que vais je devenir

Abonnement

Je feuillette le magazine
Je m’abonne

   Que vais je devenir ??….je suis perdue et déprimée ..
Il y a 217 utilisateurs connus et inconnus. Pour voir la liste des connectés connus,cliquez ici
 Sujet :Que vais je devenir ??….je suis perdue et déprimée ..
Bonsoir Pimprenelle C’est que certains sont dans ta situation et n’ont pas de solution ! Il m’est arrivé d’avoir un job très déprimant où rien n’allait mais j’étais obligée de conserver cet emploi car je n’en trouvais pas d’autre. Quelques années plus tard alors que j’avais enfin trouvé mieux, j’ai rencontré mon ancienne patronne qui m’a dit qu’en fait elle en comprenait pas que je m’accrochais alors que j’étais appelée à avoir un poste plus qualifié et c’est pour cette raison que personne ne me retenait ou même ne s’attachait à ma présence. A ce jour je ne fais pas un job intéressant mais je travaille seule.Je ne sais pas te conseiller, c’est à toi de trouver ce qu’il y a de mieux.Rester en maladie n’est pas une solution car tu risques de t’angoisser davantage. Je ne te cache pas qu’il sera difficile de trouver un autre emploi à ton âge, surtout si tu es déprimée, ce n’est pas très convaincant pour un employeur. Je te souhaite de retrouver le moral ensuite avec l’énergie retrouvée tu te projetteras dans l’avenir.
Pimprenelle,je suis désolée de ce qui t’arrive et je te le dis d’avance : je n’ai pas de solution précise en tête, mais courage, rien ne restera bloqué bien longtemps si tu agis.Déjà, je crois que tu as besoin de continuer ta thérapie avec ton psychiatre. Est-ce qu’il te reçoit pour parler (en plus de te prescrire des médocs) ? Si c’est non, demande lui, tu as as besoin de parler de tout ça. Je pense qu’il peut t’accorder plusieurs arrêts maladie, mais renseigne-toi bien, parle-en avec lui, il faut que tu sache exactement de combien de temps tu dispose pour entreprendre des démarches. Secondo, as-tu pensé au milieu associatif…? Car comme Michèle, je suis certaine que la solution ce n’est pas de se mettre en invalidité et de rester à ne rien faire. Il n’y a pas foison d’emplois dans le milieu associatif mais je pense que tu peux trouver des emplois plus « humains » (je ne veux pas être naïve en te disant cela : dans le milieu asso aussi il y a de sales ambiances, mais tout de même, ça me semble un peu plus intéressant).As-tu, sinon, cherché des assos pour rencontrer des gens comme toi, qui risquent de se retrouver ou sont en situation précaire ? Ca fait toujours du bien de voir qu’on est pas seul(e), qu’on peut s’entraider. Ils peuvent te donner des tuyaux.Courage ! Courage ! Tu peux la faire évoluer ta situation ! Ce ne sera peut-être pas merveilleux, mais si tu peux aller un peu mieux et quitter ton emploi avec des perspectives derrière, ça serait déjà un pas en avant !
Je pense qu’il faut procéder par étape. Tu n’es actuellement pas cacable de mettre en branle tes capacités. Tu es face à une montagne? Comment manger un éléphant? En le coupant en morceau. Bref, il faut que tu te mettes en retrait, et que tu affrontes le premier problème: te calmer, et dépasser ton stress. Tu retourneras au boulot plus tard. Bref, mon sentiment: n’attaque pas tout à la fois. Concentre toi sur ton équilibre dans ta pshère perso. Le travail, tu reconsidèreras plus tard. Va voir une AS de secteur (Assistante Sociale) qui tient des permanences en mairie souvent (salariées du Conseil Général). Travaille avec elle pour monter un dossier (et un budget) d’arrêt de travail de longue durée. Concentre toi sur ton retur à l’équilibre hors travail. Ensuite, bien plus tard, tu verras. Enfin, ne culpabilise pas, les pépins de cet ordre, ça arrive. Tu as des issues, des solutions. Y a pire: la santé ou un drame familal. Je ne dis pas ça pour que tu te compares, ou que tu culpabilises, je te dis ça juste pour que tu sentes qu’il y a des possibilités que ça aille mieux.
Aller à :

Les forums : mode d’emploi Appels à témoin Psychologies.com / Psychologies magazine Club des lecteurs Actu Amitié Bonheur Ce en quoi je crois Changer sa vie Coaching Estime de soi Interpréter ses rêves Mieux se connaître Nos clefs pour mieux communiquer Paroles d’hommes Paroles de femmes Se libérer de ses culpabilités Seniors Spiritualité(s) Timidité Voyages et vacances Aide et Entraide Deuil Inceste / Viol Carrière Relations professionnelles Reconversion Chômage Souffrance au travail Thérapie : y aller ou pas Choisir son psy Thérapies Psychanalyse Développement personnel Dépendances Déprime, dépression : en sortir Mon psy et moi Enfants et ados chez le psyFinir sa thérapie Baisse du désir Célibat Fantasmes Fidèle / Infidèle Homosexualité Le quotidien dans le couple Libertinage Problèmes sexuels Rencontres et séduction S’engager : mariage, PACS, concubinage Séparé(e) et heureux(se) Sexualité Sexualité : ce que veulent les femmes Sexualité : ce que veulent les hommes Tête-à-tête Vivre une séparation – divorcer Ados Désir d’enfant et stérilité Ecole Education Famille monoparentale Famille recomposée Halte à la pression scolaire ! La belle-famille La famille Maternité : attendre un enfant Naissance Parents Tout sur nos parents Accepter son corps Astuces Instituts et spas Luxe Plaire et se plaire Soins anti-âge Soins des cheveux Soins du corps Soins du visage L’appel de Psychologies pour une beauté libre Arrêter de fumer Forme Médecines douces Relaxation SantéSommeil La maladie au quotidien Stress, anxiété La nourriture et moi Etre végétarien Régimes et diététique Manger bio Vos recettes et menus gourmands Portraits de femmes : elles s’engagent Mes gestes écolos Solidaires ! Actu Café Culture Le livre qui a changé votre vie France : la carte des gens heureux Humour et détente L’appel contre l’abus d’antidépresseurs Participez à notre cross-booking David Servan Schreiber nous dit au revoir Votre hommage à David Servan-Schreiber L’atelier d’écriture de Nathalie : Chuchotements d’éveil © Ecriture : vos mots en toute liberté Mon anti-Noël Pas de printemps… Le psy, c’est vous !Nouvelles érotiques En mai, fais ce qu’il te plaît Votre plus belle déclaration d’amour 2012, fin du monde ? Le Prix Nobel de la Paix intérieure Un écrivain pour Noel Vos envies pour 2010 Femmes au féminin L’humain, une espèce en voie de disparition ? Atelier d’écriture de Février : Je t’aime parce que… Atelier d’écriture de janvier : Tout changer Lettre à l’ado que vous étiez Votre plus beau souvenir d’été Journée de la gentillesse

Bjr Non le probleme n’est pas que je sois déprimée car personne ne s’en rends compte et si je cherchais un emploi ça ne se verrais pas non plus . Le probleme est en effet de trouver un autre emploi à mon age .
Bonsoir  merci beaucoup pour ton message de soutien ! C’est vrai que j’ai besoin de parler mais en fait avec mon psychiatre je ne fais pas de therapie je le vois uniquement pour mes medicaments et jusqu’ici je n’avais pas besoin de le voir  plus que tous les 3 mois . ( j’ai fait par ailleurs une psychotherapie qui a dure plus de 15 ans et qui n’a pas ete super et j’ai arrete depuis des années ). J’avoue que là j’ai commencé à me demander si je ne devais pas voir mon psy pour faire une therapie mais je ne suis pas sure qu’une therapie avec lui me convienne car je le connais bien , on parle quand meme et sincerement il m’a souvent demoralisée plus que le contraire alors pour un psy c’est grave ! Pour les medicaments et discuter comme ça ça va mais plus .. Sincerement je ne sais pas .. Je vais donc voir deja ce qu’il va me dire car depuis que je suis retournee travailler 1 journee seulement apres mon arret de 3 mois je ne l’ai pas vu ( il etait en voyages je suis allee chercher mon arret !) . Il ne sait donc pas ce qui s’est passé quand j’ai repris le travail et  ne sait pas non plus que je vais moins bien, que je suis de plus en plus angoissée par rapport à mon avenir, que je sommatise toujours, et je ne sais pas ce qu’il pense de tout ça et va me dire .. Je le vois dans une semaine je vais prendre mon mal en patience . Sinon oui il va falloir que je cherche du travail j’en suis consciente mais je suis tellement mal en ce moment à la fois moralement et physiquement que je n’ai meme pas encore refait mon CV . Je me sens completement à cote de la plaque et n’ai envie de rien faire . Deja il faut que je refasse mon CV et le mettre sur internet c’est la premiere phase. Apres je chercherai …mais je ne sais pas quoi !! Oui j’aimerais bien un emploi dans une association mais lequel ??Il faut avoir des competences à vendre et je n’ai que celles de téléconseillere à vendre ! (metier que je deteste !!) . Alors tu comprends pourquoi je suis demoralisee .. Et puis je suis seule sans enfant, peu d’amies et de toute façon peu de personnes arrivent ou ont envie de se mettre à ma place je l’ai bien compris . J’amerais en effet rencontrer des gens qui ont les memes difficultes que moi car au moins on se comprendrais mais j’avoue que je n’ai pas cherché ! Enfin je ne sais pas ce que je vais devenir et je n’arrive pas à agir pour le moment car je deprime trop .. Je vais donc deja attendre de voir mon psy et poser toutes les questions necessaires car ça me prends trop la tete ..
Bsr pol77 Sincèrement merci pour tes renseignements et ton soutien ! Tu as très bien cerné le problème : je suis face à une énorme montagne et veux aller trop vite sans savoir où !!   Je dois en effet me concentrer sur mon équilibre personnel sinon je n’arriverai jamais à remonter la pente .. Tu as raison, je vais aller voir une assistante sociale : je ne savais pas que je pouvais monter avec elle un dossier d’arret de travail de longue durée ..Et comme tu dis je verrai après .. Et il faudrait aussi que j’arrete de me culpabiliser je vais vraiment essayer car ça n’aide pas ! Merci encore tu m’as redonné de l’espoir !!     Bonne nuit  
Alcool : les psychothérapies sont indispensables à la prise en charge
Et si le sociodrame pouvait guérir la France ?
Santé : il est possible de se soigner par l’alimentation
La masturbation, une menace pour le couple ?
Comment les chiens changent l’ambiance d’une maison
Peut-on rendre quelqu’un heureux…
Sida : les préjugés et la méconnaissance perdurentparLa rédaction
Les idées reçues sur le VIH persistent. C’est ce que …
Fin de la COP21 : un nouveau chapitre pour l’humanité ?parPascale d’Erm
Samedi soir dernier, à 19h55 et des poussières, vous étiez …
L’électronique s’empare d’un nouveau marché : celui de nos viesparAnne Pichon
Le CES (consumer electronic show) plus grand salon de l’électronique …
Travaux de maisons : POSER UNE CLOISON EN PLAQUESparlafuma
suite de l’article précédent… LA POSE DU SUPPORT Au sol …
Les modèles économiques du logiciel libreparpsyblog2
Deux symboles du Libre: Linux (à g.) et GNU Pour …

que vais je devenir

Choisissez la langue:

English

Français

Deutsch

Español

Italiano

Português

Chercher aussi sur:

Web

Actualités

Encyclopédie

Images

Expressions françaises avec

Autres suggestions :vais ,valise ,vaisseau ,vaisseaux

Proposer une autre traduction/définition
enrager, en particulier devant une situation complexe et désordonnée
Reverso/Expressio (familier) on dit aussi tourner chèvre
devenirexpert,devenirtrès habile
[figuré] Ex. : « il est passé maître dans l’art de la fraude ».
expression parlée québecoise. se prononce « j’aimerais so que » …
t’aimerais-tu çaque; t’aimerais-tuque
expression parlée québécoise ou on met 2 fois le pronom à la forme interrogative
ils’avèreque ,ilsemble clairque
1. = d’autant plusque , encore plus du faitque2. pour autantque(d’autantque jesache = à ceque jesais)
« de beau » ici n’a aucun rapport avec la beauté, familier
s’ ils’avèreque , s’ ilest vraique , dans la mesure où …
autantquepossible, en faisant des efforts malgré les difficultés
ilvaut mieux se satisfaire de cequel’on a réellement, même si c’est moinsquecequel’on peut espérer, maisquel’on n’est pas sûr d’obtenir
voir aussi « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras »
Ex. : « Il est riche. J’en veux pour preuve la voiture qu’il s’est achetée ».
en l’état actuel de mes connaissances, en fonction de ceque jesais
s’emploie par plaisanterie pour direquel’on mérite légitimement cequel’on a, cequel’on désire
[Hum.] * allusion au slogan publicitaire de l’Oréal
* s’emploie également à propos d’autres personnes (et de façon ironique ou non) : « si sa cote chute, c’est parce qu’il le vaut bien »
* acronyme de l’anglais « as soon as possible »
* se prononce [azap]
exprime qu’une hypothèse qu’on avait a priori écartée pourrait être valable, formulation un peu familière
pour ce voyage, on devrait écarter d’y aller en voiture, encore que.
* on dit aussi « faire genre »
* exemple : « il fait style que tout va bien »
devenirobsolète, ne plus être d’actualité
tomber enceinte (malade, amoureux…)
devenirenceinte ( malade, amoureux…)
Pour ajouter des entrées à votre liste de vocabulaire, vous devezrejoindre la communauté Reverso.
C’est simple et rapide:
Inscription
Connexion
Login
Cherchez que vais-je devenir et beaucoup d’autres mots dans le dictionnaire de synonymes français de Reverso. Vous pouvez compléter les synonymes de que vais-je devenir proposés par le dictionnaire de synonymes français Reverso en consultant d’autres dictionnaires spécialisés dans les synonymes de mots français : Wikipedia, Trésor de la langue française, Lexilogos, dictionnaire Larousse, dictionnaire Le Robert, dictionnaire Hachette, Maxidico, Dictionnaire de l’Académie Française, Littré…
Dictionnaire Français-Synonymes : traduire du Français à Synonymes avec nos dictionnaires en ligne
©2016 Reverso-Softissimo. All rights reserved.
vais ,valise ,vaisseau ,vaisseaux

Vous souhaitez rejeter cette entrée : veuillez indiquer vos commentaires (mauvaise traduction/définition, entrée dupliquée, …).

que vais je devenir

[fr] français [gb] anglais
[fr] français —> [gb] anglais
[gb] anglais —> [fr] français
[fr] français [de] allemand
[fr] français [es] espagnol
[fr] français [pt] portugais
[fr] français [it] italien
[fr] français [nl] néerlandais
[fr] français [pl] polonais
[fr] français [se] suédois
[fr] français [dk] danois
[fr] français [fi] finnois
[fr] français [gr] grec
[fr] français [cz] tchèque
[fr] français [ro] roumain
[fr] français [hu] hongrois
[fr] français [sk] slovaque
[fr] français [bg] bulgare
[fr] français [si] slovène
[fr] français [lt] lituanien
[fr] français [lv] letton
[fr] français [ee] estonien
[fr] français [mt] maltais
Plus de langues

Ton amour, fondu en un seul avec les souffrances, dominait mon cœur, et
Your Love, melded in one with my sufferings, was dominating my
pouvoir aider mes parents, » dit-elle.
I would like to go to university but my parents are so
Cette chanson fait aussi suite à « Wrathchild », « Infinite Dreams » et « The
Unbeliever » sur la recherche de son identité : « Je me
This song is in the continuity of ‘Wrathchild’, ‘Infinite Dreams’
and ‘The Unbeliever’ in his search for his own identity: « I
afternoo naree qual to this challenge.
et c’est surtout pour cela que nous appuyons ce projet de loi aujourd’hui.
why we are here today to support the bill.
sera terminé, ça me panique complètement !
Aujourd’hui, je suis confiante que le
de parole avec ma collègue de Châteauguay-Saint-Constant.
with my colleague from Châteauguay-Saint-Constant.
Alors que, lorsqu’il s’agit de religion, on peut
mutuellement partagé, notre école à tous », affirme Cream Wright.
Whereas with religion you can say that is your
church, that is your synagogueo r that i syour
Je vous ai montré ma vie terrestre et mon entrée dans
I showed you my earthly life and my entering into the
Ballotté entre diverses familles, Vinnie se rappelle qu’il
Shuffled between families, Saddleback recalls making
Requête la plus fréquente dans le dictionnaire français :
1-200 ,  -1k ,  -2k ,  -3k ,  -4k ,  -5k ,  -7k ,  -10k
,  -20k ,  -40k ,  -100k ,  -200k ,  -500k ,  -1000k
Requête la plus fréquente dans le dictionnaire anglais :
1-200 ,  -1k ,  -2k ,  -3k ,  -4k ,  -5k ,  -7k ,  -10k
,  -20k ,  -40k ,  -100k ,  -200k ,  -500k ,  -1000k

Merci d’avoir donné votre avis sur cette traduction !Vous contribuez ainsi à l’amélioration de notre service.

que vais je devenir
Articles de référence :Développement personnel
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
0
Votez pour ce message
Se connecter
Créer un compte
Aller à :

Affaires de couples Alcool, drogue… : vivre avec un dépendant Amitié et rencontres, ville par ville Amitiés et relations personnelles Célibat et vie en solo Coup de foudre et passion amoureuse Histoires d’amour Jalousie Relations amoureuses Rencontres et histoires d’amour sur Internet Techniques de séduction Bien vieillir Bonheur et joie de vivre Chômage, inactivité : impact psychologique Coups de gueule Développement personnel Gérer ses émotions Gérer son temps Je gâche ma vie Je m’aime, je m’aime pas Mon job au quotidien Solitude Timidité, confiance en soi, complexes Etre parents La vie sans enfants Le coin des ados Perdre un enfant Astrologie Dieu et religions Paranormal Sectes Superstitions – Chance – Hasard Voyance et divination Dépression saisonnière Dépression, déprime, stress Hyperactivité, trouble de déficit de l’attention Insomnie et troubles du sommeil Schizophrénie Stress, anxiété, angoisse Troubles bipolaires Troubles de la personnalité Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) Harcèlement moral Pervers Narscissique Trauma, angoisse et phobie Violences conjugales Psychanalyse Psychiatrie Psychologie et comportement Psychothérapies Café du commerce Deuil Faire face au terrorisme Humour Le monde carcéral Philosophie Rêves et cauchemars Forum libre Psychologie

Le Club Doctissimo vous permet d’ accéder gratuitement au plus grand
forum francophone
Plan du site
Plan de la rubrique santé
Santé
Médicaments
Psychologie
Nutrition
Beauté
Mode
Forme
Sexualité
Recettes
Environnement
Guide santé
Encyclopédie médicale
Atlas du corps humain
Dictionnaire médical
Analyses médicales
Examens radio
Guide
maternités
Guide
thalasso
Urgences
Communautés
Forum
Club Doctissimo
Chat
Lagardère
Lagardère Entertainment
Ticker
Carte de voeux
Mini-sites
Saint-Valentin
Noël
Fête des mères
Soldes
Index
Santé Index 1
Santé Index 2
Santé Index 3
Santé Index 4
Index Médicaments
Index Grossesse
Index Bébé
Index Nutrition
Index Beauté
Index Forme
Index Psychologie
Index Hommes
Index Sexualité
Index Environnement
Index Mode
Services
Recherche
Newsletter
News
Santé des voyageurs
Météo
Prénoms
Les grands dossiers santé sur Doctissimo
Arrêter de fumer
Dents
Diabète
Cancer
Cholestérol
Grippe A
Mal de dos
Mal au ventre
Obésité
Régime
Rhumatismes
Stress
Vastarel
Qui sommes-nous ? |Recrutement |Contacts |Espace Annonceurs |Doctissimo en page de démarrage |Doctissimo dans vos favoris |Charte d’utilisation |Notice légale ©Doctissimo

que vais je devenir

Reçois chaque mois les dernières tendances make-up et un tuto à réaliser
Accueil/Forum/Psychologie/ Qu’est ce que je vais devenir?
j’ai 39 ans,je suis une femme,je viens de m’installer dans un nouveau département pour vivre avec mon nouveau conjoint.J’ai démissionner de mon travail,mon patron n’a pas voulu me licencier.Cela fait 2 ans que je suis en surrendettement et j’en ai encore pour 2 ans.Je n’en ai pas encore parlé à mon conjoint,je n’y arrive pas.Je pleure souvent,je n’ai pas droit aux assedics que vers février.Je cherche du travail,je n’en trouve pas.Je me sens souvent seule,mon conjoint n’est pas souvent à la maison,il m’a aidée financiérement,actuellement,jen’ai plus d’ argent ,je ne sais pas ce que je vais devenir, je n’ai pas d’amis,j’essaie de tenir le coup pour mes enfants.Je n’ai personne à qui me confier.J’espère que bientot,je vais m’en sortir,je commence à désespérée.
3D : La dépression nerveuse, c’est aussi une histoire de cerveau
3D : La dépression nerveuse, c’est aussi une histoire de cerveau
Que vais-je devenir ? Dans un 1er temps, essayez de vous confier à votre conjoint. S’il vous aime réellement et s’il est « humain », il vous soutiendra. De toute façon, vous n’avez rien fait de mal, vous n’avez tué personne ! Dans un 2e temps, prenez rapidement rendez-vous chez une assistante sociale. Elle peut intervenir en demandant l’exonération de certaines factures, par exemple ERDF ou encore la taxe d’habitation. Je ne sais comment vous fonctionnez ; votre compagnon prend-il toutes les factures à sa charge ? Si non, adressez-vous aux services sociaux pour obtenir des bons d’alimentation.Dans un 3e temps, allez aux Restos du Coeur ; vous pourrez peut-être obtenir ce que les membres appellent un colis de secours contenant de la nourriture.Quant au fait que vous n’ayez pas d’amis, je vous comprends car j’ai perçu pour seule ressource le RSA durant huit ans et on ne peut pas se permettre de sorties. Essayez tout de même, de temps à autre, d’aller prendre un café dans un salon de thé. Je suis persuadée que vous avez l’énergie nécessaire pour vous battre grâce à la présence de vos enfants. Lorsque vous avez trop le blues, projetez-vous dans le futur en imaginant que vous prenez vos enfants dans les bras en riant, car tous vos problèmes sont résolus. Regardez de temps à autre Dame Nature ; elle est si belle ! Le soir, regardez les étoiles. Tenez-moi au courant de la suite, SVP. Je vous souhaite beaucoup de courage.
Re merçi de m’avoir répondu et pour les conseils,c’est mon conjoint qui paye les factures et les courses.Heureusement,nous n’avons pas de loyer à payer,la maison lui appartient.Je pense que je vais aller voir une assistante sociale.Sinon,pour mon conjoint,il est super,je suis très heureuse de l’avoir rencontré,il a fabriqué une cabane et un bac à sable pour mes enfants,le seul truc c’est qu’il n’est pas très calin,il me prend rarement dans ses bras.

que vais je devenir
Le forum est fermé pour une durée indéterminée.
Affichage des résultats 1 à 20 sur 27

Outils de la discussion

Afficher une version imprimable

Affichage

Mode linéaire
Choisir le mode hybride
Choisir le mode arborescent

LENY

Voir le profil

Voir ses messages

Maman de 35 ans je me retrouve dans une situation assez compliquée dont je dis gerer à mon entourage mais en fait que je vis mal. Apres 12 ans de mariage 1er divorce et 2 enfant à charge et la de nouveau separation avec 1 petite fille d’a peine 17 mois. On ne fait pas des enfants pour apres se separer, j’essaie de garder la tete hors de l’eau pour eux mais au fond je broie du noir. 34 ans, 3 enfants, 2 pere differend super CV. Je n’ai plus envie de rien, peur de ne pas y arriver, peur du regard des autres et de leur jugement peur de passer pour qq d’instable. Lors de mes separation a chaque fois c’est moi qui leur ai annonce qu’est ce qui ne va pas chez moi? ais je tendance à idealiser la vie de couple? suis je trop exigente? je sais au fond de moi que je vais finir seule sentimentalement mais entoure d’amis est ce vraimen la solution? Aidez moi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

bri64

Voir le profil

Voir ses messages

bonjour
pourquoi tu dis super CV ? dis donc le mien aussi il est bien rempli y’a pas de honte à avoir c’est les autres qui devraient avoir honte, ça arrive à n’importe qui, rien n’est jamais sur dans la vie
pourquoi tu finirais seule, le chacun chez soi ça peut etre pas mal dans un premier temps
mais je te comprend ça calme, moi je suis très calme du coup, je pense meme que ça m’a refroidit du coup je suis pas mal comme je suis, mais pour l’instant (je me connais bien aussi)
ne pense pas à la suite, pour l’instant tu as la séparation à gérer, tes enfants et le reste suivra
bon courage à toi

crystali

Voir le profil

Voir ses messages

Tu sais Leny, 20ans de mariage, une fille …. et à la sortie le résultat est le meme ! Pourquoi temettre cette honte ?

Le regard des gens , il est là , tu n’y peux rien … et quelques soient les situations, tu auras toujours des gens qui se permettront de juger. Remarque c’est plusfacile de juger les autres ,alors que s’ils regardaient un peu leur vie, peut etre qu’ils se prendraient une sacré claque.

Et finir seule, enfin le mot seule il me fait doucement sourire, on va dire sans compagnon, et bien tant pis … ce n’est pas une fin en soi… Je préfère cela à une vie bien accompagnée mais tellement malheureuse.

Chaque blessure laisse une cicatrice. Chaque cicatrice raconte une histoire.Une histoire qui dit : « j’ai survecu »…:bisous:
viny

Voir le profil

Voir ses messages

tu traverses 1 mauvaise passe c’est tout y a pire (moi 38/4 enfants en bas age !!!) bon n’empeche je me dit que tout n’est pas perdu autour de moi il y a des couples qui sont reformé avec des enfants

n’empeche on ne m’otera pas de l’idée que seuls des celibataires avec enfants arrivent afaire des couples durable s’ils rencontre les même profil

allé courage, sors aujoyrd’hui il va faire beau

biz

Un vieux CRS m’a dit : « c’est en prenant ton 1 pavé que tu sauras eviter les autres » esquive quoi
Zouberlu

Voir le profil

Voir ses messages

tu peux peut-etre commencer par avouer à ton entourage que tu ne gères pas si bien que ça finalement, et accepter de te faire aider?

tu as le CV que tu as, il n’est pas noir, il est ce qu’il est mais avant de vouloir continuer à le remplir, pense peut-etre un peu à toi, les séparations ne sont jamais gais surtout lorsqu’il y a des enfants.

pose toi, fais du mieux que tu peux pour tes enfants, je pense que ce sera déjà un bon début…

LENY

Voir le profil

Voir ses messages

Merci pour vos messages qui me font prendre un peu de recul sur la situation.
Pas facile de gerer le quotidien avec 3 enfants entre les devois l’ecole les activites extra scolaire et tout ca avec le sourrire et la peche!!! je ne veux pas que mes filles souffrent « encore plus » de mes 2 separations. Et vous avez raison je vais me concentrer sur elle et leur bien etre!
Comment faites vous pour avoir une vie « social » à coté?

ducatigirl

Voir le profil

Voir ses messages

Tu te moques du regard des autres. Ta vie est ta vie. On ne fait pas des enfants pour se séparer après comme tu dis mais on ne reste pas ensemble pour des enfants quand plus rien ne va.
Quels sont ceux qui pourraient te juger? Et de quel droit? Ces gens là trouvent ils leur vie si parfaite?
Ceux qui critiquent feraient bien de balayer devant leur porte et regarder ce qui se passe vraiement chez eux.

Je comprends quand tu ne veux pas montrer ta faiblesse à ton entourage, je suis pareille, moi je suis toujours la forte, le pilier, celle qui gère aux yeux des autres mais les personnes qui nous sont proches ne sont pas si dupes et savent que c’est loin d’être si « facile ».
Parfois je m’autorise à leur dire non ça va pas aujourd’hui c’est pas ma journée j’ai le cafard et ça fait du bien.
Il faut savoir lacher un peu ça permet aussi d’évacuer le malêtre.

Tout comme toi c’est toujours moi qui suis partie et ça depuis jeune (bon sauf là dernièrement et encore je dirais que c’est 50/50 ^^), et je pense pas que ce soit être instable. Peut être certains peuvent le penser mais pourquoi rester si tu es au bout d’une histoire? Si tu penses avoir tout fait pour sauver ton couple mais qu’il n’y a pas d’issue? Quand ton coeur ne bat plus pour la personne?Pour faire bien? Eviter les remarques genre « pourtant il était parfait celui là »? Ou le « penses aux enfants! »?
Ne pas trouver le « bon » ne signifie pas qu’on n’a pas envie de se poser et finir sa vie avec quelqu’un.

Ne te bile pas, ne te dis pas que tu es trop exigente. Moi je pense qu’il faut mieux être seule que mal accompagnée même si parfois la solitude ou plutôt le « celibat » peut nous peser.
Je n’envie pas ceux qui restent ensemble par habitude, par confort ou parce qu’ils ne peuvent pas vivre seuls.
Quand je vois mon frère, 15 ans de vie commune, 3 enfants et pendant 15 ans une vie de misère faite de galères, de disputes, d’embrouilles, de tristesse et au fond pas d’amour entre eux…. (ouf il a enfin eu le déclic le mois dernier par contre) bah je préfère être 100 fois dans le mode je m’en vais….

Courage c’est un mauvais moment. Tu t’en sortiras. On s’en sort toujous, il faut juste du temps

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon
viny

Voir le profil

Voir ses messages

je renoues contact avec la famille, mes anciens (nes) amis(ies), refais du sport suivant mes disponibilités (bb 3 mois), vais faire des des soirées avec mes collègues au retour du boulot dans les allentours du 15 novembre, des voisins supers etc

oui on est seule le soir (y a le chat mais il ne sait pas tout faire !) oui il y a plein de trucs qui nous manque, oui impossible de se projeter dans l’avenir

mais je vois 1 copine (48 ans) 4 enfants/2 peres differents 1 epileptique, 1 pbl cardiaque refait sa vie avec un 3 homme/5° enfant de 5 ans et tout va bien………..comme quoi tant qu’il y a de la vie y a de l’espoir !!!

Un vieux CRS m’a dit : « c’est en prenant ton 1 pavé que tu sauras eviter les autres » esquive quoi
titaly

Voir le profil

Voir ses messages

Comment faites vous pour avoir une vie « social » à coté?
LENY

Voir le profil

Voir ses messages

Merci pour ton message c’est marrant mais ce que tu ecris je pense pareil!!
Les couples « heureux » existent il vraiment? Je ne suis pas dans la persperctive de trouver qq ma separation est trop fraiche et ma bien calme. Je eux simplement etre heureuse dans me vie et ne veut pas passer a cote de ma vie.
Etre maman est la plus belle chose qui me soit arriver mais je sais que je ne suis pas qu’une maman et que j’ai aussi envie d’exister autrement.
Je sais que je rebondis toujours sur mes pattes mais a quel prix?
En fait je pense qu’au fond de moi je suis en colere en colere de ne pas avoir reusssi à « etre une petite famille » pepere avec maison enfant jardin boulot. J’ai du mal a assumer ce statut de divorcee, 3 enfants mais comme tous les message que j’ai recu je sais bien qu’il faut « passer  » à autre chose et ne pas me preoccuper de ce peut penser les autres
Bon dimanche à toi!

LENY

Voir le profil

Voir ses messages

Bon courage à toi aussi
Merci pouir ton message
Bon dimanche

Zouberlu

Voir le profil

Voir ses messages

ah, etre une petite famille, un vrai reve pour beaucoup je pense, moi le premier…mais alors comment y arriver? si quelqu’un a la réponse…

je ne sais pas si ça vaut le coup d’etre en colère pour ça (moi j’en déprime plutot), mais tu n’es pas bien vieille non plus, il te reste de beaux jours devant toi quand meme…tout espoir n’est pas perdu (mais de mon coté je suis comme toi, je vois ou j’en suis en ce moment, c’est pas glorieux, j’aià peu près rien fait de ma vie, si ce n’est un magnifique petit gars! mais j’idéalise toujours, je continue de rever à la famille idéale, une tite maison, femme, enfants, etc…bon, ce sera pour plus tard…j’espère)

le temps et la volonté feront leurs effets. accroche toi!

LENY

Voir le profil

Voir ses messages

Kikou, ben j’ai l’impression que tu vas plus mal que moi!!! je pense que je n’ai pas forcememnt la vie que je voulais mais maintenant que c’est fait les enfants sont la ben faut garder la tete hors de l’eau et positiver à fond.
Mes filles sont absente 1 week end sur deux chez leur papa respectif et j’essaie de voir mes amis de me changer les idees mais ca fait bizarre d’etre entoure que de couple d’etre toujours la personne qui, vient seule aller au cine seule faire ses courses seule gerer le quotidien seule. Va falloir que je prenne plus de recul et me pose moins de question!!!!lol
Bon courage à toi si tu eux parler n’hesites pas

Elohia

Voir le profil

Voir ses messages

Bonjour LENY,

Je crois que nous avons toutes une conception idéale de l’amour, la vie de famille et l’union… jusqu’au jour où l’on rencontre tout ça.

On s’installe dans notre relation, on installe notre train train, on confronte notre idéalisme aux réalités de la vie… et souvent tous nos jolies projets explosent en plein vol.

Alors, il faut se reconstruire. Accepter que nos rêves ne sont plus (et parfois n’ont pas été). Trouver le courage d’avancer. Passez chacune des phases de colère, désappointement, angoisse de la solitude, besoin de se retrouver, besoin de retrouver les autres, boulimie de la vie…

Aujourd’hui, tu commences à affronter les affres de la séparation, encore une fois, mais en aucun cas il faut avoir honte, surtout si tu y croyais, surtout si tu t’es investie dans ces amours.

Courage à toi.

Je n’ai jamais su définir le féminisme. Tout ce que je sais c’est qu’on me dit féministe chaque fois que mon attitude ne me permet plus de me confondre avec un paillasson. R. West
LENY

Voir le profil

Voir ses messages

C’est tres destabilisant lors de mes 2 unionsprecedente que l’on me fasse les mm remarques les mm phrases sur mon comportement mes reaction …et la biensur si 2 pesonnes vous disent la mm chose sur le quotidien ben la tu te remet en question et finalement je me dis que je ne suis pas fait pour la vie à deux mais non plus pour la vie toute seule euh comment faire?j’adore etre « debordée » que tout soit planifier pas avoir une minutes a moi afin de ne pas reflechir au evenement recent !!!

Spider

Voir le profil

Voir ses messages

C’est tres destabilisant lors de mes 2 unionsprecedente que l’on me fasse les mm remarques les mm phrases sur mon comportement mes reaction …et la biensur si 2 pesonnes vous disent la mm chose sur le quotidien ben la tu te remet en question et finalement je me dis que je ne suis pas fait pour la vie à deux mais non plus pour la vie toute seule euh comment faire?j’adore etre « debordée » que tout soit planifier pas avoir une minutes a moi afin de ne pas reflechir au evenement recent !!!
LENY

Voir le profil

Voir ses messages

Ca fait du bien de lire tout vos message. Un grand Merci

arkhonia

Voir le profil

Voir ses messages

Je pense qu’on rebondit toujours, l’instinct de survie ou l’instinct maternel (il faut tenir pour nos enfants).
Ton CV comme tu dis tu n’as pas à en avoir honte. Tu n’as pas à justifier tes choix à partir du moment où tu les assumes et même s’ils n’ont pas toujours été les bons eh bien on apprend de ses erreurs. Il y aura toujours des gens plus ou moins bien attentionnés pour venir critiquer et juger. Encore faudrait-il qu’ils balayent devant leurs portes. Qui sont ils pour juger ? Ont ils vécu une situation similaire ? Que savent ils de la vie d’un PS ?
Au contraire relève la tête, soit fière de ce que tu es. Qui pourrait se vanter d’avoir la capacité à gérer cette vie où tu dois assumer seule avec tes 3 enfants ?
Quant à sortir, eh bien c’est important pour toi pour que tu existes aussi. Si tu te sens mal à l’aise parfois avec tes amis en couple, dis toi qu’ils sont peut être tout aussi mal à l’aise car ils ne peuvent comprendre ta vie et ne savent pas comment t’aider. PS est là pour ça. Ca fait tellement de bien de pouvoir parler avec des gens qui partagent nos difficultés et qui savent nous écouter sans nous juger.
Aller, courage, ne te laisse pas aller on est là nous pour t’aider !!
Et pour finir, j’ai connu quelqu’un, 30 ans seule avec 3 enfants. A l’époque je m’étais dit ouh la pauvre ca va être dur pour elle de trouver quelqu’un qui l’acceptera avec ses 3 bouts. MAis à l’époque je ne savais rien de la vie d’un PS. Et bien elle a rencontré un mec génial, qui l’a acceptée elle et ses enfants alors que lui n’en n’a pas et ils sont supers heureux. Alors tu vois ne désespère pas, la vie est plus forte.

lakeulette

Voir le profil

Voir ses messages

Meme combat, j’ai une amie PS qui a 38 ans a 3 enfants de 3 peres différents…. on peut regarder sa situation en se disant : »et bien c’est du joli »….. et bien moi, je dis quel courage ! Un ex mari mal assorti, divorce commun, un ex qui l’a trompé et le dernier a fait une TS réussie car il ne supportait pas d’avoir fait des malversations dans son boulot….
Elle mene sa barque, c’est une vraie maman avec toute la force possible et l’amour pour ses enfants et je te promets que ce n’est pas les propositions qui manquent pour ne pas rester seule

petitefleur13

Voir le profil

Voir ses messages

Merci pour vos messages qui me font prendre un peu de recul sur la situation.
Pas facile de gerer le quotidien avec 3 enfants entre les devois l’ecole les activites extra scolaire et tout ca avec le sourrire et la peche!!! je ne veux pas que mes filles souffrent « encore plus » de mes 2 separations. Et vous avez raison je vais me concentrer sur elle et leur bien etre!
Comment faites vous pour avoir une vie « social » à coté?
Navigation rapide
Vie Sociale
Haut de page

Espaces du site
Tableau de bord
Messages privés
Abonnements
Utilisateurs actuellement connectés
Recherche dans les forums
Accueil des forums
Forums
Parent-Solo.fr

Nouveaux Membres
Le site Parent-solo.fr

Le Forum des Parents Solos

Vie Sociale
Enfants Education
Droit Finances
Psycho Santé
Vacances Loisirs
Logement
Travail

Les Rencontres de Parent-Solo

Centre – Ile de France
Nord – Est
Nord – Ouest
Sud – Est
Sud – Ouest
Dom – Tom
Solos Belgique-Luxembourg

Forum Détente

Des Hauts et Débats
Vie pratique
Créations littéraires

Par maicava dans le forum Vie Sociale
Par crystali dans le forum Vie Sociale
Par mamz17 dans le forum Nouveaux Membres
Par mozart dans le forum Enfants Education

Lesbalises BBsont activées :oui
Lessmileyssont activés :oui
Labalise [IMG]est activée :oui
Labalise [VIDEO]est activée :oui
Le code HTML peut être employé :non

— Parent Solo Style

— Style Mobile

— English (US)
— Français

Nous contacter
Parent Solo
Archives
Haut de page

Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement08h31 .

Powered byvBulletin®Version 4.2.4 Beta 2 Copyright © 2017 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.

Search Engine Optimisation provided by
DragonByte SEO v2.0.27 (Pro)-
vBulletin Mods & AddonsCopyright © 2017 DragonByte Technologies Ltd.

que vais je devenir

L’avis d’Angie
Le but n’est pas de servir, mais d’être, non? (Agnès Ledig, Pars avec lui)
En ce moment, ce n’est pas la joie. J’ai toujours plus ou moins envie de m’enfermer dans une bulle et/ou de disparaître du monde actuel mais en ce moment c’est plutôt plus que moins. Ca doit être le contre coup des fêtes ou le début d’année ou j’en sais rien, un ras-le-bol généralisé.
Je voudrais trouver ma place. Oui, la mienne, pas juste une place que je prendrais au pif. Non, LA place, celle qui me revient de droit, celle qui me convient et qui me permettra d’évoluer. Quelle petite prétentieuse je fais n’est-ce pas, penser qu’il y a une place juste pour moi quand tout le monde se contente de celle que le système leur attribue.
Je suis persuadée qu’il y a une place pour chacun, une place idéale qui constitue le compromis optimal entre ce que l’on est, ce que l’on veut et ce qui est possible. Une place qui révèle nos talents, qui nous permet de nous sentir pas trop mal (voir même plutôt bien). Quelle dommage que la société n’évolue pas dans ce sens, vers la volonté de trouver cette place pour chaque citoyen. Parce qu’à mon avis, avec des citoyens épanouis, la société ne pourrait qu’aller mieux. Mais cessons de rêver.
Il y a quelques années, j’ai tenté d’aller vers une place que j’aurais choisie. J’ai repris des études, obtenu des diplômes finalement inutiles puis j’ai pris le parti d’aller en formation pour donner une « couleur » plus administrative à mon CV. C’est ce qui me semblait le moins pire (bon sang que je déteste ça les « moins pire » pourtant). J’avais espoir, encore à cette époque, d’avoir des opportunités intéressantes, que des entreprises qui correspondaient à ce que je recherchais recruteraient. Ce fut le cas mais je n’ai pas su convaincre, manquant de la fameuse expérience professionnelle tant demandée.
Et aujourd’hui, je me sens revenue au point de départ alors que je pensais qu’avoir un diplôme (si minime soit il), avoir fait une formation m’ouvrirait quelques portes. Je n’attendais pas de miracles, je ne suis pas totalement idiote. Mais bon, quand même, j’espérais pouvoir avancer un peu.
Je suis donc perdue. J’ai fait ce que je pouvais en terme de formation, avec ce que j’avais sous la main. Si j’avais eu une totale liberté de choisir, sans soucis de financement et de ressources pour vivre, je n’aurais surement pas fait les mêmes choix. Et aujourd’hui aussi, je ne ferais pas ces choix. Le soucis est que je ne sais même pas quels choix je ferais maintenant puisque je suis totalement perdue et que je n’ai plus d’envie, plus d’espoir, plus d’idée. Qui suis-je ? Je ne sais pas.
Je ne sais plus quelle démarche entreprendre pour me (re)trouver. Savoir où aller, quoi faire, quelles sont mes possibilités ? Vaste question.
Un post ou beaucoup vont se reconnaitre (dont moi), le même état d’esprit ou se conjugue plusieurs sentiments: entre l’espoir de trouver sa place, la triste réalité du milieu actuel du travail,le recul de ses choix passés faits qui peuvent faire regretter certaines choses, mais l’envie de s’accrocher et l’envie de tout lâcher aussi…
Tout cela est normal et humain.
Certains peuvent penser que c’est de l’utopie de croire que chacun à SA place mais non!!
C’est de la combativité et du courage tout simplement.
Je ne peux me contenter d’une place qu’on veut bien m’octroyer dans laquelle je ne peux m’épanouir ou plus simplement me sentir bien.
D’autres peuvent se dire « elle est prétentieuse » ou encore  » contente-toi de ça ta du travail au moins! » .
Eh bien Messieurs, Dames, sachez que je ne me contente pas MOI du « Au moins »…
Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:
Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com.(  Déconnexion  /  Changer  )
Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter.(  Déconnexion  /  Changer  )
Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook.(  Déconnexion  /  Changer  )
Vous commentez à l’aide de votre compte Google+.(  Déconnexion  /  Changer  )
Avertissez-moi par email des nouveaux commentaires.
Avertissez-moi par email des nouveaux articles.
Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Sandrine Guillier surLe revenu de base

que vais je devenir

Catalogue
Catalogue

Tout le catalogue

Littérature française

Littérature étrangère

Policier / Thriller

Documents

Sciences humaines

Beaux-Livres

Jeunesse

Revues

Catalogue numérique

À paraître
Nouveautés
Actualités

Espace pro

Journalistes
Libraires

Espace pro

Journalistes
Libraires

Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

[Profil] journalistes libraires

s’inscrire

Votre inscription a bien été enregistrée.

Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
« J’avais treize ans,ce que je voulais, ce que désespérément je voulais, était impossible. » Robert Lalonde s’empare ici à bras-le-corps d’un sujet universel, un desgrands classiques de la littérature: l’adoslescence malheureuse.Pensionnaire dans un collège religieux – le catholicisme tel qu’il existait il n’y a pas si longtemps au Canada: obtus, obscur, archaïque -, expédié là par un père auquel le lie un secret innommable, le narrateur se pose très tôt les premières vraies questions. Comment s’a…
Où acheter
Où acheter
Littérature française
Romans Cadre rouge
Date de parution 07/09/2006
14.70 € TTC

160 pages EAN9782020859967
Envoyer par mail

Votre message
——————-

http://www.seuil.com/ouvrage/que-vais-je-devenir-jusqu-a-ce-que-je-meure-robert-lalonde/9782020859967

envoyer

Acheter
livre papier
livre numérique

Amazon.fr
Cultura.com
Decitre.fr
Fnac.com
Amazon.fr
Cultura.com
Decitre.fr
Fnac.com
télécharger nos catalogues

Catalogue Beaux-Livres 2016
Espace Pro
vous êtes libraire ?
vous êtes journaliste ?

vous êtes journaliste ?

vous êtes libraire ?

Journalistes
Libraires
Seuil
La maison
Nous contacter
Mentions légales
Plan du site
Groupe Seuil (LA MARTINIERE GROUPE)
Don Quichotte
Éditions du sous-sol
Raconter la vie
Seuil jeunesse
POINTS
ÉDITIONS DE L’OLIVIER
MÉTAILIÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site Internet.
Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.
« J’avais treize ans,ce que je voulais, ce que désespérément je voulais, était impossible. » Robert Lalonde s’empare ici à bras-le-corps d’un sujet universel, un desgrands classiques de la littérature: l’adoslescence malheureuse.
Pensionnaire dans un collège religieux – le catholicisme tel qu’il existait il n’y a pas si longtemps au Canada: obtus, obscur, archaïque -, expédié là par un père auquel le lie un secret innommable, le narrateur se pose très tôt les premières vraies questions. Comment s’arracher à un monde « où tout est fini avant d’avoir commencé » ? Quelle direction donner à la colère avant qu’elle ne vous détruise ? Bien sûr, il y a le ciel infini, les érables rougeoyants, le lac où l’on va pêcher. Mais cela suffit-il à s’évader de la folie qui vous ronge ? Il faut écouter jusqu’au bout cette extraordinaire confidence, écrite avec une fureur que l’on partage et dont on s’imprègne.
Robert Lalonde est l’un des principaux écrivains québécois actuels. Il est aussi comédien, dramaturge, homme de scène. Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ? constitue sans doute la clé de son œuvre.
Cliquez pour trouver la librairie la plus proche de chez vous.
Cliquez sur le lien de votre choix.
Cliquez sur le lien de votre choix.

que vais je devenir
 « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? « 
Cette question,  ma famille , mes amis et même mes professeurs me l’ont posée un nombre incalculable de fois.
Voici mes réponses, suivant l’âge :
– à 5 ans : « je ne sais pas » . Réponse géniale, n’est-ce pas?  Pour tout dire,  c’est surtout parce que je ne m’en souviens pas. Peut-être que c’était princesse, fée ou même stagiaire du père Noël !
– à 8 ans : « styliste » . A cette époque, j’adorais dessiner des robes . Et je m’amusais même à mettre des prix !
– à 10 ans : « pâtissière » . A ce moment-là, j’avais une nouvelle passion : faire des gâteaux. J’ai encore le souvenir de ma première oeuvre. Sur la recette il était écrit  » rajouter une pincée de sel  » : on va dire que j’ai mis plus de sel qu’il ne le fallait ;  c’est assez vite devenu un gâteau salé !
– à 11 ans : « architecte d’intérieur ».  J’adorais regarder les émissions de décoration ou même les catalogues IKEA. Par ailleurs, je voulais aussi devenir romancière : je m’amusais à écrire des histoires que je ne finissais jamais . Ah oui,  j’ai même pensé à devenir poète ! Je connais encore par cœur ce poème ( Ma Bohème ) que je devais réciter devant mon ancienne professeur de français !
– à 13 ans (maintenant) : j’ai bien envie de devenir psychologue , de régler les problèmes des autres. Enfin, ce que je veux surtout, c’est avoir le fameux canapé ! Même si la sécurité n’est pas garantie :  j’ai lu un livre où une psychologue se fait kidnapper par un de ses patients…
Mais bon, j’ai encore le temps d’y réfléchir. Évidemment, un jour, quelqu’un attendra que je lui donne une réponse sérieuse.
« Que voudriez -vous faire plus tard ? » Peut-être astronaute !
Cette entrée a été publiée dansNon classé . Vous pouvez la mettre en favoris avecce permalien . |
Rédigé par : alice|
le 09 octobre 2015 à 19:38
|
Répondre Signaler un abus|

Rédigé par : L’étrange originelle|
le 11 octobre 2015 à 10:16
|
Répondre Signaler un abus|

Rédigé par : Maillette|
le 11 octobre 2015 à 16:38
|
Répondre Signaler un abus|

Rédigé par : Dominique de Lyon|
le 15 octobre 2015 à 06:55
|
Répondre Signaler un abus|

Rédigé par : Pythqgore|
le 15 octobre 2015 à 19:07
|
Répondre Signaler un abus|

Ce blog est édité grâce au concours deWordPress
RSS des notes|RSS des commentaires
Ton article est super… C’est une réalité qui a toujours fait rire, passer de stagiaire de père noel à psychologue, on peut constater l’écart… Bravo!!!!!!!
Merci pour cet article fort intéressant, très agréable à lire et qui ne manque pas d’humour. Trouver sa voie n’est jamais facile. Les désirs et les vocations varient parfois selon les périodes de notre vie. Et au fil des ans, les choses s’éclairent peu à peu.
Ravie, Verveine, de constater que je ne suis pas la seule que cette question embarrasse. « Que veux tu faire plus tard ? ». D’abord je n’en savais rien, ensuite, la vie m’a proposé des opportunités que j’ai choisie et c’était très bien comme ça.
Juste un truc : je me suis donné la possibilité de faire des choix et non pas de me les laisser imposer. Nuance…
Donc laisse toi guider par ce que tu aimes, ce que tu n’aimes pas et laisse toi la possibilité de choisir, à tous âges !
Excellent article, un plaisir de te lire ! Pâtissière… Drôle d’idée, mais j’aurais volontiers goûté tes gâteaux. Mais bon, à 5 ans, je voulais livrer du saumon en conduisant le métro !
Pythagore
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec*

que vais je devenir

Entrée des membres »
Courriel:
Mot de passe:

Perdu? Oublié?

L’Équipe du site
FAQ et aide
Écrivez-moi
Publicités sur le site
Politique confidentialité
Modalités et conditions
Plan du site
Connexion (0)
Belles photos de bébés avec le questionnement suivant: quels emplois auront-ils plus tard?
Devinez quel métier remporte la palme?
Auteur :François Charron-
© 1998 – 2017
–Synonyme média Tous droits réservés |
Hébergement Web parvotresite.caqui vous propose sonoutil de création de site Web ,
sonlogiciel de boutique en ligne , son centre d’achat virtuelShooopping.caet les services de sonagence Web .
Suivez-nous :   Facebook- Twitter-RSS-Google+

que vais je devenir

Entrée des membres »
Courriel:
Mot de passe:

Perdu? Oublié?

L’Équipe du site
FAQ et aide
Écrivez-moi
Publicités sur le site
Politique confidentialité
Modalités et conditions
Plan du site
Connexion (0)
Belles photos de bébés avec le questionnement suivant: quels emplois auront-ils plus tard?
Devinez quel métier remporte la palme?
Auteur :François Charron-
© 1998 – 2017
–Synonyme média Tous droits réservés |
Hébergement Web parvotresite.caqui vous propose sonoutil de création de site Web ,
sonlogiciel de boutique en ligne , son centre d’achat virtuelShooopping.caet les services de sonagence Web .
Suivez-nous :   Facebook- Twitter-RSS-Google+

que vais je devenir

ISBN : 2020859963
Éditeur :Seuil
(07/09/2006)
Citations & extraits (2)

Ajouter une citation
Je marche dans vos rêves brisés, à tout bout de champ attrapé par une de vos balles perdues. Vous ne voyez pas le dégoût qui ruisselle sur ma face? Vous ne voyez pas ma honte d’avoir à devenir ce que vous n’êtes jamais devenus? Et qui dit que lorsque le jour sera venu j’y serai encore, qu’un reste de moi sera toujours là pour marmonner « présent », quand il s’agira de commencer à vivre?
En fait, j’étais hanté par une question, une seule, qui ne me lâchait plus : «Pourquoi tentons-nous toujours de faire ensemble ce qui, pour les grands, n’a plus de sens et, pour les petits, n’en a pas encore et peut-être n’en aura jamais?»
autres livres classés :pensionnat Voir plus
Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère
Autres livres deRobert Lalonde (26) Voir plus
10 questions
863 lecteurs ont répondu
roman 
drame 
solitude 
secrets 
pensionnat 
catholicisme 
religion 
inceste 
relation père-fils 
adolescence 
québec 
littérature québécoise 
Complétez le titre du roman de Roy Lewis: Pourquoi j’ai mangé mon _ _ _
Les cookies assurent le bon fonctionnement de Babelio. En poursuivant la navigation vous en acceptez le fonctionnement
 OK En savoir plus

que vais je devenir

Accueil

Actualités
Contact
Foreign rights

Livres
Auteurs
Collections
Thèmes
Genres
       
Videos
Actualités
Foreign rights

Les extraits des œuvres disponibles en feuilletage en ligne sont destinés à des fins de consultation seulement. Leur reproduction et leur diffusion sont interdites.
On a treize ans. Le collège est une prison où on n’enseigne que des connaissances mortes. On ne s’en échappe parfois que pour aller passer quelques jours à la maison, au fond de la baie, près des trois pins. Là où il y a le ciel infini, les érables en flammes, le lac où on va pêcher, le ciel et ses nuages fous. Mais ce n’est pas la vie là non plus, car on partage avec son père un secret inavouable. On sait qu’on doit venir au monde mais on n’y arrive pas. Même quand tout le monde autour de soi répète que tout va changer désormais, quand on entend partout clamer «Maîtres chez nous! Fini le temps des moutons ! », on n’y croit pas, on reste cloué au sol par la lourde certitude que tout est fini avant d’avoir commencé. On se roule sur son mal comme le chat sur sa souris morte. Heureusement, il y a aussi ces heures de solitude, où la rêverie nous emporte. Il y a les camarades, qui soupçonnent la profondeur de l’abîme. Mais nos sens peuvent-ils jamais être apaisés en leur présence ? Il y a les livres, dont un surtout, énorme, qui décrit merveilleusement toutes les plantes que l’on peut voir chaque jour autour de soi. Il y a enfin ces gribouillis un peu fou dont on couvre les marges de ses manuels, et dont on se dit qu’ils nous sauveront peut-être un jour. Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure?offre un bouleversant portrait de l’adolescence. Dans ce roman à la première personne, Robert Lalonde rend magnifiquement les doutes et les fulgurances de l’âge qui sépare l’enfant de l’adulte.Robert Lalonde renoue ici avec le monde qui était celui de ses premiers romans :La Belle Épouvante, Une belle journée d’avance . En fait, ce nouveau roman se termine là où commence Le Dernier Été des Indiens et donne quelques clés essentielles pour comprendre une des oeuvres les plus personnelles et les plus fortes de la littérature québécoise.
Lire la critique duGuide culturel de Radio-CanadaLire l’article paru dansLe Soleil Lire l’entrevue accordée à Tristan Malavoy Racine du journalVoir Lire l’article de Suzanne Giguère paru dansLe Devoir
Général

Accueil

Contact
Foreign rights

À propos

Historique
Équipe
Soumettre un manuscrit
Nos lauréats
Nos partenaires
Documents
Acheter nos livres

Actualités

Événement
Prix et mentions
Communiqué

Notre catalogue

Livres
Auteurs
Collections
Thèmes
Genres

4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél : (514) 287-7401Téléc : (514) 287-7664
Parution  :5 octobre 2005, 160 pages
ISBN-13  : 9782764604120Code barre  :9782764604120
Robert Lalonde est né à Oka en 1947. Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts au Séminaire de Sainte-Thérèse, il a poursuivi des études en interprétation théâtrale au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. poursuivre la lecture…
Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l’autorisation des Éditions du Boréal.

que vais je devenir

A privacy reminder from YouTube, a Google company

Quand vais-je enfin devenir heureux?

Unsubscribe from Coaching Pour Réussir?
Sign in to add this video to a playlist.
Sign in to report inappropriate content.
Sign in to make your opinion count.
Sign in to make your opinion count.
The interactive transcript could not be loaded.
Rating is available when the video has been rented.
This feature is not available right now. Please try again later.

Category

Howto & Style

License

Standard YouTube License

Autoplay

When autoplay is enabled, a suggested video will automatically play next.

Cliquez sur le lienhttp://www.soyezheureux.com/8-riche-e…pour découvrir comment transformer votre vie vers ce que vous voulez vraiment.

que vais je devenir

Editer l’article

Administration

Connexion

Créer mon blog

« Du réconfort dans nos…
Un après-midi sur la… »

Voir le profil deMaman@home, blog de maman sur le portail Overblog
Top articles
Contact
Signaler un abus
C.G.U.
Cookies et données personnelles

Publié le

30 septembre 2010

par Maman@home
 
Il m’arrive souvent de me poser cette question, là je suis en congé parental OK mais je vais bien devoir reprendre le boulot un
jour. Dans 1 an ce serait bien. Oui mais pour faire quoi?  Parce que j e ne veux plus travailler en agence de communicationavec des horaires et du stress à rallonge. Je ne
veux pas rentrer à 20h et ne voir que 30 minutes mes garçons. Je ne veuxpas passer mon temps à culpabiliserparce que je suis à fond dans le boulot et que je passe à côté
d’eux… Et pourtant  je ne sais rien faire d’autre que mon métier. Ou du moins pas grand chose de bien différent. Gérer et jongler avec des dossiers, des projets, des plannings, des
créatifs, des budgets, des fournisseurs, les humeurs des boss… tout ça pour du fric, des choses pas bien vitales au final. J’aimerais tellement faire quelque chose qui a du sens, marre du
capitalisme !

Oui je sais c’est facile de dire ça etles métiers qui payent ne sont pas dans le socialc’est bien clair, mieux
vaut être conseiller financier que assistante sociale, on s’en met davantage plein les fouilles… c’est con parce que moi ce que j’aimerais c’est aider les autres, avoir l’impression d’aider en
tout cas… Pas me stresser pour la livraison de PLV de je ne sais quel client !

Du coup quandFramboizem’a taguée il y a
quelques temps j’ai cliqué et fais l e test »êtes vous prêtes à vous reconvertir »? J’ai répondu
en étant dans la peau de la salariée que j’étais avant, pas dans celle de maman@home que je revêt aujourd’hui évidemment . Et voici le résultat :
SUPER, je suis bien d’accordet le bilan je l’ai déjà fait… travaillez dans le social qu’il me dit le bilan…
c’est bien joli tout ça mais moi j’ai pas de formation dans ce domaine et puis encore une fois c’est pas ça qui va payer le loyer et les factures…Rhalala mais que vais je devenir
???

Allez je force le trait hein je n’en suis pas à me demander tous les jours ce que je vais faire de ma peau, mais il m’arrive de me
questionner, je m’informe, je regarde autour de moi ce qui pourrait bien me plaire.  Ce que je pourrais faire de ces années 2010. D’autant plus queje sais ce que je ne veux
plus , je sais aussi queje ne trouverais pas un travail épanouissant , on est dans le sud et le travail y’en a pas… et puis je crois que j’ai envie d’un truc qui me
vide le cerveau (du moins qui ne me le bouffe pas), ma vie est ailleurs, ce serait juste un travail alimentaire… je suis en veille…. Moi ce que je veux pour cette décennie c’est un 
équilibre « parfait » entre ma vie de famille et ma vie professionnelle ,ne plus me laisser bouffer par le
travail.

Et vous des envies de changement ces prochaines années ?

Pour le savoir je décide moi aussi de taguer quelques copines au hasard :  
Ceci est ma participation au concours deLibelul .
Publié dans
Défis et jeux blogueuses

ladybutterly

12/10/2010 22:47

Quelques années … mais pas de solution possible, je suis oblgé de passer par la demission. Ils ne font rien (et n’ont jamais rien fait) pour aider leur employés, pourtant c’est une grosse
boite.

Enfin bon, je m’en doutais mais je voulais esperer … j’ai eu la response aujourd’hui, alors adion les projets de chomage et recherche de boulot immediat.

ladybutterly

12/10/2010 15:00

Je suis bien embetter aussi.

Je viens de reprolonger mon congés parental pour 6 mois, ma boite ne veut pas me licenssier, donc va falloir que je demissionne et queje me trouve un autre boulot, mais quoi ….

c’est bien compliqué !

Maman@home

12/10/2010 21:23

Ca fait longtemps que tu bosses dans cette boîte ? Pourquoi ne pouvez vous pa strouver un arrangement ?

ayè, me voilà de retour (avec des milliers d’articles de blogs de retard)… bref, ce test, je l’ai déjà publié sur mon blog il y a peut-être une quinzaine de jours.

ouf !

Maman@home

04/10/2010 21:49

MamzellDree

03/10/2010 16:39

Bon courage pour tes questions sur ton futur !

Maman@home

04/10/2010 21:51

Franchement si tu aimes t’occuper de petits bouts, c’est idéal ! Après pour les jours de travail, c’est toi qui fixe les règles et choisis les contrats. De toutes façon, la 1 ère année tu n’as le
droit qu’à 2 enfants, ce qui est déjà pas mal ! Tu peux très bien ne pas garder d’enfants le mercredi, de + en + de nounous le font, et puis beaucoup de mamans ne travaillent pas le mercredi !
Moi en plus j’ai le gros avantage d’être à côté de l’école, donc je récupère ma puce le midi ! Si tu as juste besoin d’un revenu de complément, l’idéal ce sont les enfants de profs, à 17h ils
sont partis et tu as tes mercredi et vacances scolaires :)

Bisous et bon courage dans ta reflexion !

Maman@home

02/10/2010 10:03

Ancienne parisienne au rythme de vie effréné devenue maman@home et assistante maternelle, en province, avec 2 enfants et ravie de l’être …
Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.

que vais je devenir
books.google.fr – « J’avais treize ans,ce que je voulais, ce que désespérément je voulais, était impossible. » Robert Lalonde s’empare ici à bras-le-corps d’un sujet universel, un desgrands classiques de la littérature: l’adoslescence malheureuse. Pensionnaire dans un collège religieux – le catholicisme tel qu’il… https://books.google.fr/books/about/Que_vais_je_devenir_jusqu_%C3%A0_ce_que_je_m.html?hl=fr&id=Xdbj_Bx0tYQC&utm_source=gb-gplus-share Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure?
1Commentaire https://books.google.com/books/about/Que_vais_je_devenir_jusqu_%C3%A0_ce_que_je_m.html?hl=fr&id=Xdbj_Bx0tYQC
Parcourez la librairie en ligne la plus vaste au monde et commencez dès aujourd’hui votre lecture sur le Web, votre tablette, votre téléphone ou un lecteur de livres numériques.
« J’avais treize ans,ce que je voulais, ce que désespérément je voulais, était impossible. » Robert Lalonde s’empare ici à bras-le-corps d’un sujet universel, un desgrands classiques de la littérature: l’adoslescence malheureuse.Pensionnaire dans un collège religieux – le catholicisme tel qu’il existait il n’y a pas si longtemps au Canada: obtus, obscur, archaïque -, expédié là par un père auquel le lie un secret innommable, le narrateur se pose très tôt les premières vraies questions. Comment s’arracher à un monde « où tout est fini avant d’avoir commencé » ? Quelle direction donner à la colère avant qu’elle ne vous détruise ? Bien sûr, il y a le ciel infini, les érables rougeoyants, le lac où l’on va pêcher. Mais cela suffit-il à s’évader de la folie qui vous ronge ? Il faut écouter jusqu’au bout cette extraordinaire confidence, écrite avec une fureur que l’on partage et dont on s’imprègne.Robert Lalonde est l’un des principaux écrivains québécois actuels. Il est aussi comédien, dramaturge, homme de scène.Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ?constitue sans doute la clé de son œuvre.
Robert Lalonde écrit bien, a le sens de la formule et fait de la nature sa mère salvatrice. Ce roman partait donc sur les meilleures bases, quoique un peu consensuelles. Hélas, on a vite une … Consulter l’avis complet
Robert Lalonde est l’un des principaux écrivains québécois actuels. Il est aussi comédien, dramaturge, homme de scène. Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ? constitue sans doute la clé de son ‘uvre.
Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure? Cadre rouge

que vais je devenir
Votre adresse de livraison: NANTES 44000
Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ?
et plus d’un million d’autres livres sont disponibles pourle Kindle d’Amazon . En savoir plus

Livres

Romans et littérature


Littérature française

Livraison à partir de EUR 0,01 en France métropolitaine .

Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d’autres exemplaires sont en cours d’acheminement).

Expédié et vendu par Amazon.

Emballage cadeau disponible.

Quantité :
1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

Quantité : 1
Que vais-je devenir jusqu…
a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)

D’occasion: Très bon

|Détails

Commentaire:Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l’illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.

Impossible d’ajouter l’article à votre liste. Merci d’essayer à nouveau.

Repliez vers l’arrière
Repliez vers l’avant

Ecoutez

Lecture en cours…

Interrompu

 

Vous écoutez un extrait de l’édition audio Audible

En savoir plus

Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure?
Broché

– 7 septembre 2006

Trouver tous les livres, en savoir plus sur l’auteur.
Voirrésultats de recherchepour cet auteur

Etes-vous un auteur?
Infos sur La Plate-forme Auteurs

Soyez la première personne à écrire un commentaire sur cet article

Format Kindle

EUR 9,99

Lisez avec notre

Appli gratuite

Broché

EUR 14,70

12 d’occasionà partir deEUR 2,33

5 neufsà partir deEUR 10,90

Voulez-vous le faire livrer le mercredi 14 juin?Commandez-le dans les2 h et 26 minset choisissez laLivraison en 1 jour ouvréau cours de votre commande.En savoir plus.
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.

Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France

Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées

Comment commander vers un point de collecte ?

Trouvez votre point de collecte

et ajoutez-le à votre carnet d’adresses

Sélectionnez cette adresse lors de votre commande

Plus d’informations

Gratuit: téléchargez l’application Amazon

pouriPhone, iPad, Android ou Windows Phoneou découvrez lanouvelle applicationAmazon pour Tablette Android
!
Rentrée scolaire 2017: Livres, fournitures, cartables, ordinateurs, vêtements …Profitez-en !
OutletAnciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prixProfitez-en !
Tout à moins de 5 euros !Découvrez notre sélection de produits à petits prix…Profitez-en !
Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros
à télécharger en moins de 60 secondes
.

Afficher toutes les applis gratuites de lecture Kindle

Commencez à lireQue vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ?sur votre Kindleen moins d’une minute .

Vous n’avez pas encore de Kindle ?Achetez-le iciou téléchargez uneapplication de lecture gratuite .

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire client.

Livraison en 1 jour ouvré gratuite et illimitée sur des millions d’articles
Les membres Amazon Prime ont également accès à la livraison en 1 jour ouvré gratuite sur des millions d’articles et à des films et séries sur Prime Video.
Vos articles vus récemment et vos recommandations en vedette
Vos articles vus récemment et vos recommandations en vedette
« J’avais treize ans,ce que je voulais, ce que désespérément je voulais, était impossible. » Robert Lalonde s’empare ici à bras-le-corps d’un sujet universel, un desgrands classiques de la littérature: l’adoslescence malheureuse.Pensionnaire dans un collège religieux – le catholicisme tel qu’il existait il n’y a pas si longtemps au Canada: obtus, obscur, archaïque -, expédié là par un père auquel le lie un secret innommable, le narrateur se pose très tôt les premières vraies questions. Comment s’arracher à un monde « où tout est fini avant d’avoir commencé » ? Quelle direction donner à la colère avant qu’elle ne vous détruise ? Bien sûr, il y a le ciel infini, les érables rougeoyants, le lac où l’on va pêcher. Mais cela suffit-il à s’évader de la folie qui vous ronge ? Il faut écouter jusqu’au bout cette extraordinaire confidence, écrite avec une fureur que l’on partage et dont on s’imprègne.Robert Lalonde est l’un des principaux écrivains québécois actuels. Il est aussi comédien, dramaturge, homme de scène.Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ?constitue sans doute la clé de son œuvre.
Aucun appareil Kindle n’est requis. Téléchargez l’une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.
Pour obtenir l’appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.
Un problème s’est produit lors du chargement de ce menu pour le moment.

que vais je devenir

Toggle navigation

S’identifier

 Connexion

Un livre au hasard

Les critiques
Les critiques éclair

Les coups de coeur
Nouvelles parutions

Les plus visitées
Plus visitées (récentes)
Plus visitées ce mois

Le top des livres
Le top des auteurs

Les catégories
Les éditeurs
Les éditions
Les livres
Les auteurs
Les lecteurs
Les interviews
Les séries

Les forums
Prix des lecteurs
Blog

Soutenez-nous en passant par amazon pour commander vos livres ou autres articles. Merci !
Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ? deRobert Lalonde
Critiqué parMontgomery , le 26 février 2007
(Auxerre, Inscrit le 16 novembre 2005, 45 ans)
Critiqué parMontgomery , le 26 février 2007
(Auxerre, Inscrit le 16 novembre 2005, 45 ans)
La note :
Moyenne des notes :(basée sur 2 avis)
Cote pondérée :(37 523ème position).

Visites :1 832  (depuis Novembre 2007)
Connectez vouspour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.
Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ? [Texte imprimé], roman Robert Lalonde
deLalonde, Robert
Seuil/ CADRE ROUGE
ISBN : 9782020859967 ; EUR 14,50 ; 07/09/2006 ; 156 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition
Critique de

Leroymarko
(Toronto, Inscrit le 19 septembre 2008, 43 ans) – 19 septembre 2009

Dans ce roman à saveur autobiographique, Robert Lalonde traite des affres de l’adolescence. À 13 ans, dans les années 60, le narrateur est étudiant dans un collège classique, comme il en existe plusieurs dans le Québec de l’époque. L’enceinte du collège, toutefois, représente pour lui une prison. Il n’y est vraiment pas à sa place. Mais elle est où sa place? À la maison, ce n’est guère mieux. Il partage d’ailleurs avec son père un terrible secret. Il s’identifie bien à son grand-père, mais ce dernier meurt trop vite. Bref, tout va mal.

Comment ne pas se reconnaître un peu dans ce que vit le narrateur? Pratiquement tous les adolescents filent, un jour, un mauvais coton. Ils doivent alors composer avec une pesante solitude. Et alors, il ne semble pas y avoir d’issue. Dans certains cas, celà va même mener à une fin tragique. Le narrateur s’y rend presque, mais y échappe.

On sent par ailleurs poindre, chez le narrateur, une homosexualité qui se découvre. D’autant plus difficile, parce que nous sommes encore à l’époque de la Grande noirceur au Québec. On pourrait d’ailleurs voir dans ce roman une allusion à l’éclosion de la société canadienne-française vers la fin de la décennie. Pas surprenant que le narrateur rêve d’imiter James Dean.

Certains passages sont un peu longs, alors que d’autres ou encore certains personnages pourraient être plus développés. Mais dans l’ensemble, il s’agit d’un roman qui se lit bien et qui demeure intéressant.
Forums: Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ?
Page d’accueil|RSS2|Forums|Blog|Contact

©2000-2017 critiqueslibres.com ASBL®. Tous droits réservés.
Catégorie(s) : Littérature =>Francophone
Robert Lalonde écrit bien, a le sens de la formule et fait de la nature sa mère salvatrice. Ce roman partait donc sur les meilleures bases, quoique un peu consensuelles. Hélas, on a vite uneimpression de déjà-vu avec cet adolescent qui ne supporte ni le pensionnat et la scolarité qu’on y suit (n’y apprend-t-on pas des matières mortes et inutiles ?), ni une famille composée de femmes effacées et d’hommes frustes…Torturé par la peur que tout soit fini avant d’avoir commencé , l’une des formules redondantes du livre, le jeune héros n’ a de cesse de chercher une échappatoire à une vie qui, c’est le moins que l’on puisse dire, ne lui convient pas. Les amitiés viriles ne suffisant pas, c’est vers la nature immortelle qu’il se tournepour retrouver un peu de sérénité, sous la conduite d’un camarade philosophe, Nelson, qui lui conseille de ne pas chercher de sens à sa vie. Derrière ce malaise général,on sent poindre une homosexualité qui ne trouve pas encore les conditions pour éclore. Et puis, comme le Canada c’est quand même en Amérique, le lecteur a également droit à une sorte de dialogue intergénérationnel entre les mânes d’un grand-père éclairé et lucide et son petit-fils, perdu dans une époque étrangère auxétats de l’âme.

A vouloir faire un récit trop centré sur son héros, et sur les tonnes de malheurs qui s’abattent sur lui, Robert Lalonde en oublie de donner de l’épaisseur à sespersonnages secondaires. Cela dit,son butn’était manifestement pas de faire un roman psychologique touffu, exhaustif, mais plutôt un plaidoyer en faveur du bonheur, surtout lorsqu’il emprunte d’ « autres routes ». La morale du livre pourrait bien être q’il n’y a pas meilleurmoyen d’identifier son bonheur et d’y tendre que d’avoir côtoyé un immense désespoir. A méditer.
Pas de série ou de livres liés.  
Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série
Il n’y a pas encore de discussion autour de »Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure ? » .

En achetant chez nos partenaires, vous aurons une commission ! Mais faire vivre les libraires indépendants est important aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>