiments
Il y a 240 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus,cliquez ici
 Sujet :se sentir vide ,sans envi , sans sentiments
voila se que je ressent un grand vide , se vide me donne envi de rien faire ,je ne bouje pas je n’arrive pas a poser les mots se que je ressen !! sof avec un peu d’alcool pour me reouvrir un peuavec cette éta je ne parle pas ,je ne souri pas (encore moin riguoler)voila ptère que certain de sentiron concèrnéerci
oui ,mème plusieurs !!mais je croi qu’il y a que avec le temps que sa va passer maleureusement
merci beaucoup pour ta réponssey’en a t’il d’autre qui ont le mème problème que moi ?
Aller à :

Les forums : mode d’emploi Appels à témoin Psychologies.com / Psychologies magazine Club des lecteurs Actu Amitié Bonheur Ce en quoi je crois Changer sa vie Coaching Estime de soi Interpréter ses rêves Mieux se connaître Nos clefs pour mieux communiquer Paroles d’hommes Paroles de femmes Se libérer de ses culpabilités Seniors Spiritualité(s) Timidité Voyages et vacances Aide et Entraide Deuil Inceste / Viol Carrière Relations professionnelles Reconversion Chômage Souffrance au travail Thérapie : y aller ou pas Choisir son psy Thérapies Psychanalyse Développement personnel Dépendances Déprime, dépression : en sortir Mon psy et moi Enfants et ados chez le psyFinir sa thérapie Baisse du désir Célibat Fantasmes Fidèle / Infidèle Homosexualité Le quotidien dans le couple Libertinage Problèmes sexuels Rencontres et séduction S’engager : mariage, PACS, concubinage Séparé(e) et heureux(se) Sexualité Sexualité : ce que veulent les femmes Sexualité : ce que veulent les hommes Tête-à-tête Vivre une séparation – divorcer Ados Désir d’enfant et stérilité Ecole Education Famille monoparentale Famille recomposée Halte à la pression scolaire ! La belle-famille La famille Maternité : attendre un enfant Naissance Parents Tout sur nos parents Accepter son corps Astuces Instituts et spas Luxe Plaire et se plaire Soins anti-âge Soins des cheveux Soins du corps Soins du visage L’appel de Psychologies pour une beauté libre Arrêter de fumer Forme Médecines douces Relaxation SantéSommeil La maladie au quotidien Stress, anxiété La nourriture et moi Etre végétarien Régimes et diététique Manger bio Vos recettes et menus gourmands Portraits de femmes : elles s’engagent Mes gestes écolos Solidaires ! Actu Café Culture Le livre qui a changé votre vie France : la carte des gens heureux Humour et détente L’appel contre l’abus d’antidépresseurs Participez à notre cross-booking David Servan Schreiber nous dit au revoir Votre hommage à David Servan-Schreiber L’atelier d’écriture de Nathalie : Chuchotements d’éveil © Ecriture : vos mots en toute liberté Mon anti-Noël Pas de printemps… Le psy, c’est vous !Nouvelles érotiques En mai, fais ce qu’il te plaît Votre plus belle déclaration d’amour 2012, fin du monde ? Le Prix Nobel de la Paix intérieure Un écrivain pour Noel Vos envies pour 2010 Femmes au féminin L’humain, une espèce en voie de disparition ? Atelier d’écriture de Février : Je t’aime parce que… Atelier d’écriture de janvier : Tout changer Lettre à l’ado que vous étiez Votre plus beau souvenir d’été Journée de la gentillesse

Tests

Quelle est votre place en communauté ?

Quel est votre degré de naïveté ?

Quelle est la nature de vos vrais désirs ?

Savez-vous vous laisser aimer ?

Où en est votre désir sexuel ?

Moi je me paye des crises de boulimie pour remplir ce vide-là et en plus de me sentir vide, je me sens coupable de me sentir vide    tu as lu Viktor E. Frankl? C’est un psy qui est passé par Auschwitz et qui en est miraculeusement sorti vivant et qui en parle dans un de ses bouquin (Man’s search for meaning, je connais pas le titre français, ce serait genre « L’homme en quête de sens » ) et qui a créé la logothérapie, une thérapie qui s’appuie sur la recherche de sens (je dis ca parce que si tu te sens vide, c’est peut-être que tu ne vois pas le sens de ta vie?). Ce monsieur demandait à ses patients (déprimés et autres): Mais pourquoi vous ne vous suicidez pas ? Et dans la réponse, il y avait ce qui donnait du sens à la vie de ces gens, malgré tout.
Je crois qu’il faut voir la guérison de cette maladie, la depression, ni comme un miracle qui te tombera un jour du ciel et hop tout à coup tu seras heureux, ni comme une montagne à déplacer. Il faut le vouloir, il faut te donner à toi-même des petits objectifs, des trucs à faire dont tu sais qu’ils te feront être un peu bien, même si c’est seulement 5 minutes, même si ca te fait peur, même si t’es pas sûr que ca te fera du bien.La muscu c’est bien pour être joli mais es-tu plus heureux avec ta belle apparence? Tu vois bien que dedans, tu es toujours aussi mal. La muscu, ca nourrit pas ton intérieur et c’est sûr que ca aide pas à se sentir moins vide. Pour te nourrir l’intérieur cherche-toi peut-être une activité plus créative, du théatre, de la photo, ou du bénévolat, c’est très bon le bénévolat contre le vide intérieur, je pense que c’est pour ca que ca marche d’ailleurs – l’être humain est naturellement egoïste, pourquoi aller bosser gratis? Parce que ca fait du bien à l’interieur de toi d’aider les autres. Je sais, je te promets, que FAIRE des choses enrichissantes ne permet pas d’ETRE bien avec soi même en un clin d’oeil, mais sur le long terme ca aide, je te promets. Bn courage!!
Hello, tu n’es pas seul dans ce cas. Je n’arrive pas à dormir car en ce moment je cogite trop sur ce mal-être qui me pèse en ce moment. Il m’arrive par moment de me sentir vidée. Vide de sentiments, de sensations, je me demande où je vais. Je n’ai envie de rien. Je m’ennuie. La vie elle-même m’ennuie. Je reste là, sur mon canapé, à regarder la TV. Quand ça m’arrive au boulot je me renferme sur moi-même. Mon problème, je le connais. Je n’arrive pas à me faire d’amis, je me sens seule et je n’aime pas cette solitude qui m’envahit. Du coup je suis réservée et distante avec mon entourage (privé et professionnel) Je me rends compte qu’en parler à quelqu’un (en particulier mon conjoint) m’as permis de me remettre en question, de me poser les bonnes questions et d’essayer de faire le ménage dans ma tête et de faire face à mes angoisses.
Alcool : les psychothérapies sont indispensables à la prise en charge
Je suis entrée en transe… thérapeutique
Et si le sociodrame pouvait guérir la France ?
Peut-on rendre quelqu’un heureux…

se sentir vide

18, août 2015 dansEmotions
785Partagés

© 2012 – 2017 Nos PenséesTous droits réservés.

Politique de confidentialité

Mention Légale

Droit de Cookie

En savoir plus

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d’offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d’analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l’utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d’analyse. Ok En savoir plus
Certaines personnes sont en couple mais se sentent si seules et si vides, que c’est comme si elles étaient célibataires.
D’autres ne veulent plus attendre, et décident de parcourir le chemin de la vie avec la mauvaise personne qui, du fait de son égoïsme, ne leur permet pas de se sentir heureuses et de se libérer de cette relation toxique. 
Certaines personnes restent dans des mariages ou des concubinages qui sont déjà détruits, seulement car la solitude leur paraît être quelque chose de difficile et d’inacceptable.
D’autres décident d’être des seconds rôles dans la vie de personnes qui leur permettent de ne pas se sentir seules, en essayant de prendre de l’importance, mais ce voyage est difficile, long, fastidieux et semé d’embûches. 
Mais il existe des personnes qui sont seules, qui vivent leur propre vie, qui brillent dans la société et qui pénètrent dans la vie avec le meilleur angle possible .
Des personnes qui ne s’éteignent pas, mais au contraire, qui s’enflamment chaque jour un peu plus. Des personnes qui apprennent à profiter deleur solitudecar elle les aide à se rapprocher d’elles-mêmes, à grandir et à renforcer leur vie intérieure.
Ces personnes sont celles qui, un jour, sans savoir quand ni pourquoi, rencontrent quelqu’un qui les aime véritablement, et tombent amoureuses de la manière la plus merveilleuse qui soit. 
“Je ressens un grand vide en moi», «Je me sens seul même quand je suis accompagné», «Je me sens seul même si j’ai tout et qu’il ne me manque rien», «Je me sens incomplet même si j’ai une personne merveilleuse à mes côtés». Ce genre de phrases vous dit-il quelque chose ? 
Il est probable que ce sentiment de malheur et d’insatisfaction vous soit familier . C’est un vide émotionnel, une émotion complexe qui nous poursuit toute notre vie et qui nous fait nous sentir seuls, et incompris.
La possibilité de nous sentir vides est quelque chose qui nous terrorise et qui nous bloque. C’est assez logique, car il n’y a pas de douleur plus pénétrante que celle provoquée par une confrontation directe avecnotre réalité émotionnelle .
Cela nous pousse à nous poser des questions émotionnellement difficiles, telles que : « Si j’ai tout, que puis-je demander de plus ? A quoi puis-je aspirer si mon partenaire est déjà parfait ? Combien d’amis supplémentaires dois-je avoir pour ne pas me sentir seul ? «.
Votre partenaire peut être parfait et merveilleux, mais la relation que vous avez avec lui peut ne pas vous rendre heureux.
Cette désillusion et cette douleur vous indiquent quevous devez changer quelque chose . Si vous ne voulez plus vous sentir mal, vous devez commencer dès maintenant.
Vous pouvez avoir l’impression de tout avoir, mais vous ne vous imaginez peut-être pas très bien tout ce qui se trouve à votre portée .
Il est possible que vous soyez entouré de gens, mais qu’ils ne soient pas bons pour vous, ou que vous ayezbesoin de changer d’air .
Le vide émotionnel cache l’esclavage, l’espoir, la tristesse, et le besoin d’affection et de liberté émotionnelle.
Ce sentiment se présente à nous de manière assez cruelle, masqué sous les traits de sentiments que nous ressentons, de doutes que nous avons, d’un épuisement général qui nous abat et d’un manque de passion qui nous tourmente.
Mais pourquoi se produit-il ? Pourquoi le vide nous frappe un grand coup sur la tête et nous épuise ainsi?
La réponse est très simple : parce que nous ne nous connaissons pas bien . Vous êtes-vous déjà arrêté pour vous dire que le plus important est la façon dont vous vous sentez, l’endroit où vous souhaitez arriver et ce que vous devez faire pour y parvenir ?
L’important n’est pas ce qui se passe dans notre vie, mais qui nous sommes et comment nous souhaitons la vivre.
En sachant cela, on se rend compte qu’il vaut mieux arrêter de penser que nous sommes des personnes intéressantes, belles, sympathiques, et très sociables, mais plutôt que nous devons avoir une poignée derêvespour survivre.
Nous devons mettre de côté tous les exposés erronés et nous définir dans le moment présent.
L’important n’est pas de savoir si l’on est médecin, vendeur ou employé de maison. Le fait de penser de cette manière n’ajoutera que du vide au vide et vous laisseraune rancœuramère qui détruira votre identité.
Il est important de se rendre compte que le prix à payer pour notre méconnaissance de nous-mêmes est très élevé.
Voulez-vous vraiment être médecin, trouver l’amour de votre vie ou être parent ? Vous n’avez nullement besoin de vous conformer avec tout cela, et c’est ce genre de schémas qui vous cause des problèmes.
Quand notre Moi s’effondre, le vide émotionnel survient.Tout se convertit alors en étiquettes simplistes, en rustines qui recouvrent à peine nos blessures, et en bandeaux qui nous empêchent de voir.
Le vide émotionnel est épuisant et insupportable,  car il nous rappelle à chaque fois que nous ne sommes pas parvenus à notre but, nous laissant plein de désespoir et de désolation.
Vous pouvez essayer de le combleren mangeant à l’excès , en cherchant le grand amour, en buvant de l’alcool, en vous épuisant à la salle de sport ou en remplissant votre agenda.
Cependant, vous continuerez à souffrir de ce sentiment de « j’ai besoin de quelque chose mais je ne sais pas ce que c’est «.
Sans aucun doute,le vide détermine votre vie et votre bien-être, permettant l’équilibre global de l’architecture qui comprend tous nos sentiments.
De fait, cette déconnexion qui se produit entre le système limbique et le système préfrontal est la même que celle qui survient chez les personnes atteintes de dépression.
La lutte contre ce vide n’est pas facile. Il nous donne l’impression que toutes les émotions etles sensations les plus négativesqui existent se sont liguées contre nous pour en finir avec notre personne.
Cependant,nous pouvons toujours décider de ce que nous faisons de notre vie .
Nous avons le pouvoir de définir ce qui nous inquiète et de lutter contre, ou bien de continuer à être une barque à la dérive, plongée dans un océan de douleur et d’incertitudes.
Nous devons tous plonger à l’intérieur de nous-mêmes, et tenter de trouver ce qui provoque cette sensation de vide .
Il n’existe pas de formule magique ou de remèdes infaillibles. La solution se trouve en chacun de nous, et tout repose sur le fait de parvenir sur les rives de la vérité. Le changement est une porte qui ne peut s’ouvrir que de l’intérieur.

se sentir vide

Vous n’avez pas encore de compte ? Créez un compte
Rencontrez des personnes qui vous aiment.Il peut s’agir de votre famille ou d’amis proches. En effet, pour ne plus vous sentir vide, pensez à rechercher la compagnie de personnes qui vous connaissent et qui vous estiment. Vous verrez que ce remède est souvent très efficace. Par conséquent, vous devrez renforcer vos relations avec ces personnes. Vous préférez certainement rencontrer un être cher qui prend plaisir à être en votre compagnie. Lorsque vous consacrez du temps à vos amis et à votre famille, vous réduirez plus facilement votre stress et vous approfondirez votre sens d’appartenance  [1] .

Évitez de passer votre temps avec des personnes qui ont une mauvaise influence sur vous, même si elles ne sont pas conscientes de leur mauvais comportement. Veillez à limiter la durée de vos rencontres avec quelqu’un qui menace votre équilibre et l’estime que vous avez pour vous-même.

Ayez une nouvelle amitié ou une relation amoureuse.Le plaisir de faire la connaissance d’un nouvel ami et de laisser votre relation évoluer naturellement vous aidera à remédier à votre vide intérieur. Un nouvel ami ou un nouvel amour vous donnera l’occasion de vivre une expérience enrichissante et prouver que vous êtes une personne intéressante et adorable. Vous verrez immédiatement que l’existence aura beaucoup plus de choses à vous offrir qu’auparavant. L’amitié vous aidera aussi à être plus déterminé et renforcera votre sens d’appartenance  [2] .

Il est parfois difficile de se faire de nouveaux amis et de rencontrer des gens, en particulier si vous avez terminé vos études. Dans ce cas, adhérez à des clubs, inscrivez-vous à des cours ou fréquentez vos endroits préférés.
Prenez l’habitude d’être disponible et acceptez les invitations que vous recevez. Si vous ne réservez pas le temps nécessaire pour créer de nouvelles relations, celles-ci ne se développeront jamais.

Adoptez un animal de compagnie.La recherche a montré qu’un animal de compagnie peut remplir les journées de quelqu’un et les rendre plus intéressantes  [3] . Une personne qui a un animal de compagnie risque moins de souffrir d’une dépression. Elle peut aussi tirer des avantages de cette compagnie  [4] . En effet, un animal dont l’existence dépend de vous peut vous procurer le sentiment de servir à quelque chose. Pour ne plus vous sentir vide, visitez un refuge près de votre domicile afin d’adopter un chien ou un chat.
Soyez aimables avec autrui.Vous tirerez profit des bonnes actions, même si vous les faites au hasard. En effet, vous serez satisfait vous-même en étant plus attentionné envers autrui. Recherchez les petits gestes qui vous permettent de démontrer votre bonté aux autres pour les aider à se sentir mieux. De plus, vous augmenterez vos chances d’être comblé.

Par exemple, vous pouvez complimenter quelqu’un que vous ne connaissez pas en lui disant : « j’aime votre robe ! Elle est très belle. » Essayez de trouver des moyens pour montrer votre gentillesse en toutes circonstances. Même si vous ne faites qu’un simple sourire et un signe de tête aux personnes que vous rencontrez, vous pourrez illuminer leur journée et par la même occasion être plus heureux  [5] .

Parlez de votre sentiment de vacuité à un ami proche.Il n’est pas conseillé de garder un tel sentiment pour vous, car votre moral s’en ressentira. Parfois, il suffit d’évoquer vos problèmes devant quelqu’un pour les résoudre ou en diminuer la gravité. Essayez de parler à une personne compréhensive, qui attache de l’importance à votre relation. Les choses iront probablement différemment.
Tenez un journal pour inscrire vos pensées et vos sentiments.Ainsi, vous serez en mesure de comprendre plus facilement vos sentiments et le vide que vous ressentez. De plus, c’est un excellent moyen pour évacuer le stress  [6] . Avant de commencer, choisissez un endroit confortable et décidez de consacrer une vingtaine de minutes par jour à rédiger votre journal. Au début, vous pourrez écrire à propos de vos sentiments et de vos pensées ou sur la façon de réagir à une situation compliquée. Voici quelques questions pour vous aider à clarifier vos idées  [7] .

Quand avez-vous remarqué votre sentiment d’inanité pour la première fois ? Quelle en a été la durée ? Depuis combien de temps ce sentiment dure-t-il ?
Quelles émotions éprouvez-vous quand vous avez un sentiment de vide ?
Est-ce que vous avez ce sentiment pendant certaines périodes ou lorsque vous vous trouvez dans certains endroits ? Que se passe-t-il autour de vous lorsque vous êtes dans cet état ?
Quelles sont vos pensées lorsque vous avez un sentiment de vacuité ?

Recherchez les symptômes d’une dépression nerveuse.Ces symptômes varient selon les personnes, mais ils incluent souvent une mauvaise humeur et un sentiment de vacuité  [8] . La dépression peut être intermittente. Le patient passe d’une période d’euphorie à une période dépressive qui risque de durer pendant des semaines ou même des mois. La dépression peut être aussi permanente. C’est une maladie très fréquente. En effet, aux États-Unis environ 6,7 % des adultes sont passés par un épisode dépressif majeur. Les femmes ont 70 % de chances de plus que les hommes de sombrer dans la dépression  [9] . Par conséquent, si vous êtes dépressive, vous n’êtes pas la seule à être touchée par ce trouble psychique. Si vous présentez des symptômes de dépression, consultez votre médecin ou un spécialiste de la santé mentale pour obtenir un traitement approprié. Voici certains symptômes auxquels il faudra prêter une attention particulière  [10]  :

des sentiments persistants de tristesse, d’anxiété ou devide

un sentiment de désespoir ou de pessimisme
un sentiment de culpabilité, d’impuissance ou de manque de valeur
une irritabilité ou une agitation inhabituelle
des changements d’humeur ou du comportement
une perte d’intérêt pour vos activités préférées
du stress
des changements dans vos habitudes de sommeil
une variation de votre poids
des pensées qui portent préjudice à vous-même ou à d’autres
des maux et des douleurs qui résistent au traitement

Pensez à la perte d’un être cher.Un deuil risque de créer un sentiment de vide intérieur. La perte d’un être cher est généralement suivie par un chagrin profond. Cependant, vous pouvez éprouver un tel chagrin après une perte d’un autre genre, comme celle d’un animal de compagnie, votre travail, le départ de vos enfants, la perte de votre bonne santé ou tout autre changement important dans votre existence  [11] [12] . La déception profonde et le chagrin peuvent créer d’autres émotions comme la tristesse et le sentiment de vacuité. Ils peuvent aussi affecter certains aspects de votre mode de vie, comme votre appétit, votre concentration et vos habitudes  [13] . Si vous avez éprouvé une déception profonde, un chagrin ou un vide intérieur, vous pouvez en parler avec un ami proche ou une personne que vous aimez  [14] . Vous pouvez aussi consulter un spécialiste qui vous aidera à gérer votre deuil  [15] .

Certaines personnes considèrent que le chagrin évolue suivantcinq étapes , mais cette idée est erronée. Nous vous invitons à vous référer au livre d’Élisabeth Kübler-Ross « les derniers instants de la vie ». Dans cet ouvrage qui a été publié en 1969, l’auteur identifie ces cinq étapes, à savoir le déni, la colère, la négociation, la dépression et l’acceptation. Cependant, il ne s’agit pas d’un travail scientifique qui étudie toutes les formes du chagrin, car les cinq étapes précitées n’ont servi qu’à décrire les sentiments d’une personne concernant sa mort  [16] . Il est possible que vous passiez par toutes ces étapes, mais ce n’est pas vraiment obligatoire. Le deuil reste le vôtre et chacun a le sien  [17] .

Vérifiez que vous n’avez pas de dépendance.Souvent, le vide intérieur résulte de la consommation de certaines substances. L’alcool, les drogues illégales et l’emploi abusif de certains médicaments peuvent créer une dépendance physique, qui risque d’affecter profondément votre humeur, vos pensées et votre comportement  [18] . Souvent, les gens acceptent de consommer ces substances pour pallier à untroudans leur existence  [19] . Si vous pensez que l’usage d’une certaine substance vous pose un problème, sachez que vous n’êtes pas le seul dans ce cas. En 2012, l’alcoolisme a atteint environ 7,2 % de la population américaine  [20] . Certaines personnes souffrent aussi à la suite de la consommation de produits comme le cannabis ou de stimulants tels que la cocaïne et la méthamphétamine. D’autres substances ont le même effet, par exemple les hallucinogènes comme le LSD ou les opiacés comme l’héroïne  [21] . Si vous pensez que vous avez un problème de ce genre, essayez de vous souvenir de ce que vous avez fait au cours de l’année précédente. Voici une liste qui pourrait vous aider dans votre réflexion.

Avez-vous vécu une situation dans laquelle vous avez consommé plus de drogue que prévu ?
Avez-vous tenté d’abandonner la consommation d’une drogue sans y parvenir ?
Avez-vous passé beaucoup de temps pour consommer ou tenter d’obtenir une drogue ?
Avez-vous eu envie de faire usage d’une drogue ?
Avez-vous été obligé d’augmenter vos doses pour obtenir le même effet qu’au début ?
Avez-vous eu des symptômes de sevrage, comme des troubles du sommeil, des tremblements, une peau moite, une irritabilité, une dépression, une anxiété, des nausées ou des sueurs ?
Est-ce que la substance a eu un impact sur vos habitudes ou vos responsabilités ?
Avez-vous continué à utiliser une drogue, même si elle a causé des difficultés à votre famille ou vos amis ?
Avez-vous abandonné vos activités préférées afin de consommer de la drogue ?
Avez-vous utilisé de la drogue dans des circonstances dangereuses comme la conduite de votre voiture ou de certains appareils ?
La toxicomanie a souvent une origine héréditaire. Par exemple, les descendants de personnes alcooliques ont plus de chances de devenir toxicomanes que d’autres, même s’ils n’ont pas connu leurs ascendants  [22] .
Si vous avez une dépendance aux drogues ou à l’alcool, parlez-en à votre thérapeute. Vous avez peut-être besoin de subir un traitement de désintoxication afin de vous débarrasser de votre sentiment de vacuité  [23] .

Examinez votre comportement pour détecter un trouble éventuel de la personnalité limite (TPL).Les personnes atteintes de ce trouble éprouvent souvent un sentiment de vacuité. Elles présentent des comportements caractérisés par une forte instabilité, une détresse et une mauvaise adaptation sociale. De plus, elles ont du mal à maitriser leurs pensées et leurs sentiments. Elles se comportent souvent avec témérité et contrôlent très mal leurs impulsions. Leurs relations avec autrui sont instables  [24] . Environ 1,6 % de la population américaine adulte a succombé au trouble de la personnalité limite à un moment donné  [25] . Ce trouble peut être soigné sous la supervision d’un médecin  [26] . Consultez un spécialiste de la santé mentale si vous avez eu l’un des symptômes présentés ci-après.

Vous faites d’énormes efforts pour éviter d’être abandonné, soit réellement ou dans votre imagination. Vous croyez souvent que vous risquez d’être délaissé par un proche ou être séparé de lui. Vous réagissez négativement, en vous mettant violemment en colère ou en succombant à la peur, même dans le cas d’une séparation temporaire, comme lorsque votre conjoint quitte la maison pour aller travailler. Vous avez très peur d’être seul.
Vous basculez entre l’idéalisation et la diabolisation des personnes avec qui vous êtes en relation. Les individus qui souffrent d’un trouble de la personnalité limite commencent souvent une relation en mettant leur partenaire sur un piédestal, le considérant comme parfait ou idéal. Après quelque temps, ils se mettent à penser que l’autre personne ne se soucie pas d’eux et qu’elle ne donne pas une importance suffisante à leur relation. Souvent, cette approche se traduit par des rapports instables.
Vous percevez votre propre identité d’une manière chancelante. Les personnes souffrant d’un TPL luttent constamment pour maintenir la stabilité de leur identité, leur personnalité et l’image qu’ils se font d’eux-mêmes.
Vous êtes très imprudent ou impulsif. Cela s’applique notamment à l’automutilation. Vous êtes inconscient au point de prendre le volant en état d’ébriété, risquer votre salaire en pratiquant des jeux de hasard, consommer des drogues abusivement ou avoir des relations sexuelles à risque.
Vous pensez souvent à l’automutilation et au suicide. Vous pouvez vous faire du mal, par exemple en vous coupant, en vous blessant ou en vous brulant. Vous pouvez aussi menacer de vous blesser afin d’attirer l’attention des autres.
Souvent, vous changez d’humeur en passant d’un extrême à l’autre. Ces changements sont généralement brusques et très marqués, par exemple passer de la joie au désespoir.
Vous éprouvez fréquemment un sentiment de vacuité. Vous pouvez être ennuyé ou vous sentir vide ou avoir besoin de passer à l’action.
Vous avez des difficultés à contrôler votre colère. Plusieurs choses risquent de la déclencher. Vous répondez par des crises émaillées d’amertume, de sarcasme ou d’insultes. Vous succombez facilement à la colère si vous croyez que quelqu’un ignore votre présence.
Vous agissez avec les autres comme un paranoïaque ou vous ne percevez pas laréalitéde votre environnement.

Méditez pour explorer votre sentiment de vacuité.La méditation peut aussi vous aider à identifier votre sentiment d’inanité et à mieux le comprendre. La recherche a démontré que trente minutes de méditation par jour peuvent changer le comportement de quelqu’un et sa manière de réfléchir  [27] . Pour commencer, installez-vous dans un lieu calme, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration. Pour mieux comprendre votre sentiment de vacuité, examinez les questions suivantes pendant votre méditation.

Notez vos sentiments à un instant donné. Sentez-vous un vide ou un manque, comme une absence de dignité, de clarté, de compréhension, de paix ou d’amour ? Dans l’affirmative, vous devez reconnaitre que vous avez un passage à vide à cet instant.
Notez les éléments de votre expérience du vide. Est-ce que le vide se situe au niveau de votre corps ? Si c’est le cas, combien d’espace occupe-t-il ?
Examinez votre sentiment de vacuité. Est-ce qu’il vous renvoie à des scènes du passé ? Quelles sont vos émotions lorsque vous prenez conscience de votre vide ?

Demandez à un spécialiste de vous aider.La consultation d’un thérapeute à propos de votre sentiment de vacuité peut vous aider à mieux comprendre votre situation et à y remédier. Votre vide intérieur peut cacher une dépression ou une maladie sous-jacente. En particulier, si vous êtes déprimé, si vous avez un problème de toxicomanie ou un trouble de la personnalité, vous devrez consulter un thérapeute spécialisé en santé mentale.

Le traitement de la dépression comprend souvent une psychothérapie et des médicaments. Généralement, les médicaments prescrits appartiennent à la famille des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) comme le « Prozac », le « Zoloft » et le « Lexapro » ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN) comme « l’Effexor » et le « Cymbalta ». La thérapie comportementale et cognitive (TCC) et la thérapie interpersonnelle (TIP) sont efficaces pour traiter la dépression. La TCC vous enseigne comment identifier et réduire les pensées inutiles et négatives et apprendre des méthodes pour réfléchir d’une façon productive et constructive. Quant à la thérapie interpersonnelle, elle vous aide à travailler les relations qui sont peut-être à l’origine de vos problèmes  [28] .
Plusieurs psychothérapies sont utiles, en particulier pour surmonter un chagrin. La thérapie interpersonnelle est bien adaptée aux cas caractérisés par un chagrin profond presque permanent  [29] .
Le traitement des toxicomanies et de l’alcoolisme consiste souvent à donner des conseils aux individus et aux groupes, mais ce traitement peut comprendre des médicaments. La TCC est couramment utilisée pour traiter les troubles liés à la consommation d’alcool  [30] .
Le traitement du trouble de la personnalité limite fait appel à une psychothérapie basée sur la thérapie comportementale dialectique (TCD). Dans cette thérapie, le patient apprend à identifier et à contrôler ses émotions, tolérer le stress, être pleinement conscient et communiquer avec autrui d’une manière saine et productive  [31] . Vous apprendrez à maitriser vos émotions et communiquer avec autrui.

Soyez pleinement conscient.La pleine conscience suppose une maitrise complète de vos pensées  [32] . La recherche a prouvé les avantages de la pleine conscience notamment pour réduire la fatigue et l’anxiété  [33] [34] . Cette thérapie peut même restructurer votre manière de réagir aux facteurs du stress et vous aider à mieux communiquer avec autrui  [35] . En apprenant à maitriser vos pensées et vos sentiments sans porter de jugement sur vous-même, vous vous sentirez plus paisible, plus comblé et plus proche des autres. Vous pouvez pratiquer la pleine conscience chez vous en méditant ou en vous inscrivant à un cours. Voici un exercice qui peut vous aider à commencer cette pratique  [36] .

Regardez, nommez et touchez cinq objets différents, en portant votre attention sur la couleur, la température, la texture et le poids de chaque objet.
Observez, appréciez et sentez l’odeur des aliments pendant le diner ou celle des fleurs au cours d’une promenade, en prenant note des couleurs, de la texture, de la saveur et de l’arôme.
Fermez vos yeux et écoutez des bruits différents. Faites attention au tempo, à la force et au volume.
Il a été également démontré que la pleine conscience est très utile. Le « Mindful Awareness Research Centre/UCLA » (le centre de recherche sur la pleine conscience de l’université de Californie à Los Angeles) propose en ligne plusieurs exercices de méditation dans le format « MP3 »  [37] .

Pratiquez une nouvelle activité.Si vous avez un sentiment quotidien de vacuité, vous êtes probablement tombé dans une ornière. Examinez votre routine et vos habitudes pour en déterminer la cause et donner un nouveau souffle à votre vie. Si vous changez vos habitudes en réservant trente minutes par jour pour faire une nouvelle activité, vous réussirez probablement à sortir du piège et combler votre vide intérieur  [38] .

Si, par exemple, votre morosité provient du fait que vous êtes tenu de vous lever chaque jour pour aller à l’école ou au travail, essayez de rendre la situation plus intéressante. Faites du bénévolat à l’école ou engagez-vous dans une activité extrascolaire pour rendre votre présence plus intéressante. Ainsi, vous serez heureux en allant étudier ou travailler.
Essayez de modifier vos habitudes. En travaillant pour améliorer votre quotidien, vous aurez un sujet de réflexion intéressant qui vous permettra d’être plus confiant en vous-même.
Même de petits changements peuvent faire une grande différence. Préparez un plat exotique, allez au travail à bicyclette au lieu de prendre la voiture ou faites du yoga le matin avant de partir à l’école.
Un changement dans votre cadre de vie peut également vous aider. Remplacez les rideaux ternes de votre chambre à coucher et installez des rideaux neufs aux couleurs chatoyantes. Changez l’apparence de vos murs, rangez votre maison et décorez-la par des œuvres d’art intéressantes.

Ayez des projets intéressants.Pour être comblé, vous devrez réaliser des activités et des objectifs auxquels vous donnez de l’importance. Ne laissez pas les autres contrôler les activités ou les objectifs que vous avez choisis. Si vous êtes indifférent à ces objectifs, vous devrez revoir votre approche pour vous remettre sur la bonne trajectoire  [39] .

Si vous allez encore à l’école, déterminez si vos études correspondent à ce que vous aimez ou si elles répondent aux souhaits de vos parents.
D’autres pressions externes peuvent aussi avoir un mauvais impact sur vos décisions. Vous devrez savoir si vos actions correspondent à ce que vous voulez vraiment ou si elles visent à impressionner votre entourage.
Si vous réalisez que des forces extérieures ou des personnes vous empêchent de contrôler votre existence, prenez des mesures pour renverser la situation. Une fois que vous arriverez à maitriser votre destinée, vous verrez que votre sentiment d’inanité disparaitra.

Donnez un sens à votre vie quotidienne.Lorsque vos journées ressemblent à une corvée, efforcez-vous de prendre le temps pour examiner la beauté et la signification des petits gestes quotidiens. Pourquoi vous sentez-vous heureux et de bonne humeur ? Lorsque vous trouvez un élément encourageant, intégrez-le à votre existence. Voici quelques idées qui vous aideront à transformer une banalité en quelque chose d’intéressant.

Soyez reconnaissant. Afin de donner un sens à votre existence, consacrez quelques instants chaque jour pour réfléchir aux choses qui méritent votre reconnaissance  [40] . Pour renforcer votre gratitude, vous pouvez même la formuler par écrit au lieu de vous contenter d’en parler. Par exemple, vous pouvez penser et écrire : « je suis tellement heureux de voir que le soleil est parmi nous aujourd’hui, c’est très beau » ou « j’éprouve une grande reconnaissance envers ma famille qui m’a rendu heureux ».
Ne vous privez pas de déguster vos aliments préférés. Si vous adorez le chocolat, mangez-en un peu ! Vous n’avez pas besoin d’exagérer, mais permettez-vous d’en profiter un peu tous les jours.
Sortez et respirez l’air frais. Des travaux de recherche ont montré que les gens sont plus dynamiques et plus actifs lorsqu’ils passent du temps à l’extérieur  [41] . N’hésitez pas à vous promener tous les jours, quel que soit le temps. Concentrez-vous pour respirer l’air frais et observer attentivement la nature.
Prenez le temps pour rendre votre existence plus riche et plus agréable. Transformez les tâches ordinaires en activités enrichissantes. Au lieu de claquer la porte, asseyez-vous et lisez le journal en buvant votre café ou votre thé. Prenez un bain chaud en fin de semaine au lieu d’une douche.
Soignez la présentation de votre maison. Pliez soigneusement votre linge avant de le ranger. Faites votre lit le matin. Lavez la vaisselle avant d’aller vous coucher. Ouvrez les fenêtres pour aérer votre maison et laisser entrer l’air frais et la lumière. Ne négligez pas de faire le grand ménage du printemps. Vous pensez peut-être que vous n’avez pas le temps de réaliser tous ces travaux ou qu’ils n’ont pas d’importance. Pourtant, lorsque votre maison est fraiche et propre, le côté ennuyeux de l’existence aura tendance à s’estomper.

Prenez soin de vous-même.L’activité physique, une alimentation saine, la détente et le repos donnent un sens à l’existence. En prenant soin de vous-même, vous envoyez des signaux à votre cerveau pour l’informer que votre existence a de la valeur et que vous méritez qu’on s’occupe de vous. Veillez à réserver suffisamment de temps à la détente, aux exercices physiques et à la satisfaction de vos besoins en nourriture  [42] .

Efforcez-vous de faire trente minutes d’exercice par jour.
Adoptez un régime alimentaire équilibré, composé d’aliments sains et complets, comme les fruits, les légumes, les céréales complètes et les protéines maigres.
Dormez huit heures par nuit.
Réservez au moins un quart d’heure par jour pour pratiquer du yoga, méditer et faire des exercices respiratoires.

Fixez-vous une échelle de valeurs.Vous pouvez combler plus facilement votre vide intérieur en ayant à l’esprit les valeurs auxquelles vous accordez une importance particulière. Nos valeurs ou nos croyances fondamentales dépendent habituellement de notre expérience de la vie, mais nous n’avons pas toujours le temps de les examiner en détail. Pour fixer les vôtres, vous aurez besoin de méditer soigneusement. Voici quelques questions que vous pourrez examiner pendant votre réflexion  [43] .

Trouvez deux personnes que vous admirez beaucoup. Parmi leurs qualités, quelles sont celles qui justifient votre admiration ? Pourquoi ?
Si votre maison est en feu et que vous ne pouvez emporter que trois choses, lesquelles choisirez-vous ? Pourquoi ?
Quels sont les sujets ou les évènements qui vous stimulent le plus ? Pourquoi leur accordez-vous de l’importance ?
Souvenez-vous d’un instant pendant lequel vous avez été satisfait et comblé. Quelles ont été les raisons de votre satisfaction ?

Identifiez les qualités qui correspondent à vos valeurs.Vous pourrez le faire après avoir apporté des réponses aux questions précédentes. Autrement dit, lisez vos réponses et choisissez les qualités correspondantes  [44] .

Par exemple, si dans l’exemple précédent, vous avez choisi d’emporter l’un de vos livres préférés, un objet de famille et un cadeau de votre meilleur ami, vous pouvez conclure que vous donnez de l’importance à la loyauté, l’intelligence et l’amitié. Par conséquent, vous êtes probablement intelligent, loyal et fidèle en amitié.

Pratiquez des activités qui vous permettent de respecter vos valeurs.Après l’étape précédente, il vous reste à identifier les activités qui vous permettent de respecter vos valeurs et d’exercer vos qualités. Dressez la liste de ces activités et choisissez au moins l’une d’elles pour la pratiquer régulièrement  [45] .

Supposez que le civisme fait partie de vos valeurs. Dans ce cas, vous pouvez faire du bénévolat au profit de votre collectivité locale, accompagner les élèves de votre école dans leurs études ou servir à la soupe populaire. Si lafoifait partie de vos valeurs, vous pouvez l’intégrer dans votre vie en vous livrant à certaines activités comme participer à un projet en qualité de missionnaire ou assister plus fréquemment au service religieux dans votre lieu de culte, votre église, votre temple ou votre mosquée.
En agissanten conformitéavec vos valeurs, c’est-à-dire en alignant vos choix sur vos croyances, vous augmenterez vos chances de vivre satisfait et heureux  [46] [47] .

Les cookies permettent d’améliorer wikiHow. En continuant la navigation, vous acceptez notrepolitique sur les cookies .

Accueil
À propos de wikiHow
Conditions d’utilisation
RSS
Plan du site
Connexion
Affichage mobile

Les documents sont partagés souslicence Creative Commons. .
En vous réveillant le matin, préférez-vous rester au lit pendant toute la journée au lieu de vous lever et de vaquer à vos occupations ? À un moment ou un autre, notre existence a probablement été assombrie par un sentiment de vacuité que nous avons eu des difficultés à surmonter. Lorsque ce sentiment est récurrent, il peut être le symptôme d’un trouble sous-jacent, comme une dépression nerveuse. Dans ce cas, il est préférable de consulter un spécialiste de la santé mentale. Cependant, il est possible de lutter contre un sentiment d’inanité occasionnel en appliquant certains remèdes, comme tenir un journal intime, essayer de nouvelles activités et connaitre de nouveaux amis.
Cette page a été consultée 18 459 fois.

se sentir vide
La
bibliothèque de psychologie de Psycho-Ressources
.
Le
vide affectif
Par Richard Thibodeau,
Québec, Canada.
Voir ma page Psycho-Ressources  
LE VIDE AFFECTIF!…

Lorsqu’une personne ressent un vide affectif il est important de réaliser que quelque chose à l’intérieur de cette personne créé ce vide pour de bonnes raisons.Pour beaucoup de gens le vide affectif est l’outil qu’il utilise pour être aimé et plus le vide est grand, plus le besoin d’amour est grand.D’autres créent un vide affectif dans leur vie comme moyen de protection contre un amour qui a été trop souvent blessé.Les gens qui ont été blessés en amour peuvent à leur tour devenir blessant.Le vide est alors utilisé comme une sorte de tampon qui maintient une distance entre eux et l’amour. Le vide affectif maintient une distance afin de protéger celui ou celle qui ressent ce vide.

J’ai constaté à maintes reprises que les gens qui souffrent de vide affectif n’obtiennent pas plus d’amour dans leur vie, car le vide affectif provoque des situations
où le vide se perpétue au fil des ans.

Lorsque le vide affectif est utilisé comme moyen pour obtenir de l’amour, celui-ci en bout de route n’apporte pas plus d’amour dans la vie d’une personne mais bien plus de vide!Le vide affectif agit comme un tonneau avec un troué. Vous avez beau mettre de l’eau dans le tonneau, celui-ci restera toujours vide.Comme je l’ai mentionné dans le livre « Votre vie… reflet de vos croyances » Ce n’est pas la fin qui justifie les moyens mais bien les moyens qui déterminent la fin.Le vide n’apporte pas plus d’amour, il apporte plus de vide; la colère ne produit pas la paix elle produit plus de colère; la critique n’apporte pas plus de valorisation elle apporte plus de critiques. Si vous semez des carottes, vous n’allez pas récolter des patates, vous allez récolter des carottes.Si une personne utilise le vide comme moyen pour être aimé, c’est du vide qu’elle va récolter, pas plus d’amour dans sa vie. 

Étant donné que l’amour ne reste pas dans la vie d’une personne qui souffre de vide affectif, celle-ci
croit que son besoin d’amour ne sera jamais comblé.En fait c’est le maintien du vide affectif qui empêche l’amour d’être présent dans la vie d’une personne. Lorsque cette personne apprend à s’aimer ou redécouvre l’amour d’elle-même, le vide disparaît.Le maintien du vide affectifprovient de la croyance que l’amour ne peut provenir que des autres.Dès le moment où une personne réalise que l’amour est une énergie naturelle au cœur même de son être et qu’elle peut accéder à cet amour de l’intérieur d’elle-même, le vide affectif alors n’a plus sa raison d’être.

Lorsque vous aimez une personne vous utilisez cet amour qui vient de vous-même. Lorsqu’une personne, vous aime elle éveille ce même amour qui vient de vous-même.Autrement dit, que vous soyez dans une situation d’aimer ou d’être aimé c’est votre amour de vous-même qui est alors activé.

Nous venons au monde avec un potentiel illimité d’amour, cependant ce potentiel peut être limité par des croyances restrictives en provenance de la famille, de l’éducation, de la religion et de la culture. Des croyances telles que : aimer c’est subir; être aimé c’est de contrôler ou d’être contrôlé par les autres; aimer c’est perdre sa liberté; l’amour est éphémère; l’amour rend aveugle; s’aimer soi-même est égocentrique; l’amour est une illusion; plus tu aimes plus tu
souffres; qui aime bien châtie bien; les conflits sont un gage d’amour; l’amour véritable n’existe pas; etc… 

Imaginez pour un instant que l’amour est une eau cristalline et que les croyances restrictives sont comme de l’encre. Plus il y a de croyances restrictives, plus l’eau sera noire. Pour certaines personnes l’eau est devenue tellement noire qu’elles ne croient plus à l’amour! Si vous retirez l’encre autrement dit si vous enlevez les croyances restrictives qui ont assombri l’amour, vous allez découvrir que l’eau reste de l’eau et que l’amour reste de l’amour.Lorsque vous enlevez ces croyances restrictives vous retrouvez un amour libre et sans limitations.Il a toujours été là dans votre cœur et dans votre âme.L’amour ne vous a jamais abandonné. Il ne vous a jamais quitté. Vous en avez tout simplement été séparé par des croyances restrictives.

Les croyances restrictives que vous avez reçues concernant l’amour ne font qu’assombrir celui-ci, elles n’ont pas changé sa nature véritable car l’amour reste de l’amour quelque soit les conditions qui lui ont été imposées.La phrase je m’aime est une façon de reconnaître l’amour qui est en soi et la phrase je t’aime est une façon de reconnaître l’amour qui est en soi et dans les autres.Si vous vous aimez librement et si vous vous appréciez vraiment pour l’être merveilleux que vous êtes, vous n’aurez plus besoin du vide affectif et vous pourrez aussi aimer les autres et les apprécier pour ce qu’ils sont vraiment.

L’amour est une rivière qui habite tout être humain, lorsque cette rivière coule librement, il n’y a pas de barrières entre donner et recevoir l’amour.Le geste de donner inclus celui de recevoir et le geste de recevoir inclus celui de donner.Dans un tel contexte la personne qui aime une autre personne ressent aussi cet amour à l’intérieur d’elle-même. J’ai réalisé au fil des ans que la meilleure façon au monde d’être aimé, c’est en fait d’aimer.Aimer nourrit autant celui ou celle qui donne cet amour que celui ou celle qui reçoit cet amour!

Comment survivre au vide affectif?Réaliser qu’il est le fruit de croyances et si vous faites le choix de changer vos croyancesvous pouvez alors devenir une rivière d’amour qui coule dans votre vie et dans celle des autres. 

Le vide affectif est maintenu par la croyance que l’amour ne peut provenir que des autres alors qu’en fait il provient de soi.Devenez tellement rempli d’amour qu’il jaillit tout naturellement dans la vie des autres.

Avec amour

© Par Richard Thibodeau, auteur, novembre 03

Pour en savoir davantage lisez le livre « Votre vie… reflet de vos croyances » Éditions Quebecor 1996 — 2000 et le livre « Au-delà des croyances » Éditions Quebecor 2002.
Par
Richard Thibodeau
Québec, Canada.
Voir ma page Psycho-Ressources
Ce texte est la
propriété de l’auteur. Toutes reproductions sans
l’autorisation de l’auteur est interdite. 
Conception et mise à jour  A. Rioux, Ph.D., – Psycho-Ressources – Tous droits réservés, © Copyright
2007.

se sentir vide

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

Blog
:
s.o.s.névrose

Description

:
journal auto psychanalytique d’un névrosé __ Pour obtenir l’application SmartphoneAndroid :https://drive.google.com/file/d/0B80ZlzLmArpfLWtmTG1fOEtwS0k/view?usp=sharing

Contact

<< Replie sur soi

Le pardon >>
13 juin 2011
1
13
/ 06
/ juin
/ 2011
05:22

Se sentir vide__Le sentiment de vide

Le sentiment de rejet ou la difficulté d’être
Neptune


dans
nevrose

commenter cet article

<< Replie sur soi

Le pardon >>

nevrose

autopsychanalyse

aboulie

Voir le profil deNeptunesur le portail Overblog
Créer un blog gratuit sur Overblog
Top articles
Contact
Signaler un abus
C.G.U.
Rémunération en droits d’auteur
Offre Premium
Cookies et données personnelles

extrait de  »Retrouver l’enfant en soi » par John Bradshaw, page 56
’’ L’enfant intérieur blessé contamine également la vie de l’adulte par une déprime chronique qui est ressentie comme un sentiment de vide. Ce genre de dépression est dû au fait que le sujet a été obligé, durant son enfance, d’adopter un faux moi (1) : et de laisser son vrai moi derrière lui : cet abandon du vrai moi crée inévitablement un vide intérieur que j’ai baptisé « le phénomène du trou dans l’âme ». Lorsqu’une personne perd ainsi son moi authentique, elle n’est plus en contact avec ses vrais sentiments, ses besoins et ses désirs. Ce qu’elle éprouve à la place, ce sont les sentiments et les exigences du faux moi, qui la conduiront, par exempte, à « être gentille », une des attitudes typiques du faux moi. Une « gentille femme » n’exprime jamais ni sa colère ni ses frustrations.
Vivre avec un faux moi équivaut à faire du théâtre. Une représentation pendant laquelle le vrai moi de la personne n’est à aucun moment présent. Une cliente en voie de guérison m’a un jour décrit cela de la manière suivante : « C’est comme si je me tenais à l’écart en me contentant de regarder passer la vie. »
Le fait de se sentir vide (2)constitue une forme de dépression chronique( 3)puisque l’on ressent constamment la perte de son vrai moi.’’Tous les adultes-enfants éprouvent cette déprime chronique plus ou moins intensément.’’
_______________________________________________________________
—en bleu c’est moi qui commente. (revu et corrigé le 18 Déc.2016)
(1) Le fait de me voir ou de me croire rejeté, délaissé ou abandonné me pousse à me retirer, ou déclenche chez-moi des tentatives d’adaptations, des efforts pour me conformer aux attentes des autres et fait, finalement que je souffre de ne pas me sentir ‘’libre d’être’’ ce que je suis réellement.
(2)Ce qui crée la sensation de vide c’est le fait de ne pas être rattaché affectivement, c’est le fait d’une coupure affective d’avec l’autre; cette coupure affective étant en réaction à un constat de rejet ou d’abandon.
(3) Ce qui produit cette dépression c’est la coupure affective d’avec l’autre, matérialisé dans ce qui est à la fois un sentiment et une croyance de ne pas être aimé qui à leur tour fait que je ne peux pas être ni exprimé réellement ce que je suis.
****************************************************************
—Je reprends ici le même texte, avec mes annotations en bleu. _Si vous ne lisez que les mots en rouge, vous lirez le texte original.
’’ L’enfant intérieur blessé (par le rejet, l’abandon, la violence, etc.)contamineégalementla vie de l’adulte par une déprime chronique (déprime dû au fait de la coupure affective, dû au fait de ce qui est à la fois un sentiment et une croyance de se savoir non- aimé ni accueilli et dû au fait que je ne peux pas être réellement ce que je suis)qui est ressentie comme étant un vide. (La ‘’coupure affective’’ d’avec les autres.)Ce genre de dépression(tristesse)est dû au fait que le sujet a été obligé, durant son enfance, d’adopter un faux moi (1) : (Je dirais plutôt que cette dépression est l’expression de la coupure affective, de la tristesse de se voir non accueilli, non aimé, de ne pas pouvoir être soi réellement)(et de laisser son vrai moi derrière lui) : cet abandon du vrai moi( ou ce fait de ne pas pouvoir être ce qu’il est réellement)crée inévitablement un vide intérieur (2)que j’ai baptisé « le phénomène du trou dans l’âme » .». Lorsqu’une personne perd ainsi son moi authentique, ellen’est plusmoinsen contact avec ses vrais sentiments, ses besoins et ses désirs. Ce qu’elle éprouve à la place, ce sont les sentiments et les exigences du faux moi, ( qui sont en fin de compte les exigences de l’autre, le père ou la mère)qui la conduiront, par exempte, à « être gentille », une des attitudes typiquesdu faux moi. Une « gentille femme » n’exprime jamais ni sa colère ni ses frustrations.
Vivre avec un faux moi équivaut à faire du théâtre. Une représentation pendant laquelle le vrai moi de la personne n’est à aucun moment présent. Une cliente en voie de guérison m’a un jour décrit cela de la manière suivante : « C’est comme si je me tenais à l’écart en me contentant de regarder passer la vie. »
Le fait de se sentir vide (2) Le fait de ne pas se sentir rattaché affectivementconstituedonne naissance à une tristesse,une forme de dépression chronique (3), puisque l’on ressent constammentla coupure affective d’avec l’autre et l’impossibilité d’être soi réellement la perte de son vrai moi . Tous les adultes-enfants éprouvent cette déprime chronique plus ou moins intensément.’’
___________________________________________________________
(1) Le fait de me voir ou de me croire rejeté, délaissé ou abandonné me pousse à me retirer, ou déclenche chez-moi des tentatives d’adaptations, des efforts pour me conformer aux attentes des autres et fait, finalement que je souffre de ne pas me sentir ‘’libre d’être’’ ce que je suis réellement.
(2)Ce qui crée la sensation de vide c’est le fait de ne pas être rattaché affectivement, c’est le fait d’une coupure affective d’avec l’autre; cette coupure affective étant en réaction à un constat de rejet ou d’abandon.
(3) Ce qui produit cette dépression c’est la coupure affective d’avec l’autre, matérialisé dans ce qui est à la fois un sentiment et une croyance de ne pas être aimé qui à leur tour fait que je ne peux pas être ni exprimé réellement ce que je suis.
******************************************************
Les causes du sentiment de vide et des troubles de l’attachement
Il arrive parfois lorsque les parents n’ont pas été suffisamment disponibles à l’enfant, de façon continue ou discontinue, que l’enfant n’ait pas pu s’attacher ni au père ni à la mère, et plus l’enfant est jeune, plus le manque de relation mère/enfant aura pu être traumatisant.
L’adulte qui dit se sentir vide est un adulte qui, lorsqu’il était enfant, n’a pas eu la chance de créer de vrais liens avec son parent. Ces personnes se sentent vide et certaines arrivent même à penser que l’existence en général, pas seulement la leur, est vide et que la vie n’a pas de sens. Ces adultes ne se sentent rattachées à rien, ni à personne. Ils sont effectivement dans le vide, absents et se retire ordinairement de la vie sociale.
Pour ne pas être confrontés à leur sentiment de vide, ils pourront aussi entrer dans des relations non senties ou maintenir des relations même si elles leurs sont néfastes ou tout à fait insatisfaisantes. N’ayant pu établir des liens de confiance avec l’autre dans leur prime enfance, ils sont incapable, rendu à l’âge adulte, de faire confiance à l’autre et d’entrer en relation vrai avec l’autre. Ils pourront peut-être, à l’occasion, se laisser aimer, mais sans jamais vraiment croire en cet amour et ne seront jamais vraiment capable de se laisser aller à aimer.
D’autres encore construise un monde imaginaire qui les met hors réalité, et certaines démarches spirituelles ne sont que des tentatives de compenser ces manques et de trouver une nouvelle famille, un père dans l’absolu. Certaines femmes auront beaucoup d’enfants pour essayer d’échapper à cette sensation de vide. Elles se sentiront remplies durant leurs grossesses et rempliront aussi leur maison avec une famille nombreuse. Elles pourront ainsi, du moins le croient elles, combler le vide intérieur qui les habite et le vide de leur entourage. Et la catastrophe se produit bien souvent lorsque les enfants quittent la maison et laissent à nouveau ces personnes face à elle-même et à leur ombre.
Bien évidemment toutes ces tentatives plus on moins conscientes sont vaines. Le vide sera toujours là quoi qu’ils tentent pour lui échapper.
Il y a des quantités de raisons qui font qu’un enfant n’a pas pu tisser les liens rassurants dont il avait besoin. Dans les premières années de leur existence, certains enfants doivent faire face à des incidents familiaux comme la dépression d’un parent, la séparation, la confusion, la maladie physique ou mentale des parents. D’autres subissent de lourds traumatismes comme l’abandon, la folie familiale, le suicide d’un parent, la maltraitance, l’inceste. Dans tous les cas cela va laisser de grandes plaies qui vont engendrer une première réaction de rejet des parents et souvent l’impossibilité d’appartenir à sa famille puis, pour les adultes qu’ils sont devenus, une grande difficulté à se sentir en lien avec les autres.
Ces problèmes ont souvent commencé très tôt, dès la naissance si l’enfant n’a pu rencontrer le regard accueillant et chaleureux de sa mère ou d’une personne profondément touchée par sa venue. Spontanément le bébé cherche le regard de l’autre qui le confirme dans son existence. Il a besoin de sentir dans ce regard bienveillant, mais aussi à travers le contact physique de sa mère qu’il est en lien avec elle et qu’il est en sécurité.
L’enfant a besoin de sentir ce lien profond qui l’unit à sa mère et/ou son père dans les premiers jours de sa vie, mais aussi tout au long de son développement affectif. Cet attachement est un besoin de base nécessaire, vital à l’enfant et lui apportera le sentiment de sécurité dont il a besoin. Si cet attachement a été impossible dans l’enfance ou insécurisant, anxiogène, voire toxique, il sera extrêmement difficile pour cet enfant de s’attacher par la suite à quelqu’un d’autre. Incapable de gérer une telle situation de détresse émotionnelle, l’enfant plongera dans un abîme de solitude, souvent cause d’un profond désespoir. Il sera confronté à une détresse psychique qu’il interprétera comme étant un vide en lui. Par la suite, pour ne plus risquer de revivre une situation aussi douloureuse, il évitera tout attachement vrai et refrénera le mouvement naturel qui le pousse à entrer en relation avec les autres.
********************************************
“On ne guérit pas d’une mère qui ne vous aime pas. Ça creuse un grand trou dans le cœur et il en faut de l’amour et de l’amour pour le remplir ! On n’en a jamais assez, on doute toujours de soi, on se dit qu’on n’est pas aimable, qu’on ne vaut tripette.”
QQ Citations – http://qqcitations.com/auteur/katherine-pancol
********************************************
Neptune: Il n’y a pas très longtemps encore je ne comprenais pas ce que signifiait cette expression : ‘‘sentiment de vide’’; c’est peut-être qu’ayant connu très tôt la tristesse d’un rejet ou d’un abandon (d’où absence d’un lien affectif) c’est ‘’la tristesse’’ du sentiment de vide que je devais ressentir, plutôt que la sensation de vide.
-Le sentiment de vide serait dû finalement à la coupure affective (l’absence de liens affectifs).
Quand j’étais dans la vingtaine je me rappelle qu’à un moment donné je disais avoir l’impression d’être rien, et cela je le sais maintenant, à cause de la coupure affective.
Ayant été mal accueilli je n’ai pas pu créer de lien affectifs (qui m’aurait permis de prendre conscience que je faisais parti d’une famille, ce qui m’aurait sécurisé) et je n’ai pas pu apprendre à m’ouvrir, ni à me présenter, ce qui fait que je n’ai pas pu apprendre à m’apprécier. Sans connexions affectives j’étais donc coupé affectivement des autres; d’où le sentiment d’être vide ou de n’être rien.
                           ***************************************************
Si   Sentiment de vide  vous a intéressé, je vous invite à voir ces quatres autres pages.
_  La psychanalyse est-elle une science
_ Abandonnisme et  Trouble de l’attachement
 _Pour en finir avec la dépendance affective
                     **********************************************
Ô triste, triste était mon âme A cause, à cause d’une femme. Je ne me suis pas consolé Bien que mon coeur s’en soit allé, Bien que mon coeur, bien que mon âme Eussent fui loin de cette femme. Je ne me suis pas consolé, Bien que mon coeur s’en soit allé. Et mon coeur, mon coeur trop sensible Dit à mon âme : Est-il possible, Est-il possible, – le fût-il, Ce fier exil, ce triste exil ? Mon âme dit à mon coeur : Sais-je, Moi-même, que nous veut ce piège D’être présents bien qu’exilés Encore que loin en allés ?
Pleinement reconnue dans ces textes et c’est plutôt décourageant… il n’y a donc aucun moyen de sortir de ce vide ?!
Le sentiment de vide, pas facile en effet, il faut questionner la première relation qu’on a eu en arrivant sur cette planète. Quelle a été la qualité de cette relation, c’est dans cette première relation que doit se créer le lien privilégié qui va faire qu’on va se sentir rattaché.
père schizophrène , folie familiale j’ai longtemps chercher pourquoi je n’ai jamais pu laisser les gens ou l’amour pour faire court rentrer dans ma viejai essayer plusieurs fois mais je n y arrive pas cest impossible. j’ai toujours été particulièrement agiter des mon très jeune age et j’ai vécu le rejet, les insultes par mes professeurs et mes parents n’ont jamais su comment me montrer leur fierté ils y avaient même des jours ou je pense quils ne savaient pas quoi faire de moi avec mon comportement jai toujours vu que je netais pas normale et jai toujours ressenti quil y avait cette amour que le parent porte a legard de sa fille malgré ses erreurs je vois lamour quun enfant porte a ses parents et je narrive pas a le sentir et je ne suis probablement pas la seule. Je traine avec des gens qui narrivent pas a regarder a travers ma gentillesse exagéré je nai aucun problème pour eux et sa ne les importe peu j’ai rencontrer plusieurs fois des chances de laisser la personne m’aimer mais aussitôt son amour a mon égard le mien disparait je me dis quune personne comme moi ne mérite pas de porter l’amour dun prochain je m’enfuis donc n’assumant pas les consequences de mes actes etj’ai appris a cacher ma tristesse et ma peine après tant d’années de folie et de solitude. La preuve je suis la en larme entrain décrire a 2h09 de matin dans un blogue ou j’y ai trouver plusieurs réponses je n’ai pas le choix je n’arrive pas a parler de ma tristesse beaucoup trop profonde jai ecris a une amie si elle dormais elle ma repoindue que non quelle parlais au telephone jaurais aimer lui ecrire que je narrive pas a dormir acause de ce putain de vide emotionnel qui me bouffe les entrailles et le sourire. je suis gentille trop gentille, une belle et jolie jeune fille qui a été recemment diagnostiquer du tdah. mais depuis jy ai mis tous mes problemes et tous mes efforts dans le travail pendant mon année scolaire jai recu plusieurs meritasses mes parents ont pu enfin sourire et etre fiere. jétais heureuse, je me suis aussi crée un monde imaginaire ou ces personnages me comprennent et me donnent de lamour. mais me voici les vacances il n y a plus de travail de stress je me retrouve face a moi meme un personnage que jai crée au fil du temps jai remarquer que je ne porte aucun réel amour envers mes parents malgrè mes efforts mes amies personne je suis vide vide vide vide vide aider moi comment se debarasser de cette solitude sans que je ne puisses dmander de laide puisque je ne serais peut etre pas prise au serieu parce que ma vie va si bien pourtant je narrive plus a ressentir aidez moi je me suis reconnue dans ton blog ton message est magnifique continue a faire sa je ne peux pas redevenir moi meme malgrè tous mes efforts jai beaucoup trop changer jai tellement changer que je me suis perdue a linterieure de moi et si vous avez des enfants pardonnez leur erreurs et donnez leur le maximum dattention et daffection svp ecoutez moi
make them realise they are enough
Salut Gone, deux mois ont passé depuis ta dernière visite, comment vas-tu ?
Bonjour Gone,tu m’as l’air très jeune,je connais une jeune femme qui pourrait t’aider, je lui ai parlé de toi, tu peux la rejoindre sur sa page Facebook: dans la fenêtre de recherche de Google tu inscris: Izabel Samson Facebook . Dans la fenêtre de recherche de Facebook tu inscris à nouveau: Izabel Samson.Tu fais une demande d’amitié à Izabel Samson agente de publicité chez Arbosag. La photos avec les cheveux rouge. — aussi jepeux continuer à te lire. Bye

hannibal barcz

27/03/2016 13:39

je prend un AD et lexomil depuis presque 5ans sa ma aider mais je voulais m’en sortir de ce trou, j’ai encore parfois se sentiment de vide d’emotions ainsi de ne vouloir rien faire la plupart des fois sa m’arrive avant ou apres les crises d’angoisses , je cherche encore si quelqu’un a su comment se debarrasser de cette maladie qui pourrisse la vie
Je lis ce qu’on met sur mon blog, mais je n’ai pas le temps de répondre.
Bonjour ,je suis borderline bipolaire avec des accés depressif severe et je me suis totalement reconnu dans ce blog.Je compense ce vide par la cigarette ,la nourriture et quand je suis avec des amis je bois beaucoup et fume des joints et je ne peux plus m arreter pour fuire totalement la réalité.Je me suis aussi inventer plusieurs  » faux moi « .Je m’invente aussi un autre monde.Je n’arrive pas à travailler à cause de cette maladie et je me sent terriblement seule et mal .Merci pour ce blog
salut Luca, merci d’avoir pris le temps de m’écrire, j’espère que les choses vont s’améliorer pour toi.__Le sentiment de vide, l’impression de ne pas être à sa place » c’est un trouble de l’attachement.
Alexia , tu m’as écrit le 3/01/2016,je t’en remercie.Est-ce que ça s’améliore pour toi ?
Merci pour le compliment et met de l’amour dans ta vie. Salut
Complètement pareil pour moi, je me suis vraiment reconnu dans ce blog, J’ai très très souvent ce sentiment de vide, mon humeur change beaucoup au cours de la journée, puis j’ai l’impression d’avoir plusieurs personnalités ou faux moi. Je me lasse de la vie j’ai l’impression de ne pas être à ma place et j’ai souvent des idées noir. Je consomme du cannabis tout les jours pour me calmer et je m’en sers pour dormir et ne plus penser. Bref super blog en tout cas oui
Quelqu’un qui se reconnaît dans mon blog et qui m’écrit, c’est rare ! et cela me réjouit. Quel âge as-tu? __Ta manière de combler ton vide ne mènera à rien d’autre qu’à te pourrir la vie, peut-être l’alcool peut t’aider un peu, pris modérément, très modérément. Tu peux m’écrire si tu en as encore envie, merci, je lierai.
parfois il suffit juste de laiisser parler les mots à sa place.

se sentir vide
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
 Pour les articles homonymes, voirVide .

↑ ( en )Downs, A. The Half-Empty Heart: A supportive guide to breaking free from chronic discontent. (2004)
↑aetb ( en ) «  emptiness (mysticism) – Britannica Online Encyclopedia  » , surBritannica.com (consulté le23 juillet 2012 ) .
↑ ( en )Paul L. Adams, Ivan Fras, « Beginning Child Psychiatry », page 208. Brunner Routledge (UK), 1988.
↑ ( en ) «  Existentialism A Brief_Overview  »,. ,‎ . .
↑ ( en ) «  We Didn’t Start the Fire: Capitalism and Its Critics, Then and Now. By Sheri Berman, in Foreign Affairs  » .
↑ Simone Mazauric,Les expériences sur le vide et le statut de l’expérience , in Cléro Jean-Pierre (éd.), Les Pascal à Rouen, 1640-1648, Colloque de l’Université de Rouen,p.   179-195.
↑ Natura abhorret a vacuo , voirÉther (physique) > L’éther dans l’Antiquité ,Baromètre > Les origines ,Isaac Beeckman ,Evangelista Torricelli > Origine du problème ,Liste de controverses scientifiques > Blaise Pascal contre le père Noël
↑ ( en ) Petnet – Responsible Ownership in Australia – And then there were two!
↑ ( en ) Mar. 27, 1997-Vol28n25: Research provides further evidence that pets, music effective at reducing stress
↑ Diyanet Islam Ansiklopedisi 1. Cilt 356. Sayfa ADEM Maddesi lien : http://www.fizan.net/adem.html

Outils personnels

Non connecté Discussion Contributions Créer un compte Se connecter
Espaces de noms

Article
Discussion

Affichages

Lire
Modifier
Modifier le code
Historique

Levide , ou« vide existentiel » , est une condition humaine caractérisée par un sentiment d’ ennuigénéralisé, d’ aliénationet d’ apathie . Des sentiments de vide peuvent survenir pendant ladysthymie [ 1 ] , ladéprime , lasolitude , l’ anhédonie , le désespoir, ou autres troubles émotionnels/mentaux, dont les troubles de lapersonnalité schizoïde ,schizotypique ,borderline , et letrouble du déficit de l’attention .
Un sentiment de vide peut également survenir lors d’une séparation interpersonnelle, à la suite d’un décès, ou autre changement significatif. Cependant, la signification de« vide »varie selon le contexte, et la tradition culturelle ou religieuse dans lesquels il peut être employé [ 2 ] .
Le sentiment, ou sensation, de vide est souvent perçu comme une condition négative. Le psychologue Clive Hazell, par exemple, attribue les sentiments de vide à des problèmes de liens familiaux avec relations abusives et maltraitances [ 3 ] . Il explique que les individus faisant face à un certain sens du vide essayent de résoudre leurs problèmes douloureux en devenanttoxicomanes , accros à des activités (sexualité compulsive, travail, ou activités plaisantes), ou en s’engageant dans la violence. Ensociologie , un sentiment de vide est lié à unealiénationde l’individu. Ce sentiment d’aliénation peut s’estomper pendant les heures de travail, à cause de la routine, mais durant ses congés ou weekends, un individu peut ressentir un sentiment de« vide existentiel » [ 4 ] .
En philosophie politique, le vide est associé aunihilisme . Le critique littéraireGeorg Lukács(né en 1885) s’exprime contre le« vide spirituel et l’inadaptation morale du capitalisme » , et s’exprime en faveur du communisme comme un« nouveau type de civilisation, un nouveau changement prometteur, une occasion de mener une vie pleine de sens [ 5 ] . »Le concept du« vide »est important dans un« certain type de philosophieexistentialiste[…] [ 2 ] . »L’existentialisme, le« mouvement philosophique qui donne un sens à l’aliénation et au désespoir » , vient de la« capacité pour un homme de reconnaitre sa solitude dans un univers indifférent. »
La notion de vide est intimement liée à la notion d’ être . Le vide est l’absence dematière , l’absence d’être.Parménidedisait« l’être est, le non-être n’est pas »  ; le vide était pour lui un non-être, et ne pouvait donc exister.LeucippeetDémocrite , contre Parménide, admirent l’existence du vide et en firent avec l’atome le principe de toute chose ; le vide, lieu dépourvu de matière, a donc reçu une certaine forme d’être et devint le doublet indispensable et inséparable de l’être.Aristote , dans sa« physique » , au livre IV, nie l’existence du vide et affirme son incompatibilité avec le mouvement. C’est une conception de l’univers comme d’un« espace clos » , organisé, ordonné et harmonique.Descartesniait l’existence de l’atome comme celle du vide, concepts auxquels il opposait les théories géométriques, réduisant l’espace à une pure et simple étendue, la matière n’étant qu’une modification de la forme.Gassendil’a lourdement contredit sur ce point ( 5 e  objection desMéditations métaphysiques ). En effet, dans la représentation qu’il défend le vide et l’atome sont considérés comme composantes de la matière, et ces caractéristiques lui confèrent une nature intrinsèquement différente de l’étendue.
La découverte, ou plutôt l’admission duvidedans la nature est une étape décisive de l’histoire des sciences, la polémique agita fortement les milieux savants durant la révolution scientifique duXVII e  siècle. Les expériences sur le vide sont rendues difficiles par l’absence de tubes en verre de dimension suffisante pour voir si un vivant peut y vivre.Mersennepar ailleurs a tenté l’expérience sur des petits animaux, souris et mouches dont la survie était compromise par l’utilisation de classiques tubes en verre remplis de mercure. En 1660,Robert Boyleest l’un des premiers à pouvoir réaliser une expérience de ce type [ 6 ] . Torricelli met en évidence la pression atmosphérique en faisant une expérience hydraulique, travaux que Pascal complète. La découverte de lapression atmosphériquevient balayer l’idée que si l’eau monte lorsqu’elle est pompée, c’est que« la nature a horreur du vide [ 7 ]  » .
Les cultures où le sentiment de vide est perçu comme une condition psychologique négative l’associent souvent à la dépression. En tant que telle, des traitements sont proposées :psychothérapie , thérapie de groupe, ou autres types de thérapies. Une autre solution proposée pour réduire le sentiment de vide est d’adopter unanimal de compagnie [ 8 ] , [ 9 ]ou de tenter lazoothérapie  ; s’impliquer dans laspiritualitécomme laméditationou les rituelsreligieux  ; être volontaire pour nouer des contacts sociaux ; s’impliquer dans des interactions sociales; ou trouver une activité pour regagner de l’intérêt pour la vie.
Pour l’occultiste autrichienRudolf Steiner(1861–1925), le vide spirituel est un problème majeur chez les classes moyennes européennes. Dans ses lectures de 1919, il explique que la culture européenne est devenue« vide d’esprit »et« ignorante des besoins, des conditions, qui sont essentielles à la vie et à l’esprit » .
Dans lebouddhisme , le vide désigne l’absence de nature propre de toute chose, lavacuitéouŚūnyatā .
Dans la mythologie égyptienneShouest le dieu de l’air.Son nom dériverait deshouy , dont un des sens possible serait « le vide » [réf. nécessaire] .
Le vide dansla philosophie islamiqueest désigné par le mot « Adem » (العدم) qui signifie le contraire de ce qui existe, le néant, la forme que l’être avait avant d’être créé. Ce mot n’est pas employé dans le Coran. Les premiers qui se sont penchés sur le sujet sont lesmutazilites . Bien qu’ils aient accepté le fait que l’univers vienne du « vide », ils ont conclu que ce dernier avait une personnalité, qu’il était un « constant », « une chose », et par conséquent, en dehors de toute imagination possible. Lessunnites , quant à eux, ont évité d’accorder une réalité au vide. Ils acceptent donc l’idée d’unvide absolu . D’autant plus que selon la religion, avant, il n’y avait que Dieu et rien d’autre [ 10 ] .
Le videtaoïsteest conçu comme un potentiel : laplénitude du vide . C’est quelque chose qui attend d’être rempli, et par extension d’être réalisé : c’est l’esprit vide de pensée dans lequel peuvent naître les idées, c’est le blanc de la feuille qui attend d’être dessiné. Ainsi, lorsqu’un individu voit un verre, il voit d’abord la matière, sa forme ; un taoïste y verrait d’abord le vide qui le rend utile (qui permet d’être rempli).

se sentir vide
Be the first of your friends to like this.
Vous arrive-t-il de ressentir un vide intérieur? Si vous répondez oui à cette question, vous faite partie de la grande majorité des êtres humains! Une prise de conscience qui mène à une autre question fondamentale : que faire de ce vide et comment transcender la souffrance qu’il cause pour évoluer? Ce petit texte vous inspirera peut-être…
L’une des plus grande maladie du siècle est la dépression. Les plus récentes études prouvent que cette dépression nait dans du désir conditionné par la société de performer. Que ce soit au travail, à la maison, avec ses enfants, pour être en santé, au lit, dans la vie… La pression de la performance est partout. Le ressentez-vous? Ressentez-vous cette vague de « toujours plus » qui fait maintenant partie intégrante de nos vies?
Parce que c’est difficile (voir impossible) de performer en tout temps, on draine notre énergie vitale : physique, émotionnelle et intellectuelle. On se sent alors déprimé, on s’épuise, on déconnecte de notre source, de notre essence, et on ressent un vide en dedans.
L’important ici est de prendre conscience que le problème, ce n’est pas le vide, mais bien deux choses :
1- Notre perception de ce vide intérieur.
2- Notre résistance face à ce vide.
Si vous avez déjà compulsé avec l’alcool, la drogue, les médicaments, la bouffe en excès, la cigarette, le sommeil en excès, le shopping en excès, les médias sociaux trois heures par jour, le sexe sans amour… vous êtes humain et parfaitement normal! Ces compulsions servent un besoin précis et inné en vous : RALENTIR. 
Pensez-y! Votre ventre est bien rempli, votre métabolisme ralentit… vous vous sentez en paix. Vous allumez une cigarette? Les bouffées d’air (et de fumée) vous obligent  à ralentir et à éveiller votre attention… vous ressentez la paix. Vous prenez quelques verres de vin, votre tête tourne, vous oubliez ce qui vous préoccupe… vous vous sentez en paix.
Nous voulons tous la même chose : se sentir en PAIX. Tout ce que vous faites dans votre vie, toutes les stratégies que vous utilisez pour être heureux, vous le faites pour vous sentir en paix. Pour la plupart d’entre nous, le vide intérieur est une entrave à cette paix d’esprit, un obstacle quasi infranchissable. Raison pour laquelle on utilise des raccourcis (des compulsions) pour « ralentir vite ».
Et si le vide était en fait une opportunité pour grandir? Quand vous résistez, vous souffrez. La question ultime à se poser est donc : À quoi suis-je en train de résister? À quoi ai-je besoin de m’ouvrir? En cherchant une réponse à cette question, vous trouverez la source de votre souffrance, ce à quoi vous résistez. Vous comprendrez alors à quoi vous avez tant besoin de vous ouvrir pour guérir et évoluer. La moitié du chemin sera alors complétée…
Pourquoi ça m’arrive à moi? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça? Je ne comprends pas pourquoi je vis ça, pourquoi je me sens comme ça?
Voici ce que je vous propose. La prochaine fois que vous ressentirez le vide, plutôt que de tenter de l’engourdir et de l’oublier, prenez une minute pour respirer… pour l’ACCUEILLIR et le RESSENTIR.
Votre souffrance, le vide, c’est votre médicament. Je sais, ça peut sembler vraiment intense (voir ésotérique) comme point de vue, mais j’y crois! Le vide qui vous fait si peur (même si parfois vous préférez ne pas vous l’avouer), écoutez-le! Il a le pouvoir de vous révéler de grands secrets sur vous, sur la vie, sur le bonheur… c’est un vide qui a le pouvoir de remplir! 
Les réponses à toutes vos questions résident en vous. Le truc est d’apprendre à ralentir pour écouter (parfois aussi regarder et ressentir). Ralentir le mental, c’est souvent un défi. Heureusement, il existe de nombreuses façons de ralentir dans la conscience, sans « facilitateurs ».
Trouvez ce qui fonctionne pour vous : marcher en forêt, aller au spa, vous faire masser, jouer ou écouter de la musique, chanter, danser, prendre des notes en buvant du thé. Ma suggestion? Ne faites rien d’autre que respirer et contempler un point fixe pendant cinq minutes… vous m’en donnerez des nouvelles après quelques essais!
L’univers est un endroit amical qui conspire en votre faveur (parfois de façon anonyme). Soyez ouverts et curieux de découvrir la prochaine étape de votre évolution. Transcendez la souffrance pour comprendre son message, le chemin qu’elle vous indique pour grandir et évoluer. Connectez avec le vide et réalisez qu’il a le pouvoir de vous remplir d’amour et de paix si vous l’apprivoisez.
Si vous cherchez le bonheur et la paix intérieure, ralentir quotidiennement, ne serait-ce que cinq minutes par jour, c’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous offrir.
Boxeur olympique détenteur du titre de champion québécois pendant trois années consécutives, David Bernard passe sa jeunesse à gérer sa vie comme un boxeur… se battre pour gagner. À l’âge de 19 ans, il voyage à travers l’Europe et l’Afrique du Nord afin d’effectuer un pèlerinage spirituel et clarifier sa mission de vie. C’est dans le désert du Sahara qu’il découvre sa voie… étudier les principes du bonheur au quotidien pour ensuite les partager à ses pairs. Aujourd’hui diplômé comme Coach Certifié en programmation neurolinguistique (PNL), David est conférencier, coach de vie et Ambassadeur International de la Société Internationale des Coachs en PNL. Il est aussi l’auteur des livres « best seller » Ralentir pour Réussir et l’Amour Sexship, publiés au Québec et en France. On peut également observer David évoluer à la télévision Québécoise puisqu’il participe à diverses émissions et séries comme chroniqueur et animateur. www.davidbernard.ca
Afficher tous les articles de David Bernard→

se sentir vide

Vous avez aimé cet article et voulez en savoir plus ?
Inscrivez-vous à la mailing list, c’est gratuit !
Inscrivez-vous!
Maitriser la relaxation de A à Z.
La formation

Cliquez pour découvrir le programme
Inscrivez-vous à la newsletter de Yogalavie pour recevoir les plus récentes astuces et inspirations

Inscrivez-vous!
Dans la vie, dans notre monde occidental ou occidentalisé, nous sommes inévitablement, un jour ou un autre, presque tous confrontés à un vide intérieur inconfortable. Nous ressentons alors un sentiment de manque et notre problème est qu’il est désagréable, voire douloureux.
Souvent, c’est la vie qui nous mène vers ce sentiment de manque profond.
Sa source est multiple : la mort d’un proche, un départ vers une contrée lointaine, être loin de ses proches, un objectif qui semble toujours s’éloigner, l’atteinte d’un objectif tant attendu qui se transforme en un point d’interrogation pour la suite, une rupture, la perte d’un travail… Ce vide intérieur peut aussi être révélé par un mode de vie qui ne nous convient pas !
Il y a autant de sources de vides que d’êtres humains, je crois bien. Ce sentiment va, vient et revient, tout au long d’une vie.
Voilà le plus grand sentiment de vide qui s’est installé en moi. Après quelques années au cours desquelles je vivais un mode de vie de fête constante, de quête de plaisir sous toutes ces formes (comme tant de jeunes de mon entourage), j’ai réalisé que tout ce que je cherchais à l’extérieur, tout ce que je cherchais n’était en fait qu’une diversion. C’était une manière d’échapper à ce trou béant que je sentais dans ma poitrine, dans ma vie ! Il m’était insupportable, je ne savais quoi en faire !
J’ai cherché la solution partout autour de moi, dans les études, dans les amis, dans l’amour, dans les sports, dans les voyages… Rien n’y faisait !Par moment, je l’oubliais, mais il revenait et me faisait souffrir !
Alors, je me suis demandée très sérieusement si la vie valait la peine d’être vécue, mais je me disais qu’il devait nécessairement y avoir une solution.
Il y a peu de temps, je discutais avec une amie. Il y a quelques mois, elle est partie à l’étranger et a réalisé que, malgré tout le confort qu’elle avait avant et toute la belle vie qu’elle s’était construite dans sa ville d’origine, elle retrouvait ce même inconfort vécu lors de son adolescence, ce même vide. La distance avait effacé son bien-être, et elle se retrouvait avec un manque fort désagréable, presque insupportable. Après avoir tenté de chercher une solution à l’extérieur, dans les rencontres ou le travail, elle a bien réalisé que la solution était en elle. Ces années de confort (sur tous plans : relationnel, matériel, etc.) avaient certes comblé ce vide, mais ne lui avaient pas réellement permis d’en prendre conscience. Quelle belle réalisation !
J’oserais ajouter que tout vient à point nommé, que nous ne sommes jamais parfaitement prêts et qu’il ne sert à rien de forcer cette rencontre !
LE YOGA ET VOTRE RELATION AVEC LE VIDE!
Tout cela pour dire que nous avons ressenti toutes les deux la même chose :le yoga, sans remplir le vide, nous a permis de l’apprivoiser.Il est devenu de moins en moins inconfortable, puis, plus du tout. Je dirais même plus,il devenu un source de transformation positive , de dépassement (Peu à peu, bien sûr … cela peut prendre bien du temps ! Nous ne sommes pas dans le monde des solutions miracles ! ).
Le yoga nous a permis à toutes les deux – comme à bien d’autres d’ailleurs – de nous adresser à notre intériorité, et d’entrer en relation avec nous-mêmes de manière positive.
Ce que j’adore du yoga, et que j’embrasse totalement, c’est quecette tradition considère – comme vous peut-être – que l’être humain est naturellement fait pour être heureux, pour être en santé et pour être comblé !
Si vous vous apprivoisez, vous rencontrerez naturellement le bonheur.
Faire du yoga ou de la méditation, ce n’est pas chercher une réponse, ni les raisons de votre inconfort, ni les causes de ce sentiment de vide intérieur. Vous savez qu’il est là, vous le ressentez, vous l’observez (vous lui souriez ?).
Regarder la réalité vous donne la possibilité de changer.
Pendant la pratique du yoga, vous pouvez ressentir et regarder cet inconfort sans le juger, sans le blâmer, tout en restant attentif aux feintes de votre esprit pour vous détourner de ce que vous ressentez réellement, au fond de vous.
Vous ne cherchez plus à remplir quoi que ce soit.
Tout cela pour dire que je crois que le yoga peut donc être aussiun moment pour ressentir et regarder à l’intérieur sans être dans un rapport mental– de réflexion, d’évaluation, d’interrogation –à ce vide .
Le yoga nous permet de ressentir sans nécessairement avoir à verbaliser. Car,parfois, à force de parler, nous amplifions, nous dénaturons ce que nous ressentons . Ressentir, régulièrement, nous permet souvent apprivoiser un inconfort intérieur.
Faire du yoga c’est aussi regarder à l’intérieur c’est vous donner la possibilité de vous réapproprier votre potentiel, vos possibilités et ce, peu importe votre âge ! Faire du yoga, c’est la possibilité de se réinventer !
Votre regard sur vous-même se transforme et transforme nécessairement votre vie, votre vision des autres et du monde. D’autres façons de penser, d’autres modes d’être vous sont non seulement possibles, mais vous sont accessibles !
C’est lemerveilleux pouvoir du yoga au quotidien  : un petit regard intérieur chaque jour, et vous donne la possibilité de changer vos réflexions, votre mode d’être. C’est aussi le pouvoir de la patience.
QUATRE ÉTAPES POUR APPRIVOISER LE SENTIMENT DE VIDE 
Juste le fait d’imaginer cette possibilité ouvre les fenêtres du possible et, sincèrement, beaucoup plus de choses sont possibles que l’on croit ! J
Si tout va bien tant mieux ! Mais si un vide se fait sentir, si on a du mal à digérer un séparation, il y a d’autres solutions que d’aller chercher à remplir ce vide par des éléments extérieurs.
Et si vous allez va toujours à l’extérieur, restez sans jugements. Tôt ou tard, vous regarderez à l’intérieur.
Ce vide, il m’arrive encore de le ressentir parfois, il n’a plus la même forme, la même texture, la même saveur . Et je sais, dès qu’il arrive, qu’il est un simple sentiment. Je le regarde, je respire, et l’inconfort disparaît.
Ressentez-vous un vide inconfortable ou avez-vous déjà eu ce sentiment ? Qu’est ce que vous en faites ? Comment vous sentirez-vous sans vide ?
Très bon sujet!
C’est une véritable bête noire ce vide. Il arrive, très sournoisement, sans crier gare et puis: bang! C’est inconfortable, mais je me répète cette phrase de Nicole Bordeleau; «pour le moment c’est ainsi» et en sachant que cet état sera éphémère..
Mais un jour ce vide devient espace….. fondamental, vital!
@ Nadine : en effet, de se rappeler que ce n’est pas un état permanent est une super bonne tactique ; se demander « y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour le rendre plus confortable, plus doux ? » peut aussi l’apaiser. Il devient alors moins sournois, voire plus du tout ! Merci beaucoup Nadine !
@Géraldine : Oui…tellement. Le sentiment d’être avalé, d’être en carence n’existe plus : on se dépose et on se repose ! Merci beaucoup !
Le vide dont parle le yogan’est pas un sentiment, vous confondez la conscience du vide avec le vide de la conscience et l’art de la méditation est l’art d’aller justement vers ce vide de la conscience jusqu’à ce que le voile se déchire, que quelque chosese révèle; que notre nature profonde et lumineuse fasse jour et coincide avec la conscience
Dans cette conscience vidée de ses contenusnotre racine, notre identité essentielle se découvre et c’est là que commence une vie spirituelle réelle et effective,
Tout Yoga s’inscrit dans un chemin de connaissance et de transformation de soi.
Bonjour Gérard ! Dans cet article, mon intention est d’aborder le sentiment de vide, de manque ou d’incomplétude qui peut inciter certaines personnes à commencer le yoga. La pratique du Yoga est l’occasion de poser un nouveau regard sur ce sentiment de vide. Le chemin dont vous parlez vient ensuite. C’est donc de manière délibérée que je ne parle pas du vide de la conscience dont vous résumez très bien les grandes lignes dans votre commentaire. Merci d’ailleurs pour cela, ce pourrait être le sujet d’un nouvel article ! Au plaisir.
Merci profondément chère Noémie… j’habite dans le sud de la France…. j’aurai adoré pouvoir te rencontrer… en tant que prof de Yoga, et même en tant qu’amie…. C’est bizarre internet…. à la fois nourrissant, mais aussi frustrant… :-/
Cet article a éveillé une réflexion que je n’avais jamais pris le temps d’imaginer… Aujourd’hui, je fais 1 bond en avant car tu as su mettre en mots ce que je côtoie particulièrement à ce stade de ma vie… c’est déjà un bon reset…………j’aurai 1 question : peut-on dire que le yoga est 1 forme de méditation en mouvement ?
Moi qui n’étais pas très copine avec le yoga… en fait, ton article éclaire à plus d’1 titre ma nouvelle perception…
A défaut de pouvoir venir à Montréal … en attendant, je suis heureuse de faire partie de tes abonnés de coeur, ici sur ton Blog de coeur 🙂
Chère Jennifer ! Merci de ce doux et généreux message, merci de tant d’ouverture, je suis tellement heureuse que cet article éveille en toi de nouvelles perspectives ! Et oui, c’est exactement cela, le yoga est une forme de méditation en mouvement. C’est en cela, entre autres, que la pratique du Yoga a des profondeurs insoupçonnées ! Je serai ravie également de faire ta rencontre, je passe régulièrement par la France et j’annonce mes ateliers souvent par la newsletter. Avec tout mon coeur, au plaisir. 🙂
Je crois que je vais garder cet article en favoris. Je l’expérimente souvent ce vide intérieur, en m’étant toujours dis, vainement, qu’il faut que je trouve une solution pour le remplir ou m’en débarrasser.
© Copyright 2017
Yogalavie byNoémie

se sentir vide
Articles de référence :Dépression, déprime, stress
Se sentir vide sans savoir pourquoi
 Sujet :Se sentir vide sans savoir pourquoi
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Aller à :

Affaires de couples Alcool, drogue… : vivre avec un dépendant Amitié et rencontres, ville par ville Amitiés et relations personnelles Célibat et vie en solo Coup de foudre et passion amoureuse Histoires d’amour Jalousie Relations amoureuses Rencontres et histoires d’amour sur Internet Techniques de séduction Bien vieillir Bonheur et joie de vivre Chômage, inactivité : impact psychologique Coups de gueule Développement personnel Gérer ses émotions Gérer son temps Je gâche ma vie Je m’aime, je m’aime pas Mon job au quotidien Solitude Timidité, confiance en soi, complexes Etre parents La vie sans enfants Le coin des ados Perdre un enfant Astrologie Dieu et religions Paranormal Sectes Superstitions – Chance – Hasard Voyance et divination Dépression saisonnière Dépression, déprime, stress Hyperactivité, trouble de déficit de l’attention Insomnie et troubles du sommeil Schizophrénie Stress, anxiété, angoisse Troubles bipolaires Troubles de la personnalité Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) Harcèlement moral Pervers Narscissique Trauma, angoisse et phobie Violences conjugales Psychanalyse Psychiatrie Psychologie et comportement Psychothérapies Café du commerce Deuil Faire face au terrorisme Humour Le monde carcéral Philosophie Rêves et cauchemars Forum libre Psychologie

Le Club Doctissimo vous permet d’ accéder gratuitement au plus grand
forum francophone
Plan du site
Plan de la rubrique santé
Santé
Médicaments
Psychologie
Nutrition
Beauté
Mode
Forme
Sexualité
Recettes
Environnement
Guide santé
Encyclopédie médicale
Atlas du corps humain
Dictionnaire médical
Analyses médicales
Examens radio
Guide
maternités
Guide
thalasso
Urgences
Communautés
Forum
Club Doctissimo
Chat
Lagardère
Lagardère Entertainment
Ticker
Carte de voeux
Mini-sites
Saint-Valentin
Noël
Fête des mères
Soldes
Index
Santé Index 1
Santé Index 2
Santé Index 3
Santé Index 4
Index Médicaments
Index Grossesse
Index Bébé
Index Nutrition
Index Beauté
Index Forme
Index Psychologie
Index Hommes
Index Sexualité
Index Environnement
Index Mode
Services
Recherche
Newsletter
News
Santé des voyageurs
Météo
Prénoms
Les grands dossiers santé sur Doctissimo
Arrêter de fumer
Dents
Diabète
Cancer
Cholestérol
Grippe A
Mal de dos
Mal au ventre
Obésité
Régime
Rhumatismes
Stress
Vastarel
Qui sommes-nous ? |Recrutement |Contacts |Espace Annonceurs |Doctissimo en page de démarrage |Doctissimo dans vos favoris |Charte d’utilisation |Notice légale ©Doctissimo

se sentir vide
© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation , avec :WordPress|Mentions légales  | Connexion
Pour bien commencer votre approche du bonheur, téléchargez GRATUITEMENT mon livreRENDRE LE BONHEUR POSSIBLE , et découvrez les fondamentaux du bonheur !
Vous me demandez souvent comment dépasser ou comme sortir de la dépendance affective. J’ai donc réalisé pour vousun article que vous trouverez ici , et voici ici aujourd’hui un nouvel élément de réponse :
Pour commencer, il est important de mieux comprendre d’où vient cette « attachement démesuré ». De là, il sera plus simple de mettre en place les solutions appropriées.
La dépendance affective se traduit par un vide . Un vide que l’on ressent en soi, au fond de soi. Très souvent, ce vide, cette sensation est tellement douloureuse que le besoin de le remplir en est impératif !
La solution la plus simple dans ces moments-là, (et comme pour beaucoup d’autres choses), nous recherchons les solutions  l’extérieur.En l’occurrence, chez l’autre !Chez des amis, mais surtoutchez « des amoureux » !
Amoureux entre guillemets bien entendu car l’amour est tout sauf de la dépendance …. L’autre, à ce moment-là, devient juste (sans vraiment l’avouer car c’est très souvent inconscient) un moyen de combler ce vide insoutenable. Souvent, cela fonctionne quelque temps puis très vite les choses reprennent leurs places.. La « passion » du début se « tasse » et nous retombons sur notre « cher vide ».
La plupart du temps, la relation s’arrête d’ailleurs ici, chacun accusant l’autre de le faire souffrir en le privant de ce qui lui est si important, à savoir :ÉVITER DE CONTACTER CE VIDE , que le partenaire comblait en effet temporairement.
Dans le pire des cas , chacun reproduira dans une nouvelle relation, pour rejouer le même scénario, avec toujours cette même quette illusoire de pouvoir échapper à son vide, ou à ce sentiment de solitude (ce qui est la même chose), en demandant à son/sa nouveau/elle « amoureux(se) » (ce n’est toujours pas de l’amour), de l’aimer suffisamment fort pour combler cette douleur infernale !C’est le schéma de répétition et la souffrance.
Dans le meilleur des cas , avec un peu de sagesse, ou un ras le bol de souffrance ;), ils comprendront quele problème n’est pas l’autre , mais bien cette sensation, vécu à l’intérieur d’eux-même, qu’il convient de mieux connaître.
La solution consiste donc tout naturellement àcesser de demander à l’autrede combler SON propre vide, pour aller voir de quoi il en retourne.C’est la « connaissance de soi » !  
Certaines personnes me demandent alors : « mais à quoi sert l’autre si ce n’est pas à nous rendre heureux » ?! Cette question dénote bien évidemment un manque profond de conscience de : « À quoi sert la vie » et « À quoi sert le couple ». Je vous l’explique dans cette vidéo et plus en détail sur le site.
Ces questionnements sont toutefois bien naturels et très bon signe. Signe d’une belle ouverture… Nous n’apprenons pas cela dans les écoles et nos parents ne nous ont que très rarement transmis ces valeurs profondes et spirituelles… Ils ne les connaissaient pas non plus ! L’important est que vous l’appreniez, tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre. C’est ce qui est en train de se produire en lisant ces lignes ou en regardant la vidéo qui suit.
Remplir son vide c’est doncACCUEILLIRson vide. C’estapprendre à le connaître . C’est visiter toutes les parties de soi-même. C’est connaître ces sentiments et émotions suffisamment bien, pour qu’elles ne soient plus un problème, et même, voire même,se sentir bien avec .
Si si, c’est possible, pour ne pas dire indispensable. Sans cela, vous passez tout simplement à côté de vous-même.
Vous le savez, plus vous refuserez l’expérience, plus vous refuserez d’accueillir ces éléments de vous-même, etplus ils se présenteront à vous , plus ils insisteront et plus vous souffrirez de cette non-inclusion ou de cette non-acceptation, ou encore de ce non-accueil, en somme, de cettehaute trahison envers vous-mêmede ne pas vous accepter pour TOUT ce que vous êtes.
Il n’y a donc qu’une seule solution et je viens de vous la donner . Dans la vidéo, je vous accompagne en méditation pour effectuer ce travail de ressenti.Si besoin,et si cela est plus facile pour vous, nous pourrons nous retrouver enaccompagnement personnalisépour effectuer ce travail. N’hésitez pas, vous n’êtes pas seuls !
Cette étape,ce passage est nécessaire pour être bien et heureux . Sans cela, nous répétons, nous reproduisons des fuites frénétiques, motivées par des peurs irrationnelles, qui pour la plupart, ne nous appartiennent même pas !
Bonne méditation
À tout de suite
Maxime
Je suis en train de me séparer de mon conjoint, père de mes 2 enfants après 20 ans de vie commune. le déclencheur de cette séparation a été une rencontre amoureuse qui dans un 1er temps m’a épanouie et comblée et dans un second temps (maintenant ) me fait souffrir car je n’ai pas l’assurance que les sentiments soient réciproques et je suis trop en demande par rapport à lui .
Consciente que je souffre de dépendance affective , deux questions :
« Je vais répondre plus complètement à la première question et à la deuxième je vais juste donner des pistes parce que cela nécessiterait une longue réponse et de faire deux vidéos de réponse. Je ne peux pas répondre aux deux questions dans une seule vidéo. Je te donnerai quelques pistes rapidement. Je t’invite à me poser une autre question ultérieurement pour que je puisse répondre à cette deuxième question, je ne vais pas pouvoir le faire, ici, dans cette vidéo.
Dans la mesure du possible, posez-moi une seule question par vidéo pour que, d’abord il n’y ait qu’un seul titre, parce que là ça ferait deux titres, pour que les personnes puissent trouver la vidéo qui leur convient, ce n’est pas évident. Et puis c’est trop long pour que ça puisse passer dans une seule vidéo, cela décourage avant même de l’avoir ouverte quand les gens voient que c’est trop long. Donc je préfère faire des vidéos les plus courtes possible, déjà qu’elles font souvent quelques dizaines, quinzaine, vingtaine de minutes.
Donc je répondrai très rapidement sur la seconde, à savoir comment on fait pour s’aimer. Parce qu’il y a quand même beaucoup à dire sur cette question.
La premi ère c’est « Comment combl er ce vide ?» .
Et avant de répondre concrètement à ça, je vais te proposer de faire un exercice de méditation, pour répondre à cette question, parce que le vide ne se comble pas par l’extérieur, tu as bien compris ?!
Le vide se comble par l’intérieur. Et comment comble-t’on l’intérieur ? En accueillant. Plutôt que de combler. On ne comble pas un vide, on l’accueille. Un vide ça se remplit de conscience. Ça se remplit de ta lumière. Ça se remplit de ton éveil. Ça se remplit de ta connaissance. Et non pas de l’extérieur. C’est quelque chose de très spirituel. Et pour aller connecter ça, il ne suffit pas de trouver juste une solution « j’applique tel système » et puis ça marche. Ce n’est pas comme ça que ça marche. Ce n’est pas une solution égotique qui va répondre à une problématique de vide : vide émotionnel, vide spirituel, vide de sens. Tu vois bien que tu peux cocher toutes les cases, ça ne va pas forcément nourrir.
Avant de te répondre à cela,cela m’amène à te parler un peu du sens de la vie . Tu vois, on est dans une problématique classique, un stéréotype : une relation qui se fait et puis un jour cela ne marche plus, sans doute parce qu’il y a trop d’effet miroir, il y a trop de résonance, on ne s’y retrouve pas.
Et puis arrive quelqu’un d’autre, on rencontre quelqu’un, et ce quelqu’un, on trouve cela génial, c’est le coup de foudre, c’est l’étincelle. « Il m’épanouit, il me comble » : cela sous-entend qu’il y avait un vide déjà, avant et cela sous-entend qu’il y a une perpétuelle fuite où l’autre sert sans arrêt à combler.
A nouveau, au bout d’un certain temps, cette personne ne comble plus. Parce-que ce n’était pas son but. Et puis l’étincelle diminue, le feu d’artifice du départ diminue. Et puis on retombe du coup sur son vide qui était, avant, comblé par l’autre. Qui l’est de moins en moins.
Et puis re-belotte ! L’autre du coup ne comble plus donc cela devient le problème, c’est presque le problème car avant on se sentait bien et là on ne se sent plus bien, et c’est presque de sa faute. Et puis là on rencontre encore quelqu’un d’autre et voilà….
Cela s’appelleun schéma de répétition . Tout cela parce qu’il y a une étape qui ne se fait pas et cette étape c’est la connaissance de soi.Et la connaissance de soic’est la rencontre de son vide, à l’intérieur de soi, à la rencontre de ses blessures, de ses peurs…
Et plus de connaissance, plus de conscience sur à quoi sert une relation amoureuse. Est-ce juste avoir quelqu’un pour faire comme tout le monde ? Pour se marier, pour faire des enfants. C’est bien de se marier, de faire des enfants, mais ce n’est pas une fin en soi. C’est là la grosse problématique, la grosse zone de souffrance.Une relation amoureuse cela sert à quoi ?Et pour cela, je t’encourage à faire plusieurs choses.
La première c’est de lire , lire des bouquins, par exemple celui-cid’Yvon Dallaire Qui sont ces couples heureux ?J’en parle souvent. Yvon Dallaire est un psychologue sexologue. C’est quelqu’un de bien cartésien à la base qui nous parle d’une troisième entité, du1+1=3 . Il a quelques petits schémas de ce genre-là.
Si vous ne l’avez pas lu, lisez-le. Parce que cela informe sur sa construction personnelle, sur deux personnes indépendantes le 1 et le 2qui n’ont a priori pas besoin de l’autre , d’un point de vue de combler le vide, puisque c’est cela la dépendance, on s’appuie sur quelqu’un et on finit par tomber.Et ensemble ils forment une troisième entitéqui s’appelle la relation et cette relation nourrit la croissance respective.
Même si dans l’absolu cette relation ne nourrissait plus la croissance respective, ils seraient capables de se quitter dans l’amour. Puisqu’ils s’aiment déjà eux-mêmes, puisqu’ils sont déjà remplis par eux-mêmes.
Donc, première étape, je commencerais déjà par cela, mettre un peu de conscience sur à quoi sert un couple.
Après, tu peux également lire ce livre-là qui est un très bon ouvrage deLise Bourbeau Ecoute ton corps, tome 2 le violet , celui-ci. Parce qu’elle en a d’autres qui sont moins profonds, je trouve. Dans lequel, elle parle, notamment, de l’effet miroir.
Parce qu’un couple cela sert à ça, d’abord et avant tout. On le voit partout, toutesnos relations ne sont vraiment pas faites par hasardet quand on rencontre quelqu’un il se passe des choses, consciemment ou inconsciemment et ces choses-là nous permettent d’apprendre des choses sur nous, grâce à l’effet de résonance, l’effet miroir.
C’est très vibratoire une rencontre , cela ne se fait pas du tout par hasard. Après on y met des mots, on intellectualise la chose « il me plaît bien parce qu’il est ceci et cela… ». Soit, il y a des critères. Mais cela vient après, c’est presque une manière de justifier ses choix ou de les justifier auprès des autres. Ou de combler ses vides et ses peurs « il a une bonne situation donc je me sens sécurisée », des choses comme cela, admettons. Mais à la base ce n’est pas du tout ça.C’est très vibratoire, c’est très spirituel, c’est très profond et c’est très « effet miroir ».
« L’univers s’occupe sans cesse de t’envoyer tes propres reflets en utilisant principalement les personnes qui te sont proches. » Lise Bourbeau, elle tutoie dans son livre.
« Tout ce que tu expérimentes a pour but de t’aider à devenir conscient de toi-même sans te juger ».
Quel que soit ce qui nous arrive, ces choses-là ont un sens, un but bien précis et dans les relations amoureuses c’est flagrant parce qu’il y a une telle intimité avec l’autre que cette intimité nous oblige à aller visiter notre intimité.
C’est un moyen de connaissance de soiune relation amoureuse. A partir du moment où les deux parties ont compris cela, elles peuvent utiliser leur relation à bon escient c’est à dire pour grandir respectivement et aimer l’autre par cette belle croissance qui s’opère.
« Grâce à toi mon amour, je grandis sur moi » . C’est agréable. Je grandis donc forcément je mets de la lumière là où il y a de l’ombre. Ce n’est pas agréable, je remplace mon ego par de la conscience. Il y a une partie de nous qui a peur et c’est cette partie-là qui fait qu’on répète sans arrêt.
L’idée, c’est de dépasser ses peurs. Et le couple est une enceinte, un cocon idéal pour ça. Un cocon de croissance dans lequel Monsieur apprend sur lui au travers de la résonance avec Madame. Madame apprend sur elle au travers de la résonance avec Monsieur. Et ensemble ils forment cette belle entité, ce couple stable, droit dans lequel il n’y en a pas un qui dit « donne-moi de l’amour parce que je suis si vide et que si je n’ai plus ma drogue, ça va mal aller pour toi…Tu ne veux pas me voir, tu ne m’aimes pas… ».
C’est très cliché mais c’est très réaliste . C’est vraiment ce qu’il se passe. Et pour arriver dans cette dimension plus grande et plus spirituelle, cela nécessite un certain travail sur soi. Travail que tu trouveras dans le premier livred’Yvon Dallaireet ce deuxième deLise Bourbeauoù elle parle également de se séparer. Se séparer de quelqu’un, de quelque chose.
Elle dit : « Mais si une séparation s’avère inévitable (cela sous-entend qu’il y a d’autres choses avant à faire) il est plus sage de l’utiliser pour grandir davantage dans l’amour et pour atteindre une plus grande maturité au niveau spirituel ».
On est là pour quelque chose , on est là pour une certaine mission. Si tu n’as pas lul’histoire de la petite âme , regarde-là, vraiment. Je vais te mettre le lien en dessous de cette vidéo. L’histoire de la petite âme qui part du principe que tu as une mission de vie, quelque chose qui te plaît davantage que d’autres, que tu as choisi et aujourd’hui tu es là pour la vivre.
Comment la vivre, comment trouver ce chemin qui fait sens pour toi ?Et bien par l’expérimentation. En rencontrant des gens, en apprenant à te connaître. Plus tu te connais, plus tu sais vers où aller. Parce qu’il y a des choses qui font sens et d’autres, non. Et petit à petit, tu apprends à te connaître. Il y en a qui disent que c’est avec la maturité, certes, c’est vrai,mais également avec la conscience .  Plus on met de la conscience sur qui on est, plus on se dirige vers ce qui fait sens et ce pour quoi on est fait et plus on est heureux.
Sans cela on est dans les clichés. Métro-boulot-dodo. Une femme – un mari – les enfants – le chien – le pavillon – le boulot – les voitures dans le garage.Et voilà, on coche toutes les cases . Je suis bien, je suis heureux, j’ai coché toutes les cases.Mais non!
Des gens, il y en a plein comme cela et ils sont malheureux parce qu’il manque le sens de leur vie et ils ne sont pas capables de générer en eux un état interne de l’ordre du bonheur.
Du coup, ils sont dépendants d’un environnement, des fameuses conditions de vie. C’est bien pour cela qu’ils les construisent d’abord. Et une fois qu’ils les ont construites, ils se rendent compte qu’ils leur manque quelque chose de beaucoup plus subtil, plus profond qui est le sens et le «  qui je suis  ». C’est tardivement que l’on s’en rend compte mais on n’est pas obligé d’attendre d’avoir souffert pour en savoir plus sur soi.
Et le troisième livre que je te recommande, le best du best, le meilleur du grand meilleur c’est Eckhart Tolle . Si il n’y en avait qu’un à retenir de toute la bibliographie spirituelle, ce serait celui-là. Où il parle notamment des relations de dépendance aux relations éclairées. Il dit :
« Il semble que la plupart des relations amoureuses deviennent tôt ou tard des relations à la fois d’amour et de haine ». Il commence comme cela son chapitre. « Sans la moindre difficulté, l’amour se transforme en sauvage agressivité, en sentiment d’hostilité, ou encore en un retrait complet de l’affection l’un envers l’autre ».
Et ce n’est pas faux. « Je t’aime mon amour, on se marie pour le meilleur et pour le pire » et x années après on se déchire dans des trucs pas possibles, des divorces violents où l’autre est le pire. Ces même personnes qui disaient « je t’aime mon amour, c’est génial, pour le meilleur et pour le pire » devant le curé sont les premières à se déchirer et à s’en vouloir à mort, à se critiquer, à se juger… Je ne dis pas qu’il ne s’est pas passé des choses mais c’est très vrai : on est dans une relation amoureuse et en deux secondes deux, sur l’échelle d’une vie, on hait la personne aussi fort qu’on l’aimait. C’est quand même bluffant. On considère ceci comme normal.
« Si dans vos relations vous connaissez aussi bien l’amour que son opposé c’est à dire l’hostilité, la violence émotionnelle, etc. Il est alors fort probable que vous confondiez l’amour et l’attachement de l’ego. Amour et dépendance affective. »
La vérité c’est : «  Je ne t’aime absolument pas mon amour, je veux juste que tu remplisses mon vide  ». Voilà ce qu’il se passe dans 80% des cas. Cela c’est moi qui le dis. «  Je t’aime tant que tu me combles  ».Combler ce n’est pas aimer c’est remplir . C’est comme un gros gâteau au chocolat, on remplit quand on est vide. Et cela ne marche pas bien longtemps car l’autre n’est pas là pour ça.
« Il est impossible que vous aimiez votre partenaire à un moment et l’agressiez l’instant d’après. L’amour vrai n’a pas d’ennemi. Si votre « amour » en a un, c’est que ce n’est pas de l’amour mais plutôt un grand besoin de l’ego de se sentir plus complètement et plus profondément soi. Et ce besoin est temporairement comblé par l’autre. Pour l’ego, il s’agit d’un succédané de salut et pendant un certain temps cela donne presque effectivement l’impression qu’il s’agit de cela, qu’il s’agit d’aimer l’autre. »
On papillonne, c’est une étape fusionnelle qui est très courte. Yvon Dallaire dans son livre en parle très bien.Il y a cinq étapes dans la relation amoureuse .
« Mais vient un moment où votre partenaire adopte des comportements qui ne réussissent pas à combler vos besoins. Ou du moins, ceux de votre ego. Le sentiment de peur, de souffrance et de manque qui font intrinsèquement partie de l’ego mais qui étaient passé en arrière-plan grâce à la relation amoureuse font de nouveau surface ».
Donc la personne arrive, comme tu nous dis Kirikiki, « Je suis épanouie, il me comble, c’est génial ». Voilà, c’estla fusionen fait. Et puis à un moment donné, cela s’arrête parce que l’autre ne remplit plus son vide.
Et puis on se rend compte de ses défauts, on apprend à les connaître. Et là c’est le drame.
Je continue : « Comme avec toutes les autres dépendances, vous êtes au septième ciel quand vous avez de la drogue mais vient inévitablement le moment où celle-ci n’a plus d’effet sur vous. Quand ces émotions souffrantes refont surface, vous les sentez donc avec encore plus d’acuité qu’avant. Qui plus est, vous percevez maintenant votre partenaire comme étant à leurs origines. »
D’un coup, celui qui me comblait ne me comble plus,c’est donc de sa faute . Mon vide, que je ressens à nouveau était comblé par l’autre, pourquoi ne le fait-il plus cette espèce de bachi-bouzouk ?! Et donc on bascule du soi-disant amour à la haine, comme ça (claquement de doigts) juste parce-que l’autre ne remplit plus sa pseudo fonction de combler.
M. Egoestime que l’autre est un con car il ne me donne plus l’amour dont j’ai tant besoin pour être bien.Je ne suis parfaitement pas autonomemais j’exige de l’autre de me donner ce qu’il n’est absolument pas en droit de me donner.
Quant à ces émotions de souffrance : « Cela veut dire que vous les projetez à l’extérieur et que vous agressez l’autre avec toute la violence sauvage que votre douleur contient. Cette agressivité peut éveiller la souffrance de votre partenaire qui, bien sûr, contre-attaque. Rendu à ce point-là, l’ego espère encore inconsciemment que son agressivité ou ces tentatives à vouloir manipuler constitueront une punition suffisante qui amènera l’autre à changer de comportement.
On se dit « Tiens, je vais le punir comme cela il va comprendre à quel point je souffre ».
Toute dépendance naît (ça c’est important) d’un refus inconscient à faire face à notre propre souffrance et à la vivre. »
Ça (le livre) c’est du vrai travail sur soi . Tout le reste, tu laisses tomber, cela ne sert à rien. Surtout « Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus » ce genre de clichés, des personnes en ont fait des livres, c’est affreux.
Cela répond à ta question : «  Comment combler ce vide ?  ». On vient de le voir, toute dépendance, toute souffrance vient d’un refus d’aller visiter ce vide.
Comment combler ton vide et cesser de le demander aux autres ? En accueillant ton vide. C’est la seule et unique solution pour être autonome, il n’y en a pas d’autre.
La dépendance affective est un grand mot. C’est un grand mot pour dire qu’en fait on ne se connaît pas, qu’on ne connaît pas ses émotions notamment celles qui nous paraissent désagréables, qu’il est temps d’aller les accueillir .
Et comment accueille-t’on ses émotions désagréables ? Et bien on les chope au vol !:
Tu connais ces émotions désagréables puisque ce sont elles qui te font fuir. Donc quand tu les ressens,tu fais autrement que d’habitude . Parce que tu te rends bien compte que c’est un cercle vicieux qui fait que tu répètes, tu l’as assez fait dans ta vie, suffisamment de fois pour savoir que ça ne marche pas et pour te poser aujourd’hui les bonnes questions.
La bonne question aujourd’hui, c’est d’arrêter de faire ce qui ne marche pas. Et commencer à faire ce qui marche.Et ce qui marche, c’est d’accueillir le vide . Je te propose de faire un exercice, quand tu sens ces moments dans lesquels ça ne va pas bien, ces moments où tu souffres, où une douleur émotionnelle s’installe parce que tu te sens vide ;ça se passe quelque part dans ton corps , tu la sens et il y a une souffrance physique qui vient, qui s’installe. Et cette souffrance physique, à ce moment-là,je te demande de rester avec , juste de rester avec, tant que faire se peut.
C’est à dire que si cela devient trop douloureux, effectivement tu reviens sur ton corps, tu reviens sur la présence, tu prends plus d’espace par rapport à cette souffrance, tu reviens dans la présence, tu sens tes pieds, tu sens ton assise, tu sens ton dos, tu prends conscience que tu es en train de respirer, tu reviens à ça, tu lâches un petit peu l’émotion.
Puis quand tu es un peu plus prête, tu reviens à l’émotion, à la souffrance, à la douleur qui est présente quelque part dans ton corps, et toute l’idée c’est de la suivre, c’est de suivre l’évolution, parce que tu vas voir,cela va bouger , tu suis l’évolution de cette souffrance, de cette douleur. Et cette douleur, cette souffrance va se matérialiser,elle va prendre une forme , un aspect, une couleur, une texture, une odeur peut-être, un visuel. Et peut-être qu’elle va avoir un mouvement, et ça, quelque part dans ton corps. Et toute l’idée d’accueillir une souffrance et de se libérer de cette souffrance c’est de faire ça, de rester avec et de la suivre.
Il y a différentes techniques qui parlent de ça. Je te fais le résumé, le condensé de toutes ces techniques. Et si tu veux, on peut la vivre, on peut l’expérimenter.
Voilà comment on accueille le vide . Voilà comment on se remplit. Soi-même, sans attendre des autres.
Voilà comment on fait, v oilà ce qui rend heureux , ce qui rendautonome . Voilà comment on sort d’unedépendance affective . Voilà comment onse comble soi-mêmeet comment on arrête de demander aux autres de nous combler.
Parce que dans ces moments-là, tu n’as besoin de rien. Finalement, quand tu reviens, tu n’as toujours besoin de rien, tu es juste bien. Et tu te réalises. De ce point de vue-là, qu’est ce qui fait sens vraiment ? Et là tu as des bonnes réponses. Et là tu peux utiliser ta vie à mettre ces bonnes réponses en place, là ça a du sens. Et là, tu es bien.
Voilà Kirikiki pour ta première question, déjà comme tu peux le constater, très complète.
Et la deuxième « Comment apprendre à s’aimer ? » c’est très vaste comme réponse.
Pose-moi une autre question et puis j’y répondrai. Tu peux ne serait-ce que commencer par le jeu de miroir, te regarder tous les matins dans la glace et te dire « Je t’aime ».
Tu ne le dis pas de manière intellectuelle. Tu le vibres. Il va se passer des choses. Ces choses-là sont à accueillir et progressivement il va se passer des choses. Et je répondrai plus tard dans une autre vidéo sur plus largement « Comment on s’aime ? ».
Merci beaucoup pour ta question. Très bonne question. Merci beaucoup à tous d’avoir suivi la vidéo.
Merci beaucoup pour avoir suivi cette vidéo. Et je vous dis à très bientôt pour une prochaine vidéo.
Bonjour,
Très impressionné par votre démarche et vos conseils.
Merci beaucoup pour ces analyses, ces conseils, cette aide.
Aide inespérée.
Bravo
Bonsoir Maxime,
Merci pour tous ces conseils. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi alors même que j’aime vivre seule, dès que je suis amoureuse je souffre d’une très forte dépendance affective. Je l’ai très douloureusement constaté tout au long de ma dernière relation qui vient de s’achever il y a deux mois. Mon amoureux me faisait réellement l’effet d’une drogue, et je souffrais le martyre entre chaque rencontre. Je souffre maintenant de la fin de notre relation mais pas beaucoup plus, en fait… Je ne sais vraiment pas comment faire pour ne plus revivre ce genre de dépendance.
Nath
Ton commentaire fait résonance en moi, car je ne comprends pas non plus comment je peux me sentir si bien en période de célibat(pas de sensation de manque, ni de solitude, ni de vide… je pourrais même dire que dans cette période je me plais plutôt bien dans l’ensemble)…
…et pourtant dès que je rentre dans une relation amoureuse, je m’emballe 🙂 de manière incompréhensible et plus rien ne va : je doute de tout (notamment de pouvoir plaire « telle que je suis », alors que je me plais pourtant comme je suis) et en t’écrivant je prends conscience que je doute surtout de l’autre (qu’il puisse notamment m’aimer comme je suis).
En plus, quand j’y réfléchis après coups, je me dis qu’il n’y avait vraiment pas de quoi me mettre dans tous ces états(même s’il y a toujours une bonne raison à tout), car ces personnes que j’étais pourtant prête à toutes aimer comme elles étaient (pourrait-on dire inconditionnellement ?! mais pas sûre 😉 ), ne me plaisait pas vraiment en fin de compte (il y avait dès le départ des choses qui me déplaisait, mais j’avais l’impression d’être trop exigente dans mes critères de sélection 🙂 ).
Et là je réalise (encore en écrivant à l’instant) que les choses sont très bien faites, en fait 🙂 ! car ces réactions, incompréhensibles et démesurées, étaient en quelques sorte un garde fou pour que j’arrête immédiatement mon propre gros mensonge, mon propre illusionnement, ce n’importe quoi : car j’étais prête finalement « à aimer » des personnes qui ne me convenaient pas, à défaut de pouvoir croire qu’il était possible de rencontrer des personnes qui me conviennent comme elles étaient et à qui je convienne comme je suis.
Peut-être qu’une partie de moi pensais que j’en demandais un peu trop (que ce dont je rêvais n’était pas possible), alors j’ai dû me convaincre qu’il ne fallait pas faire la difficile et revoir du coup à la baisse mes critères : que c’était déjà pas mal d’intéresser quelqu’un…
Quelle horreur quand j’y pense (tout de suite en l’écrivant) ! 🙂
Comme quoi mes réactions excessivement incompréhensibles et insupportables (pour moi, comme pour l’autre) étaient probablement là pour empêcher l’inacceptable : qui allait à l’encontre du respect de soi et de l’autre. Qui allait aussi à l’encontre de se donner le meilleur pour soi… et donc d’être heureux.
Pour conclure : comment aussi ne pas douter du coup de la sincérité de l’autre, puisque je m’illusionnais moi-même pour aimer des personnes qui ne me plaisaient pas plus que ça ! Je ne pouvais que penser que l’autre en faisait autant…
Oh la la ! C’est horrible et merveilleux en même temps. Horrible le constat. Merveilleux de comprendre : car cela me laisse entrevoir autre chose pour l’avenir quant à mes relations amoureuses(redoutant encore récemment la répétition de certaines de mes réactions, je me suis demandée s’il n’était pas préférable de rester célibataire: mais ce n’est pas vivre ce qu’il y a à vivre 🙂 ).
Alors merci Nath pour la lumière que tu m’as apportée à travers ton commentaire (qui a provoqué chez moi un questionnement constructif). J’espère qu’il en sera de même pour toi.
Cette dépendance affective dans laquelle nous tombons, n’est-elle pas liée à un profond désir de rencontrer cette relation d’amour dont tout le monde rêve : mais à défaut de pouvoir croire que cette relation existe à l’état pure, on s’accroche pour tenter de transformer une relation médiocre, en notre rêve, en vain : tels des alchimistes qui essaient de transformer du plomb en or 😉
« Tous les diamants sont issu du charbon, mais tous les charbons ne donnent pas des diamants » 😉
Bonjour Nataliam, comme toi je me suis souvent demandé si je n’essayais pas de transformer le plomb en or ! Je m’accroche désespérément à la moindre marque d’affection de l’élu de mon coeur (ou de mon obsession ?) même décevante, dans l’espoir que cela devienne merveilleux !
@ Nath : Pour ne pas vivre cette dépendance il faut tout d’abord ne pas en avoir peur toi même. Ensuite soit tu veux partager ce que tu es en étant pleinement conscience te, soit tu n’as pas à le partager et dans ce cas c’est que tu es en train de te conscientiser sans le vivre avec l’autre. La souffrance ce n’est pas de l’amour, c’est une difficulté au non lâcher-prise, c’est aussi la résultante d’un idéal trop élevé qui t’empêche d’être heureuse avec toi même. Tout comme lorsque il y a ombre on y met de la lumière, lorsqu’il y a souffrance on y met de l’amour. Sens le jaillir de toi…
@ Nath: Pour finir je dirais que tu as mis un voile idéal sur l’autre, ce voile, cette illusion il est parti avec donc il t’arraché de tes propres illusions. Essaie aujourd’hui de partager de l’amour en pleine conscience et non de demander de l’amour à l’autre pour ton propre bénéfice. Le soleil donne de la lumière et de la chaleur sans retour et sans peur de se consumer. C’est le principe de la vie, donner sans espoir de retour, dans la pleine conscience ^^
Essayez de mettre le doigt sur « cette bascule » qui s’opère en vous lorsque vous passez d’un état de bien-être avec vous-même à un état de dépendance avec l’autre.
– Quelles sont les émotions qui diffèrent, quels sont les discours mentaux qui interviennent ?
Tentez à nouveau et voyez ce qui se passe. Vous allez petit à petit mieux connaître ces parties-là de vous et plus vous les connaîtrez et moins vous les subirez..
Bonsoir Maxime,
Lorsque cette « bascule » s’opère en moi, plus rien ne compte que l’autre. Il devient ma référence, tout ce que je fais, je le fais pour lui plaire, tout ce que je dis, je le dis pour lui plaire. Etje doute douloureusement de réussir à me faire aimer ! Je souffre de la moindre absence, du moindre signe qui me semble un signe de désintérêt. Je me persuade que c’est le grand amour de ma vie.
Je me suis observée durant ma dernière relation, mais n’ai pas réussi à la vivre sereinement.
J’ai 52 ans et je doute de guérir un jour!
Je voudrais juste te remercier pour tout ce que tu fais. C’est simple, humble, efficace et VRAI.
J’ai vu trop tard qu’il y avait cette journée à Pornichet le 27/09. J’irai avec grand plaisir à la prochaine!
Merci Wally !
Et à bientôt pour la prochaine rencontre…
Maxime
Bonsoir Maxime,
je viens de refaire cette méditation (2 fois en deux jours) car je souffre souvent de ce que j’ai surnommé ma « petite boule » (apparu depuis que je vis seule avec mes deux garçons) et ce soir les larmes ont jailli dès le début de la méditation. Je ne sais pas si c’est une bonne chose carje ne me suis pas sentie remplie à la fin de la séance… Mais je suppose que oui…
Merci de m’avoir fait aussi découvrir Eckhart Tolle.
Cat
Oui oui, c’est une bonne chose et très bon signe même… Continuez !
Bon courage
À bientôt
Maxime
Ta vidéo sur « la peur ou l’amour » m’a particulièrement parlé parce que personnellement je peux basculer très vite d’un état à l’autre. J’ai pris conscience de tout cela, je sais ce qui se passe en moi mais j’ai encore du mal à maîtriser ces sensations et émotions ( ou à lâcher prise), particulièrement dans le contexte de la relation amoureuse.
Je suis actuellement une psychothérapie suite à une séparation, tes interventions m’aident aussi énormément, j’ai mis de la conscience sur beaucoup de choses mais il me reste à faire un gros travail sur moi car les vieux démons reviennent vite.
J’ai fait depuis peu une belle rencontre, rencontre très porteuse qui me porte à aller plus loin dans ce travail sur la connaissance et le respect de moi même ( et de l’autre).
Je te dis à bientôt et je te remercie.
Laetitia
Et bien voilà Nath ! Tout est dit ! Vous n’y croyez plus !..
Vous voulez entendre quoi Nath ? Que oui en effet, à 52 ans, vous êtes trop vieille à présent pour travailler sur vous et que non, plus personne ne peut plus rien faire, il est trop tard…!!!???
Ce qui est sûr et certain, c’est que si vous n’y croyez plus vous-même, alors personne, ni même le meilleur thérapeute du monde ne pourra faire quoi que ce soit pour vous !
Sortez de cette peau de victime Nath ! Ou continuez de souffrir, mais en silence.
Inutile de venir sur des sites de développement personnel, voire spirituel en l’occurrence, tant que vous n’avez pas réellement décidé d’agir concrètement pour vous.. Vous perdez votre temps et moi le mien…
Ne laissez plus de commentaires sur mon site Nath, tant et aussi longtemps que vous n’aurez pas décidé, VRAIMENT, de vous donner le meilleur, de sortir de cette dépendance qui vous arrange tant, de vous aider vous-même et de cesser de vous plaindre… (la victime)
Et bien, quel encouragement ! Je ne pensais pas déclencher une telle agressivité en écrivant simplement que je suis un peu découragée et que je ne vois pas bien quelle action concrète pourrait m’aider !
Encourage toi et l’on t’encouragera. Maxime n’est pas là pour te caresser dans le sens du poil mais pour te faire grandir et te conseiller vers un mieux selon lui, pas selon toi. Ta réaction fait dire que tu ne veux pas ouvrir ton coeur à l’autre mais seulement résister au changement que tu dois opérer en toi pour être heureuse. Et tu le sais bien…
Quand une porte se ferme une autre s’ouvre!
À lire et relire les vœux de Jacques Brel du 1er janvier 1968!!!!
Et éventuellement :
« Guérir les blessures du passé: »Comment ?peut être en commençant par lire le livre de Moussa Nabati « Guérir son enfant intérieur,Faire la paix avec son passé  »
Ou bien les livres d’Alice Miller ,entre autre « Le drame de l’enfant doué  » ou bien les vidéos d’Isabelle Padovani.
Bien à vous tous.Prenez soin de vous. Et surtout continuez! Vous êtes sur la bonne voie!
je me permets de vous soumettre mon cas :
voilà un an que j’ai rencontré un homme ,je suis attiré par lui mais je n’arrive pas à qualifier notre relation. il me téléphone une à 2 fois par mois. l’on se voit pour aller danser 1 fois tous les 3 mois et encore. Je souffre de ce manque de contact, et je continue à espérer plus. Je n’en peux plus. Comment faire pour y mettre un terme? à l’aide, au secours.
Merci Maxime pour tous tes enseignements.
J’ai cette impression d’avoir tout compris et d’expérimenter les bienfaits. mais quelque fois, j’ai le sentiment de régresser et de n’avoir pas tout assimiler.
Donc je relis tes notes, et encore, et encore. Pleine d’espérance. Heureusement que le blog est là!!
Bonjour,
ben oui je suis dépendante affective et ça fait très mal ce vide à combler mais jen peux plus des répétitions.. alors j’ose dire que jen veux à mort à mes parents davoir provoqué cette faille en moi de ne pas m’avoir aimé et soutenu. ça a conditionné tout mon futur. à cause d’eux, mon destin a été dévié d’une vie sentimentale épanouie et jai développé la dépendante affective. Maintenant Pourquoi une dépendante affective ne guérirait elle pas dans une relation? c’est à dire ne comblerait pas cette faille en la guérissant dans une relation avec un homme qui l’aimerait? ne peut on se guérir en recevant l’amour en face?
Je suis allé faire un tour dans tes peurs. Tout ce qui te pose problème est là. Dans ta peur ton coeur est brûlant de chaleur, passion, de également. Je ressens une très forte activité assez chaude dans le 2 ème chakra lié au sexe, besoin d’enfanter également, un froid au premier chakra lié à la stabilité, assise personnelle, au niveau de la gorge t’as pas peur de dire les choses par contre. Et le froid de la mort corporelle autour ( mais ça c’est tout le monde). Mais tout ça c’est quand je resens tes peurs alors t’as juste à te recentrer, revenir un peu dans le présent et ne pas ignorer tout ça en ne le laissant pas, vivre,cristalliser dans le passé. Bon courage
Pour synthétiser, exprime tes sentiments et tes besoins. Dans ta peur la gorge est nouée, la tête est lourde alors que tu as tout ce qu’il te faut. Ne sois pas excessive dans tes sensations, trouve un équilibre, un juste milieu. Comprends que nous avons tout ce qu’ il faut mais il faut CENTRER EN SOI, c’est à dire vivre en 360 degré et pas en 180. Tu es quelqu’un qui ne manque pas d’amour, mais tu as peur de l’exprimer, ce qui crée un blocage énergétique et des sentiments qui gonflent toujours et toujours. Je ressens également une envie de pleurer. Voilà je m’arrête là pour pas trop faire de messages en longueur.
Coucou tout le monde!
J’aurais pu écrire ce commentaire sous n’importe quelle vidéo…Peut-être partagerez vous un peu mon sentiment:
Les enseignements de Maximes sont vraiment précieux, il exprime les idées avec douceur et clarté, nous transmet l’espoir et l’envie de progresser. J’avance sur mon chemin. S’aimer soi, accepter ce qui est sans résister, vivre dans le présent…Mais au fond, véritablement… Quelle brèche profonde je ressens de ne pas avoir un autre à AIMER. Donner de l’Amour. Prendre soin de. Se savoir aimée.
J’ai un petit garçon de 3 ans, merveilleux, je mesure ma chance d’être sa maman et notre relation est pleine de joies et d’amour.
Mais malgré tout…
Et si mon essence à moi c’était d’aimer un homme, d’être douce et compréhensive, de le faire se sentir fort et de me sentir forte par son amour.
J’ai beau essayer d’accueillir mes émotions, d’avoir foi en l’univers, de ne vivre qu’au présent (très très difficile de ne vivre qu’au présent), hé bien JE SUIS UNE MAUVAISE ÉLÈVE. Pardon maître Maxime, rien n’y fait. La tristesse et le manque sont toujours là. Je vais aller m’installer au fond de la classe, à côté du radiateur et regarder les papillons par la fenêtre. Et rêver que je rencontre enfin l’amour (d’un homme, pas de moi-même, pas de mon prochain :p
Rien n’y fait, rien ne rentre. Mettez moi des heures de colles, un mot à mes parents, faites moi redoubler…
Je veux de l’amour. Et je veux un câlin 😉
Comme je te comprends. Je sors d’une relation qui a mal tourné en raison de ma dépendance affective envers mon ex. Cependant je reste amoureux d’elle même une fois cela posé, et même à présent que j’ai renoncé à elle.
Je ne remets question la sagesse ni la logique de la philosophie de vie que Maxime essais de nous transmettre car je sais que c’est une des voie possible vers le bonheur. Mais est-ce la seule ? En quoi une relation de dépendance affective mutuelle et symétrique serait-elle mauvaise ? En quoi le besoin d’être aimé serais t’il incompatible avec le bonheur de combler l’autre de son amour ? Si la relation est symétrique alors chacun a besoin sentimentalement de l’autre tout en étant comblé par le fait de rendre l’autre heureux par son amour. Il s’agit alors d’un cycle vertueux ou chacun peu pleinement profiter du fait d’aimer et d’être aimé tout en en retirant du bonheur dans un sens comme dans l’autre.
Comme toi je ressens le besoin d’être aimé par quelqu’un qui qui me donnerais son amour de manière son plain grés, sans y être obligé par quoi que ce soit. Ni contraintes physique ni norme social. Bien sûr je n’aimerais pas non plus n’importe qui, il faut que la personne ait certaines valeurs. Me plaise physiquement. Partage une certaine complicité avec moi. Etc …
En bref que je puisse tomber amoureux de cette personne avant d’avoir besoin de son affection et de son amour.
Je remets également en cause le fait de devoir se centrer à ce point sur l’instant présent et surtout l’idée selon laquelle nous devrions dans un acte d’amour mutuel nous séparer de l’autre lorsque que nos chemins se séparent. Car si en théorie cela tiens parfaitement la route, en pratique cela reviens à dire que l’acte d’amour ultime est de faire en sorte que l’autre puisse continuer son ascension vers le bonheur seul. Car dans toute la démarche de Maxime c’est bien de cela qu’il s’agit. De rechercher le bonheur seul, en partageant divers expériences avec les autres mais en en tirant chaque fois pour nous des enseignements.
Cette démarche vers le bonheur fonctionne. J’en suis plus que convaincu car je connais des personnes qui sont allé au bout de cette démarche. Dont une en particulier qui m’a rejeté par amour. Pour que je termine mon évolution en vivant d’autres expériences et en murissant pour un jour me sentir aussi libre et heureux qu’elle peut l’être. Mais moi ce n’est pas ce que je veux. Je veux la liberté de m’attacher à une personne que j’aime. La liberté de me restreindre à des règles afin de nous rendre mutuellement heureux. Je veux la liberté de ne pas être libre si je ne le souhaite pas. Car n’est-ce pas là la liberté absolue que de pouvoir choisir de se sacrifier pour autrui lorsqu’un le souhaite (à condition bien sûr que cette décision soit réellement libre et prise sans contrainte) ?
Tout cela pour dire qu’au final la philosophie de Maxime exclue la notion de couple. Car un couple impose à l’autre des contraintes et on ne devra pas imposé de contrainte à ceux qu’on aime car l’acte d’amour est de leur permettre de se réaliser pleinement.
Le problème c’est que cette logique est imparable. En effet comment interdire quelque chose à une personne que l’on aime vraiment ? De ce fait la notion d’exclusivité n’existe plus. Qu’elle soit sexuelle, émotionnelle, sentimental, morale ou d’une autre forme. Sachant qu’il est possible pour certaine personne d’aimer profondément plusieurs personnes en même temps nous serions alors libre d’entretenir divers relation amoureuse ou non simultanément. Sachant que si une personne nous l’interdit elle ne nous aime pas vraiment d’après Maxime et nous devrions alors la quitter si celle-ci ne parviens pas à évoluer ainsi pour nous permettre de continuer à évoluer et pour le propre bien de la personne en lui permettant d’en tirer les enseignements.
Au final nous serions tous ensemble collectivement seul avec nous mêmeen nous contentant d’accumuler de l’expérience afin d’apprendre à se connaitre nous-même et a savoir ce que l’on ne souhaite pas et donc se rapprocher de ce que l’on souhaite.
Ce chemin fonctionne. J’en suis convaincu et persuadé. Il fonctionne. Mais au bout de ce chemin nous sommes seuls. Nous sommes tous ensemble. Mais seul avec nous-même.
Et s’il y a bien une chose que j’ai apprise de ma dernière relation. C’est que je ne veux pas être seul.
Il s’agit donc d’un paradoxe puisque en dehors de ce point j’adhère au reste de la démarche. Le pire étant que c’est ce paradoxe qui fait que je suis seul aujourd’hui.
Voilà, j’espère t’avoir aidé en attendant une intervention de Maxime pour compléter ou corriger mon point de vue. Mais je pense plutôt bien le comprendre puisque ma relation était justement basé sur le principe du vivre heureux que défend Maxime et aux implications très similaire au contenu de son blog.
Merci pour ta réponse. Je comprends ton désarroi et je compatis sincèrement.
Cependant, même si tout cela ne vient pas de façon naturelle, se centrer sur le moment présent, apprécier ce que l’on a, ici et maintenant, est véritablement la clé.
Oui j’ai encore des moments où je vacille un peu, mais ces moments sont suivis d’une force et d’une conviction chaque fois plus installées.
Et même si je pourrais te sembler renier mes propos précédents, oui il est essentiel d’acquérir la capacité d’être heureux seul, avant de faire une vraie rencontre.
L’inverse serait si simple!! Mais le résultat serait néant. La facilité apparente d’une rencontre qui masquerait temporairement ce que nous avons à guérir, ça n’est pas ce qui nous amènerait sur le chemin de notre évolution, cela stopperai même tout net notre démarche vers elle.
Malgré les petits moments de flottement, je sens que je progresse tellement, je suis plus légère,je vois la vie, les gens et tout ce qui m’enture de façon différente et je récolte tellement de sympathies en retour! Je pense même que je ne crois même plus réellement à mes moments de doutes.
Les enseignements de Eckkart Tolle, appuyés par ceux de Maxime, font leur chemin en moi chaque jour de façon indéniable.
Je suis sur la bonne voie et je le sais.
Et toi aussi, j’en suis certaine.
Une méditation en particulier m’apaise énormément, je me permets de donner son lien ici, en espérant que ça ne sera pas maladroit de ma part

Voilà EK, il est humain que nous flanchions de temps en temps, cela ne veut pas dire que nous sommes sur la mauvaise route ni que ça n’est pas à notre portée.
Je termine en t’envoyant mes pensées positives, mes pensées de force, je crois, je crois en toi, il faut faire ce chemin.
Pas de soucis. Tu ne renie en rien ton passage précédent puisque celui ci est un constat.
Le constat que tu aimerais y arriverais un jours mais que pour le moment ce n’est pas le cas. Je te souhaite d’y parvenir, vraiment.
Je te remercie pour tes encouragements. Moi aussi je me sens progresser. Mais il n’empêche que, malgré tout, j’éprouve aujourd’hui le besoin d’être avec quelqu’un tout en sachant que je ne pourrais pas rendre heureux quelqu’un que je n’aimerais pas réellement.
J’espère sincèrement que nous parviendrons tout deux à trouver notre voie.
Je viens de découvrir votre vidéo et je vous dis un grand merci !!!!
Etant moi même dépendante affective, je cherche des solutions pour « m’en sortir » et vous m’avez donné qq clés qui vont beaucoup m’aider….
Merci !!!
Isabelle
je découvre votre site et tout votre travail de méditation, partager vos connaissances et expériences avec une telle simplicité ,MERCI pour votre générosité et AMOUR.
Cela rempli et c’est que du bonheur …
Je me permet de répondre sur le mail de E.K, dans la démarche proposé par Maxime, nous nous sentons sommes seul au moment du travail de compréhension et d’acceptation de notre dépendance, et par moment ou le problème re surgit,je l’admet cela est difficile à vivre, et prend du temps parfois …. mais une fois cela vraiment intégré nous réalisons quenous ne sommes pas seul, une autre Force vit en nous, et de plus,rencontrons d’autres personnes en accord avec notre démarche et état d’être, et là, chacun comprend l’autre en profondeur,et un vrai partage s’installe,et une autre forme d’Amour se met en place toute seule,et si nous le souhaitons ce partage peut se vivre avec une seule personne choisi et l’AMOUR est alors bien plus puissant et complice, car la compréhension est réelle, c’est une prise de conscience concrète, etc’est comme voir avec le cœur, tout devient clair et limpide, il est évident que chacun doit être dans la même démarche, et se rejoindre à un moment donné.
Mais une fois le processus intégré, nous réalisons et nousressentons que nous ne sommes jamais seul, même si les apparences ou notre égo nous font croire que nous sommes seul.
En faîtes une FORCE exceptionnelle, nait en nous, et cette Force fait que nous ne nous sentons jamais seule même lorsque physiquement nous le sommes !
nous devenons 1 pilier à nous tout seul, nous avons alors le choix de rencontrer un autre être, qui sera un 2ème pilier, et ensemble nous allons créer une autre Force, de la complicité, du partage, de l’amour …
En effet c’est un choix conscient, et très individuel, je comprends ta démarche de choisir un autre Amour, de t’attacher à une personne, chacun est libre d’aimer comme il le souhaite, je crois qu’il y a plusieurs formes d’amour, et que toutes ses formes d’amour sont transitoires avant d’atteindre un AMOUR libéré de toutes dépendances !peut-être est-ce la peur d’être seul qui se cache derrière ton choix, ou peut-être que c’est simplement ton choix conscient qui te correspond, etl’essentiel est d’être en accord total avec soi, avec ses choix, c’est aussi cela le Bonheur.
C’est simplement ma vision, j’ai encore beaucoup à apprendre, et je sais que le chemin est long, je crois que chacun fait de son mieux, et chacun à son chemin et comprends au moment venu, nous avons tous notre temps pour comprendre les choses, donc nous sommes libre de choisir notre vie.
Belle journée à tous.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*

se sentir vide

Reçois chaque mois les dernières tendances make-up et un tuto à réaliser
Accueil/Forum/Psychologie/ Se sentir vide : le debut de la deprime?
bonjour! voila, depuis qq temps je me sens vide, plus rien ne m’interesse, ou du moins plus grand chose, g perdu monoptimisme …je v juste vous resumer ma vie depuis fevrier : a la fin du mois g perdu ma grand mere que j’adorais, une seamine apres celle de mon copain que j’aimais bcp…puis on a demenage pour revenir dans ma region natale,et par souci d’economie et aussi pask’on pensait trouver assez vite un appart a acheter, on c retrouves heberges par mes parents…on s’entend bien avec eux, mais bon, mon cheri deprimait a cause des trajets qu’il se tapait et je devais faire le tampon entre lui et ma mere, ce qui a ete un peu epuisant, surtout que je devais essayer de lui remonter le moral pendant ce temps la…gt a la recherche d’un emploi, et j’avais trouve une mission en interim au mois de juin qui devait deboucher sur un cdi, mais pour des raisons que je n’expliquerai pas la, ca ne c pas fait car ct l’arnaque totale a tous les niveaux…et pendant cette mission, ma princesse, ma ptite minette que j’avais depuis plus de 16 ans (je viens de feter mes 29) est décédée…et la j’accuse encore bien le coup, cla deprimetotale, je pense que ca a ete la goutte d’eau qq part…on est partis 15 jours envacancesapres ca, mais pour moi ct pas top a cause de ce deces…et la on est revenus, et hop, on redemenage dans un coin sympa , bcp plus pratique pour mon copain, et moi je cherche toujours un boulot, si possible epanouissant (oui je c, c tres recherche!)…depuis … a decide de bouger, mon cheri est a nouveau adorable avec moi, il a retrouve son moral, mais bizarrement ca me fait ni chaud ni froid, je me fous de tout, g l’impression de m’eloigner…en plus, ca faisait longtemps qu’aussi peu de monde avait pense a mon anniversaire, ca a l’air …mais ca m’aurait remonte le moral…ct pas la bonne annee… (( donc je suppose que c un peu normal de se sentir vide, je me demandais si ct de la deprime, et si oui si qq’un a une soluce, ou faut il simplement laisser le temps au temps, que je retrouve un boulot, que je me fasse encore a une nouvelle vie (depuis 3 ans, ce sera mon 4emedemenagement , j’en ai marre la)… voila 2004 n’est pas encore finie, d’ailleurs je redoute qq part de la continuer, mais fo bien!j’espere ne plus avoir d’epreuves avant un moment en tous cas, paske je suis de natureoptimisted’habitude, mais la ct un peu trop en trop peu de temps… merci de m’avoir lue en tout cas…
Bientôt l’été ! 5 astuces pour se sentir belle
Bientôt l’été ! 5 astuces pour se sentir belle
3D : La dépression nerveuse, c’est aussi une histoire de cerveau
Je pense que oui c’est la deprime ne reste pas comme ça, je te conseille d’aller en parler. bon courage lilly
Je pense que oui c’est la deprime ne reste pas comme ça, je te conseille d’aller en parler. bon courage lilly
Je pense aussi.. …quand on aaccusé autant de coup durs et de stress, en peu si de temps, il est besoin de reconnaître ses limites. Pour moi, elle sont dans le fait que, à présent, après votre déménagement,ton compagnon, lui, a retrouvé son équilibre…toi, au contraire, après l’avoir soutenu, fait le « tampon », comme tu dis si bien et avoir subi ces douloureuses pertes, tu te retrouves, à la maison, seule, sans travail, avec le stress supplémentaire d’en chercher. STOP !non? Tu as mérité « Le Breack »: repose-toi psychologiquement: médecin , arrêt maladie pour l’ ASSEDIC, si besoin est et…dodo, cocooning, doudou, petit nid, pas penser…se reposer, quelques semaines, quelques mois pour récupérer ton énergie. Dis-le à ton compagnon, il n’est pas aveugle, il a certainement ressenti comment tu t’es impliquée pour lui, à une époque, il connait les évènements douloureux de ta vie.Dis-lui, que, pour un moment, tu as besoin de récupérer, sans culpabilité, sans plus de stress…et….laisse-toi bien aller dans la douceur et le repos. Prends bien soin de toi Cathy
Je pense aussi.. …quand on aaccusé autant de coup durs et de stress, en peu si de temps, il est besoin de reconnaître ses limites. Pour moi, elle sont dans le fait que, à présent, après votre déménagement,ton compagnon, lui, a retrouvé son équilibre…toi, au contraire, après l’avoir soutenu, fait le « tampon », comme tu dis si bien et avoir subi ces douloureuses pertes, tu te retrouves, à la maison, seule, sans travail, avec le stress supplémentaire d’en chercher. STOP !non? Tu as mérité « Le Breack »: repose-toi psychologiquement: médecin , arrêt maladie pour l’ ASSEDIC, si besoin est et…dodo, cocooning, doudou, petit nid, pas penser…se reposer, quelques semaines, quelques mois pour récupérer ton énergie. Dis-le à ton compagnon, il n’est pas aveugle, il a certainement ressenti comment tu t’es impliquée pour lui, à une époque, il connait les évènements douloureux de ta vie.Dis-lui, que, pour un moment, tu as besoin de récupérer, sans culpabilité, sans plus de stress…et….laisse-toi bien aller dans la douceur et le repos. Prends bien soin de toi Cathy
Merci je pense cependant qu’au contraire g besoin de me changer les idees pour repartir du bon pied…deja trouver un boulot sera bien, et puis ce we g fait une soiree pour mon anniversaire avec des copains d’enfance, ca faisait des mois que j’avais pas ete detendue comme ca, et ca m’a bien remonte le moral, et ca fait bcp de bien! et mon copain est super gentil avec moi de me voir dans cet etat, et ca me fait du bien aussi, paske avec ses pb a lui, du coup ct pas terrible ceds derniers temps…la je pense que ca va repartir comme avant… merci en tout cas de tes conseils biz
Moi je crois que c’est ta « crise » de la trentaine qui commence, rien de grave, c’est un processus normal, tu perds tes repères d’enfant: mamie, chat, parents etc… tu vas commencer à voir les choses différement,c’est naturel, ne t’inquiètes pas bisou
Bienvenue J’ai 30 ans, une maman décédée il y a deux ans d’un cancer, je ne connais pas mon père et mon seul repère ma grand mère qui m’ a quasiment élevéest en hp pour démemence brutale depuis qq jours. De plus, je suis en phase de séparation d’avec mon ami (et donc de ses enfants que j’adorais)et suis depuis peu en recherche de boulot. J’avais posté sur le forum maman parce qu’en plus je crève d’envie d’un bb mais je sais que maintennnat ce n’est ni le lieu ni l’endroit ni rien quoi… Tu as ton ami, alors laisse le te coocooner et donne toi un peu de temps. Je suis également de nature optimiste mais quand ton monde s’écroule et que tu es seule, c’est un peu… dur. Bon courage Alexandra
Surplus d’émotions non exprimées Salut Je pense que tu as vécu beaucop de choses en peu de temps et tu as tout intériorisé, tu n’as pas laissé les émotions s’exprimer et maintenant elles ont atteint un telle stade que tu te sens vide.Arrete de maitriser tes émotions, libères le au fur et à mesure en en parlant, en pleurant, criant, mettant en colère, bref libères les au fur et à mesure des situations.Laisses parler tes émotions. Bon courage

se sentir vide

On me parle souvent de vide en soi, ce sontles femmes qui généralement m’en font part, tout en m’expliquant pourtant qu’elles sont très actives ou très occupées. Mais qu’est ce que ce vide si ce n’est un plein de quelque chose que nous ne savons pas définir. Il est bien souvent la conséquence d’un manque de lien affectif durant l’enfance ou du manque de l’être aimé à cause d’une séparation ou d’une rupture.

Le manque d’amour entraine des relations de dépendance affective séparation étant un déchirement supplémentaire qui se joue et se répètent entrainant culpabilité, humiliation, et finalement ce grand vide en soi. Le paradoxe étant la recherche d’une relation sécurisante et attachante, un idéal jamais atteignable car jamais complètement rassurant et jamais sécurisant comme il se faudrait, il y a un tel gouffre à combler que le partenaire a beau chercher à donner, ce n’est jamais suffisant ou perçu comme tel.

Bien comprendre le vide au fond de soi, c’est d’abord accepter son impuissance à le remplir, admettre que ce sont nos peurs qui alimentent ce vide, et définir ce sentiment de vacuité, c’est déjà décrypter en soi une crise existentielle majeure, elle est très courante dans nos sociétés modernes « individualistes », car il y a à la fois une crise de reconnaissance de son propre ego, lequel n’est généralement pas accepté, mais aussi une crise relationnelle face à l’autre. Alors, il faut bien définir ses besoins et les mettre en application afin de mesurer un mieux être jusqu’à la découverte de son bien-être personnel et intérieur, il est ainsi possible de se remplir par et pour vous-mêmes. Mais ce n’est pas si simple de se construire seul(e) sans les autres et il est évidemment impossible de se suffire à soi-même si l’on veut vivre en couple.

Les hommes et les femmes qui se sentent « vides en eux » doivent effectivement découvrir l’autonomie en apprenant à se valoriser et à s’aimer pour être en capacité à recevoir.La définition même du couple, accepter cet « autre nécessaire », cet « alter-ego » qui sait soutenir, à côté de soi sans intrusion, c’est une définition de celui ou celle qui aime. Et lorsque hommes et femmes se rencontrent il savent d’instinct si cet « alter-ego » sera celui ou celle pour former un couple où l’ego de chacun sera à sa place pour le bien de l’autre et de son évolution, pour chasser le terrible vide de l’existence, pour finalement « être comblé » par soi et par l’autre, se redécouvrir « pleinement » soi-même.
Conseil Conjugal

Je me demande :  » Comment sauver son couple ? J’ai tout essayé, psychologue, voyance…  »

Confiance en Soi

Le manque de confiance en soi, c’est refuser de prendre
en considération…

Dépendance

Je suis en dépendance lorsque je crois que l’on va m’apporter ce que je suis incapable de me donner moi-même..
Identité Visuelle : Troyes Fois Plus – Supervision du code & suivi du site : C.E.R.C.L.E – Mentions Légales – Contactez-nous – Recommander ce site

se sentir vide

Restos à Paris

Cinéma

Musique

Expos

Théâtre

Lieux

Livres

Citations

Célèbre

Agenda

Espace Perso

Tout Evene Articles Evenements Livres Films Lieux Citations Célèbre
DeJean-Paul Sartre / Situations
DeOlivier Lockert / Hypnose
DeGilbert Dupuis / La Marcheuse
DeShashi Deshpande / Question de temps
DeBenjamin Franklin / Maximes pour l’almanach du pauvre Richard
DeRaoul Ponchon / La Muse gaillarde
DeJean-Claude Brialy /Le Ruisseau des singes
Le meilleur des sorties parisiennes chaque mercredi
Les spots du scope : les bons plans du Figaroscope
La lettre quotidienne evene (citations, livres, chroniques..)

se sentir vide

Réalisée parNolinle 28 sept. 2016
6 réponses

J’aime

5
J’aime

GARNERO Sebastien

Paris
Vérifiez s’il existe des questions similaires déjà répondues :
Écrivez correctement :évitez les fautes d’orthographe et les mots en majuscules Soyez clair et concis :utilisez un langage direct et incluez des exemples concrets Soyez respectueux : utilisez un vocabulaire adéquat et restez poli Évitez le Spam : n’incluez pas d’informations personnelles (téléphone, e-mail, etc.) ni de publicité Si vous souhaitez demander des informations cliquezici
Comment souhaitez-vous envoyer votre question ?

Publique : dans notre section Questions
Vos questions et ses réponses seront publiées sur le site et vous recevrez plus de réponses.

Privée : directement à un psychologue
Nous enverrons votre question aux experts du site, qui vous répondront personnellement. Pour cela, certaines de vos coordonnées sont nécessaires.

Nom / prénom ou pseudo (il sera publié)
Pour qu’ils puissent vous aider par téléphone
Pour sélectionner des experts de votre zone
Pour sélectionner les experts les plus adéquats

Sujets les plus populaires

travail ,

relation ,

enfants ,

famille ,

entourage ,

peur ,

années ,

couple ,

comportement ,

relations ,

parents ,

angoisses ,

séparation ,

violence ,

deuil ,

jalousie ,

addiction ,

phobies ,

divorce ,

thérapie ,

confiance ,

dépression ,

sentiments ,

stress ,

crise ,

sentiment ,

l’amour ,

maladie ,

honte ,

enfance ,

dispute ,

troubles ,

rencontre ,

scolaire ,

internet ,

victime ,

décès ,

départ ,

familial ,

jaloux ,

bonheur ,

tristesse ,

accident ,

célibataire ,

douleur ,

jalouse ,

personnalité ,

amitié ,

psychanalyse ,

hypnose ,

médicaments ,

rompre ,

thérapies ,

traumatisme ,

alcoolique ,

complexe ,

dépressive .

Voir plus

7350
Psychologues à votre disposition

4200
Questions posées

25450
Réponses obtenues

J’aime

1
J’aime

Alain CHARDON

Paris

J’aime

1
J’aime

TUDAL Catherine

Boulogne-sur-Gesse

J’aime

5
J’aime

Isabelle Silva

Antibes

J’aime

2
J’aime
Nathalie Follmann
Clichy

J’aime

3
J’aime

Maurice Gaillard

Vincennes

1

Je suis vide

12 réponses, dernière réponse le 16 Février 2017

2

Perte d’intérêt brutale et stress

4 réponses, dernière réponse le 23 Août 2016

3

Mes blessures d’abandon et de trahison me pourrissent la vie

3 réponses, dernière réponse le 27 Juin 2016

4

Comment aider mon fils de 19 ans ?

5 réponses, dernière réponse le 04 Juin 2017

5

Influence de la reconnaissance du père dans la stabilité affective de sa fille ?

9 réponses, dernière réponse le 05 Novembre 2014

6

Je doute encore et encore, je n’en peux plus

2 réponses, dernière réponse le 13 Octobre 2016

7

J’en ai marre de me considerer comme étant differente

14 réponses, dernière réponse le 15 Février 2017

8

L’hypnose peut-elle aider à modifier un sentiment?

7 réponses, dernière réponse le 09 Octobre 2015

9

Peur ou trauma ?

7 réponses, dernière réponse le 30 Août 2016

10

Pourquoi je suis si mal à l’aise devant le silence ?

11 réponses, dernière réponse le 13 Avril 2016

Derniers cabinets

Virginie Dhaese

Amandine Carneiro

GOSSEC

Valérie LAMBERT

Laura Vargas

Départements Top

Psychologues Paris

Psychologues Bouches-du-Rhône

Psychologues Rhône

Psychologues Hauts-de-Seine

Psychologues Haute-Garonne

Services par département

L’anxiété Paris

Psychothérapeutes Paris

Stress négatif Paris

Trouble humeur Paris

Psychologues Paris

Mundopsicologos.com.ar

MundoPsicologos.com

PsicologosOnline.cl

Psicologos.com.co

MundoPsicologos.com

Psychologue.net

GuidaPsicologi.it

Psico.mx

Se sentir dans le vide. Comment y remédier ?
Bonjour Nolin,
Votre interrogation si succincte correspond probablement à votre vécu actuel et de ce sentiment de se sentir « vide » que l’on voit dans différents types d’états ou de troubles cliniques plus ou moins importants. L’essentielpour vous, il me semble est que vous puissiez vous inscrire dans un projet de soin et de thérapie si effectivement vous « vous sentez vide » car il signe bien souvent une phase de dépressivité annonciatrice d’autres difficultés qui nécessite d’être traitée.
s’il s’agit d’une pure information, vous pouvez toujours faire une recherche exhaustive sur internet ou en biblio, vous verrez que ce thème a été développé dans de nombreux domaines (phénoménologie, psychanalyse, philosophie, psychiatrie, bouddhisme…) et est tout à fait intéressant d’un point de vue intellectuel et pour comprendre la pathologie mentale notamment.

S.Garnero, DR Psychologie clinique, Sexologue, Thérapeute, consultant expert en ligne ESanté
Bonjour Nolin,
Votre interrogation si succincte correspond probablement à votre vécu actuel et de ce sentiment de se sentir « vide » que l’on voit dans différents types d’états ou de troubles cliniques plus ou moins importants. L’essentielpour vous, il me semble est que vous puissiez vous inscrire dans un projet de soin et de thérapie si effectivement vous « vous sentez vide » car il signe bien souvent une phase de dépressivité annonciatrice d’autres difficultés qui nécessite d’être traitée.
s’il s’agit d’une pure information, vous pouvez toujours faire une recherche exhaustive sur internet ou en biblio, vous verrez que ce thème a été développé dans de nombreux domaines (phénoménologie, psychanalyse, philosophie, psychiatrie, bouddhisme…) et est tout à fait intéressant d’un point de vue intellectuel et pour comprendre la pathologie mentale notamment.

S.Garnero, DR Psychologie clinique, Sexologue, Thérapeute, consultant expert en ligne ESanté
Bonjour Nolin

Il est difficile d’apporter une réponse univoque à votre demande, extrêmement succinte. Le vide que vous évoquez peut être compris de plus d’une manière :
Vous sentez vous flotter dans le vide ? Le vide est-il ressenti à l’intérieur de vous?
Vide existentiel ? Passage à vide ponctuel ?
Le psychothérapeute est là pour vous permettre de mettre des mots sur la sensation éprouvée et mieux comprendre ce dont il s’agit pour essayer de remédier au malaise que vous ressentez.
Cordialement
Alain Chardon
Bonjour Nolin

Il est difficile d’apporter une réponse univoque à votre demande, extrêmement succinte. Le vide que vous évoquez peut être compris de plus d’une manière :
Vous sentez vous flotter dans le vide ? Le vide est-il ressenti à l’intérieur de vous?
Vide existentiel ? Passage à vide ponctuel ?
Le psychothérapeute est là pour vous permettre de mettre des mots sur la sensation éprouvée et mieux comprendre ce dont il s’agit pour essayer de remédier au malaise que vous ressentez.
Cordialement
Alain Chardon
Bonjour, votre question est une vraie interrogation. Sur ce que vous appelez se sentir dans le vide d’abord, un ressenti qui peut-être l’expression d’un manque de sens dans votre vie, d’un flottement entre deux étapes, d’une tristesse, d’une solitude…? Vous seul avez les informations sur le contexte dans lequel e vide se manifeste, depuis quand, après un évènement ou en germe pendant des mois..?
C’est à partir de ces éléments que nous pourrons mieux vous répondre. Quant à la demande de remédier au sentiment de vide, je crois que ce sentiment justement fait partie d’un tout, d’une réalité psychique existante qu’il faut prendre en compte pour espérer aller vers un mieux-être ou vers un « plus » de vie…Si vous pouvez continuer à vous exprimer, n’hésitez pas. Bon courage. Catherine TUDAL. Psychologue.
Bonjour, votre question est une vraie interrogation. Sur ce que vous appelez se sentir dans le vide d’abord, un ressenti qui peut-être l’expression d’un manque de sens dans votre vie, d’un flottement entre deux étapes, d’une tristesse, d’une solitude…? Vous seul avez les informations sur le contexte dans lequel e vide se manifeste, depuis quand, après un évènement ou en germe pendant des mois..?
C’est à partir de ces éléments que nous pourrons mieux vous répondre. Quant à la demande de remédier au sentiment de vide, je crois que ce sentiment justement fait partie d’un tout, d’une réalité psychique existante qu’il faut prendre en compte pour espérer aller vers un mieux-être ou vers un « plus » de vie…Si vous pouvez continuer à vous exprimer, n’hésitez pas. Bon courage. Catherine TUDAL. Psychologue.
Bonjour Nolin,
Le vide est caractérisé par un sentiment d’ennui généralisé, d’aliénation, et d’apathie. Ses sentiments peuvent apparaître pendant une déprime, solitude, l’anhédonie, le désespoir, ou d’autres troubles émotionnels/mentaux. Ils peuvent apparaître aussi lors d’une séparation interpersonnelle, suite a un décès ou autre événement.
C’est difficile de vous répondre parce que vous ne développez pas trop…et en même temps je ne suis pas sure que vous le puissiez…
Pour y remédier vous pouvez consulter un professionnel qui puisse vous écouter et bien vous conseiller.
Bonjour Nolin,
Le vide est caractérisé par un sentiment d’ennui généralisé, d’aliénation, et d’apathie. Ses sentiments peuvent apparaître pendant une déprime, solitude, l’anhédonie, le désespoir, ou d’autres troubles émotionnels/mentaux. Ils peuvent apparaître aussi lors d’une séparation interpersonnelle, suite a un décès ou autre événement.
C’est difficile de vous répondre parce que vous ne développez pas trop…et en même temps je ne suis pas sure que vous le puissiez…
Pour y remédier vous pouvez consulter un professionnel qui puisse vous écouter et bien vous conseiller.
Bonjour,
Comment voulez vous qu’on réponde à une phrase aussi succincte ?…
Etayer votre demande si vous souhaitez une éventuelle aide.
Bonjour,
Comment voulez vous qu’on réponde à une phrase aussi succincte ?…
Etayer votre demande si vous souhaitez une éventuelle aide.
Bonjour
La brièveté de votre question est à l’image de la question elle-même.
En précisant votre question, en rédigeant ce qui la sous-tend, vous aurez déjà fait un bout de chemindans la manière de remplir le vide. La page blanche fera place à un début d’histoire personnelle en devenir.
Cordialemen
Bonjour
La brièveté de votre question est à l’image de la question elle-même.
En précisant votre question, en rédigeant ce qui la sous-tend, vous aurez déjà fait un bout de chemindans la manière de remplir le vide. La page blanche fera place à un début d’histoire personnelle en devenir.
Cordialemen
Trouver des réponses parmi les 4200 questions posées sur Psychologue.net

se sentir vide

1
1
1
1
1

3.9Stars /5Ratings
J’essaye de comprendre ma boulimie que je comprends être la peur du vide culinaire. Je me comprends mieux dans votre article. Merci.
il nous appartient à tous de remplir ou combler un vide qui n’est jamais que notre vie à parcourir Notre libre arbitre !
Je vous conseille de lire Eckhart Tolle, vous allez aimer.
Ouvragesde C. Hervais
Widgets Amazon.fr
Vous êtres proche d’une personne boulimique anorexique et souhaitez mieux comprendre ce trouble?Les pistes vous sont données ici .
Ouvragesde B. Cyrulnik
Widgets Amazon.fr
Ouvragesde P. Jeammet
Widgets Amazon.fr
Écrit parCatherine Hervais . Publié dansTroubles de la personnalité
I l y a des gens qui ne ressentent jamais l’angoisse du vide. Peut-être s’arrangent-ils pour avoir toujours quelque chose à faire ou à penser ? Peut-être savent-il se satisfaire des moments où rien ne se passe de particulier.Pour Jonathan. le vide est « pesant, oppressant et difficile à bouger . L’une des choses les plus denses de l’existence… ». Il écrit : « Je ne sais pas quand le vide s’est inséré dans ma vie, ce qui est certain c’est que lorsque je m’en suis aperçu il était déjà omniprésent.. Aujourd’hui le vide c’est l’absence, l’absence d’amour, de joie et parfois même d’espoir. C’est l’absence d’une Maman, l’absence d’une âme sœur, ou l’absence de l’idée que je puisse en rencontrer à nouveau une. Le vide c’est mon cœur qui ne bat plus depuis 2004, c’est une cohorte de doutes qui m’assaillent, ravagent mon âme, laissant ensuite aux angoisses le privilège de finir leur tâche : me plomber. (…), c’est une existence physique : je ressens physiquement sa présence.
Certains ressentent le vide comme totalement insupportable au point qu’ils ont besoin d’une addiction (alcool, drogue, boulimie…) pour essayer de lui échapper. Pour les bouddhistes, elle est source d’apaisement.
Mais la sensation de vide peut évoluer. De souffrance, elle peut, après une thérapie, devenir moins douloureuse: « Auparavant, je n’acceptais jamais le vide. Je comblais frénétiquement tout moments qui pouvaient m’y confronter. Les choses évoluent doucement avec la thérapie… A présent, par moments, je parviens à laisser entrer un peu le vide, à l’accepter d’avantage. » écrit Luz.
Pour Armelle, le vide est maintenant presque de l’histoire ancienne. Elle écrit : « Dans son roman Le Souffle des Dieux, Bernard Werber (un de mes auteurs français préférés) décrit la force du vide, qu’il appelle aussi le « rien »… L’univers est parti de rien et n’aboutit à rien. Je me rends compte que depuis quelques années (depuis que j’effectue un travail sur moi en fait), j’ai beaucoup moins peur de l’idée du vide qu’avant.
Lorsque j’étais petite, puis ado, et jusqu’à l’âge de 24/25 ans, j’avais des cauchemars récurrents, dont plusieurs liés au vide « physique ». Dans ces cauchemars, je dégringolais d’une route verglacée perpendiculaire (à 90°, bref une route qui n’existe nulle part, ou bien ça s’appelle un mur ! mais là c’était vraiment une route de campagne d’hiver, toute gelée), et ça n’en finissait pas, je chutais de plus en plus vite sans pouvoir me rattraper à quoi que ce soit, je hurlais, ce qui finissait par me réveiller, j’étais en sueur, mais vraiment en sueur (les draps trempés comme si j’y avais renversé un seau d’eau), donc deshydratée, et toujours terriblement angoissée et complètement crispée ; d’ailleurs je faisais beaucoup de crises de spasmophilie et de tétanie.
Dans un autre cauchemar, j’étais comme en suspension dans l’espace, enfin la galaxie, dans le noir, avec les étoiles autour de moi pour seule lumière ; au début j’étais donc en suspension, mais ça durait peut-être 2 secondes, et aussitôt après je me mettais à tomber, tomber, tomber toujours plus vite… bref même topo et même réveil en sueur que pour l’autre cauchemar. Et pourtant en haut de la Tour Eiffel par exemple, je n’avais pas peur du vide, pas le vertige, j’étais même fascinée.
Depuis que je commence à aller vraiment mieux (depuis 2/3 ans), je n’ai eu ces cauchemars liés au vide qu’une fois (peut-être deux). Je me demande si la peur du vide, ce ne serait pas « tout simplement » (bien sûr que ce n’est pas simple !) la peur de la mort, la peur de la vie. Pour moi, la peur de la mort c’est la même chose que la peur de la vie. C’est parce que j’étais terrorisée par la mort, le temps qui passe, la jeunesse qui se fâne, que je n’arrivais pas à vivre et quelque part j’avais peur de la vie.Et mes contradictions m’angoissaient : à la fois peur d’être aimée et peur de ne pas être aimée ; peur du succès et peur de l’échec ; envie d’être star et envie de passer complètement incognito, d’être invisible… Alors peur de la vie et peur de la mort, tout ça c’était la même chose pour moi ; tout ça allait dans le même sac « « mais qu’est-ce que je fous ici ? », « pourquoi ce spermatozoïde, plutôt qu’un autre ? », « pourquoi cette âme-là dans ce corps-là ? » etc.Les psychothérapies m’ont aidé, et m’aident encore à ACCEPTER : accepter le passé, accepter d’avoir été violentée, accepter de ne pas avoir décroché un poste que je convoitais, accepter le bruit, accepter le silence, accepter d’être surdouée, accepter d’être quittée, accepter que quelqu’un ne partage pas mon avis sans me sentir frustrée ou énervée, accepter l’Alzheimer de ma grand-mère, bref accepter tout ce qui fait partie de la vie et accepter la mort.
Oui vraiment je trouve que la mort et la vie, c’est un peu la même chose…la mort fait partie de la vie. A la fin d’une vie, il y a la mort, mais après la mort, il y a une nouvelle vie ; je crois au cycle de la renaissance. Je crois à la réincarnation ; en plus elle m’aide à accepter la mort, car je me dis que si je n’ai pas le temps de « tout faire » dans ma vie d’Armelle L., eh bien je le ferai dans ma prochaine vie de Kelly, Markus ou Robert.
Tout cela pour dire que depuis que j’accepte (la vie, la mort, le vide, et que je m’accepte, moi), mes angoisses ont disparu, mon dernier cauchemar remonte à plusieurs mois, ah oui et j’allais oublier les boulimies : elles se sont nettement espacées, surtout ces 2 derniers mois (avant c’était tous les jours, parfois plusieurs par jour, surtout les w-e ; maintenant, enfin ces deux derniers mois, ça a été en gros deux jours par mois.).
Le groupe de théapie de ce week-end, que j’ai trouvé vraiment formidable, presque « magique », a été une nouvelle étape très importante pour moi. Je ne saurais pas expliquer, mais une chose est sûre : j’ai eu la confirmation que quelque chose en moi avait encore changé, et cette « chose » me plaît bien.
Oui, au delà de l’accepter, j’apprends à aimer la personne que je suis en train de devenir. La petite fille terrifiée, l’ado cassée et la jeune fille paumée que j’ai été ont contribué à construire la jeune femme plus solide et épanouie que je suis aujourd’hui.Alors le vide c’est ce qui fait que je suis aujourd’hui dans ma vie. Avant j’étais « en vie », maintenant je suis « dans la vie », dans MA vie.Etje ne laisserai personne me la saboter car elle m’appartient (j’ai longtemps cru que même ça, ma vie, ne m’appartenait pas, que c’était la « propriété » de mes parents puisqu’ils m’avaient conçue ou plutôt « fabriquée »). Alors le vide ne me fait plus aussi peur qu’avant, je l’ai apprivoisé, comme j’ai apprivoisé la vie et la mort.
Le vide, finalement, c’est ce qui remplit ma vie. »
This Browser is not good enough to show HTML5 canvas. Switch to a better browser (Chrome, Firefox, IE9, Safari etc) to view the contect of this module properly

se sentir vide

TV Conception Grossesse Prénoms Bébé Enfant & ado École Femme

Sexualité et amour

Toutes les méthodes de contraception

Sexualité et grossesse

Forum vie de couple

Forum contraception

Forum sexe et grossesse

Tests et quiz couple et sexualité

Vie amoureuse

Sexo

Problèmes et psychologie de couple

Beauté

Cheveux

Maquillage et parfums

Soin de la peau

Beauté star

Epilation

Forum beauté

Tatouage et Piercing

Thalasso et Spa

Sport

Buzz des parents

Tendance : les buzz du moment

Les tops et les flops des parents

Photos insolites des parents

Citation de la semaine

Vidéos buzz

Dessins drôles

Buzz-actu

Nutrition et minceur

Equilibre alimentaire et conseils nutritionnels

Vitamines, minéraux, oligoéléments

Forum minceur, nutrition

Régimes

Mincir après l’accouchement

Vie professionnelle

Congé maternité

Reprendre le travail après bébé

Carrière et vie de famille

Forum vie active

Expatriation, vie à l’étranger

Mariage

Faire-part et liste de mariage

Toute la déco du mariage

Finances, contrat, droits : guide pratique du mariage

Photo, traiteur, cérémonie : l’organisation du mariage par étapes

Forum mariage

Se marier enceinte

Anniversaire de mariage

Coiffures et maquillage de mariage

Accessoires de mariage

Mode femme

Mode femme printemps / été

Lingerie et maillots de bain femme

Forum mode et tendances

Marques Mode

Psychologie

Psychologie et grossesse

Troubles psychologiques

Relations Familiales

Forum psychologie

Tests et quiz femme

Cuisine

Déco / loisirs créatifs

Fête des mères 2017

Santé femme

Saint valentin

Famili Box

Vidéos femme

Vidéos bien décorer et aménager sa maison

Vidéos bien entretenir sa maison

Vidéos conseils minceur pour garder la ligne

Vidéos bien-être, relaxation et développement personnel

Vidéos être heureux dans son couple

Vidéos maquillage

Vidéos soins

Vidéos coiffure

Nos chroniqueurs

Recettes Santé Cadum La familiale Actu Astro La maison des maternelles Beauté Boutique Déco & DIY Vie pratique Nos services Jeux concours Gagnez un an de couches Je suis enceinte Forum Newsletter

Je certifie ne pas envoyer d’e-mail indésirable
Déclenchement, épisiotomie, forceps : vos questions sur l’accouchement
Lagrossessereprésente, pour les mamans et futures mamans, une véritable aventure.Neuf mois (dans le meilleur des cas)où les femmes créent un lien spécial, et privilégié avec leur enfant à naître. Si pour certaines, lescôtés négatifs de la grossessese sont accumulés pendant des mois, pour d’autres, être enceinte a très certainement été la plus belle période de leur vie. Au point que certaines ressentent un vrai manque, et développent ce que l’on appelle lesyndrome du ventre vide.Dans cette situation, plusieurs émotions se bousculent. La crainte, le manque, le mal-être, à l’idée de ne plus être enceinte. Pour celles qui ontaccouché , c’est le manque de sentir son ventre pousser, la sensation de vide en elles une fois quebébé est né . Sur la Toile, rares sont les informations concernant ce syndrome, pourtant, certaines mamans blogueuses racontent comment elles le vivent. Sur les forums, même constat : beaucoup de jeunes mamans appellent à l’aide, persuadées que ce « mal » dont elles souffrent ne s’en ira jamais.Pour en savoir plus, et mieux comprendre ce qu’est lesyndrôme du ventre vide , nous avons fait appel àLéa Gouz-Cymerman , psychologue clinicienne.
Le syndrôme du ventre vide est l’application dans le langage commun de ce que l’on appelle lebaby bluesou dépression précoce transitoire du post-partum : ce n’est donc pas un terme médical. Le baby blues est la dépression que rencontrent à peu près80% des femmesdans les premiers jours après l’accouchement (généralement autour du3e/4e jour après la naissance de l’enfant ) et qui s’estompe au bout de quelques jours.  Dans ce temps du baby blues, la femme qui vient d’accoucher prend conscience de laséparation avec son bébé , c’estla fin de la fusion avec le bébé qu’elle a porté pendant des mois,elle réalise progressivement qu’elle estdevenue mère . La mère peut alors ressentir une certaine tristesse, elle peut se mettre à pleurer et peut se sentir vulnérable. Certaines femmes témoignent d’un manque, d’un vide, d’une perte du ventre habité par le bébé. Il y aurait une nostalgie de ce temps de la grossesse. De plus, il se peut que la nouvelle mère ne se sente plus au centre de l’attention, qu’elle ait le sentiment d’être laissée pour compte, ou l’impression que la bienveillance autour d’elle durant la grossesse se déplace alors sur le bébé.
Oui, il peut y avoir des symptômes physiques, qui sont les localisations somatiques de la dépression. Par exemple, la fatigue intense, lescicatrices douloureuses de la césarienne , lesmaux de tête , tous les petits bobos d’après la naissance qui peuvent être majorés.
On ne peut pas faire disparaitre ce sentiment, c’est transitoire ! Cette période se résout toute seule : c’est le temps de la reconnaissance du bébé et de la mère. Il s’agit d’accompagner les mères dans leur difficulté et si cela dure dans le temps, il y a des psychologues dans chaque service de maternité ou PMI(centres de Protection Maternelle et Infantile) . Ainsi, lorsque les symptômes dépressifs perdurent, on peut alors parler de la dépression du post-partumqui touche près de18% des femmeset qui nécessite une prise en charge psychothérapique voir médicamenteuse.
 Le sentiment du ventre vide évoquele ventre où il y a eu un enfant et où il n’y en a plus . Cela concerne donc les femmes qui ont accouché d’un bébé vivant mais aussi les femmes ayant vécu desIMG(Interruption Médicalisée de Grossesse) , une mort fœtale, ou unavortement . Dans ces cas là, le blues peut apparaître d’autant plus dépressif.Pour aller plus loin… > Découvrez notre collectionLa dépression post-partum en questions > Réagissez sur notre forumBébé

se sentir vide

POLITIQUE

ÉCONOMIE

INTERNATIONAL

CULTURE

LE BON LIEN

C’EST LA VIE

LE HUFFPLAY

عربي (Arabic)

Australia

Brasil

Canada

Deutschland

España

France

Ελλάδα (Greece)

India

Italia

日本 (Japan)

한국 (Korea)

Maghreb

México

Québec (En Francais)

South Africa

United Kingdom

United States

عربي (Arabic)

Australia

Brasil

Canada

Deutschland

España

Ελλάδα (Greece)

India

Italia

日本 (Japan)

한국 (Korea)

Maghreb

México

Québec (En Francais)

South Africa

United Kingdom

United States

BLOG – Une large majorité de députés En Marche n’est pas un danger, d’eux dépend le renouveau de notre République
Dans le 18e, cet électeur a bien coincé les candidats (dont El Khomri) avec sa question pertinente sur l’abstention
Victime d’un malaise en public en 2013, Boutin s’indigne des moqueries sur NKM
Ces circos ubuesques où les électeurs ont du mal à s’y retrouver
Les actionnaires de Renault valident de justesse la rémunération de Carlos Ghosn
BLOG – Le surendettement tue 3 personnes par jour, nos futurs députés doivent réagir
Contrat d’armement de 12 milliards: Le Qatar n’en veut visiblement pas à Trump pour ses deux tweets
Fin des frais d’itinérance dans 31 pays européens (mais attention à quelques petits pièges)
Un artiste anglais crie à l’injustice pour les victimes de la Grenfell Tower
Affaire Cosby: après 29 heures de débat, le jury toujours incapable de trancher
Le 1er ministre australien a imité Trump en privé… Bien sûr l’enregistrement a fuité
« Ce serait un miracle de retrouver des survivants » de l’incendie de Londres
Il plagie « House of Cards » pour son spot de campagne
Keith Richards rend hommage à Anita Pallenberg, muse des Rolling Stones
Demi Moore montre une photo d’elle peu flatteuse (pour la bonne cause)
Ce cinéma a distribué des produits ménagers lors d’une séance de Wonder Woman
Un journaliste de la BBC victime d’une panne d’ordinateur en plein direct
Avec sa voiture, il entre dans une supérette pour faire ses courses
Cet enlèvement de voiture raté réjouit ceux qui ont déjà vécu la galère de la fourrière
Il y avait un peu de Fillon ou de Bayrou dans les sujets du bac philo
La dernière vidéo de 30 millions d’amis illustre « la triste réalité » de l’abandon
Les corrigés du bac de français des séries L, ES, S et techno
Nantes s’essaie au mariage de nuit, une première en France
Grâce aux internautes, la Commission européenne va être obligée de statuer sur le glyphosate

C’est demain

Vie de bureau

Ça marche

Animaux

People

Techno

Immobilier

Cinéma

Musique

Séries télé

Médias

Réseaux sociaux

Insolite

Alimentation

Santé

Sexualité

Déconnecter pour respirer

Réussir autrement

Éducation

Beauté

Voyage

Mode

Electrify the world

« Je me sens seul »: des scientifiques montrent que le cerveau des solitaires fonctionne différemment
07/08/2015 15:26 CEST
|

Actualisé
05/10/2016 15:54 CEST

NKM fait un malaise après une agression, une plainte déposée

BLOG – Macron et sa majorité préparent la plus terrible attaque contre nos salaires de toute notre histoire

Le CSA classe l’affaire « TPMP » de la vidéo porno de Delormeau

Lily-Rose Depp bronzera topless cet été

« Make our planet great again », le coup de com’ de Macron à 30 millions qui ne plaît pas à tous les chercheurs

Le 1er ministre australien a imité Trump en privé… Bien sûr l’enregistrement a fuité

S’INSCRIRE ET NOUS SUIVRE C’EST LA VIE
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTERC’EST LA VIE
Surlignez la phrase que vous voulez partager sur Facebook et Twitter
SCIENCES – Le fait de se sentir seul a maintenant une explication scientifique. S’il vous arrive souvent d’avoir l’impression d’être abandonné, c’est que vous êtes victime d’une « spirale négative ». Un cercle vicieux se met alors en place.
Selon leNew-York Magazine , les gens qui se sentent isolés viennent à redouter de mauvaises expériences sociales. Ils vont ainsi perde foi en la possibilité de rencontrer des gens qui deviendront leurs amis. Une fois seul, leur cerveau entre dans une phase d’auto-préservation, un processus qui met en alerte la personne face une rencontre potentielle.
C’est une étude menée par les chercheurs Stephanie et John Cacioppo accompagnés de Stephen Balogh de l’université de Chicago qui a permis de révéler cette théorie au grand jour. Pour appuyer leur propos, les chercheursont étudié le comportement de 38 personnes considérées comme « très solitaires » et 32 qui ne le sont pas. Les résultats ont été publiés dansCortex , une revue scientifique en ligne
Pour l’expérience, ces experts ont placé un réseau d’électrodes de 128 capteurs sur chacune des têtes des participants, ce qui leur a permis d’enregistrer les ondes cérébrales pendant 480 millisecondes.
Ensuite, ils ont demandé aux participants de regarder différents mots sur un écran d’ordinateur et d’indiquer avec les touches du clavier, aussi rapidement que possible, de quelle couleur ils ont été écrits. Cette pratique s’appellele test de Stroop . L’idée est que, puisque les participants sont invités à se concentrer non pas sur le mot lui-même, mais sur sa couleur, la signification du mot pour le participant est considérée comme automatique et inconsciente.
LeNew-York Magazinerapporte donc que certains de ces mots sont à la fois sociaux et positifs (par exemple « appartenir » et « fête »), d’autres sont sociaux et négatifs (« seul » et « solitaire »), tandis que d’autres sont émotionnellement positifs, mais non-sociaux (par exemple, « la joie »), les derniers sont ainsi non-sociaux et émotionnellement négatifs (« triste »).
Les chercheurs ont voulu savoir quand et, comment les cerveaux des participants ont répondu à la vue des mots négatifs qui étaient de nature sociale, par rapport à ceux qui étaient non-sociaux.
Nos confrères duHuffington Post américainexpliquent que durant les 280 premiers millisecondes d’études, le cerveau des gens solitaires ont répondu uniquement à des mots négatifs et non-sociaux. Alors que les personnes non-solitaires ont répondu à des mots sociaux et non-sociaux négatifs pendant les 480 millisecondes complètes.
En d’autres termes, les personnes seules sont focalisées sur les aspects négatifs tandis que les personnes non-solitaires sont concentrées sur tout.
Avec la newsletter quotidienne du HuffPost, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour.
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>