quel type souffrance pour celui qui quitte

Abonnement

Je feuillette le magazine
Je m’abonne

   Quel type de souffrance pour celui qui quitte?
Il y a 273 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus,cliquez ici
 Sujet :Quel type de souffrance pour celui qui quitte?
Message cité 1 fois Message édité par xilay le 01/07/2008 à 18:43:33
Cà fait un bon bout de temps que je me pose la question… Je connais quelle a été ma souffrance d’avoir été quittée: sentiment d’abandon, trahison, blessure narcissique, profonde tristesse de ne plus envisager mon avenir avec l’autre et j’en passe. J’ai longtemps pensé que mon ex n’avait pas souffert: tout avait l’air d’aller pour le mieux pour lui, et je sais que c’est quelqu’un qui sait rebondir, qui tourne rapidement la page, et qui en a vécu d’autres… Cependant, tout n’est sûrement pas noir ou blanc. Je me demande régulièrement en ce moment s’il a tout de même eu des moments de nostalgie, s’il a également souffert finalement. Y’en a-t-il parmi vous qui ont quitté ? Comment l’avez-vous vécu? (outre sans doute le sentiment premier de libération) D’avance, merci.
Pour info Didoulap ton ex femme aurait semble t’il du psoriasis mais bon on peut l’écrire de toutes les façons…
Citation : J’ai vécu les 2 situations avec des filles dont j’étais vraiment très proche et amoureux. Je ne me sentais plus amoureux lorsque j’ai quitté mon ex, je l’ai foutu dans la merde sentimentalement, financièrement, on ne s’était jamais engueulé, pleins de points communs, et je peux assurer que j’ai mieux supporté d’être quitté que de quitter.
Citation : A un tel point que lorsque j’ai rencontré quelqu’un, je la cachais pour pas que l’ex le sache, puis à force, c’est se projeter dans le futur qui m’a fait peur (pour d’autres raisons aussi) et aujourd’hui, je ne suis plus avec cette jolie demoiselle et j’en souffre. Quitter m’a fait un mal tel que je n’ai pas su gérer l’après…
Bonsoir, Je suis celle qui va probablement « quitter » et par la même occasion embarquer mes 3 enfants dans l’histoire… J’ai mis un post ce matin « suis je egoiste »… Je peux te dire que cela fait des mois que je dors 3 ou 4h par nuit, qu’en 3 semaines j’ai perdu 6 kilos , et que je me torture constamment à me demander si j’ai le droit ou pas de faire ça…. J’ai horreur de faire souffrir les autres et je sais que ça va être le cas…et pourtant je crois que j’irai au bout parce que j’ai rééllement l’impression de passer à côté de ma vie de femme. Mais je peux t’assurer que ça fait mal aussi de partir.Voilà mon ressenti…
Pour info Didoulap ton ex femme aurait semble t’il du psoriasis mais bon on peut l’écrire de toutes les façons…
Pour ma part vani, moi je n’ai jms quitté mais je suis sûre que hormis celui qui n’a pas de coeur, tu dois être nostalgique et parfois triste…tu dois t’inquiéter pr celui que tu quittes et que tu as aimé… Mais je me demande pourquoi tu as besoin de le savoir…est ce que cela t’aiderait à faire le deuil de ce couple et à lui pardonner…à mieux vivre cette rupture?
Aller à :

Les forums : mode d’emploi Appels à témoin Psychologies.com / Psychologies magazine Club des lecteurs Actu Amitié Bonheur Ce en quoi je crois Changer sa vie Coaching Estime de soi Interpréter ses rêves Mieux se connaître Nos clefs pour mieux communiquer Paroles d’hommes Paroles de femmes Se libérer de ses culpabilités Seniors Spiritualité(s) Timidité Voyages et vacances Aide et Entraide Deuil Inceste / Viol Carrière Relations professionnelles Reconversion Chômage Souffrance au travail Thérapie : y aller ou pas Choisir son psy Thérapies Psychanalyse Développement personnel Dépendances Déprime, dépression : en sortir Mon psy et moi Enfants et ados chez le psyFinir sa thérapie Baisse du désir Célibat Fantasmes Fidèle / Infidèle Homosexualité Le quotidien dans le couple Libertinage Problèmes sexuels Rencontres et séduction S’engager : mariage, PACS, concubinage Séparé(e) et heureux(se) Sexualité Sexualité : ce que veulent les femmes Sexualité : ce que veulent les hommes Tête-à-tête Vivre une séparation – divorcer Ados Désir d’enfant et stérilité Ecole Education Famille monoparentale Famille recomposée Halte à la pression scolaire ! La belle-famille La famille Maternité : attendre un enfant Naissance Parents Tout sur nos parents Accepter son corps Astuces Instituts et spas Luxe Plaire et se plaire Soins anti-âge Soins des cheveux Soins du corps Soins du visage L’appel de Psychologies pour une beauté libre Arrêter de fumer Forme Médecines douces Relaxation SantéSommeil La maladie au quotidien Stress, anxiété La nourriture et moi Etre végétarien Régimes et diététique Manger bio Vos recettes et menus gourmands Portraits de femmes : elles s’engagent Mes gestes écolos Solidaires ! Actu Café Culture Le livre qui a changé votre vie France : la carte des gens heureux Humour et détente L’appel contre l’abus d’antidépresseurs Participez à notre cross-booking David Servan Schreiber nous dit au revoir Votre hommage à David Servan-Schreiber L’atelier d’écriture de Nathalie : Chuchotements d’éveil © Ecriture : vos mots en toute liberté Mon anti-Noël Pas de printemps… Le psy, c’est vous !Nouvelles érotiques En mai, fais ce qu’il te plaît Votre plus belle déclaration d’amour 2012, fin du monde ? Le Prix Nobel de la Paix intérieure Un écrivain pour Noel Vos envies pour 2010 Femmes au féminin L’humain, une espèce en voie de disparition ? Atelier d’écriture de Février : Je t’aime parce que… Atelier d’écriture de janvier : Tout changer Lettre à l’ado que vous étiez Votre plus beau souvenir d’été Journée de la gentillesse

Tests

Etes-vous trop susceptible ?

Quel est votre type de ponctualité ?

Quel bonheur est fait pour vous ?

Avez-vous confiance en vous ?

Êtes-vous heureux/se au travail ?

Je sais que la décision est dure à prendre quand elle entraîne tellement de bouleversements… Mais c’est sans doute la bonne si tu as le sentiment de passer à côté de ta vie de femme. Il faut bien identifier ce qui peut être solvable et ce qui ne l’est pas, qui est structurel.
Je ne sais pas très bien. Peut-être… Il ne s’est jamais inquiété pour moi. A vrai dire, je pense qu’il ne m’a pas véritablement aimée. Mais j’ai besoin de comprendre les choses d’abord intellectuellement. Cette rupture est à présent vécue à peu près sereinement. Ce qui me fait encore chier est qu’il habite en face et je sens que çà m’empêche de tourner définitivement la page. Je pense sérieusement à déménager, mais en pleine reconversion professionelle, j’attends de voir ce qui se profile point de vue boulot…
Alcool : les psychothérapies sont indispensables à la prise en charge
Et si le sociodrame pouvait guérir la France ?
Santé : il est possible de se soigner par l’alimentation
La masturbation, une menace pour le couple ?
Comment les chiens changent l’ambiance d’une maison
Peut-on rendre quelqu’un heureux…
Sida : les préjugés et la méconnaissance perdurentparLa rédaction
Les idées reçues sur le VIH persistent. C’est ce que …
Fin de la COP21 : un nouveau chapitre pour l’humanité ?parPascale d’Erm
Samedi soir dernier, à 19h55 et des poussières, vous étiez …
L’électronique s’empare d’un nouveau marché : celui de nos viesparAnne Pichon
Le CES (consumer electronic show) plus grand salon de l’électronique …
Travaux de maisons : POSER UNE CLOISON EN PLAQUESparlafuma
suite de l’article précédent… LA POSE DU SUPPORT Au sol …
Les modèles économiques du logiciel libreparpsyblog2
Deux symboles du Libre: Linux (à g.) et GNU Pour …

quel type souffrance pour celui qui quitte

Abonnement

Je feuillette le magazine
Je m’abonne

   Quel type de souffrance pour celui qui quitte?
Il y a 280 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus,cliquez ici
 Sujet :Quel type de souffrance pour celui qui quitte?
Message cité 1 fois Message édité par xilay le 01/07/2008 à 18:43:33
Cà fait un bon bout de temps que je me pose la question… Je connais quelle a été ma souffrance d’avoir été quittée: sentiment d’abandon, trahison, blessure narcissique, profonde tristesse de ne plus envisager mon avenir avec l’autre et j’en passe. J’ai longtemps pensé que mon ex n’avait pas souffert: tout avait l’air d’aller pour le mieux pour lui, et je sais que c’est quelqu’un qui sait rebondir, qui tourne rapidement la page, et qui en a vécu d’autres… Cependant, tout n’est sûrement pas noir ou blanc. Je me demande régulièrement en ce moment s’il a tout de même eu des moments de nostalgie, s’il a également souffert finalement. Y’en a-t-il parmi vous qui ont quitté ? Comment l’avez-vous vécu? (outre sans doute le sentiment premier de libération) D’avance, merci.
Pour info Didoulap ton ex femme aurait semble t’il du psoriasis mais bon on peut l’écrire de toutes les façons…
Citation : J’ai vécu les 2 situations avec des filles dont j’étais vraiment très proche et amoureux. Je ne me sentais plus amoureux lorsque j’ai quitté mon ex, je l’ai foutu dans la merde sentimentalement, financièrement, on ne s’était jamais engueulé, pleins de points communs, et je peux assurer que j’ai mieux supporté d’être quitté que de quitter.
Citation : A un tel point que lorsque j’ai rencontré quelqu’un, je la cachais pour pas que l’ex le sache, puis à force, c’est se projeter dans le futur qui m’a fait peur (pour d’autres raisons aussi) et aujourd’hui, je ne suis plus avec cette jolie demoiselle et j’en souffre. Quitter m’a fait un mal tel que je n’ai pas su gérer l’après…
Bonsoir, Je suis celle qui va probablement « quitter » et par la même occasion embarquer mes 3 enfants dans l’histoire… J’ai mis un post ce matin « suis je egoiste »… Je peux te dire que cela fait des mois que je dors 3 ou 4h par nuit, qu’en 3 semaines j’ai perdu 6 kilos , et que je me torture constamment à me demander si j’ai le droit ou pas de faire ça…. J’ai horreur de faire souffrir les autres et je sais que ça va être le cas…et pourtant je crois que j’irai au bout parce que j’ai rééllement l’impression de passer à côté de ma vie de femme. Mais je peux t’assurer que ça fait mal aussi de partir.Voilà mon ressenti…
Pour info Didoulap ton ex femme aurait semble t’il du psoriasis mais bon on peut l’écrire de toutes les façons…
Pour ma part vani, moi je n’ai jms quitté mais je suis sûre que hormis celui qui n’a pas de coeur, tu dois être nostalgique et parfois triste…tu dois t’inquiéter pr celui que tu quittes et que tu as aimé… Mais je me demande pourquoi tu as besoin de le savoir…est ce que cela t’aiderait à faire le deuil de ce couple et à lui pardonner…à mieux vivre cette rupture?
Aller à :

Les forums : mode d’emploi Appels à témoin Psychologies.com / Psychologies magazine Club des lecteurs Actu Amitié Bonheur Ce en quoi je crois Changer sa vie Coaching Estime de soi Interpréter ses rêves Mieux se connaître Nos clefs pour mieux communiquer Paroles d’hommes Paroles de femmes Se libérer de ses culpabilités Seniors Spiritualité(s) Timidité Voyages et vacances Aide et Entraide Deuil Inceste / Viol Carrière Relations professionnelles Reconversion Chômage Souffrance au travail Thérapie : y aller ou pas Choisir son psy Thérapies Psychanalyse Développement personnel Dépendances Déprime, dépression : en sortir Mon psy et moi Enfants et ados chez le psyFinir sa thérapie Baisse du désir Célibat Fantasmes Fidèle / Infidèle Homosexualité Le quotidien dans le couple Libertinage Problèmes sexuels Rencontres et séduction S’engager : mariage, PACS, concubinage Séparé(e) et heureux(se) Sexualité Sexualité : ce que veulent les femmes Sexualité : ce que veulent les hommes Tête-à-tête Vivre une séparation – divorcer Ados Désir d’enfant et stérilité Ecole Education Famille monoparentale Famille recomposée Halte à la pression scolaire ! La belle-famille La famille Maternité : attendre un enfant Naissance Parents Tout sur nos parents Accepter son corps Astuces Instituts et spas Luxe Plaire et se plaire Soins anti-âge Soins des cheveux Soins du corps Soins du visage L’appel de Psychologies pour une beauté libre Arrêter de fumer Forme Médecines douces Relaxation SantéSommeil La maladie au quotidien Stress, anxiété La nourriture et moi Etre végétarien Régimes et diététique Manger bio Vos recettes et menus gourmands Portraits de femmes : elles s’engagent Mes gestes écolos Solidaires ! Actu Café Culture Le livre qui a changé votre vie France : la carte des gens heureux Humour et détente L’appel contre l’abus d’antidépresseurs Participez à notre cross-booking David Servan Schreiber nous dit au revoir Votre hommage à David Servan-Schreiber L’atelier d’écriture de Nathalie : Chuchotements d’éveil © Ecriture : vos mots en toute liberté Mon anti-Noël Pas de printemps… Le psy, c’est vous !Nouvelles érotiques En mai, fais ce qu’il te plaît Votre plus belle déclaration d’amour 2012, fin du monde ? Le Prix Nobel de la Paix intérieure Un écrivain pour Noel Vos envies pour 2010 Femmes au féminin L’humain, une espèce en voie de disparition ? Atelier d’écriture de Février : Je t’aime parce que… Atelier d’écriture de janvier : Tout changer Lettre à l’ado que vous étiez Votre plus beau souvenir d’été Journée de la gentillesse

Tests

Etes-vous trop susceptible ?

Quel est votre type de ponctualité ?

Quel bonheur est fait pour vous ?

Avez-vous confiance en vous ?

Êtes-vous heureux/se au travail ?

Je sais que la décision est dure à prendre quand elle entraîne tellement de bouleversements… Mais c’est sans doute la bonne si tu as le sentiment de passer à côté de ta vie de femme. Il faut bien identifier ce qui peut être solvable et ce qui ne l’est pas, qui est structurel.
Je ne sais pas très bien. Peut-être… Il ne s’est jamais inquiété pour moi. A vrai dire, je pense qu’il ne m’a pas véritablement aimée. Mais j’ai besoin de comprendre les choses d’abord intellectuellement. Cette rupture est à présent vécue à peu près sereinement. Ce qui me fait encore chier est qu’il habite en face et je sens que çà m’empêche de tourner définitivement la page. Je pense sérieusement à déménager, mais en pleine reconversion professionelle, j’attends de voir ce qui se profile point de vue boulot…
Alcool : les psychothérapies sont indispensables à la prise en charge
Et si le sociodrame pouvait guérir la France ?
Santé : il est possible de se soigner par l’alimentation
La masturbation, une menace pour le couple ?
Comment les chiens changent l’ambiance d’une maison
Peut-on rendre quelqu’un heureux…
Sida : les préjugés et la méconnaissance perdurentparLa rédaction
Les idées reçues sur le VIH persistent. C’est ce que …
Fin de la COP21 : un nouveau chapitre pour l’humanité ?parPascale d’Erm
Samedi soir dernier, à 19h55 et des poussières, vous étiez …
L’électronique s’empare d’un nouveau marché : celui de nos viesparAnne Pichon
Le CES (consumer electronic show) plus grand salon de l’électronique …
Travaux de maisons : POSER UNE CLOISON EN PLAQUESparlafuma
suite de l’article précédent… LA POSE DU SUPPORT Au sol …
Les modèles économiques du logiciel libreparpsyblog2
Deux symboles du Libre: Linux (à g.) et GNU Pour …

quel type souffrance pour celui qui quitte

Commençons

Livres

Forum

Coaching

Formations

Liste des formations
Zone membres

BestOf

Coucher avec son ex
Silence radio
Coeur brisé
Rupture amoureuse
Chagrin d’amour
Récupérer son ex
Lexique

Youtube

Sujets sans réponse
/Sujets actifs

Psychologie, séduction, couple et sexualité…
Il paraît que la personne qui nous quitte peut aussi souffrir également et se sentir très mal.
je lis beaucoup de témoignages de personnes qui ont été quittées et qui parlent de cette douleur terrible liée à la rupture, mais quand est-il pour celui ou celle qui quitte l’autre ?
Merci pour vos réponses
Sûrement de la culpabilité et se poser des questions par la suite mais ça dépend des histoires, chacunes sont différentes .
ma copine est partie en juin….ce qu’elle ressent ?
si je savais…beaucoup de tristesse (« jai beaucoup pleuré » m’a t elle dit, elle a fait une depression qques semaines avant) car pour elle aussi c’ »est la fin d’une belle histoire. ca j’en suis sur.
de la culpabilité ? peut etre, il parait qu’elle ne veut pas me faire souffrir.

et un soulagement : ça y est c’est fini.

Voila ma réponse, ensuite je ne suis pas expert….
Je pense que tout dépend le contexte.

Je m’explique … enfin on va dire que je vais donner mon avis suivant ce que moi même j’ai ressenti à un moment ou à un autre.

Lorsque tu quittes quelqu’un parce-que tu n’es plus amoureux, tu ressens :

– De la tristesse, tu as quand même passé des bons moments avec cette personne et tu sais que tu n’oublieras pas ;

– De la culpabilité, tu n’as pas voulu faire du mal à l’autre mais tu ne pouvais pas faire autrement. Une rupture ne se passe jamais complètement bien ;

– De la possessivité … et oui, jamais facile d’apprendre que l’ex, même si on ne l’aime plus d’amour, fait de l’effet à d’autres. Surtout quand l’ex ne s’intéresse plus du tout à ta vie, ton égo en prend un coup. Je sais c’est exagéré parce-que dans cette situation c’est quand même toi le largueur donc t’as plus qu’à fermer ta gueule lol N’empêche que ça arrive.

Et lorsque tu quittes quelqu’un pour quelqu’un d’autre, je crois que tu ne ressens qu’une seule chose : du soulagement, parce-que l’attrait de la nouveauté est toujours plus fort que le reste.

Pour finir, en tant que larguée qui en a chié lol Je dirais qu’il vaut toujours mieux être le largueur, même si c’est le mauvais rôle et que c’est pas forcément évident tous les jours à gérer non plus.
Il arrive parfois de quitter l’autre par manque de choix, ou parce que la situation vécue est devenue invivable.

Dans ce cas, les 2 parties souffrent autant l’une que l’autre. Il faut juste savoir faire la part des choses, et apprendre qu’aimer l’autre inconditionnellement, c’est accepter ses choix, lui souhaiter le bonheur qu’il mérite, car quoi qu’il en soit, c’est une personne que nous avons aimé, et le laisser partir.
Hello

Prysmatik, excellente initiative ce topic

100 % d’accord avec Strass sur tous les cas de figure

j’ai largué aussi, plusieurs fois dans ma vie, et effectivement ce sentiment de culpabilité te tient aux tripes pendant un bon moment, la peine d’avoir fait du mal à l’autre surtout si le largué se manifeste en te suppliant et en pleurant, même si au bout d’un moment et en ayant mis les formes ça devient lourd
s’il ne se manifeste pas, c’est l’ego qui te parle mais plus l’amour, nous sommes toujours flatté(e)s de savoir que nos ex pensent encore à nous, ou alors, nous nous sommes barrés parce que c’était un(e) fou(folle) et là, c’est un soulagement de ne plus en entendre parler
le largueur peut aussi s’en vouloir et se dire qu’il(elle) a fait une belle con…..e et avoir une fierté surdimensionnée et ne jamais arriver à faire marche arrière

D’autres avis sur la question ?

LEM
ba d’accord sur tout ce que tu viens de dire mais ta dernière phrase sur l’orgueil me fait froid….
lis mon histoire, et là tu comprendras que mon ex m’a larguée mais a eu très mal…femme orgeuilleuse, qui, je l’espère encore, pourrait revenir vers moi…
Bonsoir Vincent et tous les autres jrmistes

Le problème est que même si plusieurs éventualités sont posées, personne d’entre nous ne peut s’en approprier une en ce qui concerne notre ex.

Bien des déceptions sont survenues parce que nous pensions qu’il(elle) fonctionnait de telle façon, de part ses mots et même ses actes pendant la relation …. et pourtant ….. son comportement, après la rupture, nous montre une personne complètement déroutante et inconnue de nous
Nous avons affaire à un(e) étranger(e). On ne le(la) reconnaît pas

Phrase bateau mais tellement réaliste :Gardons bien toujours à l’esprit que nous ne sommes pas dans la tête de nos ex

LEM
strass a écrit : Je pense que tout dépend le contexte.

Je m’explique … enfin on va dire que je vais donner mon avis suivant ce que moi même j’ai ressenti à un moment ou à un autre.

Lorsque tu quittes quelqu’un parce-que tu n’es plus amoureux, tu ressens :

– De la tristesse, tu as quand même passé des bons moments avec cette personne et tu sais que tu n’oublieras pas ;

– De la culpabilité, tu n’as pas voulu faire du mal à l’autre mais tu ne pouvais pas faire autrement. Une rupture ne se passe jamais complètement bien ;

– De la possessivité … et oui, jamais facile d’apprendre que l’ex, même si on ne l’aime plus d’amour, fait de l’effet à d’autres. Surtout quand l’ex ne s’intéresse plus du tout à ta vie, ton égo en prend un coup. Je sais c’est exagéré parce-que dans cette situation c’est quand même toi le largueur donc t’as plus qu’à fermer ta gueule lol N’empêche que ça arrive.

Et lorsque tu quittes quelqu’un pour quelqu’un d’autre, je crois que tu ne ressens qu’une seule chose : du soulagement, parce-que l’attrait de la nouveauté est toujours plus fort que le reste.

Pour finir, en tant que larguée qui en a chié lol Je dirais qu’il vaut toujours mieux être le largueur, même si c’est le mauvais rôle et que c’est pas forcément évident tous les jours à gérer non plus.
J’avais demandé à un ex ce qu’il avait ressenti quand on s’est séparés, il m’a répondu « j’étais triste pour toi ».

Après ça dépend des gens.
C’est la que je me pose plusieurs questions par rapport au sujet, n ayant jamais été le largueur,ça m’aiderais beaucoup à comprendre mes (enfin mon) ex, quand ça leur arrive… :

– Qu’es qu’on ressent vis à vis de l autre lorsqu’on ne devient plus amoureux, alors qu’on aimais et désirais passionnément l’autre personne pendant plusieurs mois/années?

– Pourquoi ne devient’on plus amoureux? Es que c’est un ressenti personnel indépendamment de l’autre personne? Ou es que c ‘est à causes des actes de l’autre personne? Ou encore, es que c’est la faute du couple, ou les deux ont prit de mauvaises décision menant à la routine, ou en voulant aller trop vite?

– Si l’on ne devient plus amoureux de l’autre personne, alors qu’on l’était avant, est’il possible que les sentiments reviennent du néant (selon les actions de l’ex..)? Ou on ne peut pas retomber amoureux de cette personne? (Que l’ont a tant aimé auparavant)
bonjour ,
mon ex m’a dis après la 1ère rupture qu’elle m’avait toujours aimé pendant les 9 mois qui ont suivi la separation,qu’elle en avait pleurée,mais pourtant ne le montrait pas du tout en face de moi ,espoir ou debut de reponse…
Modifié en dernier parAnggyle 13 sept. 2012, 10:39, modifié 1 fois.
Je voit que ca part du sujet de depart ici…
Il me semble qu’un autre post similaire existesur le fofo , avec bien des commentaires
Il y a tellement de topics sur ce forum tu sais. ^^
on peut tres bien rompre avec une personne en l’aimant encore ( pour diverses raisons) c’est dur pour les deux je pense, mais parfois necessaire, quand l’autre se sent trahie, ou incompatibilité d’humeur etc.. on s’aime mais on ne s’entend pas.

oui ont peux aussi ne plus aimer a cause d’actes repetés, jalousie excessive, violence, trahison, mensonges etc.. entre autre, ca peut -etre un changement dans le comportement de l’autre, l’impression de ne plus le reconnaitre..

on encaisse, on encaisse, et puis un jour stop.

l’amour et la haine sont deux sentiments qui sont identiques, quand on aime plus on ne ressent ni amour ni haine, juste de l’indifference, on s’en fout c’est ca ne plus aimer.
Si le premier cas me semble rattrapable… Je voit pas comment on peut rattraper le second… Comment refaire naitre l amour chez quelqu un qui ressent de l’indifférence..?
Nicolas3004 a écrit : Si le premier cas me semble rattrapable… Je voit pas comment on peut rattraper le second… Comment refaire naitre l amour chez quelqu un qui ressent de l’indifférence..?
Moi?

J avoue que je me pose encore et toujours la question si ca sera possible un jour avec elle. Mais ca ne prend plus la tete comme avant.

Et je voulais comprendre quels sont les ressentis des exs qui ont tant aimé et qui te quitte en disant ne plus avoir de sentiments. Et qui continuent a te parler souvent.

Afficher :Tous 1 jour 7 jours 2 semaines 1 mois 3 mois 6 mois 1 an
Trier par :Auteur Date Sujet
Direction :Croissant Décroissant

BlogForums
Heures au formatUTC+02:00

Supprimer les cookies du forum

L’équipe du forum

Développé parphpBB ® Forum Software © phpBB Limited
Traduit parphpBB-fr.com | 🎨HTML Edition
Exprimez-vous sur le forum JRME (Je récupère mon ex) pour connaitre les bons conseils pour résoudre vos problèmes de couple et ainsi le reconstruire. Relations hommes/femmes, conflit de couple, break dans un couple, apprenez à vivre en couple !

Message

parsylvie»12 août 2012, 01:20

Message

pard1e2w»12 août 2012, 01:36

Message

parvincent»12 août 2012, 21:17

Message

parstrass»13 août 2012, 11:01

Message

parprysmatik»13 août 2012, 13:32

Message

parLuietmoi40»16 août 2012, 18:10

Message

parvincent»17 août 2012, 08:13

Message

parLuietmoi40»18 août 2012, 00:37

Message

parSusu12»23 août 2012, 20:23

Message

parBabajii»11 sept. 2012, 21:30

Message

parAucun»12 sept. 2012, 23:41

Message

parbroken»13 sept. 2012, 09:14

Message

parAnggy»13 sept. 2012, 09:38

Message

parAucun»13 sept. 2012, 10:22

Message

parKakahuet»13 sept. 2012, 10:25

Message

parAucun»13 sept. 2012, 23:44

Message

parisdanna»14 sept. 2012, 00:58

Message

parAucun»14 sept. 2012, 01:29

Message

parVaïmiti»14 sept. 2012, 11:07

Message

parAucun»14 sept. 2012, 12:30
Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

quel type souffrance pour celui qui quitte

Reçois chaque mois les dernières tendances make-up et un tuto à réaliser
Accueil/Forum/Amour, Couple/ Celui qui quitte a mal aussi
c’est frustrant, nous aussi on souffre, pourquoi est ce qu’on peut pas lui sonner sous pretexte de jouer avec ses pieds???????? que faire quand un coup de fil est interprété comme une relance alors que c’est juste parcequ’on veut pas couper les ponts????merci
Stérilet : la contraception qui me plait !
Stérilet : la contraception qui me plait !
3D : Comment ça se passe quand on subit une ovariectomie ?
3D : Que se passe-t-il quand on a un cancer de l’utérus ?
Oui mais lui il t aime tjrs peut etre pourquoi tu ne veux pas couper les ponts?si tu as decide de le quitter tu dois le laisser s en remettre parcequ il souffre surement plus que toi
Oui mais lui il t aime tjrs peut etre pourquoi tu ne veux pas couper les ponts?si tu as decide de le quitter tu dois le laisser s en remettre parcequ il souffre surement plus que toi
J’ai dur aussi et avoir de ses nouvelles me fait du bien, mais tu as raison, il faut que je le laisse se remettre
J’ai dur aussi et avoir de ses nouvelles me fait du bien, mais tu as raison, il faut que je le laisse se remettre
Je sais pas pourquoi mais j’ai toujours une une trouille pas possible de rompre, j’ai horreurrrrrrr de ca… et je me demande toujours pourquoi, si c’est cette peur d’etre seule….? merci bisous
J’ai dur aussi et avoir de ses nouvelles me fait du bien, mais tu as raison, il faut que je le laisse se remettre
Pourquoi tu l as quitte alors et bien ecoute pour tonbien et le sien je te conseille de couper definitivement les ponts. je te dit ca parceque je ss ds votre situation mon copain m as quitte il y8 mois et continue a vouloir de mes nvlle une fois par semaine et moi je ss triste a chaque fois qu il me parle et je n arrive pas a aller de l avant je continue a me renfermer en moi mm en attendant inconsciemment qu il revienne vers moi. Parceque pour moi une personne qui continue a me contacter quand je lui ai dit que je souffre et me reponds qu elle souffre quand elle n a pas de mes nvlles me fait croire qu elle m aime encore mais c est peut etre moi le prob je sais pas…
C’est possible que j’ai encore des sentiments, j’ai du rompre car cette relation etait vraiment trop toxique pour moi, elle me rendais malade. j’ai un lien qui m’unit à lui, un sentiment d’amitié peut=etre? voila pourquoi j’ai dur de tenir mes engagements, mais la j’ai compris et je ne lui donnerai plus de nouvelles et n’en prendrai plus, je ne veux pas en rajouter… pour ton copain qui te resonne, dis lui peut etre que tu preferes ne plus avoir de ses nouvelles sauf si c’est pour se remettre ensemble car tu en souffres trop… courage bisous
C’est possible que j’ai encore des sentiments, j’ai du rompre car cette relation etait vraiment trop toxique pour moi, elle me rendais malade. j’ai un lien qui m’unit à lui, un sentiment d’amitié peut=etre? voila pourquoi j’ai dur de tenir mes engagements, mais la j’ai compris et je ne lui donnerai plus de nouvelles et n’en prendrai plus, je ne veux pas en rajouter… pour ton copain qui te resonne, dis lui peut etre que tu preferes ne plus avoir de ses nouvelles sauf si c’est pour se remettre ensemble car tu en souffres trop… courage bisous
Je le lui ai deja dit il y a des mois mais continu quand mm c est a moi de trouver le courage de ne plus lui repondre Bon courage a toi aussi bisous
Juste un signe! 4 jours sans nouvelles et déjà désespérée j’ai mal!!! relation qui dure depuis 8mois sans nuage et à cause de mon mal être je l’ai…. « jeté ». j’attends…j’ espère…que fait il? pense t’ il encore à « nous »?j’aimerai l’appeler mais trop peur qu’il me jette à son tour pourtant je l’aime.l’ incompréhension « homme femme » est un mystère alors qu’il suffirai surement de peu de choses pour se comprendre.
Juste un signe! 4 jours sans nouvelles et déjà désespérée j’ai mal!!! relation qui dure depuis 8mois sans nuage et à cause de mon mal être je l’ai…. « jeté ». j’attends…j’ espère…que fait il? pense t’ il encore à « nous »?j’aimerai l’appeler mais trop peur qu’il me jette à son tour pourtant je l’aime.l’ incompréhension « homme femme » est un mystère alors qu’il suffirai surement de peu de choses pour se comprendre.
Si tu l’aimes vraiment, resonnes lui, vois si ce n’est pas juste de l’amour prorpre pour toi.te vois tu avec lui dans l’avenir, faire ta vie avec lui?sinon, sois forte et tourne la page, si oui, appelle le…biz
Compréhensible mais… je sais a quel point c’est dure de quitter une personne, la culpabilité et le doute ca fait mal. Tu ne veux pas couper les ponts et c’est compréhensif. Mais du cote de celui qui est quité c’est ses rêves qui ont été brisé, il n’a certainement pas cesser de t’aimer, il espére toujours. Après une relation il est important pour les deux de couper totalement les ponts, fait le pour lui et pour toi. Meme si tu pense que ca ne sert a rien c’est vraiemnt important pour avancer. Vraiment. Bon courage à toi
Si tu l’aimes vraiment, resonnes lui, vois si ce n’est pas juste de l’amour prorpre pour toi.te vois tu avec lui dans l’avenir, faire ta vie avec lui?sinon, sois forte et tourne la page, si oui, appelle le…biz
Oups!Je ne sais plus ce que je veux! j’ai perdu mon travail il y a un mois et depuis je manque d’objectivité. Comme si plus rien ne comptait. Je l’ai jeté simplement….sans me soucier de son ressenti vraiment pas fière!!! Je vais laisser le temps au temps et si vraiment il m’aime alors il reviendra. Bises.
Compréhensible mais… je sais a quel point c’est dure de quitter une personne, la culpabilité et le doute ca fait mal. Tu ne veux pas couper les ponts et c’est compréhensif. Mais du cote de celui qui est quité c’est ses rêves qui ont été brisé, il n’a certainement pas cesser de t’aimer, il espére toujours. Après une relation il est important pour les deux de couper totalement les ponts, fait le pour lui et pour toi. Meme si tu pense que ca ne sert a rien c’est vraiemnt important pour avancer. Vraiment. Bon courage à toi
Untout grand merci à toi tonguetongue, ca me fait du bien d’etre comprise!!!j’ai compris et j’ai pris la décision de cne plus prendre de ses nouvelles… en plus, maintenant, il est dans la phase colère contre moi, c’est donc mieux pour les deux. merci
Oups!Je ne sais plus ce que je veux! j’ai perdu mon travail il y a un mois et depuis je manque d’objectivité. Comme si plus rien ne comptait. Je l’ai jeté simplement….sans me soucier de son ressenti vraiment pas fière!!! Je vais laisser le temps au temps et si vraiment il m’aime alors il reviendra. Bises.
Oui, c’est la meilleur chose a faire. courage, c’est vrai que sans boulot, on a besoin de soutient, mais n’oublie pas pourquoi ca a été fini…et essayes de voir un max tes proches. courage
Pas évident mais c’est tout à fait juste!!! d’ailleurs, j’en ai payé les frais, et j’ai eu droit à des insultes etc… ci qui m’a défitivement convaincue…..merci
Oui, c’est la meilleur chose a faire. courage, c’est vrai que sans boulot, on a besoin de soutient, mais n’oublie pas pourquoi ca a été fini…et essayes de voir un max tes proches. courage
Une bataille! Je sais pourquoi j’ai mis fin à cet histoire simplement pour ne pas être un « boulet » à ces yeux. Le fait de ne pas avoir de travail me dévalorise complètement.Merci laphinefleur.
Allez savoir!!!Le même ressentie la peur d’être seule….alors que nous nous débrouillons très bien seule nous les femmes lol
Oui , même si je ne pense pas que ce soit aussi douloureux de quitter, que d’être quitté. Si ton coup de fil est interprété comme une relance, c’est peut être parcequ’il faut respecter la souffrance de l’autre, c’est nécessaire une « rupture » pour pouvoir passer à autre chose…
Oui , même si je ne pense pas que ce soit aussi douloureux de quitter, que d’être quitté. Si ton coup de fil est interprété comme une relance, c’est peut être parcequ’il faut respecter la souffrance de l’autre, c’est nécessaire une « rupture » pour pouvoir passer à autre chose…
Merci, j’ai compris je ne lui sonnerai plus… je ne me rendais pas compteje trouve que celui qui quitte, est quitté aussi quand l’autre accepte la rupture et ne donne plus signe de vie, vous voyez ce que je veux dire?enfin, voila, c’est bien fini, et j’ai coupé les ponts…

quel type souffrance pour celui qui quitte
Articles de référence :Affaires de couples
Comment ca se passe pour la personne qui rompt?
 Sujet :Comment ca se passe pour la personne qui rompt?
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Bonjour! Comment ca se passe pour la personne qui rompt? Souffre-t-elle autant que celle qu’elle a quitté?On parle souvent de ceux qui ont été largué, mais jamais de ceux qui larguent… Je demande ça car je n’arrive pas à savoir ce que ressent mon ex après m’avoir largué a part que je lui manque quand même mais qu’il ne peut pas continuer car la distance est trop dure à supporter. Il me dit qu’il ne se remettra pas dans une nouvelle relation pour l’instant car il n’est pas prêt. Les ex arrivent-ils aussi facilement à oublier ceux qu’ils ont quitté?
Message édité par wieka-b4igo le 06/06/2009 à 14:50:14
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Citation : Une fois que la décision est prise je m’y tiens, mais cela n’est pas facile pour autant parce que l’autre, cet autre que j’ai plaqué, peut me manquer, ou plutôt: ce que je trouvais en lui peut me manquer.
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Citation : Une fois que la décision est prise je m’y tiens, mais cela n’est pas facile pour autant parce que l’autre, cet autre que j’ai plaqué, peut me manquer, ou plutôt: ce que je trouvais en lui peut me manquer.
En tout cas au vu de tes propos, je te trouve très fort(e) et surtout altruiste envers la personne quittée.  
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
(…) Enfin quitter quelqu’un pour quelqu’un d’autre, c’est partir d’une relation de manière souvent brutale pour en commencer une sur des bases plutôt bancales. Très vite, tu te demande si t’as pas idéalisé la (le) nouvelle (nouveau), et s’engager dans le sérieux de la relation demande beaucoup plus de motivation. Enfin, j’parle que pour moi hein
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Citation : Enfin quitter quelqu’un pour quelqu’un d’autre, c’est partir d’une relation de manière souvent brutale pour en commencer une sur des bases plutôt bancales. Très vite, tu te demande si t’as pas idéalisé la (le) nouvelle (nouveau), et s’engager dans le sérieux de la relation demande beaucoup plus de motivation.   Enfin, j’parle que pour moi hein
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Bonjour! Comment ca se passe pour la personne qui rompt?
Souffre-t-elle autant que celle qu’elle a quitté?
On parle souvent de ceux qui ont été largué, mais jamais de ceux qui larguent…
Je demande ça car je n’arrive pas à savoir ce que ressent mon ex après m’avoir largué a part que je lui manque quand même mais qu’il ne peut pas continuer car la distance est trop dure à supporter. Il me dit qu’il ne se remettra pas dans une nouvelle relation pour l’instant car il n’est pas prêt.
Les ex arrivent-ils aussi facilement à oublier ceux qu’ils ont quitté?
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Bonjour! Comment ca se passe pour la personne qui rompt? Souffre-t-elle autant que celle qu’elle a quitté?On parle souvent de ceux qui ont été largué, mais jamais de ceux qui larguent… Je demande ça car je n’arrive pas à savoir ce que ressent mon ex après m’avoir largué a part que je lui manque quand même mais qu’il ne peut pas continuer car la distance est trop dure à supporter. Il me dit qu’il ne se remettra pas dans une nouvelle relation pour l’instant car il n’est pas prêt. Les ex arrivent-ils aussi facilement à oublier ceux qu’ils ont quitté?
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Aller à :

Affaires de couples Alcool, drogue… : vivre avec un dépendant Amitié et rencontres, ville par ville Amitiés et relations personnelles Célibat et vie en solo Coup de foudre et passion amoureuse Histoires d’amour Jalousie Relations amoureuses Rencontres et histoires d’amour sur Internet Techniques de séduction Bien vieillir Bonheur et joie de vivre Chômage, inactivité : impact psychologique Coups de gueule Développement personnel Gérer ses émotions Gérer son temps Je gâche ma vie Je m’aime, je m’aime pas Mon job au quotidien Solitude Timidité, confiance en soi, complexes Etre parents La vie sans enfants Le coin des ados Perdre un enfant Astrologie Dieu et religions Paranormal Sectes Superstitions – Chance – Hasard Voyance et divination Dépression saisonnière Dépression, déprime, stress Hyperactivité, trouble de déficit de l’attention Insomnie et troubles du sommeil Schizophrénie Stress, anxiété, angoisse Troubles bipolaires Troubles de la personnalité Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) Harcèlement moral Pervers Narscissique Trauma, angoisse et phobie Violences conjugales Psychanalyse Psychiatrie Psychologie et comportement Psychothérapies Café du commerce Deuil Faire face au terrorisme Humour Le monde carcéral Philosophie Rêves et cauchemars Forum libre Psychologie

Le Club Doctissimo vous permet d’ accéder gratuitement au plus grand
forum francophone
De deux maux – quitter ou être quittée – jepréfèrele moindre, et le moindre est, pour moi, d’être quittée. Pas de choix à faire, y’a qu’à encaisser, faire avec, faire sans, et aller son chemin différemment. cela peut être terriblement douloureux, mais y’a pas le choix, faut digérer. Quitter, c’est hésiter pendant longtemps, douter de moi, me dire que je choisis de perdre quelque chose, que je choisis de me tirer une balle dans le pied, que je vais infliger une peine, et il me faut déjà beaucoup de temps pour arrive à cela, car mes relations n’ont jamais été clairement négatives, au contraire. Une fois que la décision est prise je m’y tiens, mais cela n’est pas facile pour autant parce que l’autre, cet autre que j’ai plaqué, peut me manquer, ou plutôt: ce que je trouvais en lui peut me manquer. Simplement, je me souviens que je ne l’ai pas prise par hasard mais après beaucoup de temps, beaucoup de vécu commun et beaucoup de réflexion, et que si un jour elle s’est imposée c’est qu’elle était bonne pour moi. Alors, la seule bonne chose à faire, pour moi et pour l’autre que j’ai aimé, est de m’y tenir. Pour moi parce que j’ai pris cette décision pour de bonnes raisons, et pour l’autre parce que je dois lui laisser toutes les chances d’orienter sa vie pour lui et sans moi. Je n’ai pas le droit de lui rendre la tâche plus difficile au motif que je céderais à quelque lâchouillerie passagère que je nommerais… euh je sais pas… le choix est toujours vaste dans ce cas pour ne pas appeler les choses par leur nom.  
Non. Parce qu’à chaque fois je suis allée très loin avant de m’y résoudre. Et que je m’y suis résolue par sursaut de vie. Il y a aussi eu les histoires un peu anecdotiques; et là, je trouvais que de rompre avant que l’autre ne soit trop engagé, lorsque je me rendais compte que je n’étais pas amoureuse, était nécessaire pour limiter les dégâts de son côté, et la persistance dans l’erreur stérile pour moi.
Merci. Je ne me sens pas forte, j’en chie souvent et j’en bave pour mettre un pied devant l’autre, mais il y a la vie en moi, tout au fond de moi, et je ne l’oublie jamais, c’est la quille de mon bateau… A partir de là, suffit à trouver comment hisser les voiles et faire voguer le voilier…Altruiste ? Pfff j’en sais rien, je ne crois pas. Je crois qu’à partir du moment où je me respecte cela ne fonctionne pas sans respecter l’autre.
Oui tu ne parles que pour toi, sans méchanceté de ma part bien au contraire.Je suis le « quitté » et je vous assure que c’est difficile à digérer quand c’est subitement et pour qqn d’autre.Alors ai-je été aveugle ? certainement. Ai-je fait des erreurs? Aussi.J’ai 2 enfants magnifiques, j’avais une femme merveilleuse qui me quitte pour son colllègue. J’ai certainement bcp à me reprocher (bien qu’elle dise le contraire) mais c’est difficile à encaisser quand c’est la première CRISE que son couple traverse. Et l’espoir, le vilain, me fait espérer que sur la durée son coeur battra moins vite pour l’autre et redémarrera pour moi. Pour une histoire différente… Alors oui tes mots me touchent. Seul l’avenir sait.
Bien et pas bien. Bien, car c’est d’abord un sentiment de soulagement, lorsque je rompt, c’est que j’en suis arrivée à un point de non retour. C’est un soulagement de rompre quelque chose qui ne menait à rien et c’est un sentiment d’espoir de retrouver sa liberté et tout un avenir à refaire. Pas bien, car une rupture est un echec, et ça fait mal à l’ego…
Honnêtement, je ne classifie pas la souffrance sur une échelle, et ce que ressent l’autre n’est plus mon problème une fois la rupture consommée (du moins, j’essaie de ne pas donner prise à un chantage affectif). Ce que je ressens, c’est une blessure narcissique, la douleur de voir mes illusions, mes espoirs se déliter, la douleur d’avoir perdu mon temps et mes sentiments, la douleur de m’être trompée sur un être que j’ai aimé.
Normal, quelque soit la raison, le quitteur est toujours le méchant.
ça ne se fait pas sur un claquement de doigt, ça demande du temps. Pour faciliter la chose, il faut une coupure nette, zéro contact. Ou beaucoup plus simple, que l’ex commette une erreur irreparable en tentant unze récupération.
Il y a des gens qu’on largue, et on se sent soulagé de l’avoir fait car on ne les aimaient pas du tout. Et il y en a que l’on quitte car on voit que le relation ne menera a rien, et que ca petera un jour où l’autre. Dans le second cas c’est tres douloureux de partir. On se demande si on a fait le bon choix, on s’en veut de faire du mal a une personne que l’on a aimé. On a tendance à se souvenir des bons cotés et a se dire qu’on a fait une connerie, puis finalement on se souvient des mauvais cotés, du pourquoi on a decidé de partir et on s’y tiens. On ne largue pas pour etre mechant ou faire du mal, si l’autre pouvais ne rien ressentir ca serait plus facile. On largue parce qu’on est perdu dans cette relation et qu’on y devient malheureux. Donc plutot que de resté dans une relation qui ne nous epanouie pas, tout en cherchant si l’herbe est pas plus verte ailleurs, autant etre adulte, prendre sur soit, et assumer ses choix. C’est moins douloureux pour l’autre d’etre quitté parce que ca ne marche plus, plutot que d’etre quitté a cause d’une tierce personne.
Plan du site
Plan de la rubrique santé
Santé
Médicaments
Psychologie
Nutrition
Beauté
Mode
Forme
Sexualité
Recettes
Environnement
Guide santé
Encyclopédie médicale
Atlas du corps humain
Dictionnaire médical
Analyses médicales
Examens radio
Guide
maternités
Guide
thalasso
Urgences
Communautés
Forum
Club Doctissimo
Chat
Lagardère
Lagardère Entertainment
Ticker
Carte de voeux
Mini-sites
Saint-Valentin
Noël
Fête des mères
Soldes
Index
Santé Index 1
Santé Index 2
Santé Index 3
Santé Index 4
Index Médicaments
Index Grossesse
Index Bébé
Index Nutrition
Index Beauté
Index Forme
Index Psychologie
Index Hommes
Index Sexualité
Index Environnement
Index Mode
Services
Recherche
Newsletter
News
Santé des voyageurs
Météo
Prénoms
Les grands dossiers santé sur Doctissimo
Arrêter de fumer
Dents
Diabète
Cancer
Cholestérol
Grippe A
Mal de dos
Mal au ventre
Obésité
Régime
Rhumatismes
Stress
Vastarel
Qui sommes-nous ? |Recrutement |Contacts |Espace Annonceurs |Doctissimo en page de démarrage |Doctissimo dans vos favoris |Charte d’utilisation |Notice légale ©Doctissimo

quel type souffrance pour celui qui quitte
You have entered an incorrect email address!
Please enter your email address here
© Copyright 2017 – Réussir ses relations
J’utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience sur mon site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, je considère que vous acceptez leur utilisation. Ok
A chaque fois que j’ai été quitté, j’ai râlé car je trouvais cela injuste et stupide : « Pourquoi me quitter ? Je suis un mec génial, je t’aime et tu seras heureuse avec moi ! ». J’étais naïf.
Certes, j’étais un mec génial 😉 mais ce n’était pas une raison pour rester avec moi.
Avec du recul, je sais que je n’aurais pas du insister, car il y a des avantages à se faire quitter !
Nous, les hommes, n’avons pas d’horloge biologique. C’est ce qui peut expliquer certains de nos comportements dans nos relations, notamment le fait de ne pas être pressé à nous engager.
Mais que l’on soit un homme ou une femme, ce n’est pas une raison pour perdre notre temps avec la mauvaise personne, c’est à dire quelqu’un qui ne veut pas être avec nous.
Une relation se construit à deux, l’envie doit être partagée et cette relation doit avoir une incidence positive sur chacun des partenaires. Si la relation est déséquilibrée, on sera malheureux. A quoi bon être en couple dans ce cas ?
Malgré cela, il est très difficile d’arrêter une relation lorsqu’on s’est attaché. Et on peut rester très longtemps en malheureux en couple et ne pas être capable de rompre.
Alors le fait que ce soit l’autre qui provoquecette ruptureest une opportunité.
Celle de nous dire que c’est mieux ainsi et que nous n’allonsplus perdre de tempsdans cette relation qui ne nous satisfait pas.
Certaines personnes ne sont pas faites pour être ensemble et on ne peut pas forcer quelqu’un à nous aimer.
Ce n’est pas un moment agréable mais il faut savoir l’accepter pour mieux avancer et trouver la « bonne » personne, celle qui nous correspondra vraiment.
On peut se faire quitter parce que nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre mais on peut aussi connaître cette situation à cause de notre comportement qui peut être incompatible avec une relation de couple.
L’égoïsme, par exemple, posera problème dans nos relations. Être en couple suppose de la générosité et le don d’une partie de soi à notre partenaire.
Se faire quitter, cela permet donc une remise en question de qui l’on est. Avons-nous eule bon comportementou avons-nous des petites choses à améliorer afin de se donner le maximum de chances de réussir notre future relation ?
Et pour cela, le mieux est de demander à la personne qui vous a quitté. Est-ce qu’elle l’a fait car elle n’est pas ou plus amoureuse ?
Est-ce que vous êtes trop différents pour que cela fonctionne ? Ou est-ce à cause de votre comportement ?
Demandez-le à  votre ex avec sincérité et sans pression, car de son côté, il n’aura pas forcément envie de dire la vérité s’il pense que cela vous blessera.
De relation en relation, vous vous améliorerez et comprendrez mieux ce qui embellit une relation et ce qui peut la détruire. Vous comprendrez aussi quel type de partenaire vous convient le mieux et quelles sont les erreurs à ne pas commettre.
On pourrait penser que la position idéale est celle de la personne qui arrête la relation. Mais la position idéale n’existe pas.
Quand on quitte quelqu’un, et que cette personne le vit mal, on souffre de la voir souffrir car on peut toujours avoir des sentiments pour elle.
On peut aimer quelqu’un et le quitter car on pense que ça ne fonctionnera pas.Une vraie histoire ne laisse jamais indemne.
Cela peut sembler stupide, mais j’ai toujours évité de quitter quelqu’un pour ne pas la faire souffrir. Certains diront que c’est de la lâcheté. Ce n’est pas le cas.
La lâcheté, c’est de faire croire à quelqu’un que tout va bien alors que vous ne l’aimez plus et que vous souhaitez arrêter, ou alors de faire en sorte que ce soit l’autre qui rompe pour éviter de vous sentir coupable.
Dans mon cas, je partais du principe que, même si je pensais que l’histoire ne fonctionnerait pas (différence d’âge, relation à distance, …), il ne fallait pas l’arrêter afin d’être certain de ne pas m’être trompé et pour donner des chances à cette histoire de réussir.
Cela va à l’encontre de mon premier argument (ne pas perdre de temps), mais c’était ce que je pensais lors de mes premières relations sérieuses.
Être quitté, c’est donc prendre la position de victime : «  ce n’est pas de ma faute « . Ce n’est pas glorieux, mais ce n’est pas non plus une situation que l’on a désirée. Et elle a un avantage : nos amis nous consolent et pas de culpabilité de faire souffrir l’autre.
Juste la responsabilité de se prendre en charge et d’avancer sans se retourner, accompagné du support et de la bienveillance de nos amis.
C’est une question piège, bien sûr.
Lorsqu’on est quitté, on n’a pas le choix. Notre seul choix est celui d’avancer ou d’insister pour revenir.
Vous pouvez toujours envisager derevenir avec votre ex . Mais comme expliqué précédemment, vous risquez seulement de repousser l’échéance de la rupture s’il ne veut pas de vous.
Alors autant accepter la situation et ses côtés positifs et repartir du bon pied dans une meilleure relation.
Je sais que les avantages énoncés dans cet article ne seront pas suffisants pour vous redonner la pêche après une rupture. Je vous conseillerai donc de lire les articles suivants:
Vraiment? alors selon vous c’est bien de se faire quitter pour éviter de se sentir coupable? l’idée n’aide pas du tout à surmonter son chagrin, mais ça reste un avis personnel.
Merci quand même pour le post.
ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit…
Lorsque l’on quitte quelqu’un qui nous aime, on ressent de la culpabilité vis à vis de cette personne car on sait qu’elle va souffrir de cette rupture.
Lorsqu’on se fait quitter, on ne ressent pas cette culpabilité puisque nous ne sommes pas maitre de la décision.
C’est un avantage et je vous explique pourquoi : j’ai connu plusieurs personnes qui ont quitté leur partenaire et qui se sont vus faire du chantage affectif allant jusqu’à des menaces de suicide. Je peux vous assurer que vous n’aimeriez pas être dans cette situation non plus…
Je sais que cela ne vous remonte pas le moral pour autant et j’en suis désolé si vous avez une peine de coeur. Je vous conseille plutôt de lire l’article :Comment retrouver le sourirequi est plus adapté.
et je vous remercie de votre remarque, je vais modifier l’article pour ajouter ce lien qui pourra être utile à d’autres personnes triste d’une rupture.

quel type souffrance pour celui qui quitte

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

<< Le biais retrospectif

Le manipulateur >>
21 décembre 2010
2
21
/ 12
/ décembre
/ 2010
17:10
Mary Gohin


dans
Stress

<< Le biais retrospectif

Le manipulateur >>

Le narcissime

Mon blog migre sous wordpress

Faire le deuil d’une relation amoureuse

Comprendre la colère

La violence psychologique

Consultation en ligne via Skype

Les conflits et les crises

L’estime et la confiance en soi

Le stress et l’anxiété

Le Transgénérationnel

Le trouble sexuel

Thérapie de couple

Cognitions
(22)

Couples
(21)

Communication
(19)

Émotions
(12)

Stress
(9)

Sexologie
(5)

Trangénérationnel
(5)

Hypnose
(4)

Développement personnel

Sculpter sa vie

Atelier de Denis

Management et Psychologie

Psychologue Coach

Psychologue-sexologue

Voir le profil deMary Gohinsur le portail Overblog
Créer un blog gratuit sur Overblog
Top articles
Contact
Signaler un abus
C.G.U.
Rémunération en droits d’auteur
Offre Premium
Cookies et données personnelles

Sur le plan social, la rupture d’une relation est pratiquement banalisée. Mais sur le plan cognitif et surtout émotionnel, elle ne se fait jamais sans souffrance que l’on soit celui qui quitte ou
celui qui est quitté, que ce soit une séparation après 6 mois ou 15 ans de vie commune. La souffrance est proportionnelle à la force de l’attachement, à l’importance de l’investissement affectif
au moment de la séparation. 
La séparation est source de détresse et s’assimile au deuil. Elle arrive toujours au « mauvais moment », se passe rarement bien, engendrant stress, solitude et état dépressif. 
Si on décide de quitter, le cheminement qui y conduit est rempli de culpabilité et de malaise. Si on est quittés, on est déstabilisés par l’impression d’incompréhension immédiate. Si le point de
départ semble différent, le processus et le travail qui ramène à l’équilibre sont identiques. 
Le deuil, au sens psychanalytique du terme est un processus complexe déclenché par la perte d’un objet. Quand on parle d’objet en psychologie, on parle autant de personnes que de situations. Cela
veut dire que toute perte peut enclencher un processus de deuil. Perte d’un être cher en cas de décès, perte d’une relation amoureuse en cas de séparation, perte d’une situation sécuritaire en
cas de licenciement, perte d’un environnement en cas de déménagement, perte de valeurs en cas de désillusions… Il faut dans tous les cas faire le deuil de l’objet perdu. 
En anglais, on distingue le « grief », le deuil affective et « bereavement » la situation de deuil, car le deuil est un processus et une réponse. Du choc initial au rétablissement de l’équilibre, le
processus est toujours lent. Et, même ce travail de deuil une fois terminé, il arrive que la personne continue à se référer à sa rupture, comme si la blessure marquait son expérience, sa vie de
façon permanente.
Dans le temps, le processus comprend 4 étapes principales avant la reconstruction cognitive : le choc avec le déni et le chantage, la recherche ou l’évitement de l’autre, la colère avec la haine
et/ou la culpabilité et la dépression. Chacune de ces étapes a des processus particuliers. 
Du point de vue cognitif, le processus revêt différents états émotionnels et comportements qui se regroupent selon un certain ordre à l’intérieur de chaque étape principale. 
Mais comme nous sommes tous semblables et tous différents, si nous traversons tous ces mêmes étapes, états et comportements, nous les vivons plus ou moins intensément, selon les différents
paramètres qui font notre différence. 
En se tenant aux diverses études réalisées transversalement sur les étapes d’un deuil de relation, voici les faits qui font du processus de deuil notre similitude, notre ressemblance à l’autre
que nous.    
Même quand la séparation est prévisible parce que le couple se déchire depuis longtemps, la rupture est vécue comme un choc. C’est du à une modification brusque des habitudes provoquant un
changement des conditions sécuritaires.
Cet état émotionnel intense est marqué par l’anxiété et le stress souvent accompagnés de troubles physiologiques, comme la perte d’appétit, l’insomnie. Moins la personne est soutenue, plus grande
sera son stress et son anxiété. Certaines personnes sont dans un état de choc semblable à celui vécu par les victimes d’accident. Ils sont engourdis émotionnellement et ne semblent rien
ressentir. 
Au cours de cette étape, on entre dans le déni (c’est impossible !) puis parfois dans la recherche compulsive d’une solution qui permettrait que l’inévitable n’existe pas et que la situation
présente n’ai jamais existée. 
2. la recherche de l’autre ou l’évitement
D’après les études réalisées, la seconde étape peut être la recherche obsessionnelle de la présence de l’autre ou son évitement tout aussi obsessionnel. Certaines personnes vivent même les deux
facettes de cette étape.
S’il y a rupture physique, il n’y a pas rupture de l’attachement. L’autre est physiquement inaccessible, mais moralement présent. Il est très souvent dans les rêves, parfois imaginé dans les
endroits familiers. On le voit partout et tous les objets nous le rappellent. Celui qui vit cette étape recherche éperdument tous les signes de présence. 
On cherche alors à nier et à refuser tout ce qui peut rappeler l’autre. On déménage à la hâte, on se précipite dans une relation de remplacement, on dévie les conversations qui parlent de
l’autre, on oublie les amis communs. 
Dans cette étape, les émotions dominent.  On est surtout en colère et son expression nécessaire, incontournable doit pouvoir être dépassée. La colère peut être tournée vers soi ou vers
l’autre. 
Tournée vers l’autre, on est en colère contre l’autre et /ou tous les autres, tous ceux qui n’ont pas pu empêcher que la rupture survienne, qui ne nous ont pas aidé à l’éviter. Contre cet autre
qui n’est pas resté, contre sa famille et contre ses amis. Contre tous les hommes ou toutes les femmes.
Tournée vers soi, c’est la culpabilité qui domine. On se sent coupable « Je n’aurais pas du dire ça, faire ça… « . La rupture est vécue comme une punition.
En fait on cherche la faute (de l’autre, des autres ou de nous), la faute qui nous a menée vers cet état de solitude que l’on ne parvient pas encore à accepter, à vivre.  
Après toutes ces étapes agitées, arrive celle de l’abattement. On est d’abord triste, vraiment triste parce que tout ce que l’on vit devient vraiment réel. Puis toute l’énergie s’épuise un peu
plus et s’installe un état dépressif. Il n’y a rien à faire, l’autre n’est plus là. On se replie sur soi. On renonce à tout, on s’isole. 
5. La reconstruction de l’équilibre
Après « avoir touché le fond », on remonte la pente. On accepte la situation et surtout on s’adapte au changement. L’absence de l’autre nous a obligés à modifier nos habitudes. Nous vivons autre
chose. Nous apprenons autre chose. On se recentre sur soi et on découvre un autre aspect de nos valeurs de vie que la vie commune avait peut être étouffées. On fait de nouveaux projets. On
retrouve un équilibre. L’autre n’est plus au premier plan. Il est devenu partie intégrante de notre expérience de vie. 
Comment arrive-t-on à cette reconstruction ?  
Il est nécessaire de sortir de la dépendance affective dans laquelle on s’enfonce dans les premières étapes du deuil d’une relation. Pour en sortir il faut la comprendre, c’est à dire prendre
conscience des mécanismes qui la sous tendent. 
La dépendance affective est une situation et, comme toute situation, elle fait appel à toutes les autres situations identiques que l’on a vécues dans le passé. La petite enfance, l’enfance et
l’adolescence.
Il faut dépasser la rupture et lui donner un sens. Beaucoup de personnes parviennent même à s’en sortir enrichies, en découvrant les ressources intérieures qui étaient plus ou moins en sommeil
dans l’habitude d’une sécurité. 
Il faut comprendre nos manques et nos attentes. La véritable transformation passe en priorité par soi. 
C’est la distance à soi qui permet, paradoxalement, de se retrouver. Anne Ancelin Schutzenberger résume les techniques en disant qu’il est nécessaire de se faire plaisir, de bien s’entourer pour
reconstituer « un stock de vitamines émotionnelles ».    
25 rue du Brûlet, Sainte Foy lès Lyon 69110
par Webcam (Skype, Gmail ou Facetime)
Thérapie individuelle ou thérapie de couple
Sur rendez-vous du lundi (8h30 à 20h) au samedi (8h30 à 17h)
Ste Foy lès Lyon ou Valsonne ou par skype

quel type souffrance pour celui qui quitte
CELUI QUI QUITTE EST-IL CELUI QUI SOUFFRE LE MOINS ?
Posté par tristus,19 janvier 2015 à 20:46| |Répondre
Posté par Caro,11 juillet 2015 à 04:20| |Répondre
Posté par sam,22 juillet 2015 à 18:16| |Répondre
Posté par Ruben,21 août 2015 à 00:52| |Répondre
Posté par maria,07 février 2016 à 21:00| |Répondre
Posté par Joche,11 mai 2016 à 17:16| |Répondre
Posté par kristov,21 mai 2016 à 20:04| |Répondre
Posté par Victor,02 août 2016 à 17:10| |Répondre
Posté par guillaume,02 septembre 2016 à 20:11| |Répondre
Posté par Metal,07 août 2016 à 01:01| |Répondre
Posté par Lady.E,24 août 2016 à 12:29| |Répondre
Posté par Jo,31 août 2016 à 01:02| |Répondre
Posté par Jo,31 août 2016 à 01:08| |Répondre
Posté par soso,05 septembre 2016 à 20:33| |Répondre
Posté par Caro,16 février 2017 à 21:34| |Répondre
Posté par Moi,14 mars 2017 à 20:12| |Répondre
Posté par Louve,15 mai 2017 à 08:40| |Répondre
Posté par Josiane,26 mai 2017 à 23:32| |Répondre
Commenter avec
CanalBlog|
UtiliserFacebook
* Champs obligatoires. Adresse email visible uniquement par l’auteur du blog.

Recevoir un email lorsqu’un commentaire est publié sur ce message.
Je ne suis pas psy, je n’ai ni la science infuse, ni aucune prétention. Je veux juste partager mes réflexions tout simplement, ou comment entamer une thérapie gratuitement de chez soi en parlant à des gens que ça interesse vraiment sans se ruiner !!! :p
Me trouvant souvent dans la position de celle qui est quittée, il est vrai que l’on souffre, on ne comprend pas pourquoi, on est au 36eme dessous, dépression, dévalorisation, et perte de goûts, d’envies, et d’espoir sont au rendez-vous.
On a tous connu cet état de fait où le monde s’écroule autour de nous. La plupart du temps on peut compter sur le soutien de la famille, des collègues de boulot, et des amis. La personne quittée attire la sympathie et la compassion, tandis que l’être abjecte qui quitte se retrouve diaboliser et devient la personne à tuer. Et bien sur, dans notre esprit l’autre ne souffre pas, il (ou elle) doit faire la fête, se sentir soulagé, et vivre ça le mieux du monde.
  Or cas où vous quittez votre conjoint car il (ou elle) était infidèle, violent, ou avait une pathologie difficile à supporter (alcoolisme, toxicomanie, et autres), et l’on vous comprend. Il arrive que l’on quitte son conjoint car l’amour a disparu, ou vous vous rendez compte que vos chemins de vie divergent et vous ne serez jamais heureux.
  Je me suis placée du mauvais côté de la barrière, et oui je suis passée du côté obscur de la force, je suis devenue l’être abjecte :celle qui a quitté !
J’ai préféré arrêter une relation car je me suis rendue compte que nos attentes dans la vie n’étaient pas du tout les mêmes, et qu’au final l’un comme l’autre aurait du faire de grands sacrifices qui auraient été empoisonnant à la longue.
Peut-on réellement miser le fait d’être heureux sur un sentiment de « j’abandonne mes rêves, mais ça passera avec le temps », juste parce qu’on s’aime ?
J’ai une phrase qui fait parfois hurler les personnes amoureuses qui me l’entendent dire :
On ne peut pas sacrifier ce qu’on a de plus cher en tentant le quitte ou double. A coup sur l’un des deux se réveillera avec des regrets pleins le cœur et la bouche, et l’être aimé deviendra l’objet de le non-réalisation de ces plus importants projets, et désirs. Et au final ce couple si merveilleux, qui aura fait de si belles concessions se brisera mais avec des années de retard, et la sensation d’avoir peut-être gâché sa vie.
Cette décision n’a pas été facile à prendre et s’est révélée plus que douloureuse. Tout d’abord parce que je fais toujours mon possible pour que les gens que j’aime ne souffre pas, d’autant plus par ma faute. Mais il y a des souffrances que même avec la meilleure volonté du monde vous ne pouvez éviter à l’autre. La séparation est une des pires. L’annonce est le début des souffrances infligées, car le pire reste à venir, la gestion de la douleur. La première douleur qui est très difficile à supporter c’est celle que vous avez créé. Ayant déjà été quitté, vous savez dans quel état se trouve votre ex, et que vous en êtes responsable, et cela vous fait éprouver remords et culpabilité.
Dans le même temps et contrairement aux croyances de beaucoup, vous souffrez aussi. Pour vous aussi c’est une histoire qui se termine, et c’est un nouveau départ qu’il faut prendre. Non vous n’avez aucune envie de faire la fête, ni de sabrer le champagne. Vos larmes coulent aussi, la dépression, la dévalorisation, la perte de goûts, d’envies, et d’espoir viennent aussi frapper à votre porte, et vous les laisserez entrer comme celui qui est quitté.
On pense que l’être qui quitte est forcément heureux de cette décision puisque c’est lui qui l’a prise. Et on peut se retrouver dans la cas où vos amis, collègues, et famille ne vous soutiennent pas dans cette épreuve. Vous êtes du coup seul à gérer une séparation décidée certes, mais à la fois subie.
J’ai eu de la chance dans mon malheur, mon entourage tout à fait au courant de ma relation avec cet homme, ont parfaitement compris ma décision et ont été d’un grand soutien dans cette épreuve très difficile.
Alors aujourd’hui ayant été à la fois victime et bourreau la réponse à la question :
CELUI QUI QUITTE EST-IL CELUI QUI SOUFFRE LE MOINS ?
Me paraît beaucoup moins évidente ! Maintenant chacun est libre d’y répondre comme il veut, mais une fois de plus les stéréotypes prennent le dessus puisque autour de moi après un petit sondage la réponse a été souvent :OUI
Cependant les histoires de couples sont difficiles à cerner, et une fois la porte fermée que connaissons nous vraiment de leur histoire, alors ne nous hâtons pas de juger trop durement et de diaboliser les personnes qui quittent.

quel type souffrance pour celui qui quitte
Le forum est fermé pour une durée indéterminée.
Affichage des résultats 1 à 20 sur 36

Outils de la discussion

Afficher une version imprimable

Affichage

Mode linéaire
Choisir le mode hybride
Choisir le mode arborescent

lakeulette

Voir le profil

Voir ses messages

Dans un récent post, j’ai lu  » Le divorce entraine de la souffrance pour le quitté et pour celui qui quitte…  »

Celui qui quitte peut souffrir (parce que pour lui c’est la derniere option apres avoir tout tenté à mon sens….il ne le fait pas de gaieté de coeur), mais je pense sincerement qu’on peut etre le quittant et ne pas souffrir…

Ca fait 3 ans que je faisais le dos rond avec mon ex, en me remettant en cause, en me disant que si il reagissait comme il le fait, j’avais peut etre fait quelque chose pour…peut etre meme qu’il souffrait ! et puis j’ai dit stop ! Continuez à en penser cela, c’est continué à lui trouver des excuses comme lorsque j’étais avec lui …il se comporte comme il fait, juste parce que c’est un sale con egoiste …c’est tout !

non, quand on quitte, on ne souffre pas forcement !

vous en pensez quoi ?

Pour réussir dans la vie ? optez pour l’attitude du canard ! Prenez un air complétement indifférent en surface et pédalez comme un furieux en dessous !!!
papillon03

Voir le profil

Voir ses messages

Moi je pense que j’ai énormément souffert avant de le quitter….tous ces moments passés à me demander comment faire, pourquoi ( plein de pourquoi…), ces larmes versées sur une vie que je ne voyait pas changer mais qui ne me convenait plus, cette peur de devoir vieillir comme ça…avec lui. Cette souffrance a duré trois ans.
Par contre lorsque ma décision a été prise, plus question de souffrance…juste une délivrance, le sentiment de reprendre enfin ma vie en main

« L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre.»
maplejoe

Voir le profil

Voir ses messages

J’ai souffert de faire souffrir mon enfant.
J’ai souffert d’avoir séparé notre famille.
Mais la liberté et le plaisir d’être moi m’ont permis de tout traverser et de faire notre route du mieux possible !

En tous cas, ne cherche pas ce qu’il se passe dans sa tête.
Vis ta vie à toi !

Dernière modification par maplejoe ; 04/04/2013 à17h05 .

Sun28

Voir le profil

Voir ses messages

Lakeulette, il faudrait vraiment un jour que tu oublies ton ancienne vie avec ton ex, que tu tires un trait définitif et arrête d’y penser.
Tu as un bébé et un homme qui te chéri, c’est ça qui est important, c’est ça qui doit te faire réfléchir, ton avenir, pas ton passé.

Personnellement, je serai en ménage avec quelqu’un, avec qui je viens d’avoir un bébé, et que cette personne n’arrête pas de parler de son ex sur un forum, surtout à savoir si il a souffert de la séparation, je serai très malheureux et je me poserai beaucoup de questions …

« Une personne en couple est un PS pas encore fini » SAJU © 2013
catleya

Voir le profil

Voir ses messages

Dansle couple brisé , il y a tout un chapitre sur la souffrance du quittant, c’est un point de vue rarement abordé et qui permet de comprendre certaines choses.

Laisse tomber la neige, on fera des boules demain…
raheny

Voir le profil

Voir ses messages

sun du coup j’hésites à répondre !!!

moi je penses qu’en tant que quittant on a une longueur d’avance
après faut definir le concept de quittant

parce que finalement on peut etre a l’origine de la demande de divorce parce que l’autre femme ou homme n’a pas les couilles de le faire …

de façon personnelle avant d’aller voir l’avocat et d’entamer la procédure, toute la periode de peur de comment ça va se passer, l’annonce aux enfants, l’avenir….
j’étais pétrifier

mais une fois qu’il est parti… liberation
j’avais retrouver ma niacque pour avancer

mais bon dans mon cas l’amour etait parti depuis un bon nombre d’année… ça aide

Il y a toujours trois solutions a un problème. Le tout c’est de les trouver !
La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.
boobka

Voir le profil

Voir ses messages

je crois que Lakeulette a un ex particulièrement pesant, avec lequel il y a encore une procédure (Lakeulette, tu confirmeras ou pas),
et un compagnon, papa de son bébé, qui n’est pas très présent, elle est seule chez elle de longues semaines..

ceci explique peut-etre cela Sun……….

Les voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On rêve sur les cartes, on répète les noms magnifiques des villes inconnues…(J.Kessel)
Clarina

Voir le profil

Voir ses messages

Dans un récent post, j’ai lu  » Le divorce entraine de la souffrance pour le quitté et pour celui qui quitte…  »

Celui qui quitte peut souffrir (parce que pour lui c’est la derniere option apres avoir tout tenté à mon sens….il ne le fait pas de gaieté de coeur), mais je pense sincerement qu’on peut etre le quittant et ne pas souffrir…

Ca fait 3 ans que je faisais le dos rond avec mon ex, en me remettant en cause, en me disant que si il reagissait comme il le fait, j’avais peut etre fait quelque chose pour…peut etre meme qu’il souffrait ! et puis j’ai dit stop ! Continuez à en penser cela, c’est continué à lui trouver des excuses comme lorsque j’étais avec lui …il se comporte comme il fait, juste parce que c’est un sale con egoiste …c’est tout !

non, quand on quitte, on ne souffre pas forcement !

vous en pensez quoi ?
bbetmoi

Voir le profil

Voir ses messages

Pour ma part, je crois que quand on construit un couple, il est très dur pour le quittant de prendre cette décision…Il a fallu beaucoup de temps pour que je me décide à quitter le père de ma fille mais j’ai moi aussi eu cette sensation de soulagement par la suite.

Aujourd’hui, je suis à nouveau dans la même situation, ça reste dans la tête à longueur de journée et franchir le pas me parait trop dur pour le moment…Oui c’est une souffrance, en tout cas un mal-être quotidien

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait (mark Twain):yes
thierryB

Voir le profil

Voir ses messages

Pour ma part, je crois que quand on construit un couple, il est très dur pour le quittant de prendre cette décision…Il a fallubeaucoup de temps pour que je me décide à quitter le père de ma fillemais j’ai moi aussi eu cette sensation de soulagement par la suite.

Aujourd’hui, je suis à nouveau dans la même situation , ça reste dans la tête à longueur de journée etfranchir le pas me parait trop dur pour le moment …Oui c’est une souffrance, en tout cas un mal-être quotidien
Un jour j’irais vivre « En THEORIE » car en THEORIE tout ce passe BIEN …..
thierryB

Voir le profil

Voir ses messages

Un jour j’irais vivre « En THEORIE » car en THEORIE tout ce passe BIEN …..
sabyan

Voir le profil

Voir ses messages

Je suis bien d accord avec ce que je viens de lire… C est une delivrance… Pour ma part, cela faisait 10 ans que j etais avec un manipulateur, un menteur et un beau parleur.. .nous nous sommes separes plusieurs fois (que ma decision a chaque fois.. Ben oui tout faire pour tt foutre en l air mais jamais pas les couill.. D aller jusqu au bout et le pire c est qu il me disait l air niais : ben c est pas ce que je veux). A chaque fois j ai tout perdu : appart, retour en hebergement, placer ds l urgence mes animaux etc… Alors oui la der separation a ete une delivrance et non je n ai pas souffert…. Je me suis meme dis que j avais ete bien co… De ne pas l avoir fait bien avant…ms ce n est que mon experience perso..

Sun28

Voir le profil

Voir ses messages

je crois que Lakeulette a un ex particulièrement pesant, avec lequel il y a encore une procédure (Lakeulette, tu confirmeras ou pas),
et un compagnon, papa de son bébé, qui n’est pas très présent, elle est seule chez elle de longues semaines..

ceci explique peut-etre cela Sun……….
« Une personne en couple est un PS pas encore fini » SAJU © 2013
raheny

Voir le profil

Voir ses messages

et cela ne te questionne pas plus ?
je comprends mieux ta signature :Mon pire ennemi…C’est moi ! ……
et quel respect pour tes compagnons présent ,passé et a venir………. tous des pourris je suppose ?
aux suivants !!!
Il y a toujours trois solutions a un problème. Le tout c’est de les trouver !
La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.
Zen’yia

Voir le profil

Voir ses messages

et cela ne te questionne pas plus ?
je comprends mieux ta signature :Mon pire ennemi…C’est moi ! ……
et quel respect pour tes compagnons présent ,passé et a venir………. tous des pourris je suppose ?
aux suivants !!!
« On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin … » – Johann Wolfgang von Goethe.
lakeulette

Voir le profil

Voir ses messages

je crois que Lakeulette a un ex particulièrement pesant, avec lequel il y a encore une procédure (Lakeulette, tu confirmeras ou pas),
et un compagnon, papa de son bébé, qui n’est pas très présent, elle est seule chez elle de longues semaines..

ceci explique peut-etre cela Sun……….
Pour réussir dans la vie ? optez pour l’attitude du canard ! Prenez un air complétement indifférent en surface et pédalez comme un furieux en dessous !!!
thierryB

Voir le profil

Voir ses messages

Euuh, c’est moi où tu es dur et amer dans ta réponse ThierryB ???

BBetmoi, je te souhaite de trouver une solution à ton/votre mal être …
Je pense, mais c’est vrai que je ne le lis pas, que ton compagnon connait tes interrogations et que vous pouvez en parler librement tous les deux, que vous essayer mutuellement de vous donner toutes les chances … plein de courage …
Un jour j’irais vivre « En THEORIE » car en THEORIE tout ce passe BIEN …..
Zen’yia

Voir le profil

Voir ses messages

Oui c’est ca….il y a 3 procédures, et mon compagnon n’est pas la…
Je ne voulais pas en arriver la , ca fait 3 ans que j’esssaye l’amiable et que je decouvre encore plus d’horreurs donc dans la mesure ou j’ai reussi a aimer quelqu’un a nouveau, que je ne souffre plus comme avant, je me dis que lui ne doit pas ou plus souffrir et que ce que mon ex fait a mon encontre est de la mechanceté gratuite de PN, j’ai donc engagé les procédures judiciaires (plus d’amiable) pour régler le tout… je ne le fais pas de gaieté de coeur, parce que je l’ai aimé a m’en couper les bras, mais la, j’ai pas l’impression qu’il souffre…juste qu’il a envie que je souffre

3 ans c’est déja pas mal…toutes ces procédures pas finies m’empechent d’avoir un chez moi à moi pour me reconstruire moi et ma petite famille recomposée…
« On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin … » – Johann Wolfgang von Goethe.
Sun28

Voir le profil

Voir ses messages

présent ,passé et a venir………. tous des pourris je suppose ?
aux suivants !!!
« Une personne en couple est un PS pas encore fini » SAJU © 2013
boobka

Voir le profil

Voir ses messages

et cela ne te questionne pas plus ?
je comprends mieux ta signature :Mon pire ennemi…C’est moi ! ……
et quel respect pour tes compagnons présent ,passé et a venir………. tous des pourris je suppose ?
aux suivants !!!
Les voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On rêve sur les cartes, on répète les noms magnifiques des villes inconnues…(J.Kessel)
Navigation rapide
Psycho Santé
Haut de page

Espaces du site
Tableau de bord
Messages privés
Abonnements
Utilisateurs actuellement connectés
Recherche dans les forums
Accueil des forums
Forums
Parent-Solo.fr

Nouveaux Membres
Le site Parent-solo.fr

Le Forum des Parents Solos

Vie Sociale
Enfants Education
Droit Finances
Psycho Santé
Vacances Loisirs
Logement
Travail

Les Rencontres de Parent-Solo

Centre – Ile de France
Nord – Est
Nord – Ouest
Sud – Est
Sud – Ouest
Dom – Tom
Solos Belgique-Luxembourg

Forum Détente

Des Hauts et Débats
Vie pratique
Créations littéraires

Par lakeulette dans le forum Psycho Santé
Par chrismemad dans le forum Des Hauts et Débats
Par morganlara dans le forum Nouveaux Membres
Par julena dans le forum Vie Sociale
Par yboos dans le forum Psycho Santé

Lesbalises BBsont activées :oui
Lessmileyssont activés :oui
Labalise [IMG]est activée :oui
Labalise [VIDEO]est activée :oui
Le code HTML peut être employé :non

— Parent Solo Style

— Style Mobile

— English (US)
— Français

Nous contacter
Parent Solo
Archives
Haut de page

Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement11h44 .

Powered byvBulletin®Version 4.2.4 Beta 2 Copyright © 2017 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.

Search Engine Optimisation provided by
DragonByte SEO v2.0.27 (Pro)-
vBulletin Mods & AddonsCopyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

quel type souffrance pour celui qui quitte

Psycho

Deuil d’un animal
Divorce, séparation
Enfant et divorce
Psycho ado
Psycho enfant
Psycho famille
Psycho maladies
Psycho shopping
Psycho société
Question d’argent
Relations dans le couple
Savoir vivre
Sport et psy

Séparation : le poids de la culpabilité pour celui qui s’en va…

Publié par Dr Catherine Solano
le 06/10/2013 – 08h34

Publié par Dr Catherine Solano
le 06/10/2013 – 08h34

Il me trompe alors que l’on vient d’être parents
Bonjour je suis une jeune femme de 23 et je suis en couples depuis 2 ans quand j’ai rencontré cette…
Par alba7509 le 31/07/2015 – 19h17
Conseil pour le retour affectif de votre ex
Voici mon histoire, je suis marié avec l’homme de ma vie depuis 19 ans et on a eu 3 enfants, au dépa …
Parle 19/03/2015 – 18h37
Culpabilite et vie amoureuse
bonjour Apres 7ans de relation et 1 enfant de 2ans1/2, j’ai rencontré un homme attentionné et suis t …
Par papayereunion le 07/10/2014 – 14h15
Culpabilite et vie amoureuse
bonjour Apres 7ans de relation et 1 enfant de 2ans1/2, j’ai rencontré un homme attentionné et suis t …
Par papayereunion le 07/10/2014 – 14h15
Conseil pour le retour affectif de votre ex
Voici mon histoire, je suis marié avec l’homme de ma vie depuis 19 ans et on a eu 3 enfants, au dépa …
Parle 19/03/2015 – 18h37
Que faire!!!
Bonjour,Mariée depuis 20ans et une fille d’un premier mariage qui a était adopté par mon époux actue …
Par majeurevaccinee le 06/05/2013 – 21h00
Plan du site

Santé pratique
Maladies
Médicaments
Bien-être
Diététique
Recettes
Beauté
Maman

Cet article fait partie du dossier  » Comment gérer sa rupture ? « .
La séparation d’un couple est forcément un moment douloureux. Des émotions très diverses peuvent se manifester : tristesse, colère, haine, abattement, remords, ou culpabilité.
La culpabilité est souvent dans le camp de celui qui s’en va. Et elle pèse lourd, à tort ou à raison…
Le sentiment de culpabilité est souvent considéré uniquement comme un poids dans notre société où il ne faudrait se sentir coupable de rien. Or, parfois, nous savons très bien que nous n’agissons pas au mieux. Le sentiment de culpabilité peut alors se révéler comme une boussole, un signal d’alerte pour dire : « Attention, tu ne vas pas dans la bonne direction ! » Et cette culpabilité-là peut nous éviter de faire des bêtises.
La culpabilité est parfois une voie de la raison Ludovic, par exemple, a failli quitter sa femme, non pour une autre, mais à cause d’un passage très difficile dans leur relation. Or, il se sentait fortement coupable de la laisser seule et n’a pu s’y résoudre. Cinq ans plus tard, il ne regrette rien. « Heureusement que j’ai hésité et renoncé. Nous avons passé un cap, vraiment horrible, mais je pense que nous formons aujourd’hui un autre couple et que cela en valait la peine ». La culpabilité est donc parfois une voie de la raison qui nous évite de suivre des émotions à fleur de peau. Mais pas toujours !
Antoine était fiancé et a voulu quitter sa fiancée. « Je savais que l’on ne s’entendrait pas, nos caractères étant trop différents. Quand j’ai parlé séparation, elle s’est effondrée en pleurs. Cela m’a touché et j’ai fait machine arrière. Je me suis marié la mort dans l’âme. Et cela fait 25 ans qu’on ne s’entend pas, que l’on ne fait rien ensemble. Je m’en veux énormément de ne pas avoir tenu bon à l’époque pour rompre nos fiançailles. Parce que je me sens coupable d’avoir gâché ma vie… et la sienne. Elle aurait mérité d’avoir un homme avec qui elle soit bien. Mon manque de courage nous a fait prendre une mauvaise direction et une fois sur les rails, il est très difficile d’en changer. Surtout quand un enfant arrive rapidement. »
Faire de la peine à quelqu’un est toujours difficile quand on a du cœur. L’essentiel serait pourtant plutôt de faire le moins de peine possible. En effet, entre faire souffrir une jeune femme de 20 ans pendant quelques mois à cause d’une séparation, c’est sans doute moins grave que de gâcher entièrement 30 ans de vie de couple de deux personnes… Ce type de sagesse est malheureusement difficile à appréhender, particulièrement lorsque l’on est très jeune.
« Il n’y a pas loin de l’amour à la haine ». Cet adage banal n’est pas toujours bien interprété. Nous avons l’impression qu’il s’adresse plutôt à une personnalité pathologique ou à quelqu’un qui tout à coup passe dans le camp du « psychiquement déran…
Chacun de nous a au moins commis dans sa vie un acte dont il n’est pas fier. Un mensonge, une action néfaste pour quelqu’un de proche, un oubli aux conséquences graves… Par la suite, notre culpabilité peut nous empoisonner la vie. Comment faire pour…
Si la perspective des vacances est un moteur pour de nombreuses personnes, elle peut aussi être une source d’angoisse. Peur de s’ennuyer, d’être décu, culpabilité… Chassez ces trouble-fête avant que l’été arrive !
Perdre son petit enfant est un événement terrible. Tellement terrible qu’il semble impossible de s’en remettre. Et il est vrai qu’après cela, rien ne sera plus jamais comme avant. Pourtant, la vie doit continuer et il faut savoir que notre esprit, to…
Nous adhérons aux principes de lacharte HONcode

quel type souffrance pour celui qui quitte
Deuil amoureux : victime ou bourreau
Copyright Tous droits réservés. © 2014École l’art de vivre Purusha | Propulsé parduval design communication
Il n’est pas simple detraiter le deuil amoureux . Les personnes qui subissent le deuil amoureux se présentent toutes et tous comme victimes d’un ou d’une autre. L’autre se nomme le bourreau. Celui-là ou celle-là a mis fin à la relation amoureuse, c’est le grand coupable du deuil amoureux ! Les émotions d’une victime sont atroces  : isolement, honte, désaveu, humiliation, tromperie et iniquité habitent son esprit. Les victimes du deuil amoureux ressentent la perte d’estime d’elles-mêmes. Cette perte gruge leur confiance en elles. Des sentiments comme ceux de ne pas être à la hauteur, d’être usurpateur, de ne plus rien valoir, peuvent entraîner la victime à des gestes regrettables envers elle-même et parfois envers l’autre.
Dans un premier temps, les victimes du deuil amoureux sont souvent en colère. Elles deviennent parfois méchantes et cherchent à nuire à tout prix à l’autre, perçu désormais comme leur bourreau personnel ! Elles lui espèrent tout le mal possible. Si elles le peuvent, elles lui nuiront à tous les niveaux : social, pécunier, travail, famille et idéaux.
L’entourage immédiat est pris à partie. Le plus souvent, ignorant de la vérité, les proches de la victime du deuil amoureux se laissent prendre au jeu et souvent, par esprit de solidarité, en rajoutent. Tous les gestes et comportements antérieurs et postérieurs au deuil amoureux sont passés au peigne fin ! En général, on ne retient que les pires desquels on jase sans répit. Peu s’en faut pour que la réputation de l’autre, le bourreau, commence à se dégrader singulièrement. J’en conviens : certains « bourreaux » ne sont pas toujours de gentils garçons ou d’aimables filles ! Il y en a même de terribles ! Des castrateurs, des castratrices, des horribles menteurs et des terribles menteuses, des violents et des violentes, des voleurs et des voleuses !
Mais pour le commun des mortels subissant le deuil amoureux, la victimisation ne nécessite pas d’aussi grands procès, ni d’aussi méchantes hostilités ! Vous en conviendrez ! De tels comportements vis-à-vis la personne qu’on disait aimer semblent assez désobligeants. De plus, ils n’arrangent rien en cas de séparation des biens. Aiguiser la haine entraîne toujours à la violence. La violence est toujours subie par les plus faibles : enfants, vieillards, sans compter les chats et les chiens domestiques.
Cependant, le deuil amoureux subi par la victime peut faire des ravages. À ce titre, la personne se doit de consulter. Le fait d’être écoutée dans son deuil amoureux et comprise lui fera prendre de plus sages décisions. Elle passera alors à l’acceptation. Ici, elle pleurera. Avoir des amis sur qui compter, des bras sur lesquels s’appuyer, une famille emplie de sollicitude l’aidera à reprendre les forces qu’elle avait perdues et surtout à garder la santé. En effet, le deuil amoureux peut entraîner à la dépression, à l’auto mutilation, aux troubles alimentaires et à un affaiblissement général de l’organisme. Lorsqu’une victime du deuil amoureux s’exprime par la colère, les larmes ou le mutisme, nous devons la comprendre le temps qu’il faudra. Ce qu’elle pleure n’est pas seulement la fin d’une relation, mais souvent la perte de l’ensemble de sa fierté personnelle. Elle ressent dans le deuil amoureux le revers cuisant de ce qu’elle perçoit comme un échec de vie en puissance !
Dans les conférences, ateliers et rendez-vous personnalisés sur le net ou dans le bureau, plusieurs personnes étant en deuil amoureux questionnent la souffrance de son acteur principal, celui qui a choisi de mettre fin à la relation.
Et les souffrances de la personne qui quitte ?
La personne qui quitte la relation de son plein vouloir vit, elle aussi, une vague émotionnelle emplie de dualités ! La violation du pacte d’amour causé ou choisi entraîne plus souvent que nous l’imaginons à de la forte culpabilité, du désordre affectif, des manquements cognitifs graves, un stress parfois extrêmement traumatisant !
Cela expliquerait le fait que le bourreau, dans le deuil amoureux, coupe à tout jamais les ponts, ne voit plus à ses responsabilités, se cache pour vivre son nouvel amour ou revendique haut, franc et parfois violemment son droit à la liberté ! Le bourreau, lui aussi, parfois, proférera des propos désobligeants sur celui ou celle qu’il prétendait aimer à peine une semaine avant ! Les proches malheureusement en rajouteront. Des maux et des méchancetés fuseront de toutes parts! Tout cela pour tenter de se justifier, de se disculper, de ne surtout pas trop s’interroger, ni pouvoir revenir en arrière !
Pour le (la) bourreau du deuil amoureux aussi la vie va complètement changer. Les habitudes de vie à deux vont se briser. Pour lui (elle) aussi, tout est à refaire, à rebâtir ! Au début, il (elle) risque d’apprécier la vacance de l’autre qu’il (elle) s’est lui-même donnée. Plus tard, le bourreau du deuil amoureux affirmera parfois ses regrets. Son geste, son choix, sa parole du moment le font encore trembler après bien des années. Il revit dans ses cauchemars les moments de la séparation. « Je me suis moi-même saboté », « Je crois que je l’ai tué (e) », « Si j’avais su, jamais je ne l’aurais fait » disent les bourreaux en chœur parfois, plusieurs années après la perte amoureuse ! Ce qui explique que beaucoup d’entre eux cherchent à revenir ! Mais il est souvent et à juste raison, trop tard ! La victime du deuil amoureux, si elle a pris soin d’elle, a refait rapidement sa vie !
Ainsi, dans le vécu du deuil amoureux, nous sommes toujours soit le bourreau soit la victime. Même si les souffrances des deux sont différentes, il n’en reste pas moins que la brisure d’une relation amoureuse fait mal, très mal ! L’attitude traditionnelle humaine face au deuil amoureux consiste à crier le désarroi de l’abandon et le sentiment d’être la cause d’une fin tragique par la colère et le dénigrement.
Le mal à l’âme du deuil amoureux s’exprime pour tous en général par le mutisme, la dépression ou par la perte graduelle de la santé physique et mentale. Avant que les choses s’enveniment au point de causer des torts irrémédiables à l’autre, aux gens de notre entourage et même aux animaux domestiques, il est fortement recommandé d’arrêter les hostilités !
Dans une telle situation, il est nécessaire de poser un regard réaliste sur la situation du deuil amoureux, dédramatisera le deuil amoureux. Il y aura une possibilité de vous questionner adéquatement.
Quel que soit votre rôle dans ce deuil amoureux, osez vous poser de vraies questions et osez y répondre authentiquement. Cela brisera le rôle que vous semblez porter et vous deviendrez rapidement moins enchaînés à la souffrance de votre deuil amoureux et donc à cette relation et aux relations humaines en général.
Vous aimeriez qu’on communique avec vous? Laissez-nous vos coordonnées.

quel type souffrance pour celui qui quitte

Quel type de souffrance pour celui qui quitte?

Témoignage d’internaute trouvé surpsychologies

Bonjour,
Je suis entrain de quitter mon ami, avec lequel j’ai vécu pendant deux ans ; ce n’est pas facile !
J’ai beau savoir précisément pourquoi je le quitte ; sa maladie alcoolique l’empoisonne ainsi que nos relations. Il est entrain de se détruire et de nous détruire. Il est entrain de me couper de mes amis et de mes collègues au moment où ma vie professionnelle a le vent en poupe, au moment où je suis en pleine forme, et que la vie est belle pour moi.
Je suis sûre de ma décision, et pourtant, je souffres !
Ce matin, j’étais une fontaine de larmes ; la grosse déprime !
Les souvenirs heureux me reviennent par bouffées, je repense à nos projets de maison, de bébé (qui ne se réaliseront jamais, à cause de sa maladie) , à l’accueil de sa famille très chaleureuse à mon égard, à sa fille qui vient d’avoir 14 ans (et pour qui je me fais du soucis) , au fait que je le fais souffrir en le quittant, qu’il a du chagrin, à toutes les conséquences de cette rupture qui causeront des déceptions et de la tristesse à d’autres personnes ; sa famille notament.
Ce n’est pas facile d’être celui ou celle qui dénoue le lien, ou le coupe.
Forcément c’est nous « les méchants » ! J’y ai tellement crû à notre histoire, tout en sachant dés le départ qu’il y avait cette dépendance fatale !
Je me sens un peu responsable et coupable, tout en sachant que ce n’est pas un fiasco.
Aimer et croire n’est pas une chose répréhensible en soi, et quitter quelqu’un qu’on aime parce qu’on risque d’être très malheureux ensembles non plus, bien au contraire.
Nous avons vécus des moments heureux, de tendresse, de complicité. Nous nous entendions sur beaucoup de choses.
Il y a eu des améliorations sans que pour autant il ne se décide à lâcher la bouteille définitivement, pour moi, pour nous, pour lui.
Alors, non, stop, je ne veux pas continuer de vivre comme ça.
Avant lui, j’avais rompu avec un autre monsieur. Là, ça s’était passé très sereinement. Nous étions d’accord tous les deux pour arrêter.
Mais j’ai souffert quand même, j’ai pleuré et j’ai été nostalgique.
Je crois que c’est naturel d’avoir de la peine, même quand c’est nous qui quittons.
Je pense qu’il y a un deuil à faire de l’ancienne relation pour les deux personnes qui sont concernées.    Lire la suite de la discussion surpsychologies.com
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?
Recherchez une histoire vécue parmi plus de 200 thèmes:
www.same-story.comest un site qui recense le meilleur des témoignages et récits d’histoires vécues des internautes.
Pour accéder à cette page, vous devez être connecté.
Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi
Fermer

Vous n’avez pas encore de compte ?
Inscrivez-vous!

Bonjour, je souhaite témoigné aujourd’hui suite a un désagrément qui m’est arrivé il y a quelques mois maintenant. J’ai fait la connaissance d’une dame du a mon parcours scolaire et professionnelle qui ma semblé très gentille agréable elle… Lire la suite
Bonjour.
J’ai déjà eu l’occasion de lire tes messages dans le passé, concernant ton projet professionnel de l’époque notamment et je suis vraiment désolée que ça n’ait pas marché.
Tu ne dois pas avoir honte, il est difficile de trouver sa… Lire la suite

quel type souffrance pour celui qui quitte

Événements

Vidéos

Forums

Shopping

Contribuez !

Mode
Beauté
Cuisine
Déco-DIY
Feel Good
Pour rire
Témoignages
Société
Culture
Cinéma
Musique
Séries-TV
Sexe
La vie
Études-Jobs
Podcasts

Vidéos
Mode
Beauté
Cuisine
Déco-DIY
Feel Good
Pour rire
Témoignages
Société
Culture
Cinéma
Musique
Séries télé
Sexe
La vie
Études-Jobs
Podcasts

Plus▾

Jeux vidéo
Les trouvailles d’Internet
Livres
Quiz et tests
Voyages
Psycho-Socio
Féminisme
Podcasts
Vidéos
Séries-TV
Musique
Beauté
Cuisine
Culture
Séries télé
Notre appli mobile

Par  Nathalie Serbin  |  4 décembre 2006 |10 Commentaires
Tous les articlesMoi, moi et moi

Les autres papiers parlant de

Pinkgirly,
Le 11 octobre 2007 à 16h48

Le manifeste madmoiZelle.com
Contacte la rédac
Participez / contribuez !

Plan du site
La rédaction de madmoiZelle.com
madmoiZelle recrute !

Annoncez sur madmoiZelle !
Mentions légales
Coup de main: avortement ivg

Voilà, c’est fini. Votre histoire est terminée, plus de doute là-dessus. Que tu sois dans les baskets de celui qui quitte ou de celui qui est quitté l’autre, la pillule est difficile à avaler. Quelques conseils pour surmonter l’épreuve un peu plus facilement. En pleine tempête Qu’on soit dans la position de celui qui quitte […]
Voilà, c’est fini. Votre histoire est terminée, plus de doute là-dessus. Que tu sois dans les baskets de celui qui quitte ou de celui qui est quitté l’autre, la pillule est difficile à avaler. Quelques conseils pour surmonter l’épreuve un peu plus facilement.
Qu’on soit dans la position de celui qui quitte ou de celui qui est quitté, que la rupture soit violente ou plutôt résignée, on vit toujours une période de « tempête » une fois la décision prise. Une tempête émotionnelle, où les repères de chacun valsent, où il faut tout réapprendre, tout remettre en cause. Une étape extrêmement déstabilisante pour celui qui est quitté, bien sûr, mais aussi pour celui qui quitte, dont le tout nouveau sentiment de liberté va aussi de pair avec un sentiment de vide et souvent… De culpabilité. Et oui : même quand on a les meilleures raisons du monde de le faire, quitter quelqu’un c’est risquer de faire du mal et se l’entendre dire. Vide et perte de repères pour les deux partenaires, sentiment d’abandon pour l’un, de culpabilité pour l’autre… Difficile d’y voir clair dans cette période de grand chamboulement.
Dans ces conditions, difficile de savoir où on veut aller. Or, pour surmonter la rupture plus vite, l’important est justement de se fixer un cap et de s’y tenir. Autrement dit, savoir à peu près où on veut aller : en solo (la « nouvelle vie » qu’on veut avoir ou.. retrouver) et avec l’autre (la relation qu’on voudrait instaurer avec l’autre dans cette nouvelle vie). Chez l’un (le quitteur), toute la difficulté va être de ne pas perdre de vue cet « après » auquel il aspire. Chez l’autre (le quitté), toute la difficulté va être d’accepter un avenir sans celui qui l’a quitté.
Pour pouvoir progresser, arriver à se redéfinir une vie en solo et une nouvelle forme de lien avec l’autre (si c’est possible, bien sûr), il faut justement faire attention à ce que la fameuse phase de tempête ne détruise pas ces débuts d’embryon de renouveau. Il va ainsi falloir que celui qui quitte parvienne à surmonter sa culpabilité, celle qui peut parfois te conduire à ne pas être clair avec l’autre pendant la rupture, là où il faudrait au contraire l’aider à faire son deuil de votre relation en ayant un comportement limpide. Il va falloir également éviter d’entrer dans le jeu du conflit stérile, pour préserver votre relation future.
Une « relation future », ça paraît inenvisageable, dans le cadre d’une rupture. Et pourtant dans de nombreux cas, les couples renouent une autre forme de relation en repartant de leurs objectifs communs, de leurs intérêts communs (boulot, enfants etc.). Pour que cet « après » soit possible, il faut justement que la période de tempête n’ai pas tout détruit sur son passage. Or, souvent, en pleine « tempête » émotionnelle, on se déchire, on se balance des reproches ou des insultes à la figure et on détruit tout ce qui pourrait servir de base à une autre forme de relation.
Pour avoir une chance de reconstruire quelque chose, ne tombe pas dans les pièges : évite de casser l’autre devant les autres ou d’exprimer ton malaise sous forme de reproches et de rancœur et évite de surenchérir quand ton ex entre lui-même dans le jeu du conflit. Souvent, c’est la façon de le dire qui fait la différence (exemple entre « je me sentais étouffer » et « il m’empêchait de faire ce que je voulais »). Même si c’est difficile, pense à l’après : si c’est possible, si c’est envisageable, préserve toi en préservant l’autre. Une fois la « tempêteémotionnelle » passée des deux côtés (ce qui peut prendre pas mal de temps et ne pas se faire au même rythme chez l’un et chez l’autre), vous pourrez alors essayer de trouver une façon de continuer à partager des choses, une sorte de « troisième voie ». C’est à ça qu’il faudra consacrer son énergie, et pas à des conflits stériles.
Pour bien gérer ce moment difficile et garder le cap que tu t’es fixé, il va falloir poser très vite les bases d’une nouvelle vie, différente de celle que tu dois laisser derrière toi. Ce travail sera d’autant plus important au tout début de la rupture, quand il faut justement « tenir », gérer la transition difficile et la période de « tempête ». Concrètement, ça signifie se trouver des rythmes, des activités différentes. Par exemple reprendre une activité qu’on avait délaissé pour cause de compromis avec l’autre ou qu’on n’avait jamais exploré jusque-là (ex : se mettre à la custo, au badminton etc.). Le but, enfin, sera de se programmer une vie sociale propice aux rencontres, pour ne pas seulement mener des activités en solo mais aussi se donner progressivement la chance de rencontrer de nouvelles têtes.
Pour certain, ce « nouveau départ » est un besoin quasi naturel. Ils s’y jettent d’eux-mêmes, avec parfois une frénésie qui frôle la fuite (se perdre dans une multitude d’activités pour ne pas faire face). Il leur faudra se poser un peu pour éviter les excès. Pour d’autres, la tentation est plutôt au replis sur soi : on ne veut voir personne, on analyse et analyse encore la situation… Point. Pour ceux-là, il faudra se forcer un peu au besoin.
A plus long terme, il te faudra réfléchir à ce que tu veux vraiment à l’avenir dans tes relations, (ex : quelqu’un qui ait plus de goûts communs avec toi… ou moins ; quelqu’un qui s’engage facilement ou au contraire quelqu’un qui soit beaucoup plus libre etc etc.) et dans ta vie en général. Il te faudra également faire le bilan de ton expérience passée : qu’est-ce qu’elle t’a appris sur toi, tes besoins, la façon dont tu communiques avec l’autre ? Quelles erreurs as-tu commises et que faire pour que ça se passe mieux la prochaine fois ?Et l’entourage, dans tout ça ?
On a l’habitude de vous voir en couple, et puis soudain, il n’y a plus « vous deux », il y a toi et lui/toi et elle. Dans les premiers temps, la tentation pour l’entourage (amis, famille etc.) c’est bien sûr de jouer les arbitres ou les conseillers. Là-dedans, évidemment, il faut savoir faire le tri entre ce qui va aider à surmonter l’épreuve et le reste (surtout pendant la fameuse période de « tempête » où chacun se sent fragilisé, déstabilisé).
Au milieu des avis est des recommandations de chacun, tâche de préserver le nouveau « cap » que tu essaies de te fixer, cette nouvelle vie que tu essaies d’envisager tant bien que mal. Prends donc bien soin, à cette étape délicate, de ne t’entourer que de gens qui te soutiennent inconditionnellement. Les donneurs de leçon… Evite-les, au moins au début.
Il faudra également que tu arrives à négocier un phénomène connu en cas de rupture : le fameux « partage d’amis ». Quand on est en couple, on a « ses » amis, ceux qu’on s’est fait avant le duo, il y a les amis « par alliance » (les amis de l’autre qui sont devenus nos amis) et il y a les amis « communs », qu’on s’est fait à deux, les frontières se brouillant de plus en plus avec le temps. Alors quand rupture il y a, comment faire ?
Naturellement, une sorte de répartition s’opère entre les amis de l’un et les amis de l’autre, mais là encore, au début du moins, entoure-toi de ceux qui te paraissent vraiment « acquis à ta cause ». Ceux qui peuvent vraiment t’aider à avancer. Enfin – ça semble aller de soi mais ça va mieux en le disant – évitez de voir les amis communs ensemble, surtout au début de la rupture. Non seulement parce que ça met mal à l’aise tout le monde, mais aussi parce que ça ne fait qu’entretenir l’état de nostalgie dans lequel on se trouve en cette période, qu’on soit le quitteur ou le quitté.
Enfin, un petit conseil aux amis en passant : ne tombez pas dans le jeu du « je blâme l’un ou l’autre ». Tâchez de rester neutre et aidez plutôt celui qui vit sa rupture à négocier la transition, à y voir plus clair. D’autant que si le couple finit par se rabibocher, tu auras l’air de quoi si tu as descendu l’un des partenaires pendant des semaines, hu ?
Cet article t’a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ? Désactive ton bloqueur de pubousoutiens-nous financièrement!
fée-néantize: Houla, oui vraiment, tu est très courageuse en effet.C’est peut être bête à dire mais quelque part bravo.Bravo, pour ton comportement si honnête, autant envers ton amoureux qu’envers toi.Je ne dis bien sûr pas que ce sera facil, et ce que tu ressens est plus que normal (l’envie d’être dans ses bras par exemple).Mais si comme tu le dis avec lui ça n’allait plus, c’était l’ennuie, alors oui tu as vraiment prit la bonne décision.Courage la miss, et j’espère que tu remonteras bien vite la pente ( lol et puis aussi j’adore ton pseudo )

Pour répondre à la question du topic, je dirais que cet article est très bien oui, ça je ne peut pas dire le contraire.Plein de bonnes idées, de conseil judicieux.Rien d’inventer non, mais que de bonnes recettes ! .Oui mais voila, quand ont est en réel souffrance, voir même au fond du gouffre (l’expression est forte oui, mais parfois tellement vraie ), et bien dans ce cas toute la « difficukté » consiste selon moi à trouver la force, l’envie, la motivation ou je ne sais quoi d’autres de suivre tous ces bon conseils…Chacune, ses « petites ou grosses astuces ».parce qu’il faut bien le dire en plus de ça, on n’a pas toutes les même possibilités.Enfin bref, le temps et l’affection de personnes bien choisies ont été pour moi les seuls déclancheurs de « remonté » de pente, quand ça a été mon cas, le « reste » est venu après…
Il est sorti ! Le Cahier de Vacances madmoiZelle vient ambiancer ton été !
Une fillette aide son amie blessée grâce à une technique apprise dans Hunger Games
REPLAY — SOS révisions du bac 2017 : les conseils pour déstresser !
Miley Cyrus collabore aux côtés de Converse pour le Pride Month
Gagne L’horizon à l’envers, le dernier roman de Marc Levy !
On sait enfin où se déroulera le prochain Assassin’s Creed !
Lady Gaga collabore avec Starbucks pour la bonne cause
Les aliens n’ont rien à voir avec le signal « Wow ! » et je ne suis que tristesse
« PUTAIN DE TABLE BASSE DE MERDE » : les gros mots aident-ils à soulager la douleur ?
Le second opus du mythique jeu Beyond good and evil est enfin annoncé !
madmoiZelle est une marque déposée. madmoiZelle, un site qu’on pourrait croire qu’il s’appellemademoiselle, mais en fait, non.
© 2005-2017 ALJ AGENCY – Un grand merci àUpian! ♥

quel type souffrance pour celui qui quitte

Événements

Vidéos

Forums

Shopping

Contribuez !

Mode
Beauté
Cuisine
Déco-DIY
Feel Good
Pour rire
Témoignages
Société
Culture
Cinéma
Musique
Séries-TV
Sexe
La vie
Études-Jobs
Podcasts

Vidéos
Mode
Beauté
Cuisine
Déco-DIY
Feel Good
Pour rire
Témoignages
Société
Culture
Cinéma
Musique
Séries télé
Sexe
La vie
Études-Jobs
Podcasts

Plus▾

Jeux vidéo
Les trouvailles d’Internet
Livres
Quiz et tests
Voyages
Psycho-Socio
Féminisme
Podcasts
Vidéos
Séries-TV
Musique
Beauté
Cuisine
Culture
Séries télé
Notre appli mobile

Par  Sophie Riche  |  2 septembre 2013 |71 Commentaires
Tous les articlesEt si… Et si…
Vis ta vie

Les autres papiers parlant de Amour Couple Rupture

Aneirin,
Le 13 avril 2017 à 11h00

Le manifeste madmoiZelle.com
Contacte la rédac
Participez / contribuez !

Plan du site
La rédaction de madmoiZelle.com
madmoiZelle recrute !

Annoncez sur madmoiZelle !
Mentions légales
Coup de main: avortement ivg

AccueilVis ta vieEt si… Et si…Ces trucs à savoir avant de rompre
Parfois, on est quitté-e, et parfois on quitte. Dans le second cas, on reçoit pas forcément autant de bienveillance. On a décidé de réparer ça en te rappelant quelques trucs à savoir avant de rompre.
Il y a moins d’un mois, j’ai pris ma première grande décision seule : j’ai choisi de mettre un terme à une relation exclusive longue de 3 ans, pour des raisons qui me sont proprescar je les avais lavées avant . Je savais que ça n’allait pas être le truc le plus simple du monde, mais je pensais pas que j’en baverais autant pour faire un truc que j’avais pourtant décidé.
Au cas où tu te retrouverais un jour dans une telle situation inconfortable , je me suis dit, entre une session de mouchage dans mes cheveux (ça les gaine, c’est bien) et un monologue intérieur les yeux fixés sur l’horizon à travers mes carreaux sales, quej’allais t’apprendre (ou te rappeler) deux ou trois trucs .
Car oui, il y a un temps pour les balades au ukulélé et un temps pour la lassitude.
J’ai toujours eu une certitude : que Justin et Britney étaient faits pour rester ensemble. Souvent, j’en ai une seconde : je suis un peu forte. Pas du genre à pouvoir supporter de partir à la guerre, mais suffisamment pour gérer deux ou trois trucs un peu relou. Pourtant, ça m’empêche pas de dérouiller sévère etd’avoir envie de rappeler mon ex à chaque moment ronflonflon .
Soit je suis drôlement concon, soit il y a unénormetravail à faire sur soi pour ne pas recontacter l’autre pour lui demander de revenir, même si tu lui souhaites une meilleure relation, même si tu te souhaites un autre genre de relation ou être seule un moment. À chaque gros coup de mou, tu risques d’être tenté-e : tu peux éventuellement finir par te dire «EH ! Je le/la rappelle et je le/la re-séduis, c’est parti, ce sera plus simple comme ça».
Oui mais voilà :tu ne l’as pas quitté-e pour rien, et tu as probablement beaucoup plus réfléchi sur la question que tu ne pourrais le croire . En le ou la recontactant, tu prends un risque : en effet, peut-être que tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes et vous retrouverez la passion des premiers jours. Mais qu’est-ce qui ne te dit pas qu’un jour, tu te rappelleras de toutes les raisons qui t’ont poussé-e à partir, et qu’elles seront toujours d’actualité ?
C’est dur de ne pas le faire, et je ne te jugerai pas si tu agis de la sorte — après tout, j’ai failli le faire moi-même. Et je me suis souvenu de tout le respect que je ressentais pour mon ex, de combien c’était dur de l’avoir quitté une fois, alors deux n’en parlons pas.Ça aurait été cruel, et nul.  Et cette personne, me détestant probablement désormais autant qu’elle m’a aimée, m’aurait de toute façon mis un vent de la force d’une tornade dans la gueule —  et pour le coup, je l’aurais bien mérité.
Alors du coup, j’ai adopté la méthode Ted Mosby :je note toutes les raisons qui m’ont fait mettre un terme à notre relation , et je me les ressors dès que la nostalgie prend le dessus sur tout le reste. Ça vaut ce que ça vaut, et ça ne calme qu’un peu, mais c’est déjà ça.
Quand on vit de longs mois en couple avec une personne,on développe forcément tout un tas de souvenirs communs(du premier baiser au «  Haha , tu te souviens de la fois où t’avais eu la gastro PENDANT ? * »). Je n’arrive même plus à faire la cuisine avec le même enthousiasme qu’avant, car mon ex était mon cobaye gustatif. Mon alimentation se compose donc actuellement de trucs crus ou de commandes livrées à ma porte. Dans un cas, c’est lassant. Dans l’autre, c’est cher.
*Dans un souci de vraisemblance, sachez que cette anecdote n’est pas tirée d’une histoire vraie – du moins, pas connue par moi-même.
Pire : la musique. Si tu as le coeur sensible comme moi,tu devras te débarrasser des chansons qui ont marqué votre vie de couple . Je sais pas si tu réalises, mais j’ai dû renoncer (temporairement, j’espère) à une partie de l’oeuvre des Shins et de Broken Bells. Ni mon palpitant ni mes tympans ne sauraient s’en remettre.
Le lavage de cerveau te permettra d’écouter sans souci la chanson de votre première pelle, qu’il s’agisse du dernier Obispo ou de Tata Yoyo.
Mais voilà : tout nous rappelle l’autre, une fois que l’histoire est finie.Un dessin, un post-it, un canapé, un bout de parquet, un poil de pubis resté coincé dans tes draps malgré le passage à la machine à laver, un trou dans le sol ou un nom de rue qui vous a fait marrer il y a longtemps… Attends-toi donc à voir surgir n’importe où, dans tes oreilles, tes yeux ou sous tes pieds quelque chose qui te rappellera l’autre et la décision presque irrévocable que tu as prise.
Malheureusement,je n’ai aucune solution pour éviter ça . Moi, j’en profite carrément pour déménager et changer de ville, mais je suis un peu lâche et tout le monde ne peut pas se le permettre.
Être en couple avec quelqu’un, c’est bien souvent partager suffisamment pour que l’autre devienne un-e véritable ami-e, en plus d’être celui/celle avec qui tu fais plein d’autres trucs. C’est tout pareil que l’amitié, au fond : on accepte de faire avec les défauts de l’autre, les liens se tissent au fil des jours, des disputes viennent des fois jalonner le quotidien, on se confie à l’autre…
Sauf qu’on se projette parfois de manière un peu plus soudée dans l’avenir, qu’on angoisse souvent au moment de rencontrer ses « beaux-parents » et, qu’on n’est parfois pas trop vêtu-e-s.
Moi j’étais du genre à essayer de garder toutes mes angoisses pour moi, sauf quand j’étais avec mon ex. Il savait me mettre des coups de pied au séant et m’apaiser comme personne d’autre, puisque j’avais l’impression que c’était lui qui me connaissait le mieux. Je me disais que lui, ça le dérangerait pas, et c’est bien la seule personne que je ne craignais pas de gonfler sévèrement avec mesfirst world problems . Alors forcément, dans les coups durs post-rupture, les instants de doute, je peux plus trop me tourner vers lui pour lui demander si j’ai fait le bon choix — je suis pas sadique non plus.
Quand on quitte quelqu’un et que cette rupture n’est pas « d’un commun accord », il y a toujours ce moment bizarre où on réalise que l’autre, pour qui on ressent encore pourtant plein de choses positives et fortes, ne sera plus celui qu’on appellera en premier pour les bonnes et les mauvaises nouvelles, parce qu’on n’a plus le droit. Et ça, j’y ai pas trop pensé sur le coup et j’aurais bien voulu m’y préparer un peu plus. Sérieusement, je sais que j’ai fait le bon choix :j’aurais fini par le faire souffrir. Mais sa présence me manque cruellement.
Solution potentielle : relativiser en se disant que, célibataire, on a plus de temps pour nos potes.
Ça, faut bien s’y attendre. Dans ton entourage, la plupart des gens devraient finir par faire confiance à ton libre-arbitre. Et puisd’autres ne comprendront pas, t’en voudront un peu et te feront passer pour Jafar , ou pire encore. Tant pis.
Tu sais pourquoi tu l’as fait, tu as probablement essayé d’être la plus claire possible avec l’autre pour qu’il ou elle ne soit pas dans le flou, et «ainsi, voilà». Tu es suffisamment forte et mature pour faire des choix sans être jugée. S’ils ne veulent pas t’entendre, hausse les épaules et passe ton chemin. Ça ne servira à rien de faire part de tes émotions, puisqu’ils se contenteront probablement de dire que c’est ton problème, faudrait voir à pas inverser les rôles.
Malheureusement, donc, il ne faudra pas forcément s’attendre à beaucoup d’empathie de la part de tout le monde, parce quele rôle du largueur est plutôt mal vu . Pourtant, elle est assez intenable, cette place-là.
Bien sûr, c’est très dur de se faire larguer, mais quand on doit prendre la décision, c’est, je trouve, encore plus complexe. Si je compare les fois où on m’a quittée et celle où j’ai quitté, je réalise que dans les premiers cas, je reprenais vite du poil de la bête. Je souffrais beaucoup, pendant quelques temps, je me remettais en question… Et puis je revêtais mon habit de revancharde, me regardais dans la glace et me promettais de me reprendre en main, voire de faire regretter à l’autre sa décision.
Je trouve qu’il est plus facile de se reconstruire quand on se fait larguer.On n’a plus rien à perdre , on morfle, on pleure ou on crie, peut-être tout ça à la fois, mais on a un avantage : on n’a aucun choix, parce qu’on est obligés de regarder droit devant.
Quand on quitte, on a quand même une grosse responsabilité : non seulement on souffre pour les raisons précédemment citées (la perte de repères, les souvenirs partout), mais en plus, on sait qu’on fait souffrir un-e autre qui ne s’y attendait pas forcément, un-e autre qu’on aime, mais pas autant qu’il/elle le mérite, ou pas comme on voudrait l’aimer.
Il est carrément plus facile de céder à la déprime, la vraie, la grosse. Celle faite de questionnements du type «Est-ce que j’ai fait le bon choix ? Est-ce que je me pose trop de questions ? Est-ce que, si ça se trouve, c’était le bon, ou la bonne, et que mon scepticisme me l’a fait perdre ?».
Ces questions-là, elles viendront. Moi, elles m’ont sauté à la gorge quand j’ai vu mon ex monter dans sa voiture pour partir de chez moi, et elles me quittent rarement depuis (parce que ça ne fait qu’un mois). Alors si tu es concernée, respire un coup :évidemment, que tu as pris la bonne décision, puisque tu l’as prise et que tu l’as bien retournée dans tous les sens avant.
Si tu es dans le même cas que moi, prenons-nous la main, faisons-nous des bisous , mais surtout, faisons-nous confiance. Ne laissons personne mettre en doute le fait qu’on en chie, encore moins le fait qu’on s’en remettra, et ménageons-nous.
Parce que si on a pris une décision aussi difficile, c’est qu’il y avait une raison, et qu’il faut se laisser le temps de tourner la page. Pense à ton bonheur, pense au sien, respire fort et dis-toi que ça va passer. Faisons ensemble un duo surSi demain(je prends Kareen Antonn et te laisse Bonnie Tyler, c’est pas ma tessiture) en mimant la batterie, mangeons ce qu’on a envie de manger, regardons des filmsfeel goodsans histoire de rupture dedans et ne cogitons pas trop,  juste ce qu’il faut pour retirer un peu de force de ce passage.
Bonnie Tyler, première sur la peine de coeur.
Moi pour les moments de déprime du genre « je me pâme toutes les trente secondes en chialant ma race parce que j’ai réécouté volontairementSince I told you it’s overdes Stereophonics et que je culpabilise des moments joyeux que je vis parfois depuis la rupture »,je me suis écrit un manifeste que j’apprends par coeur . Ça dit :
«Je soussignée Sophie me promets fidélité à moi-même jusqu’à la fin de ma vie. J’accepte de me donner encore une semaine pour me sentir vide comme un préservatif après un coït non mené à son terme : après, je me reprends.
S’agirait pas de devenir comme ceux et celles qui parlent encore de leurs ex avec des doutes dans la voix après plusieurs mois de séparation. C’est bien trop triste, parce que les amours qu’on a eues sont faites pour nous construire et nous aider à définir ce qui nous correspond, pas nous freiner dans l’avenir. Et puis, c’est pas parce qu’on tourne la page sur une histoire qu’on cesse pour autant de ne souhaiter que le meilleur à la personne avec qui on l’a vécue.
Je me forcerai à gérer cette situation au mieux. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ne plus être que joie et gaudrioles. Je sais ce que je fais, je suis assez grande pour le savoir. J’ai pris ma première décision indépendante et autonome, sans demander l’avis de personne, et pour ça, je me couvre de fleurs et de poisson cru arrosé de sauce soja.
Je vais perdre cette habitude d’avoir toujours quelqu’un prêt à m’appeler, à me rejoindre à la moindre impression de tristesse. Il faut que j’apprenne à me débrouiller avec ça. Je ne dépendrai plus de personne et me contenterai, pour le bien de tou-te-s, de profiter de ce qu’on veut bien me donner sans demander plus.
Je ne veux plus avoir besoin d’être soutenue, mais je veux bien qu’on m’accompagne. Je me promets également de ne jamais donner plus que ce que j’ai envie de donner, d’être sincère d’un bout à l’autre, et de faire confiance à mes angoisses dès qu’elles pointeront le bout de leur groin.
Surtout, je vais apprendre à m’aimer, moi, et ne pas me contenter d’oser aimer ce que d’autres peuvent aimer chez moi.»
C’est clair qu’en plus de tout ça, c’est pas le truc le plus simple du monde d’avoir à nouveau à envisager son avenir sans personnifier personne à nos côtés, mais eh, merde :on est peut-être un peu cassées, mais on est surtout plus fortes et indépendantes qu’on ne le pense. 
Cet article t’a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ? Désactive ton bloqueur de pubousoutiens-nous financièrement!
Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l’humour un peu gras.
Merci infiniment pour cet article.

Je suis en plein dedans. J’ai enfin eu le courage de quitter mon homme (avec qui je m’étais marié il y a 9 mois…) et je suis rongée par la culpabilité. C’était ma première vraie relation, elle aura duré 8 ans et un jour. Dès le départ je savais qu’on n’avait pas grand chose en commun.Mes parents ne l’ont jamais vraiment apprécié et mes amis le trouvent spécial, mais j’étais en grand besoin affectif à ce moment là et je l’ai suivi les yeux fermés. On a emménagé très vite ensemble. Ça n’a été que des hauts et des bas pendant 8 ans, toujours à cause des mêmes thématiques : il ne cherche pas de travail ou alors il les quitte au bout d’une semaine, il se couche à l’heure où je me lève, il n’est jamais très motivé par quoi que ce soit. On était dans une phase de « up » pendant les mois qui ont précédé le mariage car il disait vouloir faire des efforts et j’avais l’espoir que cette fois ce soit vrai, que ça marche et qu’on puisse enfin acheter une maison et avancer dans notre vie. De plus, ça faisait 14 mois qu’on essayait en vain de faire un enfant. Inconsciemment je désirais ce bébé car je pensais qu’il allait lui donner le déclic de se prendre en main. Mais dernièrement, suite à une énième démission d’un emploi sur lequel on (je?) misait beaucoup, j’ai perdu confiance en lui et les reproches se sont accumulés : de mon côté car je lui en voulais de me faire assumer toute seule le loyer et les factures (entre autres choses), de son côté car je ne « pensais qu’au fric » et je ne voulais pas faire l’effort de l’accepter comme il est, ce qui lui aurait redonné confiance en lui dit-il. C’est peut être vrai, ou pas j’en sais rien. Tout ce que je sais c’est qu’on s’est englués dans une spirale de mépris l’un de l’autre et que le seul moyen de changer les choses c’était de partir. Il le vit très mal, je lui ai exposé toutes mes raisons hier mais après être parti il m’a envoyé une quinzaine de messages entre désespoir et colère (auxquels j’ai répondu qu’on s’était tout dit), et là je crois qu’il me fait un silence radio. D’un sens je suis soulagée car je n’assume pas de me prendre sa douleur en pleine face, je veux aller de l’avant, mais dans le même temps ma conscience vit un enfer, j’ai peur de ne pas avoir le courage d’aller jusqu’au bout de ma démarche, et de faire machine arrière juste pour qu’il arrête de souffrir, même si il y a 90% de chance qu’on soit confrontés à la même situation dans 2 semaines, 6 mois ou 5 ans… C’est les 10% restants qui me font douter. J’espère me pardonner assez vite pour pouvoir débuter ma vie propre, car à la base je l’ai quitté car je savais que je serais plus heureuse toute seule, ayant de mon côté un problème de dépendance affective à régler.
Bref, je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi difficile, et cet article m’aide à me conforter dans ma décision.
Il est sorti ! Le Cahier de Vacances madmoiZelle vient ambiancer ton été !
Une fillette aide son amie blessée grâce à une technique apprise dans Hunger Games
REPLAY — SOS révisions du bac 2017 : les conseils pour déstresser !
Miley Cyrus collabore aux côtés de Converse pour le Pride Month
Gagne L’horizon à l’envers, le dernier roman de Marc Levy !
On sait enfin où se déroulera le prochain Assassin’s Creed !
Lady Gaga collabore avec Starbucks pour la bonne cause
Les aliens n’ont rien à voir avec le signal « Wow ! » et je ne suis que tristesse
« PUTAIN DE TABLE BASSE DE MERDE » : les gros mots aident-ils à soulager la douleur ?
Le second opus du mythique jeu Beyond good and evil est enfin annoncé !
madmoiZelle est une marque déposée. madmoiZelle, un site qu’on pourrait croire qu’il s’appellemademoiselle, mais en fait, non.
© 2005-2017 ALJ AGENCY – Un grand merci àUpian! ♥

quel type souffrance pour celui qui quitte
Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plus.

Inscrit:
27 Juillet 2013

Messages:
0

Likes:
2 089

Inscrit:
24 Septembre 2012

Messages:
915

Likes:
367

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
22 Novembre 2006

Messages:
42 560

Likes:
54 498

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
26 Mai 2006

Messages:
10 881

Likes:
2 102

Leonidas23 ,Liberty95ettristouneaiment ça.

Inscrit:
17 Juillet 2012

Messages:
5 834

Likes:
3 292

Inscrit:
26 Mai 2006

Messages:
4 130

Likes:
4 571

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
10 Décembre 2012

Messages:
11 100

Likes:
11 294

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
27 Juillet 2013

Messages:
0

Likes:
2 089

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
10 Décembre 2012

Messages:
11 100

Likes:
11 294

je ne suis pas d’accord avec la dernière phrase, tu peux avoir des sentiments pour quelqu’un et décider de le quitter sans jamais revenir sur ta décision parce que tu sais qu’il n’y a aucun avenir avec la personne…dans ce cas, pas de regrets, sûrement de la tristesse de la nostalgie mais pas de regret puisque la séparation s’est faite sur une décision bien réflechie

Inscrit:
4 Décembre 2012

Messages:
22 998

Likes:
28 940

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?
celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la
plupart des cas:
qui regrette à la fin?
à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très
banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il
c
regrette.

Inscrit:
10 Décembre 2012

Messages:
11 100

Likes:
11 294

ça dépend des cas. celle qui quitte un homme parce qu’il s’en foutait d’elle va souffrir plus que lui. mais celle qui quitte un homme parce qu’il ne la satisfait pas au lit va souffrir moins que lui.
quant au regret ça aussi ça dépend mais je pense que la plupart des gens ne regrettent pas la rupture.

Inscrit:
15 Août 2012

Messages:
371

Likes:
123

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
24 Septembre 2012

Messages:
915

Likes:
367

je ne suis pas d’accord avec la dernière phrase, tu peux avoir des sentiments pour quelqu’un et décider de le quitter sans jamais revenir sur ta décision parce que tu sais qu’il n’y a aucun avenir avec la personne…dans ce cas, pas de regrets, sûrement de la tristesse de la nostalgie mais pas de regret puisque la séparation s’est faite sur une décision bien réflechie

Inscrit:
15 Novembre 2006

Messages:
14 041

Likes:
4 189

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
27 Juillet 2013

Messages:
0

Likes:
2 089

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
10 Novembre 2012

Messages:
129

Likes:
29

Celui qui a été quitté à mon avis, parce que celui qui quitte a déjà fait un cheminement dans sa tête, tandis que l’autre ça lui tombe dessus sans qu’il ne s’y attende et met plus de temps à s’en remettre.

Inscrit:
27 Juillet 2013

Messages:
0

Likes:
2 089

Pas forcément, des fois on quitte une personne et après en se rend compte que c’étais un mauvais choix, surtout quand la personne été trop parfaite et a cause d’un faux calcul on la quitté donc y’aura du regret après

Inscrit:
8 Octobre 2012

Messages:
526

Likes:
221

celui qui a été quitté bien sur et bien évidement,

Inscrit:
27 Septembre 2010

Messages:
19 879

Likes:
6 240

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Inscrit:
27 Juillet 2013

Messages:
0

Likes:
2 089

bonjour

alors à votre avis ,c’est qui qui souffre le plus?

celui qui quitte ou celui qui a été quitté?en principe je veux dire et dans la

plupart des cas:

qui regrette à la fin?

à mon avis c’est celui qui quitte qui regrette surtout si c’est pour une raison très

banal et qu’il a encore des sentiments et après se remettre en question il

regrette.

Actualités marocaines
Ramadan 2016
Marokko nieuws
Tags
Nous contacter
Haut
Sitemap

quel type souffrance pour celui qui quitte

Les derniers articles de Carole Braéckman

S’agripper ou lâcher prise ? : Comment ne pas rater sa vie…

(Lâcher prise)

Le meilleur de l’autre

(Aimer autrui)

Trois images bouleversantes d’un printemps radieux ! + un chien malgracieux : Coucou n°381 du 14 mai 2017

(Coucous)

Vieillir, oui, bien sûr, mais hep hep hep ! pas si vite ! : Coucou n° 380 du 21 avril 2017

(Coucous)

La culpabilité, cette empoisonneuse

(Lâcher prise)

Mots-clés de cet article

amour

chagrin

colère

confiance en soi

couple

crise

rupture amoureuse

Dans la même rubrique

Les relations de couple non-respectueuses : extirpez-vous de la cage au fauve !

L’amour véritable (texte)

Pas facile d’être un homme !

abandon/rejet
ado
amour
amour de soi
amour inconditionnel
animal
argent
art
auto-louange
Bagua
bazar
beauté
bibliographie
bien-mal
bienveillance
bonheur
bonté
Bouddha en soi
boussole intérieure
cadeau
caractère
cauchemar
centre intergénérationnel
chagrin
changer/changement
choix
choix
circulation des énergies
clin d’oeil
coccinelle
colère
comparaison/compétition
compassion
confiance
confiance en soi
conflit
conseil
Consultation Feng Shui
conte
corps
couple
crampe
créativité
crise
culpabilité/coupable
curiosité
dédicace
dépression
désir
destinée
deuil
diamant intérieur
différence
douceur
douloup
échec
échec scolaire
école
éducation
ego
émotions
énergie
enfant
envie
épreuve
erreur
espoir
exercice
expérience
famille
femme
Feng Shui
fidélité familiale
foi
force de vie
fragilité
fuite
gentillesse
gratitude
hasard
homme
homme
hypersensible
illusion
indulgence
information
insomnie
intention
interdépendance
interrelation
intuition
jalousie
joie
juger
lâcher prise
langue
légèreté
liberté
livre
lune
magie
mal de dos
mal-être
maladie
manger
masques
matérialisme
méditation
mental
monde miroir
mort
nature
oiseau
ombre
ondes
optimisme/pessimisme
pardon
patience
perfection
persévérance
personne sensible
petit maître
peur
phobie
point de vue
posture
pouvoir
pratique
présence
prière
punir/punition
purification
recevoir
remède naturel
remercier
responsabilité
rêve
rire
roman
rupture amoureuse
sacrifice
sagesse
se protéger/protection
signe
sommeil
spiritualité
spontanéité
stress
témoigner/témoignage
temps
tendresse
tension
terre
thérapie/thérapeute
urgence de vivre
vérité
vidéo
vieillesse/vieux/vieille
vitalité
voeu

Rubriques

Accueil de l’hibiscus

Paroles

C’est votre vie

Lâcher prise

L’amour

L’amour de soi

Aimer autrui

Couples

Le jugement/L’amour

Les enfants, les jeunes

Les énergies

Sensibilité

Les émotions

Conseils et pratiques

Feng Shui

Récréations et douceurs

Inclassables

Coucous

Qui suis-je…

Mes livres

Ours

Comment survivre en cas de blessure d’amour ? de rupture amoureuse ?
Il n’y a pas de recette miracle. C’est comme un deuil. Il y a du chagrin, et il convient de le pleurer.
Des deux côtés !
Par contre, peut-être, la rupture amoureuse est-elle aussi l’occasion de repenser son approche de l’amour, du couple, de revisiter notre façon d’être en relation.
Quand je dirai « couple », au fil de ce texte, ce sera toujours pour signifier deux personnes en relation amoureuse, marié(e)s ou non.

Tout d’abord, je voudrais insister sur le fait qu’il n’y a pas de bonne place : quitter ou être quitté(e), c’est souffrance. Souvent, on s’imagine qu’il est plus facile d’être celui/celle qui part, celui/celle qui décide de la rupture amoureuse. Il n’en est rien.
Je connais de nombreuses personnes, hommes ou femmes, qui ont mis un temps fou à quitter leur compagne/gnon. Parce que déchiré(e)s par la rupture qu’ils/elles allaient provoquer.
Bourrelé(e)s de remords, pétri(e)s de culpabilité.
Mais pourquoi partir alors, me direz-vous ?
Pourquoi ?
Partir peut être une évidence en cas de maltraitance physique ou morale.
Il est parfois des couples où il pleut des coups, des injures, des remarques dévalorisantes, des scènes… Je vous conjure d’en sortir si tel est votre cas. Vous ne méritez pas cela. Et… votre partenaire, non plus.
 » Le premier coup que tu reçois, c’est de sa faute. Le second, c’est de ta faute.  » énonce un des slogans d’une association de femmes battues. Ou, autrement dit par un proverbe africain :  » Un aveugle ne se fait jamais botter les fesses deux fois « . Alors, par dignité, par respect pour vous, pour lui/elle, faites un pas de côté.
J’ai écrit un texte surles relations de couple non-respectueusesque je vous invite vivement à lire, si vous êtes concerné(e).
Sans être aussi dramatique, partir, quitter une relation est parfois de l’ordre de la nécessité vitale. Qui peut aller jusqu’à dépasser l’individu qui la subit. Et qui n’a pas forcément à voir avec vous. Clarissa Pinkola Estes le dit très bien dans le contePeau de Phoque, peau d’âme (dansFemmes qui courent avec les loups) :  » Et il était visible qu’elle voulait rester avec son enfant, oui, elle le voulait, mais quelque chose de plus ancien que lui, de plus ancien qu’elle, de plus ancien que le temps l’appelait.  »
Tâchez de ne pas juger. Que vous soyez celui/celle qui doit partir ou celui/celle qui est quitté(e). Comme l’exprime Alice Ferney, dans son romanLes Autres :  » Que maîtrisons-nous de l’épiphanie ou de la mort d’un amour ? Si peu ! Nous ne sommes que des hôtes, les réceptacles d’une force qui nous dépasse, nous subjugue, nous métamorphose, et à quoi nous acquiesçons presque misérablement. Comment pourrais-je en vouloir à celui qui nous dit : J’ai fini de t’aimer. Il n’a rien fait. Il est victime d’une inconstance qui est à peine la sienne. »
L’amour est trop subtil pour être délimité. Il prend ou ne prend plus des formes très variées. Et quand il n’est plus là, il n’est pas juste, pas respectueux de faire perdurer le couple.
Rester avec l’autre, par pitié ou par devoir, réalisez-vous à quel point c’est irrespectueux pour votre partenaire ? et… pour vous ?! J’ai écrit un texte sur lesacrifice pour le bonheur d’autrui . Je vous invite à le consulter. Quelle que soit votre place, y compris si vous êtes celui ou celle qui êtes quitté(e).
Les racines de l’union
Il n’y a jamais d’erreur de casting. Il est possible que vous ne sachiez plus pourquoi vous avez épousé, ou entrepris une relation avec tel ou telle. Pour autant, n’allez pas trop vite. Voyez ce qui, en vous, a pu convoquer cette personne dans votre vie. Faites-le par respect pour cette souffrance que vous subissez…
Ou… vous risqueriez de reproduire ce « mauvais » choix dans une future relation.
Quelques une des mauvaises raisons possibles :
-La peur de la solitude. Êtes-vous sûr(e) de vous aimer, vous-même, assez ?
-La fuite d’un(e) autre partenaire ou d’une famille, d’un milieu qu’on n’ose pas quitter. Prenez votre courage à deux mains, et exprimez-vous, vous vous devez cela à tous deux/ tous trois.
-L’amour que vous découvrez dans les yeux de l’autre.Nombreuses sont les personnes qui tombent amoureuses de l’amour que l’autre leur porte. Pas de blâme.
Mais pas étonnant non plus, qu’au bout d’un temps, l’élan amoureux s’effrite. Plongez au fond de vous-même pour trouver tout(e) seul(e) toutes les bonnes, les excellentes ! raisons de vous sentir aimable.
Passion
Il est des passions amoureuses destructrices, assez difficiles à briser. Vous savez de celles dont on dit  » je l’ai dans la peau, j’en suis marteau…  » et qui nous font tant souffrir.
Je ne connais qu’une manière efficace de s’en sortir, celle du sparadrap qu’on arrache net. Ça fait horriblement mal sur le coup, mais c’est « moins pire » que de tirer un peu, puis remettre, puis tirer encore…
J’ai rencontré plein de passionné(e)s dans ma vie. Avec l’une d’elle, nous avons parlé chocolat. Vous savez que le chocolat vous fait mal, mais vous ne pouvez vous empêcher d’en manger ? Pour autant, jamais, il ne vous viendrait à l’idée d’incriminer le chocolat. Si ? Pareil pour la passion. Cessez de vous plaindre de votre partenaire. Si vous sentez que votre relation est nocive pour vous, ne lui jetez pas la responsabilité de vos malheurs, arrachez-vous. Un point, c’est tout.
Je sais bien que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais ce que, vous, vous savez, c’est que c’est à faire. N’est-ce pas ?
Quand
Evidemment, on ne quitte pas l’autre sur un coup de tête. Et quand on peut sauver le couple, en avançant… ça vaut le coup de le tenter. Après tout, dans l’ancien temps, quand le divorce était rare, et qu’on restait ensemble, coûte que coûte, il y avait parfois de très beaux renouveaux de couples, post-crise. Le couple (marié ou pas) peut se sortir renforcé d’une crise. Et les crises sont chemin assez classique dans l’histoire d’un couple…
Je conseille toujours aux personnes qui ont un doute sur la validité de leur couple, de faire le choix de rester « pour toujours », et de vivre leur relation avec authenticité, et engagement, sans se poser de questions… Jusqu’au mois, au trimestre, à l’année suivante… où il sera de nouveau temps de s’interroger. A moins qu’entre deux, une évidence n’apparaisse.
Mais si, au fond de vous, la réponse est déjà là… il peut être inconsciemment cruel pour vous, pour lui/elle, de faire semblant de jouer un jeu dont l’issue vous est déjà certaine. Et vous n’allez pas vous sentir à l’aise. Et induire, du coup, un malaise là, où vous pourriez vous quittez plus « sainement », si je puis dire.
Les fâcheries, les disputes, la colère
Il arrive, hélas, très souvent, lorsqu’on se quitte qu’on se jette des méchancetés à la figure. C’est quasi une phase obligée de la séparation.
Vous savez comme moi, que plus on aime, plus on a aimé, plus la colère peut être colossale. Dans tous les domaines ! Y compris le domaine amoureux. Surtout le domaine amoureux !
Il peut y avoir incompréhension des raisons profondes qui motivent la séparation, chute des valeurs d’engagement, anéantissement de l’image de soi, jalousie (qui est très liée à colère et amour – C’est Holly, la fleur de Bach qui aide dans les trois cas !)… nombreuses sont les faux pas possibles vers un plongeon dans la colère.
La culpabilité engendrée par la décision de partir, aussi, même si l’on est mû(e) par une certitude intérieure… Une parade facile est de se durcir pour s’arracher malgré sa mauvaise conscience.
Tâchez de vous épargner cela, à tou(te)s deux. Si vous sentez monter la colère, prenez la mesure de votre amour. Et faites un pas de côté. Il n’est pas du tout intéressant de se laisser filer dans cette direction.
Si vous êtes l’agressé(e), dites-vous bien que l’autre est toujours l’être sensible que vous avez épousé(e) ou accueilli(e) dans votre vie. Dans la dureté de son visage, de ses propos, voyez non pas, un changement radical de son être ou « sa vraie nature » – comme certain(e)s sont tenté(e)s de le croire – voyez plutôt sa souffrance, sa déchirure.
De toute façon, la dureté, qui peut apparaître d’un côté comme de l’autre, est le propre, dans tous les domaines de la vie, d’une grave tension et peine, d’une souffrance.
Voyez dans la dureté de votre partenaire une preuve de son amour. Plus l’amour amoureux que vous souhaiteriez y trouver, non, mais l’amour quand même.
Restez digne. Pointez à votre partenaire que sa colère, sa brutalité, vous ne la méritez pas. Aucun(e) des deux !
Et, peut-être aussi, devriez-vous admettre que cela n’est pas trop le moment d’essayer d’avoir raison ? Si l’autre est dans un au-delà de colère, il/elle ne vous entend pas. Discuter, argumenter ne sert pas forcément. Si ce n’est à augmenter le hiatus, et les sources de souffrance.
Faites aussi la part du dicible, par respect pour l’autre. Inutile de dire à votre partenaire que vous vous ennuyez parce que sa culture est indigente, ou que ses prouesses au lit ne sont pas à la hauteur de vos espérances, etc.
L’image de soi
Très souvent, hélas, une rupture amoureuse fait perdre considérablementen confiance en soi.
Si vous prenez comme postulat que le désamour, de même que les amours sans retour, ne mettent pas en cause, jamais, la valeur d’aucun(e) des partenaires, cela devrait vous aider. C’est juste un charme, comme une magie, qui est rompu ou ne se fait pas. Nul(le) n’est à incriminer.
On ne choisit pas de tomber en amour. Pourquoi lui/elle plutôt qu’un(e) autre ? personne ne peut l’expliquer.
Ce qui est certain c’est que la valeur de chacun(e) est intacte. Elle n’est, tout bonnement, pas en cause ! Elle déborde largement tous les aléas.
Connaissez-vous cette histoire qui circule sur Internet, d’un conférencier qui propose un billet de 100 euros à son assistance. Tout le monde est preneur, bien sûr ! Il le froisse. Qui en veut encore ? Tout le monde, évidemment ! Il le piétine. Ce qui ne baisse pas du tout son pouvoir attractif sur l’assistance, vous l’imaginez bien.
Alors, dites-vous, que même blessé(e) par une rupture amoureuse, votre valeur reste entière. Et… ne vous laissez pas piétiner, bien sûr.
Je vous conseille vivement de lire et… pratiquer ! tous mes conseils dechouchoutage,vous en aurez besoin…
Ce qui se rejoue
En dehors du choc de l’annonce, surtout si cette dernière est totalement inattendue, il est important que vous compreniez, quelle que soit votre place (celui/celle qui part ou celui/celle qui est quitté(e)), que, dans la douleur du jour, se rejouent d’anciennes ruptures et séparations. Et cela vous n’y pouvez rien. La vie est truffée de séparations. Aimer, c’est risquer la rupture.
Des séparations, il en est plein. La première est notre arrivée sur terre. Nous quittons un monde tout chaud d’amour, pour atterrir dans une vie de séparation. Nous sommes arraché(e)s à notre mère, sevré(e), mis en crèche ou à l’école, séparé(e), toujours séparé(e).
Je vous renvoie à l’excellent livre de la psychanalyste Judith Viorst au titre éloquent :Les renoncements nécessaires : Tout ce qu’il faut abandonner pour devenir adulte.
Je ne vous cache pas que les vrai(e)s adultes sont rares !! Qui sait renoncer ? Nous avons tous et toutes des traumatismes.
Alors, pensez-y quand vous êtes anéanti(e). Vous êtes en train de revisiter tous vos chagrins de séparations antérieures. En être conscient(e) peut vous aider à lever un peu le poids de cette séparation-là.
Dans la même veine, attention, à ne pas faire porter à votre compagnon/gne de vieux fardeaux. Ne lui mettez pas sur le dos, par exemple, votre manque de confiance en vous. Peut-être n’est-il/elle pas valorisant(e) pour vous, certes, mais n’est-ce pas pour cela que vous l’avez, à votre insu, choisi(e) ! parce qu’il/elle allait vous pousser dans vos retranchements, dans ce domaine-là précisément. Vous savez que l’on se cherche plus que très souvent, sans que cela soit une volonté claire,des petits maîtres . Afin d’évoluer. Notre vie en est jalonnée. Ceux du domaine amoureux ne sont pas les premiers, certes pas ! Alors, ne les rendez pas responsables de tout. Vous les avez convoqués dans votre vie pour peaufiner le travail entrepris depuis votre débarquement sur terre !!
Je vous invite à lire ce texte surnos erreurs de boussole et les méchant(e)s de notre vie.
Regardez votre amoureux/se en partance avec cette profondeur historique de vue.
Souffrir, et ne pas souffrir
En cas de rupture amoureuse, il est bien sûr, une épouvantable souffrance.
Je vous répète : quel que soit votre rôle. Dans le conte de Clarissa Pinkola Estes dont je vous parle plus haut, la femme phoque dit à son père :  » J’ai blessé un humain, père « , et elle détourne les yeux.
Cette souffrance doit se vivre. Ne jouez pas les fortiches.  » Un(e) de perdu(e)… » Ou encore, comme le renard dans la fable :  » ils sont trop verts « …
Pleurez, pleurez tout votre soûl. Il n’y a aucune honte à cela.
Et chouchoutez-vous, dorlotez-vous, prenez soin de vous.
J’ai rédigé un texte pour vous aider :Donnez rendez-vous à vos chagrins : comment passer un deuil, une séparation .
Il n’y a pas d’autres recettes. Vous allez être traversé(e) par l’espoir ou la possibilité d’un retour, puis rejeter violemment votre ex, puis de nouveau caresser l’idée d’une vie comme avant… etc. Vous risquez de passer par beaucoup de couleurs de l’arc-en-ciel. Acceptez-le. C’est normal.
Tâchez de ne pas vivre dans le passé. De toute façon, en admettant que vous recommenciez votre vie de couple, ça ne pourra jamais être « comme avant ». Ce serait d’ailleurs dommage. Il y aura de nouveaux modes à inventer… Une fleur de Bach pour vous aider si vous ruminez trop « le vieux temps » : Honeysuckle.
Les autres fleurs de Bach : Star of Bethléem pour le chagrin, le choc, Walnut pour vivre au mieux le changement, Holly – donc – pour la colère, Pine pour la culpabilité…
Et, si cela dure trop longtemps, si la plaie reste à vif, si vous n’acceptez toujours pas, si vous continuez à éprouver de la colère, si vous êtes dépressif/ve… il est bon, il est nécessaire, de consulter. Vous vous devez cela.
Un jour
Ce que je peux vous promettre, c’est qu’un jour, ça passera, cette souffrance, ce manque…
Il est même probable qu’un jour, vous vous demandiez ce que vous avez bien pu lui trouver à cet(te)homme/femme qui vous a tant fait souffrir.
Et que vous serez de nouveau heureux/se.
En général, avec le recul, on se félicite d’être sorti(e) ou… de s’être fait sortir de cette relation. Si. Je vous assure. Une belle majorité des personnes que je rencontre…
Et puis, sachez que souvent, en filigrane, parfois profondément celée, on garde une belle tendresse pour cette personne avec qui on a partagé un bout de route… Parce que, au départ, ce n’est pas complétement par hasard qu’on s’est choisi(e)s…
La conception du couple
En nos époques, où les séparations amoureuses sont fréquentes, les divorces ordinaires, peut-être est-il bon de revoir la conception du couple.
Il semble que chez beaucoup de personnes, un partenaire soit comme une possession. C’est oublier que chacun(e) est libre. Toujours.
Si vous vivez en couple, voyez la présence de l’autre à vos côtés, non comme un dû, mais comme un cadeau ! Vous vous faites mutuellement un cadeau. Tout est toujours révocable à tout moment. La mort peut faucher. Votre amoureux/se « tomber » en amour ailleurs…
Bénissez, remerciez les moments que vous passez ensemble.
C’est un homme, une très belle âme, qui m’a fait découvrir le texte d’ Aimez la main ouverte . Il venait d’apprendre que sa femme le quittait pour un autre homme. La lecture de ce texte lui avait fait abandonner stupeur et colère… Il a laissé partir sa femme, la main ouverte. Et il a pleuré. Mais j’ai bien senti qu’au fond de lui, avait germé une dignité nouvelle, celle de qui aime sans main mise, de tout son cœur, grand ouvert…
Cette rupture amoureuse fut une belle leçon d’amour, pour cet homme. Je souhaite que nous en profitions tous et toutes.
© Carole Braéckman -www.lhibiscus.fr– décembre 2011
Pour celles et ceux qui se trouveraient trop vieilles, trop vieux, trop moches, et penseraient que leur vie amoureuse est cuite, je vous conseille de lire le texte magnifique de Clarissa Pinkola Estes surle corps vivant .
Et pour ceux et celles qui auraient peur d’aimer par crainte de la souffrance, voici un extrait deLa mécanique du coeurde Mathias Malzieu :
Tout le plaisir et toue la joie que l’amour peut faire ressentir se paient un jour ou l’autre en souffrances. Et plus on aime fort, et plus la douleur à venir sera décuplée. Tu connaitras le manque, puis les affres de la jalousie, de l’incompréhension, la sensation de rejet et d’injustice. Tu auras froid jusque dans tes os, et ton sang fera des glaçons que tu sentiras passer sous ta peau. La mécanique de ton cœur explosera.
Je suis en danger de mort ? Peut-être, mais je suis en danger de vie si je ne la revois pas, et, à mon âge, je trouve ça encore plus grave.

La notion dedanger de vieme semble excellente et à ne pas négliger !
© Carole Braéckman -www.lhibiscus.fr– janvier 2012

quel type souffrance pour celui qui quitte

vendredi, 7 avril 2017
|
2 Commentaires
vendredi, 18 novembre 2016
|
0 commentaire
vendredi, 21 octobre 2016
|
0 commentaire
vendredi, 1 avril 2016
|
0 commentaire
Isabella
6 novembre 2011 à 10:32 ␣- Répondre
Ian
21 février 2012 à 20:57 ␣- Répondre
Ian
16 février 2011 à 20:22 ␣- Répondre
Eve
4 février 2011 à 16:18 ␣- Répondre
© 2010 Marie-Soleil Cordeau |Conditions d’utilisation
J’ai réalisé cette entrevue suite à la question de Rachel qui se demande si son ex-conjoint vit le deuil également. Lorsqu’on vit une séparation, lorsqu’on souffre, ça ajoute à notre souffrance d’imaginer que l’autre s’en sort avec moins de peine. Comme si de savoir que l’autre souffre allait mettre un baume sur notre plaie ou du moins amenuiser notre propre souffrance.
Est-ce qu’un homme qui a quitté sa conjointe après 12 ans de vie commune vit le deuil lui aussi? Le vit-il de la même façon?
Ian a accepté de partager avec nous ce qu’il a vécu avant et après la séparation. Il raconte de quelle façon il a pris conscience que sa relation s’était usée au fil des années et ce qui l’a amené à faire le constat qu’elle ne répondait plus à ses besoins. « J’ai pris conscience que ce n’était pas de cette façon que je voulais être aimé, ni que je voulais aimer», m’a-t-il confié. Une longue réflexion étalée sur de longs mois qui l’a mené à l’ultime décision : la séparation.
Un des enjeux majeurs au cœur de la séparation a été la garde de sa petite fille. Il n’a pas obtenu ce qu’il souhaitait et après 3 ans, il vit encore le deuil, un deuil de père.
Mais malgré toute la souffrance qu’il a vécu et qu’il vit encore, Ian est en paix avec cette décision qu’il a pris pour lui-même, oui, mais également pour sa fille.
Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière versionici . Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.
Tu as aimé cette entrevue et tu voudrais en écouter d’autres alors abonne-toi à mon infolettreFais de ta rupture, une forcepour être avisée lorsque la prochaine sera en ligne.Clique ici pour t’inscrire .
Je suis désolée mais je ne vois pas que cette entrevue m’aide à voir le deuil de l’autre côté de la médaille.Parfois je trouve que les gens qui décident de partir comme ça pcq il n’y aplus d’amour ou pcq la relation ne les comble plus, prennent cette décision égoïstement, sans penser aux conséquences collatérales.Tu te demandes pq ton ex-conjointe est rancunière, pq elle t’en veut tellement?Elle s’est sentie rejetée, elle ne se sentait plus aimée, en plus tu as trouvé une autre femme pour la remplacer après qqes semaines, c’est une trahison.Où est le respect de toi-même pour récupérer de cette rupture, pour faire ton travail intérieur.Où est le respect pour cette relation de DOUZE ans?Après tu te demandes pq tu es le méchant?Pourquoi tu ne peux pas voir ta fille comme tu voudrais, crois-moi que si tu n’as pas la garde c pcq il a sûrement de superbes bonnes raisons.Pcq généralement les juges optent pour la garde partagée.Je me sens te juger bcp, je vis quelque chose de similaire mais plus grave que ta situation. Il est certain que je ne connais pas la version de ton ex-conjointe ni les raisons qui t’ont poussé à cette séparation mais ce que j’entends c’est moi moi moi, mon bonheur, j’étais mal, je ne voulais plus vivre cela.J’aimerais savoir si tu t’es posé la question suivante: qu’est-ce que je peux faire pour améliorer ma situation dans le couple, que peut-elle faire pour améliorer la situation dans le couple, que pouvons-NOUS faire pour nous améliorer?Si la flamme était là au début, elle peut sans-doute revenir… je ne sais pas… désolée mais en t’écoutant, moi aussi je te trouve le méchant de l’histoire.J’en ai eu la nausée de savoir que tu étais déjà en relation après quelques semaines.Désolée Ian aussi de te juger si sévèrement.Je trouve que les gens aujourd’hui prennent tjs la porte la plus facile, le couple est devenu comme un autre bien de consommation.Tu dis avoir pris cette décision pour toi? OUI, pour ta fille? NON Pour ta conjointe? NON
Tu te donnes ces réponses pour avoir un soulagement de conscience.
I.
désolé de ne pas avoir vu ta réponse avant, j’aurais aimé y répondre plus tôt. Oui évidement je sens beaucoup de jugement dans tes commentaires. Naturellement ça n’a pas été une décision facile à prendre. Je me demande bien pourquoi je te donne la nausée d’avoir rencontré quelqu’un après quelques semaines.
Premièrement, ça c’est fait très doucement, on a pas aménagé ensemble dans les semaines suivantes et les 12 premiers mois ont été bien difficiles. Je ne suis pas du genre « courailleux » et j’ai eu besoin d’au moins une année pour cheminer suite à ma rupture. J’ai même failli perdre ma nouvelle conjointe avec qui je suis encore présentement et qui m’accompagne avec beaucoup de respect.
Deuxiemement, Je ne suis pas certain de comprendre ton raisonnement. Selon ce que j’en comprends, je devrais automatiquement me sentir coupable et responsable de la rupture. Pourquoi ? Encore une fois la décision m’a pris plus de 6 mois, suivit avec une psychologue pendant 1 an, 2 « break » d’une semaine chacun pour faire le point, discussions, négociations, interprétations, compromis, avoir le coeur qui veut exploser, me sentir mal de briser mon couple, de lui faire de la peine, trouver ma vie triste, recevoir physiquement une claque en plein face parce qu’elle n’accepte pas ma décision. Tu ne connais pas notre histoire au complet. À 22 ans j’ai décidé d’entrer en relation avec une femme, 5 ans plus vieille que mois avec 2 enfants de 6 et 8 ans sans travail. Tous les deux retour au études universitaires pendant 4 ans, en arracher car l’ex-conjoint ne contribue pas et qui disparait pendant 6 mois sans donner de nouvelles. Je n’ai jamais compté mon temps, ni l’argent Et tu oses me traiter d’égoïste ??
Troisiemement sache que je suis un père présent pour ma fille, je lui parle presqu’à tous les jours, je la vois au 2 fins de semaine et 1 soir par semaine. La mère de ma fille ne veut pas de garde partagée car elle ne crois pas à la garde partagée tout simplement. Je n’ai pas voulu aller devant un juge car elle voulait que ma fille ait un avocat à l’enfance à l’âge de 5 ans. Je ne voulais pas faire vivre ça à ma fille. Égoïste tu dis ? désolé, mais je n’ai fait que ça mesurer les conséquences de mes actes.
Quatriemement, du côté matériel. Comment trouves-tu qu’après 4 ans de séparation, j’attends encore des choses qui m’appartiennent et qu’elle refuse de me donner : CD, outils, etc. Je lui ai laissé, la maison, la voiture, l’ordinateur, les meubles et électros. Je ne suis même pas parti avec un linge à vaiselle. Pendant 12 ans j’ai contribué monétairement et sentimentalement au bonheur de SES enfants que j’ai toujours considéré comme les miens. J’ai tout mis de côté à 22 ans pour elle, ses enfants et notre couple et je ne regrette rien, pas une minute.
Tu me reproche de parler de moi, moi, moi. J’aime plutôt dire que je parle au « je ». « Je » n’étais plus bien, « je » ne me sentais plus aimé, « j »‘avais envie du bonheur et de moins me sentir comme un enfant. Est-ce mal de vouloir être aimé pour qui on est et non pas pour qui l’autre aimerait que l’on soit? Certains conjoints on la facheuse habitude de repprocher à l’autre ce qui a toujours été là dès le début. Arrêter de vouloir changer l’autre et regarder ce que vous pouvez améliorer de votre côté
Est-ce que j’aurais préféré éviter tout cela ?… ben oui. Je ne suis pas méchant contrairement à ce que tu suggères. La pire journée de ma vie a été d’annoncer à ma fille que son papa et sa maman n’était plus amoureux.
Ce serait facile pour moi de te retourner la balle en disant que si tu as ce genre de jugement aussi rapide, je comprends pourquoi ton conjoint veuille te quitter, mais je ne le pense pas. Tu as surement beaucoup de tristesse et beaucoup de colère en toi et peut-être que ce qui t’arrive tu ne le mérites pas, mais je ne te connais pas et je ne jugerai pas les autres sans avoir les deux versions de l’histoire.
Il y a déjà 3 mois depuis ton commentaire et je ne peux que souhaiter que les choses ce soient arrangées pour vous. Sinon, je te souhaite d’avoir la force de continuer à aimer.
J’aurais aimé avoir cette échange face à face, les mots manquent souvent la tonalité et les nuance pour exprimer nos émotions.
Merci à toi Eve de m’avoir écouté. Ne lâche pas, ma meilleure amie m’a déjà dit « il faut laisser au temps, le temps de faire son temps » 😉
Soit patiente et parles en. Entoure toi de gens qui t’amène du positif
Je voudrais remercier Ian pour son témoignage. J’avais aucune idée qu’un tel site existait. J’ai quitté mon mari après 14 ans de mariage, nous avons 3 enfants ensemble. Même si c’est MOI qui est parti je trouve ça très difficile. Je lis beaucoup en ce moment afin de m’aider a passer au travers. Je sais que la décision que j’ai prise est la bonne, mais je ne m’attendais pas à trouver ça aussi dure. Je vais continuer a lire et à écouter vos entrevues car ça me fait du bien. J’ai quitté mon mari car je voulais être heureuse et dernièrement, je doutais de ma décision. Mais ce soir votre site m’a réouvert les yeux, je sais que tout va bien aller et qu’un jour ou l’autre je vais retrouver l’amour. MERCI!
Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

 − 
2
 = 

quel type souffrance pour celui qui quitte
Article recommandé :  Quelle est la signification du mot Amour ?
Article recommandé :  Montrer sa confiance en soi dans les trois domaines principaux
Article recommandé :  Lâcher prise, liberté et bonheur : 3 clefs pour une vie meilleure !
Love Coach, auteur et conférencier dans les domaines de la séduction, de la vie de couple et de la reconquête. Depuis 2007, ce sont des milliers d’hommes et de femmes qui ont fait appel à ses services.
Tous mes articles :Google + Alexandre CORMONT
Comment réussir sa vie et atteindre ses objectifs ?
Developpement personnel : Une discipline extraordinaire !
Faut il avoir un mentor pour réussir dans sa vie ?
L’importance des liens sociaux pour être heureux dans sa vie !
Alexandre Cormont – Inspiration pour changer de vie !
Comment avoir confiance en soi dans ses relations amoureuses ?
Webinar “Les 10 étapes pour récupérer son ex !”Adrian, Alexandre
Une séparation provoque forcément des moments de doutes, de la détresse et une colère intérieur difficile à maitriser. C’est un constat d’échec flagrant car lorsque l’on décide de se mettre en couple avec une personne, on souhaite s’engager durablement et c’est par conséquent une décision qui est rarement prise à la légère.
Plus on fondait d’espoirs dans la réussite du couple et plus le choc émotionnel post rupture sera important. Pourtant, il est possible de le surmonter en appliquant quelques conseils que je vous invite à découvrir au fil de votre lecture. Si vous venez de vivreune rupture douloureuseet que vous vous sentez au plus mal, vous allez très vite savoir comment réagir.
Lechoc émotionnel après une ruptureest un peu un passage obligé. Cela n’a rien d’agréable mais le fait de se retrouver seul(e) va avoir tendance à créer un doute dans votre esprit. La personne qui a pris la décision de rompre peut parfaitement ressentir une vive douleur, au même titre que celui ou celle qui est quitté(e), et il n’est pas rare que les larmes soient partagées. Une séparation, ce n’est facile pour personne et il faut avoir conscience de celui qui décide demettre un terme à l’histoire d’amourn’est pas forcément le « méchant » ou le fautif et qu’il peut très bien ressentir une terrible douleur lors de l’annonce.
Il est important de bien comprendre l’origine de cettedétresse sentimentaleafin d’être en mesure de lutter plus efficacement contre les effets pervers qui peuvent survenir quelques heures, quelques jours voire même quelques semaines après l’annonce. Plus celle-ci sera brutale et soudaine et plus la peine arrivera vite.
Ce choc émotionnel post rupture est notamment lié à la peur de l’inconnu qui peut survenir au moment de l’annonce de la séparation et du souhait d’un des deux partenaires de se retrouver célibataire. C’est justement ce mot qui fait peur à celui ou celle qui est quitté car cette possibilité de se retrouver seul(e) n’est bien souvent pas envisagée.
Mais ce n’est pas la seule raison. En effet, il existe d’autres raisons qui sont à l’origine de ce choc affectif et plus particulièrement la peur de devoir abandonner sa famille, c’est-à-dire de ne plus avoir la possibilité de voir ses enfants comme bon vous semble. Lapeur de ne plus jamais retrouver l’amourest une des raisons qui revient également de façon régulière. Il est toujours délicat de se projeter dans une nouvelle relation alors que l’on sort tout d’une histoire. C’est pour cette raison qu’il est impossible de se dire durant les premiers jours de célibat que l’on va pouvoir rencontrer une personne avec laquelle on se sentira encore mieux. Forcément, il se passe un phénomène qui provoque aussi lechoc émotionnel post rupturecar dans la plupart des situations on peut avoir tendance à idéaliser le partenaire précédent. Cette situation provoque irrémédiablementune forte dépendance affectiveet il est donc nécessaire de lutter au plus vite contre ce type d’évènement qui est destructeur pour tout être humain car on se sent inutile et repoussé par la personne que l’on aime. Pour ne rien arranger, lorsque l’on se montre dépendant affectif, l’ex partenaire se sent supérieur et tout puissant, ce qui a pour conséquence de provoquer un rejet. La dépendance affective n’a rien d’attirant au contraire et c’est la raison pour laquelle il faut cesser au plus vite de se montrer trop accro à une personne.
Pour lutter contre le choc émotionnel post rupture, il existe quelques conseils à appliquer au plus vite afin de ne pas sombrer dans une déprime qui risquerait d’avoir des conséquences sur le long terme et sur votre vie quotidienne.
Plus vous parviendrez à agir précocement pourlutter contre le choc émotionnel post ruptureet plus vous aurez des chances d’en sortir rapidement. Vous serez plus fort et mieux armé pour répondre à votre ex si vous envisagez une reconquête amoureuse ou pour l’oublier si votre souhait est de passer à autre chose. Pour vaincre le choc émotionnel post rupture je préconise habituellement plusieurs techniques qui offrent toutes des résultats spectaculaires. Néanmoins, pour ne pas faire trop long et éviter de vous ennuyer avec des méthodes qui ne seraient pas adapter à votre situation, j’en ai retenu trois que je vais vous expliquer en détail pour que vous puissiez les utiliser afin de voussentir mieux dès l’annonce de la rupture .
Que vous l’appeliez silence radio, couper le contact ou prise de distance, la première étape pourse reconstruire après une séparationet vaincre le choc émotionnel post rupture est de rompre la communication de manière temporaire. Cela signifie que durant une certaine période, qui va dépendre de plusieurs facteurs, vous allez devoir cesser d’avoir un contact avec votre ex. Même si cette situation est difficile à vivre, vous devez prendre sur vous car c’est le seul moyen pour que vous vous sentiez mieux le plus vite possible.
Il est donc nécessaire de ne plus contacter votre ex mais également de ne plus répondre à ses appels si c’est elle qui décide de renouer le contact. On me pose souvent la question au sujet de l’utilisation des réseaux sociaux. Ma réponse est sans appel, vous ne devez pas l’effacer de vos contacts, vous ne devez plus aller voir sa page ou aimer ses photos et vous ne devez pas toucher aux différents statuts. En fait, pour éviter de communiquer avec votre ex ou pour ne plus penser à elle, il est impératif de ne plus vous rendre sur les réseaux sociaux. Ne vous connectez dons plus sur Facebook, Twitter et consorts car la tentation sera forcément présente et vous souhaiterez vous rendre sur son profil. Pour vous reconstruire,vous devez l’ignorertotalement au moins temporairement.
Même si cet exercice n’est pas simple, car je sais pertinemment que vous n’avez qu’une envie, il est essentiel que vous résistiez afin de lutter contre votre dépendance affective. Moins vous aurez de contact et moins vous penserez à elle, c’est mécanique.
Je suis le premier à dire qu’après une séparation, il faut éviter d’écouter les conseils des amis ou les avis des proches pour la simple et bonne raison qu’il ne sont pas forcément objectif dans leurs jugements mais aussi qu’il ne sont pas forcément bien placés pour délivrer des recommandations. Bien souvent, leur propre vie sentimentale n’est pas couronnée de succès et il n’est donc pas certain qu’il soit qualifié pour vous répondre. C’est donc pour cette raison qu’il est préférable de faire confiance à un professionnel qui maitrise l’art de la compréhension et de l’analyse de l’amour. Attention toutefois, il faut bien choisir votrecoach sentimentalet il faut privilégier l’expérience et la qualité de sa philosophie à l’aspect strictement marketing.
Néanmoins, ce n’est pas pour autant que la famille ou les amis ne doivent pas jouer un rôle auprès de vous. Lechoc émotionnel d’une ruptureest tel qu’il est parfaitement normal de se trouver mal et de ne plus trop savoir où l’on en est. C’est justement pour sortir de ce doute et pour se sentir mieux que les proches ont une importance capitale. Ils vous connaissent mieux que quiconque et ce sont donc sur eux qu’il faudra compter pour rebondir et commencer votre reconstruction. Grâce à eux vous allez pouvoir de nouveau retrouver le sourire et vous sentir mieux dans votre peau. Vous allez reprendre confiance et de ce fait il vous sera plus simple d’aller vers les autres et ainsi soit de reprendre confiance en vous pour récupérer ex, soit tenter de trouver une nouvelle cible.
Votre coach pour gérer le choc émotionnel post rupture
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*
Bonsoir Monsieur Cormont. Je suis sortie d’une relation toxique avec mon compagnon qui a été décelé pervers narcissique et dépendante affective pour ma part (selon ma psychothérapeute). J’ai lu votre article sur le choc post-émotionnel et le silence radio avec son ex. Cela fait maintenant 4 mois que j’ai stoppé TOUT contact mais mon mal être ne s’est pas atténué depuis. Je suis dépressive avec un traitement à la clé et un accompagnement thérapeutique. Que puis-je faire pour arrêter d’aimer celui qui m’a tellement fait souffrir toutes ces années (6 ans?).Merci,Mélanie
Tout d’abord, je tenais à dire qu’il est parfaitement posible de luttre contre la dépendance affective grâce à des exercices sur la confiance en soi par exemple et que celles et ceux qui s’imaginent que seul le temps va faire son effet se trompent.
Dans une relation toxique avec un ou une P.N et lorsque l’on est très amoureux, on ne se rend pas compte de ce qui se déroule pendant un certain temps. Mais un jour, toute la souffrance accumulée ressort. Dans ta situation, il a fallu 6 années mais à présent il ne faut pas retomber dans le piège car il ne faut pas oublier la raison d’être de l’amour : être heureux et accéder au bonheur. Ce qui te pousse vers lui est probablement la peur de te retrouver seule et de ne plus pouvoir retrouver d’homme qui te fera vibrer… Mais penser ainsi est totalement faux.
Pour cesser de penser à lui et pour passer à autre chose, tu dois mettre en place des exercices pour effectuer un travail sur toi et comprendre à quel point tu peux être heureuse sans lui. Pour cela, je te préconise de réserver une séance de coaching et nous pourrons faire le point ensemble.
Ton coach pour reprendre confiance et maitriser ton SR.
Bonjour Monsieur Cormont mon ami avec lequel j’ai vécu 6 ans ma trahie et s est marié à mon insu avec une autre femme a laquelle il na pas tardé à faire un enfant voilà 8 mois que nous sommes séparés et que je n’ai plus aucun contact,j’ai beaucoup travaillé sur moi même me suis recentrer sur moi ,j’ai réussi à oublier ma peine quoi que de temps en temps je craque mais je passe vite a autre chose. Dernièrement, mon ex est revenu dans mon quartier et m a épié,je suis perturbé par son attitude car il m’a déstabilisé que dois je faire selon vous. Merci de m aidée.
Son comportement est très particulier pour un homme marié. Il est important de prendre vos distances et de ne pas tomber dans son piège si vous ne vous voulez plus souffrir par sa faute.
Et si on vit sous le même toit, comment peut-on mettre en applications tes 3 méthodes?Mon copain vis chez moi enfin chez mes parents, et il n’a nul part ou aller, du coup on vit encore ensemble. La prise de distance n’est pas facile, car on est toujours en contact.Je suis en déprime et j’ai besoin de savoir comment je peux m’en sortir de cette terrible situation et surtout de cette dépendance affective qui me tue.
Bonjour monsieur!je viens de lire votre article c’était très intéressant, ma copine avec laquelle j’ai passé trois mois, ma quitté et s’est mariée avec un autre qu’elle n’as jamais connu. sa ma vraiment choqué, je passe par une période très dure, j’ai trop envie de la revoir, mais ce n’est pas possible donc je dois l’oublier, comment je peux le faire… C’est douloureux.
Bonjour monsieur ,mon copin avec lequel j’ai passé presque 3 mois ,m’a quitté pour se marier avec une inconnue que son pere lui a imposé , il m’avait dit que ça va s’arranger mais il a vite baissé les bras, maintenant je le vis tres mal , je mange plus je dors plus et j’arrive pas a passer a autre chose , il me hante , j’ai essayé de lui pardonner pour pouvoir avancer dans ma vie mais je suis tout de suite retombée au plus bas , en effet il est toujours l’idéal a mes yeux . je veux l’oublier .maintenant je risque de devenir anorexique a cause de ce choc emotionnel faut savoir que j’ai beaucoup maigri pendant mes revisions j’attendais l’été pour reprendre un peu mais je me retrouve a en predre encore plus
Pour oublier un ex,il ne faut pas rester sans rien faire ! Tu dois sortir, faire du sport, voir tes amies si tu veux retrouver le sourire. Cela prend du temps mais en agissant dès maintenant tu peux faire la différence !
Bonjour, je suis resté 4 mois avec mon compagnon au début tous ce passait très bien , relation fusionnel , j’étais vraiment heureux . jusqu’au jour ou il décidé de dire à son ancienne compagne avec qui il est resté 4 ans qu’il avait un’ copain, je n ais rien dit , J ai préféré lui faire confiance ., surtout qu il avait deja essaye de se remetreavec elle plusieurs fois et qu elle avait tjrs refuse. .Puis un jour il a disparu du jour au lendemain’ pendant 1semaine , J ai vite compris qu il était parti voir son ex dans le sud (j’habite ds le nord), puis il est revenu, tte suite notre relation n etait plus pareil , nous ne nous sommes pas embrasse pd 3 semaines , cependant il restais tous le temps chez moi et avec moi , petit à petit la relation à repris mais plus avec la mêmeintensité du départ … Puis un mois plus tard 2em disparition 3 semaines cette fois , tjrs chez son ex compagne et encore une fois sans me prévenir sauf quand il était la bas en me disant qu il pense à moi etc … Il est ensuite revenu une semaine en me disant qu il fallait qu il fasse un choix , nous sommes parti en’ week end , il m à dit qu il voulait rester et finalement 3 jours plus tard il m à annonce qu il partait vivre dans le sud , nous avons beaucoup pleurer tous les Deux … Il est parti il y a 3 jours et depuis je n arrive plus à manger ,à dormir, je me suis fait virer de mon boulot car impossible d’y aller pd les 3 semaines ou il a disparu , impossible de sortir de mon lit même pour aller chez le médecin . J ai une énorme dépendance affective car n’ayant pas connu mes parents et ayant eu une enfance douloureuse , je me sentais enfin heureux avec lui , J avais enfin espoir en la vie , en l avenir . nous nous connaissions depuis longtemps comme ami à la base , nous nous étions pas vu depuis qq année , il a repris contact avec moi , nous nous sommes revu sans jamais que je pense un instant qu il puisse se passer qq chose et finalement c est lui qui est venu vers moi , qui m’a dragué … Aujourd’hui je culpabilise énormément, je n’arrete pas de me dire que tous est de ma faute , J ai des idées noir . je ne sais pas comment m en sortir ni même si J y arriverai un jour …je ne comprend pas pourquoi son ex compagne qui avait tjrs refusé de se remettre avec à du jour au lendemain tous fait pour se remettre avec à partir du moment où elle a su qu il sortais avec un garçon , jusqu’à lui envoyer un billet d avion en le suppliant en le forçant à venir (la 1er fois ou il a disparu)Que faire ? Merci de votre réponse
La problématique est, comme tu l’as souligné, la dépendance affective. Tu ne peux pas toujours le laisser partir dans le sud et revenir comme si de rien n’était en ne disant rien et en le laissant tranquille. Tant que tu ne te montreras pas plus forte, il ne changera pas et ne va pas s’investir dans la relation.
Bonjour ,Il y a 1 mois j’ai rencontré un homme séparé, notre relation en un mois a été tellement intense en amour et en bonheur qu’en 15 min il s’est mis à culpabiliser car son ex femme est dépressive et va très mal. Il dit que notre relation est tellement parfaite et notre amour si fort qu’il n’a pas le droit alors que son ex est malheureuse , il est perdu .Je suis moi même aujourd’hui au fond du gouffre.Peut il renoncer à notre passion juste par culpabilité ou je dois lui laisser du temps ?
C’est une situation un peu particulière car le comportement de ton compagnon n’est pas réellement compréhensible. Quand on subit un choc émotionnel post rupture il est important de ne pas se précipiter tu as donc raison en voulant lui laisser un peu de temps mais cela ne veut pas dire que tu ne dois plus le voir et faire comme si il n’existait pas. Cependant, tu ne dois pas aussi trop en demander et tout de suite t’engager dans cette relation car tout est allé très vite en un mois et ce n’est peut-être pas son ex femme le problème mais le fait que vous soyez trop l’un sur l’autre.
en 2003 je me suis retrouvé seul après 9ans. ensuite tomber de nouveau amoureux en 2005 et jusqu’à ce jour le suis tjr , elle ma quittée ce 21fevrier2016 apres presque 11ans et 18mois de mariage et le 22 elle avais un autre, elle n’a même pas pris ces enfants avec cette semaine , elle es fort renfermée a la base , et personne ne comprend étant donné que nous étions un beau petit couple amoureux , la semaine avant elle me fesaie encore une crise de jalousie carune fille me disais bjr et pourtant je ne suis ni dragueur , ni donjuan , ni beau gosse , mais j’ai le contacte facile quand je suis bien . j’ai voulu dialoguer avant son départ mais suis resté face a un mur. et ici ma dit je ne t’aime plus et divorce .moi sais pas facile , mais étant passé par la , j’essaye d’ignoré sauf que les flash vienne toujours et sais la pensée de l’autre qui tue . que pensez vous de cette situation ? un ras le bol ? vie trop monotone ? le fait quel doive recevoir une greffe ? je ne sais plus quoi pensé étant donné que elle es forte renfermée et impulsive ?
Effectivement après 11 ans de mariage la routine est souvent une explication au départ de sa moitié et le fait qu’elle ait de nouveau quelqu’un montre bien qu’elle souhaite tout de même être en couple et avoir quelqu’un qui lui apporte de la nouveauté. Le fait qu’elle soit renfermée et impulsive ne change rien à l’analyse. Il faut maintenant réfléchir à ce que tu peux faire dans ton quotidien pour changer et apporter quelque chose de nouveau physiquement, sentimentalement, dans les sorties à deux. Connaitre un choc émotionnel post rupture est normal quand cette dernière est inattendue mais tu dois maintenant te reconstruire avant d’envisager la reconquête amoureuse.
bonjour Dr Alexandre ;je suis une jeune de 25 ans ça fait un an que je suis avec une personne que j’aime énormément , lui me fais croire ça aussi ,nous avons fait des plans pour s’engager et se marier, d’un seul il changer son avis en disant sois je termine mes études ou je me marier avec lui ( il est contre ma carrière professionnelle) là je suis sous l’effet du choc car j’ai fait beaucoup désespoir sur , j’ai essayer pas mal de fois de lui expliqué la situation mais il est très têtu il veut plus de moi , il l’appel plus ni de message je suis perdu .
Je tenais à te dire que je ne suis pas docteur, je suis conseiller sentimental et coach. Ta situation est vraiment spéciale car c’est un peu comme si tu devais choisir entre ta carrière et l’amour. Son attitude ets tout de même surprenante et pour le moment tu dois penser à toi et donc couper les contacts. Plsu tu vas lui écrire et plus il te fuira.
Je te conseille donc de faire un silence radio et de revenir avec une lettre selon le modèle exact que je préconise.
Bonjour Alexandre je vie acctuelment mon mari nous 14 ans de mariage et de puis tout ce temps il a u plusieurs maîtresse j’ai beaucoup patienté et beaucoup pardonner acctuelment toujours avec sa maîtresse sa fait 5 ans que sa durtoujours en me faisons croire que que ya plu rien entre eux il me traite de folle car j’avais un ressentiment qu’ils sont toujours enssemble un matin je l’ai laisser sortire et je l’ai suivi et efectivent je n’étai pas folle il es rentré chez elle et j’ai attendue plus d’une heur devant la porte enfin il sort avec un grand sourire elle qu’il le suis derrière en lui disant à tt a lheur chéri de puis ce jour j’ais couper tout contacte avec lui on vie toujour sous le même toit mais quand il es à la maison je m’enferme dans une autre pièce car plus envi de me voir ni de l’entendre je souffre énormément nous avons 4 enfants je lui es demander de partire mais il ne veu pas je suis perdu
Seul le coaching pourra nous permettre de faire le point convenablement et fera en sorte que nous mettions des actions en place pour ta reconstruction car c’est aujourd’hui la priorité n°1
Il vient de rompre avec moi et j’ai juste envie de ne plus exister…Je ne sais meme plus ou j’en suis!
BonjourJ ete Avec quelques une pendant 6 ans . Complement amoureux Avec elle est j etais attache a sa fille mais a cause de probleme ca a pris lomptemps pour que l on puisse decide de se Marie et habite ensemble. Nous devious tous faire cette annee et voila qu elle a quite et je suis depourvu . Au debut j ai fais toute les erreurs .l appellant sans arret et en aller chez elle …maintenant a coupe sa line telephonique ….je blame tous sur moi . Je trouve tres dure . Je ne Dors pas bien et je ne mange pas bien . SURTOUT que dans la meme annee j ai perdi mon Pere et mon job . J essaie mon possible de me remmetre . Je n ai pas d enfants et je voulais en avoir Avec elle.
Donc pour moi tous mon monde s est effondre en une annee.Quoi faire ?
Je comprends ton questionnement et ta tristesse mais je ne peux pas répondre de la sorte à ce genre de question trop vague… Il y a sur mon site des centaines d’articles explicatifs en consultation libre à propos de la reconquête amoureuse et de la manière de récupérer son ex. Si cela n’est pas suffisant, j’ai également écrit un livre 70 conseils pour récupérer son ex et réalisé plusieurs formations en fonction de chaque situation. Je t’oriente donc vers ces ressources afin d’obtenir des réponses à tes questions. Si tu souhaites mettre en place une stratégie précise et tenant compte des spécificités de ton histoire, alors il est préférable de passer par le coaching personnalisé.
MerciMa question apres 10 mois d avoir fais toutes les erreurs possible pour la recupere . La supplier . L appelle.sans arret . Lui envoyer des lettres et des cadeaux. La ca fait un mois que j ai arete.Est ce que c est trop tard d utiliser les trucs.pour recupere son ex
Non ce n’est pas trop tard si elle est toujours réceptive…
Bonjour on est séparés depuis quelques jours 11ans 4enfants dont bébés …dur… Mais on arrive pas a se comprendre …Je suis donc en mode maman bébé pour l’instant… Même si j’ai peur pour mon avenir personnel se reconstruire en ayant 4petits à charge c’est pas chose aisée puisque le contact est obligatoire !! Comment pensez vous que je puisse me reconstruire ?
La question est bien trop vague car il existe en fonction de plusieurs critères des dizaines de façons de faire… Dans un premier temps je conseille donc de suivre ma formation comment se reconstruire après la rupture que tu trouveras ici :https://www.alexandrecormont.com/produits/seminaires-audio/comment-se-reconstruire-apres-une-rupture/#produit
Bonjour,Voilà que cela fait 4 mois que j ai connu une fille sur internet.Et depuis le premier contact on était bien à l aise et on s entendé tres bien.on parlé de tout et de rien et avec le temps on a fini par avoir des sentiments l un envers l autre,moi jusqu’à en crevé d’amour pour elle.Et le problème c’est que elle a un copain,y a des moments ou elle se laisse aller avec moi et des fois elle réagit sévèrement,elle dit qu’elle aime son copain mais elle n arrête pas d être à mon écoute.on se parlé presque 24h/24h. Et une fois on s’est vu et elle était sous le choc et moi pareil.nous étions ému et on arrivé pas à se parler,mon regard s’est figé sur son regard et c’était sans plus.ensuite il s’est passé des événements,des discussions qui nous ont conduit droit vers le gouffre.Je ne cessais pas de lui dévoilé mes sentiments,mais elle non.Et aujourd’hui elle me dit qu’on doit mettre un terme à tout ça,qu’on ne se parle pas comme avant,…Et moi je suis bouleversé,je n arrive plus à avoir le sourir, je suis tout le temps angoissé.Y’a t’il quelque chose à faire pour qu elle reviens ??dois je faire le silence radio le temps qu’elle se ressaisisse et qu’elle aval tout ce que je lui ai dis sur mes sentiments ??Je suis très perturbé en ce moment,vos conseils me seront très précieux.Je vous remercie d avance
Je te propose de voir pour une séance de coaching avec moi ou un membre de mon équipe parce que je ne peux pas répondre avec précision dans un commentaire. Il faut absolument un échange pour mettre en place la stratégie la plus efficace.
comment oublier son ex malgre le silence radio et que l’on ne se parle plus , quelle es partie avec un autre mais n’es pas heureuse et ce prend souvent la tete avec lui , hors que moi je souffre en silence mais suis fou amoureux d’elle10ans de vie commune , 18mois de mariage ne pense cas une chose quelle revienne , mais je sais que je me detruit la vie depuis 10mois
Bonjour à tous et bienvenue sur mon site internet, je suis Alexandre CORMONT, conseiller sentimental depuis 2007. J’interviens sur des problématiques très larges pour toutes les personnes qui souhaitent trouver l’Amour, sauver leur couple ou récupérer un ex. C’est un plaisir de partager avec vous mon parcours, mes idées et mes techniques pour vous aider à mieux entrevoir votre vie amoureuse ainsi que votre bien-être personnel…

quel type souffrance pour celui qui quitte
Elle
> Psycho & Sexo
> Célibataires
> Articles
les + populaires
Psycho & Sexo
Audiovisuel Groupe Lagardère Annonceurs Elle International Fondation Elle Données personnelles et cookies Lagardère Publicité Nos RSS Nos blogs Mentions légales et CGU
On se rencontre sur Meetic, on se like sur Facebook et on rompt avec un simple texto… Nos peines de cœur en deviennent-elles pour autant virtuelles ?
A quoi ressemble un chagrin d’amour en 2013 ? Sans doute à ça : « Reproduction de SMS. 27 février, 21 h 02, MS à XX. Je suis désolée, je ne pensais pas que ce verre serait si pénible. Pardon. 27 février, 21 h 15, MS à XX. Tu es énervé ? 27 février, 21 h 20, XX à MS. Non, évidemment. 27 février, 22 h 02, MS à XX. Sans toi, je n’y arrive pas. JE N’Y ARRIVE PAS. 27 février, 23 h 24, XX à MS. Je crains que tout cela n’ait pas grand-chose à voir avec moi. » Extraite du roman, drôle et délicieusement écrit, de Monica Sabolo, « Tout cela n’a rien à voir avec moi » (lire encadré page 95), cette conversation lapidaire entre deux ex-amants aurait pu se chuchoter naguère devant un café lors d’une dernière rencontre extorquée par celle qui souffre à celui qui la quitte. Aujourd’hui, modernité oblige, tout passe peu ou prou par le prisme glacial des nouvelles technologies et des réseaux sociaux. Le glissement furtif du SMS a remplacé les battements du cœur ou le souffle des conversations murmurées au téléphone. On quitte comme on enfonce la touche « delete » sur notre ordinateur, loin des yeux, loin du cœur.
« Abandonner sans regarder, ne pas voir le regard éperdu de celui qu’on délaisse nous semble a priori plus confortable, explique Bruno Humbeeck, psychopédagogue, spécialiste de la résilience, auteur d’“Un chagrin d’amour peut aider à grandir” (éd. Odile Jacob). Cette manière de procéder permet de se voiler la face en échappant à celle de l’autre. Mais le texto balancé à distance n’empêche pas notre imagination de jouer contre nous. Les larmes réelles auxquelles nous avons pensé échapper auront vite fait d’être remplacées par celles que nous imaginons et elles viendront parasiter nos pensées. » Pour celui ou celle qui rompt, le bénéfice engrangé ne serait donc que de courte durée. Pour celui ou celle qu’on quitte, la sentence du texto prendrait, en revanche, des allures de double peine. « Le SMS a le double désavantage d’être à la fois volatil et expéditif, remarque Bruno Humbeeck. Il renforce l’idée qu’on a été perçu par l’autre comme une quantité négligeable, dont on se débarrasse d’un simple coup de pouce. Pour l’estime de soi, l’effet est dévastateur. Cette absence de rituel de séparation rend la douleur de la rupture, pour celui qui quitte comme pour celui qui est quitté, à la fois plus lancinante et plus insidieuse. »
Si nos sociétés savent encore élaborer des rituels de rencontre –soirées, dates, speed dating, sites… –, ceux de la rupture restent à imaginer. Dans ce vide s’engouffre le libre arbitre donné par les réseaux sociaux et leur violence aveugle. Un jour, celui ou celle qu’on aimait refuse de nous prendre sur FaceTime, passe en mode texto. On guette, la gorge sèche, les trois petits points de suspension sur l’écran du Smartphone qui indiquent qu’il (ou elle) a encore quelque chose à nous dire. Puis c’est le dernier texto et, bientôt, on n’a plus de nouvelles que, de loin en loin, sur Twitter. Avant, finalement, de le (la) retrouver en photo en couple sur Facebook. Une descente aux enfers aux allures, au choix, de répudiation ou de cyber torture qui en laisse plus d’un(e) exsangue. « Pour tuer, comme pour quitter avec plus de confort, l’être humain postmoderne a inventé la distance, résume Bruno Humbeeck. L’arme à feu ou la bombe atomique permettent de mettre à mort sans avoir à se confronter au regard de l’autre. Cette manière de procéder diminue les risques de se laisser infléchir par les émotions de l’autre. Celles-ci, par contagion empathique, mettraient à mal notre humanité. » Le texto, arme de destruction sentimentale massive (quand on sait qu’il flingue déjà systématiquement l’orthographe) ? Sans aller jusque-là, prudence avec ces petites phrases laconiques qui peuvent abîmer des vies.
Et puis, il y a aussi, lorsque le chagrin d’amour est largement entamé et qu’il suit tristement son cours, les contrôles systématiques, frisant l’obsession, du compte Facebook de l’autre. « La possibilité de traquer l’être aimé sur Facebook est un supplice supplémentaire, commente Monica Sabolo. Alors qu’on désire le voir mort ou du moins terrassé par le chagrin, il est très déplaisant de découvrir qu’il live-tweete le match Lorient- Saint-Etienne ou qu’il a posté une photo de ses nouvelles baskets. En favorisant les comportements erratiques, les réseaux sociaux permettent non seulement d’entretenir la souffrance mais aussi de se ridiculiser. Ils nourrissent la tentation et la pulsion. On peut envoyer un message en quelques secondes et le regretter la seconde d’après. » Pourtant, selon Bruno Humbeeck, les incessants coups d’œil, emplis de nostalgie ou de jalousie, aux photos de vacances de son ex sur Instagram ou sur Facebook peuvent être salvateurs pour celui ou celle qui a été quitté(e). « Tout ce qui nous rappelle l’autre, la plus petite trace de lui, ravive le souvenir, dit-il. Ce phénomène s’appelle la réminiscence et a été très bien décrit par Proust à travers sa fameuse madeleine. Bien sûr, le moindre détail ravive la souffrance, mais, même lorsqu’il est question d’un souvenir triste, l’acte de se remémorer recèle une part de plaisir. Lorsque la blogosphère s’offre à tous, difficile de résister au plaisir, un peu masochiste sans doute, de s’offrir ces moments qui donnent à celui qui les vit le sentiment de pouvoir maîtriser un peu ce que l’autre devient loin de lui. » Car la réminiscence a un autre pouvoir. Celui, à force de ressasser l’histoire qu’on a vécue et de la modifier, de l’intégrer peu à peu à son schéma mental et d’en faire un souvenir. Du même coup, la tristesse difficilement supportable de la rupture se transforme en chagrin moins douloureux.
A contrario, pourtant, la société ou notre entourage nous poussent en règle générale à zapper notre chagrin d’amour. Et à passer le plus vite possible à autre chose. Or, pour guérir d’une peine de cœur, rien ne vaut le temps, qui a la vertu d’adoucir les blessures et de cicatriser les plaies. « Même si notre histoire n’a duré que quinze jours, rappelle Bruno Humbeeck. On vit sans doute alors ce que j’ai appelé un chagrin d’amour-passion qui ressemble à un fracas dans le chaos, car celui qui le subit est en plein état amoureux. On avait perdu nos repères, la rupture nous incite à les retrouver en nous interrogeant sur notre identité. Dans le cas d’un chagrin d’amour-attachement, plus long, plus durable, c’est notre sentiment d’évidence qui est mis à mal. On avait bâti une vision du monde autour de cet amour, et, tout d’un coup, il s’écroule. Les deux types de chagrin prennent chacun une forme très différente, mais la douleur peut être aussi intense pour l’un comme pour l’autre. » A nous de parvenir à vivre avec, le temps de renaître à l’amour.
Vous avez repéré un commentaire avec un contenu illégal ou portant atteinte à vos
droits ?
Merci de nous le signaler en saisissant le code ci-dessous
Attention ! Ne le faites pas à la légère. Si votre requête se révèle injustifiée ou malveillante, ELLE se réserve le droit de transmettre votre adresse IP aux autorités compétentes.

quel type souffrance pour celui qui quitte

Moteur de recherche

Rechercher

Mode

Vêtements Accessoires Défilés Voir aussi

Beauté

Coiffure Maquillage Soins Minceur

Luxe

Shopping luxe Défilés Evasions Voir aussi

Déco

Salon Cuisine Chambre Voir aussi

Cuisine

Entrées Desserts Recettes Pratique

Maman

Grossesse Bébé Enfant Voir aussi

Santé

Nutrition Dossiers santé Gynéco Voir aussi

People

Tout sur les stars L’actu people Ils s’aiment

Loisirs

Cine-tv Culture Voyages Auto

Société

Dans l’actu Combats de femmes Au boulot !

Couple

Séduction Vie à deux Sexo Rupture

Mariage

Robes de mariée Planning Coiffure Alliances Chroniques Salons du mariage

Jardin

Déco du jardin Toutes les plantes Jardiner bio Chroniques

Horoscope

Noël

Menu

Forum Mode- Echangez vos astuces mode avec nos lectrices !

Vêtements

Robes

Tops

Pantalons

Jupes

Manteaux

Lingerie

Maillots de bain

Accessoires

Chaussures

Sacs

Bijoux

Lunettes de soleil

Défilés

Espace fashion week

Espace haute couture

Défilés prêt-à-porter

Défilés haute couture

Voir aussi

Actu mode

Conseils

Looks de stars

Forum

Tenues de mariage

Forum Beauté- Echangez vos astuces beauté avec nos lectrices !

Coiffure

Coupe de cheveux

Cheveux courts

Cheveux longs

Coiffures de star

Coloration

Soin des cheveux

Studio de relooking

Maquillage

Yeux

Teint

Lèvres

Ongles

Astuces maquillage

Soins

Visage

Corps

Anti-âge

Médecine esthétique

Bronzage

Epilation

Minceur

Regime

Recettes légères

Exercices

Sport

Soins

Shopping luxe

Chaussures de luxe

It-bags

Joaillerie

Horlogerie

Lunettes de soleil créateurs

Défilés

Espace haute couture

Espace fashion week

Défilés haute couture

Défilés prêt-à-porter

Evasions

Hôtels

Spas

Stations de ski

Voir aussi

L’actu du luxe

Beauté d’exception

Haute gastronomie

Forum déco- Echangez vos astuces déco avec nos lectrices !

Salon

Canapé

Table basse

Salle à manger

Fauteuil

Couleur de salon

Bibliothèque

Table

Chaise

Meuble TV

Cuisine

Meuble de cuisine

Ilot central

Crédence

Plan de travail

Cuisine ouverte

Couleur de cuisine

Cuisiniste

Cuisine IKEA

Chambre

Chambre parentale

Literie

Couleur de chambre

Chambre d’enfant

Chambre d’ado

Chambre de bébé

Linge de lit

Dressing

Suite parentale

Voir aussi

Salle de bains

Couleur salle de bains

Meuble salle de bains

Douche à l’italienne

Petit espace

Déco de table

Architecture

Chroniques

Shoppings

Forum cuisine- Echangez vos astuces cuisine avec nos lectrices !

Entrées

Entrées froides

Entrées chaudes

Soupe et potages

Apéritif

Nouveautés

Desserts

Cake

Chocolat

Crêpes

Gâteaux

Tartes

Nouveautés

Recettes

Viandes

Poissons

Pâtes et riz

Recettes minceur

Recettes de saison

Recettes faciles

Recettes thermomix

Recettes poulet

Pratique

Astuces

Encyclopédie

Menu semaine

Vidéo

Forum maman- Echangez vos astuces maman avec nos lectrices !

Grossesse

Maternités

Suivi de grossesse

Accouchement

Congé maternité

Prise de poids

Symptômes

Bébé

Crèches

Mode de garde

Mois par mois

Alimentation

Soins

Puériculture

Enfant

Écoles

Sorties

Ados

Rentrée scolaire

Anniversaire

Santé

Sommeil

Voir aussi

Chroniques

Prénoms

Psycho-test

Parents People

Papa

Grands-parents

Forum santé- Echangez vos conseils et posez vos questions

Nutrition

Calcul imc

Guide des calories

Surpoids

Diabète

Cholesterol

Conseils

Dossiers santé

Analyses

Conseils pratiques

Bien-être

Cancérologie

Forme

Médecine douce

Gynéco

Contraception

Cancer du sein

Endométriose

Ménopause

Hygiène intime

Voir aussi

Allergies

Dents

Dermato

Maux quotidiens

Cardio

Neuro

Ophtalmo

Rhumato

Orl

Psy

Tout sur les stars

Interviews

Photos

L’actu people

Evénement

Magazine

Scandales

Ils s’aiment

Couples de stars

Mariages de stars

Bébés de stars

Cine-tv

En salles

Films

Programme TV

Séries

Culture

Musique

Livres

Sorties

Voyages

L’actu

Destinations

Conseils pratiques

Auto

Tests

Ma voiture

Forum société- Echangez vos astuces société avec nos lectrices !

Dans l’actu

News

En images

Comprendre

Insolite

Combats de femmes

Egalité

Droit à l’IVG

Fin des violences

Halte au sexisme

Au boulot !

Conseils

Femmes en entreprise

Loisirs

Cine-tv

Culture

Voyages

Auto

Société

Dans l’actu

Combats de femmes

Au boulot !

Forum société

Couple

Séduction

Vie à deux

Sexo

Rupture

Forum couple

Forum sexo

Mariage

Robes de mariée

Planning

Coiffure

Alliances

Chroniques

Salons du mariage

Forum mariage

Jardin

Déco du jardin

Toutes les plantes

Jardiner bio

Chroniques

Forum jardin

Horoscope

Horoscope 2017
Horoscope de la semaine
Horoscope chinois
Numérologie

Actualités|
Bricolage|
Cinéma|
Coiffure|
Coloriages|
Cuisine|
Recette|
CV|
Déco|
Dictionnaire|
High-tech|
Horoscope|
Jeux en ligne|
Pages blanches|
Pages jaunes|
Présidentielle 2017|
Programme TV|
Restaurant|
Santé|
SMIC|
Test débit|
Vacances scolaires|
Quand la rupture amoureuse devient elle inévitable
?
La crise qui amène un couple à envisager de se
séparer est toujours le symptôme d’un dysfonctionnement qui s’est
construit à deux. Et même si l’autre le refuse, se sent trahi, abandonné,
c’est parce que la relation va mal que l’un des deux le met en actes,
en acceptant en quelque sorte d’endosser le mauvais rôle. La rupture
est inévitable quand les deux membres du couple ont essayé de comprendre
pourquoi ils en sont arrivés là, tenté de voir s’il est possible
que le couple se réorganise autrement, et qu’un réaménagement s’avère
impossible parce que le système s’est trop rigidifié.
Quelles sont les causes les plus courantes de
rupture ?
Il arrive que les raisons pour lesquelles les
gens se sont unis deviennent les causes de cette rupture. Une personne
qui, par exemple, avait besoin d’être très soutenue au début d’une
relation peut changer, et ne plus ressentir les mêmes besoins des
années plus tard. Une relation où les rôles n’ont pas évolués, où
le système est figé peut aboutir à une rupture.
Quelles sont les étapes d’une rupture ?
La rupture est toujours vécue comme brutale. Quelque
chose se rompt, s’arrache : la part « fusionnelle » du couple, que
vous aviez déposé en l’autre, ce qu’il avait déposé
en vous. Pour autant, et même si la rupture semble éclater comme
un coup de théâtre, très souvent l’un affirme avoir multiplié en
vain les signaux d’alerte tandis que l’autre dit n’avoir rien vu
venir. Cette collusion inconsciente est aussi à interroger. C’est
cette absence d’étapes justement qui fait que les deux membres du
couple, sans s’en apercevoir, ne parlent plus depuis longtemps déjà
la même langue. Ne se comprennent plus. Ne s’entendent plus.
Que faut-il éviter durant ces moments difficiles?
On dit souvent que faute d’avoir réussi leur couple
les gens veulent actuellement réussir au moins leur rupture. On
en arrive ainsi à des impératifs paradoxaux où bien se séparer,
finirait par signifier en quelque sorte rétroactivement qu’on a
été un bon couple. Ce qu’il faut éviter, ce n’est ni le conflit,
ni les affects mêmes violents qu’une rupture génère. Il vaut mieux
les mettre en mots que de les taire. Les reconnaître pour mieux
les métaboliser. En revanche, il ne faut pas prendre les enfants,
s’il y en a, en otage. Réellement en les séparant de l’autre parent,
ou psychiquement, en tentant de le détruire en eux. Car en s’attaquant
au conjoint, c’est justement à cette part du parent dans l’enfant
qu’on s’attaque et les effets en sont, pour ce dernier, particulièrement
dommageables
Lors d’une rupture, quel qu’en soit le mode, tout
le monde souffre, même s’il s’agit d’une rupture consensuelle. Mais
il faut bien voir que le désarroi est des deux côtés, chez celui
qui quitte comme chez celui qui est quitté. Pour surmonter cette
souffrance, il est utile de se faire aider, ne serait-ce que ponctuellement.
Et de préférence par un professionnel plutôt que par des amis. Ces
derniers peuvent être en effet troublés et se remettre en cause
dans leur propre couple par projection. Seule une réflexion sur
soi peut éclairer ce qui a pu venir, du fond de l’histoire personnelle
de chacun, envahir peu à peu le couple et le figer dans un jeu à
deux désormais piégé. C’est ainsi qu’on pourra se retrouver soi-même,
se restaurer narcissiquement. Et aussi déjouer la répétition qui
risque d’amener inconsciemment à choisir un même type de partenaire
et à aboutir au même type de rupture.
Justement, comment éviter ce fameux risque de
 » répétition  » ?
Souvent, inconsciemment, l’on va être attiré par
une personne ressemblante, dans l’espoir que cette nouvelle histoire
se termine bien. D’où l’intérêt d’une analyse qui permet d’éviter
de reproduire les même schémas.

En savoir plus :www.carolinekruse.com
Après une longue relation amoureuse, la rupture est toujours un déchirement. Caroline Kruze, conseillère conjugale, nous donne quelques clés pour bien gérer ce moment douloureux.

quel type souffrance pour celui qui quitte
Copyright 2014 – Michèle Pageau – Site par Hey! Marketing Créatif
La séparation est source de détresse et s’assimile au deuil.  Elle ne se fait jamais sans souffrance que l’on soit celui qui quitte ou celui qui est quitté. La personne qui prend la décision de quitter aura un cheminement rempli de culpabilité et de malaise. La personne qui est quittée sera déstabilisée par l’incompréhension et le rejet.
De plus, la souffrance est proportionnelle à la force de l’attachement et à l’importance de l’investissement affectif au moment de la séparation et ce, peu importe la durée de la relation. Bref, la séparation engendre entre autre du stress, de la solitude, le rejet et un état dépressif.
Le deuil est un processus complexe déclenché par la perte d’un « objet ». Le terme « objet » signifie autant la perte d’une personne que d’une situation.  Autrement dit, toute perte importante peut enclencher un processus de deuil. Exemple : la perte d’un être cher en cas de décès, la perte d’une relation amoureuse en cas de séparation ou la perte d’une situation sécuritaire en cas de perte d’emploi. Il importe donc dans tous les cas de faire le deuil de l’objet perdu.
Le deuil amoureux comprend 5 étapes principales. Ces étapes du deuil amoureux ne sont pas linéaires, mais constituent plutôt un cycle. Ce qui veut dire que les étapes peuvent être toutes vécues en quelques jours puis rester dans une étape pendant une plus longue période. Les étapes se chevauchent et sont récurrentes jusqu’à la guérison complète.
Cet état émotionnel intense est marqué par l’anxiété et le stress souvent accompagnés de troubles physiologiques, comme la perte d’appétit et l’insomnie. Moins la personne est soutenue, plus grande sera son stress et son anxiété.  Au cours de cette étape, certaines personnes entrent dans le déni.
D’après les études réalisées, la seconde étape peut être la recherche obsessionnelle de la présence de l’autre ou son évitement tout aussi obsessionnel. Certaines personnes vivent même les deux facettes de cette étape.
La recherche de l’autre :  S’il y a rupture physique, il n’y a pas nécessairement rupture de l’attachement. L’autre est physiquement inaccessible, mais moralement très présent. Il est très souvent dans les rêves, parfois imaginé dans les endroits familiers. On le voit partout et tous les objets nous le rappellent. Celui qui vit cette étape recherche éperdument tous les signes de la présence de l’autre.
L’évitement de l’autre :  La personne qui est dans cet état d’esprit nie et à refuse tout ce qui peut rappeler l’autre. Il peut en résulter différents comportements difficiles à comprendre pour l’entourage tels : un déménagement très hâtif, le besoin de se précipiter dans une relation de remplacement, dévier toutes conversations qui parlent de l’autre, ainsi que d’exclure les amis communs.
Dans cette étape, les émotions dominent.  La colère peut être tournée vers soi ou vers l’autre.
Tournée vers l’autre : La personne sera est colère contre l’autre et /ou tous ses proches, tous ceux qui n’ont pas pu empêcher que la rupture survienne et qui n’auront pas aidé à l’éviter.
Tournée vers soi : C’est la culpabilité qui domine. La personne quittée se sent coupable «  Je n’aurais pas dû dire ça, faire ça… « .  La rupture est vécue comme une punition.  En fait, la personne cherche la faute qui a menée vers cet état de solitude qu’elle ne parvient pas encore à accepter.
Après toutes ces étapes agitées, arrive celle de l’abattement. Arrive d’abord la tristesse car la séparation devient vraiment réelle.  Ensuite, l’énergie s’épuise un peu plus et s’installe un état dépressif.  La personne va se replier sur elle-même, va renoncer à tout et cherchera à s’isoler.
Après « avoir touché le fond », la personne en deuil va remonter la pente.  Elle accepte la situation et surtout s’adapte au changement. L’absence de l’autre l’a obligé à modifier ses habitudes. Il y a autre chose à vivre et à apprendre.  C’est une étape où les gens se recentrent sur eux et découvrent un autre aspect de leurs valeurs de vie. C’est aussi le moment pour avoir de nouveaux projets. Et de retrouver un équilibre. L’autre n’est donc plus au premier plan, mais il est devenu partie intégrante de notre expérience de vie.  Enfin, la personne se sent prête pour une nouvelle vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>